L’heure d’aller dormir

Beaucoup de parents cubains racontent des histoires à leurs enfants à l’heure du coucher.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’heure d’aller dormir

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 26 décembre 2013
- A +

Par Yoani Sánchez, depuis La Havane, Cuba.

bombillo

« Une autre, une autre ! » exige-t-il tout en s’appuyant le dos sur l’oreiller et s’étirant les jambes vers le plafond. La mère doit inventer rapidement un autre conte, improviser une histoire qui puisse endormir son fils. Elle mélange donc les personnages des frères Grimm avec d’autres inspirés des dessins animés nationaux, pour lui raconter une fable sympathique avec une moralité incluse. Le biberon tombe d’un côté, Les pieds restent tranquilles et les yeux commencent à se fermer. Elle a réussi, l’enfant s’est endormi. Derrière la porte l’attendent plusieurs heures de travaux ménagers. La vaisselle, l’eau à faire chauffer pour le bain du mari et les haricots à attendrir dans la cocotte-minute. Mais au moins l’enfant est maintenant endormi.

Malgré la pression de la vie moderne et les problèmes de logement, beaucoup de parents cubains racontent des histoires à leurs enfants à l’heure du coucher. Certains préfèrent les lire tandis que d’autres les inventent ou évoquent celles qu’ils ont entendues pendant leur enfance. Les jeux vidéo et les films de Disney ont apporté de nouvelles situations et de nouveaux personnages à raconter. Il n’est donc pas étonnant que Tom Pouce et Buzz l’éclair deviennent amis dans ces histoires, ou qu’Harry Potter soit victime d’une pomme empoisonnée. Par ces temps de métissage des genres, il n’est pas non plus surprenant qu’un morceau de reggaeton se glisse dans la bouche du magicien d’un certain royaume, ou de la méchante sorcière du récit. Le but est que les paupières deviennent lourdes et que le sommeil vienne le plus vite possible.

Il y a quelques jours, un ami m’a raconté que sa fille lui avait demandé une nouvelle histoire. « Une, papa, que l’on ne trouve dans aucun livre » avait-elle précisé. Le père, fatigué par une journée de travail, et incapable d’inventer une nouvelle fiction décida de lui raconter sa propre routine. « Il était une fois un homme, commença-t-il, qui se levait tous les jours à six heures du matin ». Pendant qu’il parlait les yeux de la fillette surveillaient chaque geste, dans l’attente que le protagoniste se transforme en héros ou en méchant. « Il allait chercher le pain du rationnement, poursuivit-il, et ensuite partait à son travail dans le bus qui passait parfois et parfois ne passait pas ». Un petit rictus d’impatience commençait à s’esquisser sur le visage de la petite mais la voix continua. « À la fin du mois, il touchait un salaire qui suffisait à peine pour payer l’électricité, et acheter un peu de nourriture, si bien que le gentil monsieur devait faire certaines mauvaises actions, des choses illégales, pour survivre… »

Un grognement de frustration interrompit la monotonie du narrateur. La fillette lança de ses petites mains les oreillers hors du lit en criant : « Non Papa, je veux une histoire où ce sont les gentils qui gagnent… ! »


Sur le web. Traduction : Jean-Claude Marouby

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Samuel Gregg.

Si l’on veut être cohérent dans notre lutte contre la pauvreté, nos préoccupations ne peuvent pas être enracinées dans des récits émotionnels ou relativistes sur ce que sont les êtres humains. Elles doivent être fondées sur la reconnaissance de la liberté, de la rationalité et de la dignité de chaque personne.

En 2012, le financier George Soros et Fazle Hasan Abed, qui est à la tête de l’une des plus importantes ONG anti-pauvreté, remarquaient dans le Financial Times que malgré la Grande Récession, le nombre de... Poursuivre la lecture

Par Carlos Martinez.

Dans son livre Anarchie, État et Utopie, Robert Nozick consacre un chapitre intitulé "Le conte de l'esclave" aux neuf phases de l'esclavage, des plus restrictives aux plus libératrices. Il écrit que même si les personnes asservies disposent de certaines formes d'autonomie, elles sont toujours asservies et il pose la question suivante : "Quelle transition du cas 1 au cas 9 fait que ce n'est plus le récit d'un esclave ?"

La question de Nozick souligne qu'il n'y a pas de différence entre la personne soumise à l... Poursuivre la lecture

Par Michel Faure. Un article de Conflits

La mort du général Luis Alberto Rodríguez López-Calleja plonge l’économie de Cuba dans la stupeur. Celui qui dirigeait Gaesa tenait entre ses mains l’économie de l’île. Avec sa mort, c’est un avenir encore plus incertain qui se dessine pour la dictature communiste des Caraïbes.

Cuba, depuis la révolution de 1959, a survécu à de nombreuses avanies, dont l’incurie et la violence de ses dirigeants. Mais là, soudain, l’île est au bord du gouffre, car un homme est mort vendredi qui n’était pas... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles