La République des Enfants

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
République des enfants (Crédits : René Le Honzec/Contrepoints.org, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La République des Enfants

Publié le 30 décembre 2013
- A +

La fin du mois de décembre et le début de janvier sont généralement dédiés à la famille et aux enfants. Ces derniers, avec Noël, les étrennes et, en début d’année, le tirage des rois, sont à l’honneur, et l’objet de petites et grandes attentions. Et ça tombe bien, nous allons en parler puisque ce petit billet est l’occasion d’évoquer, une fois encore, les politiciens.

imgscan contrepoints 2013-2527 république des enfantsCar c’est bien d’enfants qu’il s’agit ici si l’on devait juger les politiciens moyens non aux intentions qui les animent et aux discours dont ils nous abreuvent, mais aux actes qu’ils commettent et aux résultats qu’ils obtiennent. Bien sûr, je pourrais ici profiter de cette fin d’année pour passer en revue ces principaux faits saillants et montrer la puérilité de nos hommes et femmes de pouvoir. Mais l’exercice pourrait être assez long, tant cette année n’a pas dérogé à la règle générale d’une habituelle avalanche de billevesées.

Je me contenterai donc, en bon feignant, des derniers faits que l’actualité nous offre dans son foisonnement habituel.

Par exemple, comment ne pas trouver particulièrement puéril le déni compact et obstiné de toute réalité de François Hollande devant les chiffres catastrophiques du chômage ? La semaine écoulée, le Président de la République s’est entêté à nier l’évidence, parfaite représentation d’un enfant pris dans la nasse serrée de ses propres mensonges. Pourtant, la réalité est là, indubitable : le chômage continue de croître.

hollande ayrault grosses têtes

Par exemple, comment ne pas trouver enfantin les changements d’envies, d’opinions et de méthodes que le gouvernement espère nous faire croire pensés ? À la suite des contorsions statistiques rigolotes de Hollande sur le chômage, il était particulièrement savoureux de voir Ayrault lui emboîter le pas, pas gêné le moins du monde de mettre en pratique les mêmes méthodes douteuses que ses prédécesseurs de l’opposition quelques années plus tôt, méthodes qu’il avait bien entendu fustigées avec ce petit sens de l’a-propos que seul un enfant ne voyant pas plus loin que le bout de son nez est capable d’avoir dans de telles situations. Rappelez-vous, en effet, ce que le même Ayrault déclarait, au sujet des chiffres du chômage, lorsque Sarkozy était encore président :

twitt ayrault chomage

Alors qu’il y a quelques générations, il était techniquement et politiquement bien plus complexe de renvoyer aux auteurs leurs petites phrases assassines par un effet boomerang bien dosé, la médiocrité de l’actuelle génération de politiciens, doublée de la mémoire Internet inaltérable, provoque maintenant du LOL à pas cher et, pour l’observateur extérieur avec un tant soit peu de recul, une bonne dose d’effarement. Tout comme des enfants trop jeunes pour comprendre, les politiciens ne connaissent pas la honte et ne sont jamais embarrassés de présenter leurs pires turpitudes à la face du monde tant que cela peut faire braquer les projecteurs sur leur petite personne.

Et on pourrait croire qu’il s’agit d’un jeu de massacre réservé à l’actuelle majorité. Il n’en est rien : les gamineries et la puérilité de la droite sont exactement semblables. On pourrait s’attarder à loisir sur les déchirements ridicules du parti entre Fillon et Copé en début d’année, mais là encore, même en se cantonnant à la semaine passée, il ne faut pas très longtemps pour constater les mêmes défauts, les mêmes façons d’agir à droite et à gauche.

Par exemple, la récente affaire qui secoue Aix-en-Provence et qui a conduit la maire, Maryse Joissains-Massini, en garde-à-vue pendant 24h, illustre très bien les délires et autres fariboles consternantes auxquels les élus recourent sans sourciller pour camoufler l’indigence de leur gestion ou les malversations dans lesquelles ils trempent avec décontraction. Tout comme des gamins qui n’hésiteraient pas à invoquer la malencontreuse présence d’extra-terrestres ou une maladie imaginaire pour expliquer leurs absences ou leurs comportements incongrus, malpolis ou délictueux, la maire en appelle aux heures les plus occupées de notre Histoire, sans imaginer une seule seconde que les détournements de fonds et autres bidouillages politiques locaux justifient largement qu’on s’en prenne à elle.

hollande grand yeuxEt plus largement, l’année écoulée montre à quel point la politique est devenue une affaire de pulsions, d’envies erratiques dignes de gamins excentriques et mal policés, pour qui les événements doivent plier. L’absence brouillonne et totale de toute priorité mise à gérer l’actualité, le fait — très bien relevé par Daniel Tourre — qu’un président s’abaisse sur le cas particulier de Léonarda, déjà réglé par la justice de son peuple et en son nom, montre le besoin compulsif d’occuper les esprits avec ses petites manoeuvres politiciennes. Plus récemment, le ministre de l’Intérieur a réitéré la même pirouette médiatique avec un humoriste, de la même façon qu’un enfant accorde subitement une importance démesurée à un ours en peluche, un petit animal en cage ou un objet sur lequel il fera un transfert d’attention ou d’affection, pour éviter consciencieusement de tenir compte des remarques désagréables de ses parents.

Non, vraiment, les politiciens ne sont pas des adultes : ils ont les comportements d’enfants, les réactions d’enfants, les pulsions d’enfants, la moralité embryonnaire (voire inexistante) des jeunes enfants, et les jeux et les occupations d’enfants. Par leur recherche continue du pouvoir et des honneurs, ils ont besoin de trouver (ou de retrouver) l’admiration qui leur a peut-être manqué lorsqu’ils étaient plus jeunes. De nos jours, rares en effet sont ceux qui sont entrés dans la carrière politique avec le désir sincère d’aider la collectivité et le pays ; chez beaucoup d’entre eux, le militant politique a poussé très vite et très tôt comme un calcul bien compris permettant d’optimiser la quantité de travail avant l’obtention d’une rente dodue et pas trop pénible à percevoir.

Enfants : débarrassez-m'en !

Et bien qu’ils se croient animés de saines motivations, derrière cette solidarité dont ils se gargarisent afin d’en enduire les discours qui sortiront de leur bouche, ils ne font aucune espèce d’effort pour comprendre que, l’enfer étant pavé de bonnes intentions, chacune des actions qu’ils entreprennent apporte son lot d’effets pervers ; l’absence d’analyse et la fuite en avant ne les poussent jamais qu’à ajouter encore des dispositifs pour pallier les problèmes qu’ils ont eux-mêmes créés. Enfants n’ayant jamais connu l’humilité, ils sont persuadés d’avoir une solution pour tout. Ils sont certains qu’ils pourront contrôler, réguler, diriger, là où l’Histoire et la logique ne montrent qu’échecs, indécisions, passions catastrophiques et effets délétères.

Dans le meilleur des cas, les politiciens que nous subissons sont des adulescents, adultes biologiques à la maturité d’enfants à peine pubères dont les tâtonnements psychologiques et moraux se traduisent par des errements aussi coûteux financièrement que socialement. Hollande et sa clique n’échappent bien sûr pas à la règle, eux dont les costumes camouflent très mal leurs lourdes casseroles. Et bien sûr, comme des enfants-rois au pouvoir qui n’ont de compte à rendre à personne, ils n’ont donc absolument rien à faire de la réalité ou des grognements de ceux qui les ont mis là.

Ce constat fait, il en vient naturellement un autre : qui les a mis là, sinon un peuple majoritairement immature ?

Un peuple immature mené par des enfants… Pas de doute, ce pays est foutu.

Egalité, Taxes, Bisous : République du Bisounoursland
—-
Sur le web

Voir les commentaires (14)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (14)
  • « Un peuple immature mené par des enfants… Pas de doute, ce pays est foutu. »

    J’adore 🙂

  • Je me faisais une réflexion hier: finalement, le collectivisme n’est il pas viable uniquement dans le cas d’une société esclavagiste? En effet, pour tout mettre en commun sans porter atteinte à la production, et donc, par voie de fait, au partage (moins de richesses, moins de partage….), il semble inéluctable que ceux qui produisent ne doivent rien toucher….

    Ou comment créer le système le plus inégalitaire au monde en prétendant faire l’inverse.

    • Absolument, c’est le principe même du truc.

    • La réponse a été apportée
      M. Egmont Hake a remarqué que les socialistes ont toujours un programme contraire à celui qu’ils annoncent : ils prétendent remettre la propriété au peuple, ils la remettent à ‘Etat. Ils désirent le bien être du peuple, et ils le livrent à la discrétion du gouvernement. Ils parlent de liberté, et chaque individu devra obéir aux réquisitions de travail et ne recevoir que ce qu’il conviendra à l’Administration de lui remettre.
      Ils veulent émanciper le travail, et ils organisent le travail servile. Ils parlent d’un idéal de gouvernement et en multipliant ses attributions, ils font un gouvernement de police, d’arbitraire, de spoliation et de corruption. Ils rêvent une société parfaite, dans laquelle la nature humaine sera changée, et ils détruisent toutes les parties morales de l’homme: l’énergie, la prévoyance, la justice.
      The Coming individualism.

    • Voir également SCHOEFFLE qui a fait amende honorable, s’étant trompé sur le socialisme – plus trace du texte actuellement mais je vais le retrouver…

    • Le collectivisme est par essence un esclavagisme (Ayn Rand).

  • Bah, les dieux de l’Olympe étaient déjà comme ça, puissants, puérils, immoraux et bien peu soucieux des humains, le pire de l’affaire étant la certitude qu’ils ne deviendraient jamais adultes.

  • L’adulte ne s’entretient et ne se développe qu’à la condition de faire des acquisitions au moins égales à ses besoins. Quand la loi de famille se prolonge pour l’adulte, il reste sans initiative et sans volonté, docile et quémandeur. Le gouvernement paternaliste n’est que la prolongation de la loi de famille et, dans une démocratie, il change des électeurs et des éligibles en petits garçons qui ne peuvent et ne veulent rien faire sans permission ; qui demandent pour eux et leurs amis la plus grosse part du gâteau et la plus petite part pour leurs adversaires. Les coups de pied au cul se perdent.

  • Je ne suis pas certain de leur immaturité concernant leur habileté à vivre comme des « riches » et à remplir les poches de ceux qui les soutiennent. Certes ils sont maladroits, mais ils obtiennent ce qu’ils cherchent.
    Les immatures sont ceux qui les élisent sans se rendre compte qu’ils portent des malfrats au pouvoir pour les spolier un peu plus chaque jour.

    • Oh, que non. Le parasite est conscient de la perte de vitalité du corps parasité. Mais comme le poux, c’est dans sa nature. Il faut étouffer le parasite, c’est la seule solution.

  • …mais dix ans après, Schoeffle publiait une brochure intitulée: Die Aussichtslosigkeit der Social democratie, Perspective de la Sociale démocratie, où il démontrait l’impossibilité de l’organisation collectiviste qu’il avait exposée.

    1 – La production collectiviste est impossible sur une base démocratique. Elle ne pourrait être dirigée que par une administration hiérarchisée, n’ayant aucun caractère démocratique, ne présentant ni liberté, ni égalité, et nulle garantie contre les abus du pouvoir.

    2- Elle supprima la nature et la propriété : toutes les affaires du même genre seraient concentrées dans un grand atelier social fonctionnant sur le principe d’égale rémunération pour le même temps de travail. Mais avec une organisation démocratique, les individus abreuvés de flatteries constantes ne se soumettraient pas aux sacrifices voulus pour constituer les épargnes nécessaires à ce développement des moyens de production. Ceux qui les auraient obtenues ne seraient point disposés à partager leurs excédents avec les autres.

    3 – Supposer que l’on puisse concentrer dans un seul corps toutes les branches de production sur un travail uniforme et arriver à une estimation égale du temps de travail, constituer des usines locales complètes, c’est se placer en contradiction avec toute l’expérience de l’industrie.

    4 – Une augmentation de la production ne pourrait avoir lieu qu’aux conditions : d’une administration
    Rigoureuse – d’une augmentation d’activité des travailleurs. Or la démocratie ne peut admettre un pouvoir fort. Elle n’aurait rien pour remplacer les bénéfices, les risques et les salaires gradués: donc pas d’initiative, pas de responsabilité, pas d’intérêt. Pas de mobile d’action.

    5.-La Démocratie sociale n’a pas trouvé le moyen de remettre à chacun la valeur exacte de son travail social.

    6. – Si chaque personne est rémunérée en proportion de la valeur sociale de son travail, l’inégalité reparaît.

    7. – Mais en même temps, les collectivistes promettent la répartition des produits selon les besoins, c’est contradictoire ; mais il n’y aurait qu’une chose plus impraticable, ce serait de déclarer l’égalité des besoins.

    8. – La prétention du collectivisme démocratique est de supprimer « l’exploitation de l’homme par l’homme» mais ce régime serait l’organisation de l’exploitation des travaux imposés par les agents du parti au pouvoir, sans autre recours contre leurs abus que de le renverser. « En procédant au contrôle des temps de travail, en fixant les quantités normales de produits, en réduisant par le calcul le travail intensif en travail simple, les parasites triomphants du socialisme s’y prendraient si peu fraternellement qu’ils donneraient une figure respectable au capital vampire de Karl Marx. »

    9. – La prétention du collectivisme est de supprimer la surproduction et la disette; mais ses théories n’expliquent pas comment ils empêcheront une bonne et de mauvaises récoltes de vin; une bonne et de mauvaises récoltes de pommes; une bonne et de mauvaises récoltes de blé, de foin, etc.

    Schoeffle concluait « Le collectivisme démocratique est impossible et ne peut réaliser une seule de ses promesses économiques ».

  • Et oui, ça craint !

  • Un vieux souvenir vu je ne sais plus ou qui disait a propos de F.mitterand il avait cette obsession:marquer l histoire de son passage.Comparable(s) a ces predateurs des savanes,ils pissent partout sans grand effet.
    Encore une excellente analyse d’H16 merci de cela.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Quand les temps sont moroses, quand les perspectives semblent sombres, rien de tel qu’un peu de distraction sans prétention pour se changer les idées et rire un peu. En France, alors que les prix de l’énergie s’envolent et que la guerre en Ukraine nous désole, nous réalisons une fois de plus avec effroi que nous n’avons pas de pétrole et beaucoup trop d’impôts. Mais par chance, nous avons François Hollande pour nous dérider !

Ancien Président et héros improbable de virées amoureuses en scooter, il rêvait de rendosser l’habit de Capitai... Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

Par Jean-Philippe Feldman. Un article de l'IREF Europe.

Les supputations sont allées bon train après que François Hollande a récemment déclaré qu’« un ancien Président peut très bien être candidat à l’élection présidentielle ». Pourtant, la question essentielle n’a pas été posée : comment François Hollande peut-il encore exister en politique ?

L’exception française

Les commentateurs n’ont pas manqué de railler les ambitions présidentielles toujours vertes de l’ancien chef de l’État. On peut comprendre humainement que François Ho... Poursuivre la lecture

Suspense intenable ! François Hollande va-t-il bientôt nous annoncer sa candidature présidentielle ? Des propos habilement équivoques tenus récemment par l'ancien chef de l'État devant des lycéens relancent la machine à spéculation politico-médiatique : "pour l'instant", il n'est pas candidat. Mais comme "ça ne va pas bien" - sous-entendu, à gauche, vous l'aurez immédiatement compris - forcément, il s'interroge :

"Est-ce qu'une candidature de plus serait utile ? Je ne sais pas. Je ne le pense pas, d'ailleurs. J'ai les mêmes idées qu'av... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles