Scoop : les vœux de François Hollande en avant-première

imgscan contrepoints 2013-2531 voeux Hollande

Script des vœux tels que la NSA les a retranscrits hier soir à 21:32 après les avoir interceptés grâce aux micros placés à l’Élysée.

Par Nicolas Nilsen.

imgscan contrepoints 2013-2531 voeux Hollande

Mes chers compatriotes,

Fidèle à la tradition, je présente à chacune et à chacun d’entre vous mes vœux les plus chaleureux pour la nouvelle année.

En mai 2012, vous m’avez confié la tâche de conduire notre pays. Cette tâche… euh, je ne suis à l’évidence pas arrivé à la conduire à bien. Ce soir, je n’entends donc pas vous dissimuler les difficultés qui vous attendent. Elles sont sérieuses et je vous plains.

Je veux tout d’abord vous dire que je croyais vraiment que tout serait beaucoup plus simple.

On m’avait dit : « tu n’as qu’à faire payer les riches ». Je les ai donc taxés à 75% et j’apprends qu’ils se tirent tous alors qu’on comptait sur eux pour continuer à créer de la richesse.

On m’avait dit : « les chefs d’entreprise sont des sales capitalistes qui exploitent les travailleurs, tu n’as qu’à les taxer ». Et là, on me dit que les entreprises ferment, que les plans sociaux se multiplient et que c’est une catastrophe pour l’embauche et l’emploi.

On m’avait dit : « la France est riche et la croissance va repartir, surtout si tu augmentes les impôts ». Et je constate que la France est en train de s’abîmer et que c’est la récession qui arrive.

On m’avait : « dis-leur que tu as une boite à outil et que tu vas réussir à inverser les courbes du chômage »… Et j’apprends que les discours n’ont pas suffit et que le chômage repart de plus belle

On m’avait dit à l’ENA : « la Droite accumule la richesse, tu es de Gauche, donc il te suffira de la distribuer ». C’est ce que j’ai fait en taxant à mort et en distribuant sans compter. Mais j’apprends maintenant qu’avant de pouvoir distribuer il faut d’abord « créer de la richesse ». On ne me l’avait jamais enseigné. Endetter et distribuer, ça le l’avais appris au Conseil général de Corrèze. Mais « créer de la richesse », je vous avoue que je n’ai jamais bien compris comment on faisait. Ni Montebourg, ni Najat Vallaud Belkacem n’ont d’ailleurs pu me l’expliquer. Il est vrai qu’ils n’ont jamais rien créé eux-mêmes. Comme d’ailleurs tous les ministres de ce foutu gouvernement. Pas un seul n’a dirigé une entreprise de sa vie, c’est vous dire le niveau.

On m’avait dit : « si t’as des problèmes à l’intérieur, faut détourner l’attention sur un conflit à l’extérieur ». Bon, j’ai fait un peu fort en lançant deux guerres… Et je ne vous dis pas la merde dans laquelle je vous ai mis : on n’a pas un sou pour les financer, on n’a déjà plus de crédits pour notre défense, et voilà que j’envoie la France dans ce merdier africain…

*

Mais bon, le 31 décembre, c’est une soirée de fête et je ne vais donc pas être long. Sachez que j’ai demandé qu’on me communique tous les chiffres clés pour l’année à venir.

Je les ai regardés attentivement, et je peux vous dire qu’ils sont mauvais, même super mauvais, et je dirais même méga mauvais. Je pense donc qu’il faut que je me tire avant que ça tourne à la révolution ou la guerre civile. Car avec plus de 5 millions de chômeurs, je peux juste vous dire que je la sens très mal cette année 2014

J’ai demandé à Jean-Marc Ayrault de me présenter la démission de son gouvernement qui prendra effet le 15 janvier. Le Premier ministre a en effet souhaité pouvoir encore bénéficier à Matignon des galettes des rois qu’il aime particulièrement. Surtout celles fourrées à la frangipane. J’ai accédé à sa demande.

Moi-même, j’attendrai d’avoir reçu les vœux de tous les corps constitués. Cela fait un sacré nombre de buffets en début janvier, et je ne veux pas m’en priver : les petits fours de la République c’est évidemment sacré. La tradition républicaine sera donc respectée.

Avant de partir, je dissoudrai l’Assemblée nationale, car il n’y a pas de raison de partir seul sans renvoyer également devant leurs électeurs tous ces Parlementaires incapables qui ne m’ont alerté sur rien. Forcément, tous ces socialistes n’ont rien vu venir. Quand je pense qu’ils ont passé leur temps à discuter de mariage gay, de prostitution, de rythmes scolaires ou de l’ouverture des magasins le dimanche, alors que les entreprises Françaises n’étaient plus concurrentielles, que le chômage augmentait de façon dramatique et que la France perdait les « A » des agences de notation…

Enfin bon, comme je vous l’ai dit, c’est un soir de fête et donc je ne vais pas vous la gâcher plus longtemps. L’année qui arrive sera d’autant plus dure que — n’ayant pas compris quelles étaient les vraies priorités — je n’ai rien fait pour réformer les choses à temps. Vous n’êtes donc pas sortis de l’auberge et je vous plains.

En tout cas, Valérie et moi-même préférons nous tirer avant que ça ne dégénère ; le chômage, l’immigration, la pauvreté, tout cela ne me dis rien qui vaille.

Portez-vous bien et bonjour chez vous !

Vive la République !

Vive la France !


Script des vœux tels que la NSA les a retranscrits hier soir à 21:32 après les avoir interceptés grâce aux micros placés à l’Élysée où François Hollande procédait à un pré-enregistrement de sa déclaration aux Français. Certains mots pourraient donc être modifiés d’ici ce soir. Mais le texte ci-dessus étant strictement conforme aux cinq versions précédentes, il ne devrait donc pas changer dans sa substance. Le Président a juste modifié quatre fois le dernier paragraphe pour dire successivement : « Madame Trieweiler et moi-même » puis « Ma compagne et moi-même » puis « Ma concubine et moi-même » puis « Valérie et moi-même »…


Sur le web.