La redécouverte de la nature humaine par la biologie évolutionniste (2)

Quels sont les enjeux politiques et économiques d’une redécouverte de la nature humaine par la nouvelle biologie évolutionniste ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La redécouverte de la nature humaine par la biologie évolutionniste (2)

Publié le 26 décembre 2013
- A +

Par Damien Theillier.

najat-vallaud-belkacemAlors que cinq cents entreprises ont été mises en demeure ces derniers mois pour n’avoir pas respecté l’égalité professionnelle hommes-femmes (communiqué du ministre des droits des femmes Najat Vallaud-Belkacem), nous publions la seconde partie de notre article sur la négation de la nature humaine. Cette partie est consacrée au féminisme et à l’égalitarisme.

La « table rase », c’est l’idée que notre esprit serait vide de toute prédisposition, de toute organisation préétablie et qu’il n’y aurait pas de nature humaine. (Voir la première partie ici). Cette idée est contestée par les récentes recherches scientifiques en biologie et apparaît de plus en plus comme un mythe. Quels sont donc les enjeux politiques et économiques d’une redécouverte de la nature humaine par la nouvelle biologie évolutionniste ?

L’impasse du féminisme

Si les enfants étaient des « tables rases » à la naissance, comme l’enseignent les sciences sociales, nous pourrions les modeler afin qu’ils soient conformes à nos projets. Mais si nous sommes nés avec certaines aptitudes physiques et mentales, les réformes sociales pourraient bien être des utopies. C’est le cas précisément de la parité. Les différences entre les sexes font que les mesures visant à instaurer une parité rigide entre les sexes dans tous les secteurs de la vie est une utopie féministe tout aussi néfaste qu’irréaliste.

Les femmes ont en moyenne, un profil d’aptitudes et d’émotions différent de celui des hommes. La compétition économique ou politique n’est pas leur priorité. La supériorité hiérarchique et la perspective de gagner de plus gros salaires les intéressent moins. La plupart des femmes ont des buts multiples dans leur vie et elles souhaitent continuer à s’impliquer dans leur famille, leur communauté, leur vie sociale et privée.

C’est pourquoi, contrairement à l’idée reçue, les inégalités de salaires ne sont pas toujours le produit d’une discrimination1. Beaucoup de femmes acceptent volontiers un salaire moindre pour un emploi qui correspond mieux à leurs attentes : travailler avec des gens qu’elles respectent, accomplir des activités socialement utiles, bénéficier d’horaires flexibles. De plus, les métiers qui attirent davantage les femmes, comme l’enseignement ou les soins, ne sont pas les mieux payés, ce qui explique en partie les différences de salaires. Dans le domaine médical, par exemple, on constate que les femmes sont attirées par des spécialités comme la médecine généraliste et la pédiatrie qui sont moins bien rémunérées que celles qui attirent les hommes : chirurgie, pathologie ou radiologie.

L’échec des politiques égalitaristes

L’échec des politiques inspirées de l’idéal égalitariste repose d’abord sur l’idée erronée que les comportements peuvent être façonnés indépendamment de la nature et de la volonté des individus. L’idéal égalitariste de la gauche tend nécessairement à réduire le libre arbitre. En effet, la liberté d’agir selon ses propres projets est à l’origine même des inégalités économiques et sociales que l’État-providence cherche à supprimer.

Ainsi l’intérêt personnel fait que les systèmes économiques compétitifs fonctionnent mieux que les monopoles d’État tandis que le désir de dominance fait que les bureaucraties puissantes deviennent facilement la proie de politiciens autocrates et ambitieux. De même l’ethnocentrisme naturel de notre espèce peut pousser les mouvements nationalistes à la guerre et au génocide.

Mais dire que c’est le mobile de l’intérêt égoïste qui commande les relations d’échange, ne veut pas dire que l’intérêt seul suffise à harmoniser et à pacifier les rapports sociaux. La morale ne disparaît pas pour autant des rapports interindividuels. Cela veut dire que toute tentative d’éradiquer l’intérêt personnel pour le remplacer par une solidarité forcée est vouée à l’échec. Ceux qui continuent à penser que toute caractéristique humaine peut être modifiée par l’impact de « bonnes » institutions sociales ne sont pas crédibles.

Science et morale : attention à la confusion

Si la biologie nous montre que l’homme est naturellement plus infidèle que la femme, cela implique-t-il qu’il soit moins immoral pour un homme d’être infidèle ? Si les pulsions sexuelles sont naturelles, faut-il en conclure que le viol est une bonne chose ? Non, évidemment. Ce type de raisonnement est appelé « sophisme naturaliste » et il consiste à penser que tout ce qui est dans la nature serait bon et que ce qui est inné ne pourrait pas être moralement mauvais.

De même, si le viol est immoral, faut-il penser que la pulsion sexuelle n’est pas naturelle ? Si la fidélité est une attitude vertueuse, faut-il en conclure qu’elle est naturelle ? Bien que, moralement parlant, l’adultère soit coupable, cela n’a aucune incidence sur l’aspect naturel du désir ou du besoin. Un autre sophisme est donc le « sophisme moraliste », qui consiste à penser que si un comportement est immoral, il ne doit pas se trouver dans la nature.

Ces sophismes résultent d’une confusion entre science et morale, entre les faits et les valeurs. L’objet de la science est de décrire ce qui est. La morale se distingue de la science en ce qu’elle produit des jugements normatifs, donc non testables. De son côté, la science produit des constats positifs, donc réfutables. La morale ne peut se fonder sur des assertions réfutables. On ne peut fonder l’idée que les hommes et les femmes sont également respectables sur le fait qu’ils ont le même QI moyen, par exemple. Et inversement, les découvertes scientifiques ne peuvent pas réfuter des assertions morales. En d’autres termes, ce que nous devrions faire ou ne pas faire (selon les normes morales), n’est pas identique à ce que nous sommes biologiquement incités à faire ou à ne pas faire

Conclusion

Cette nouvelle approche de l’esprit humain par la théorie évolutionniste a le mérite de réactiver un certain nombre de questions philosophiques ancestrales sur la nature humaine. Les hommes sont-ils fondamentalement bons ou mauvais ? Sont-ils naturellement égoïstes ou altruistes ? Sont-ils des animaux sociaux ? Sont-ils des individus rationnels qui ne cherchent qu’à maximiser leur utilité ? Si l’inné et l’acquis façonnent nos caractères et déterminent notre destin, quelle est la part exacte de chacun ? Avons-nous une volonté libre ? La moralité est-elle innée ou acquise ?

La nouvelle synthèse darwinienne nous permet de mieux comprendre quelles sont les inclinations naturelles et universelles que nous pouvons tenir pour raisonnables et celles dont nous devons au contraire nous méfier. De même que la science économique, nous éclaire sur les moyens nécessaires à l’accomplissement de nos fins, la compréhension de la nature humaine, envisagée à la lumière de la théorie de l’évolution, peut nous aider à mieux discerner la viabilité et les coûts de nos décisions politiques.

L’idée que l’homme est un produit de l’évolution permet également de rejeter l’utopie d’un perfectionnement indéfini de l’homme par la révolution, par des changements sociaux ou par l’éducation. Ce que nous apprend la nouvelle biologie, ce n’est pas que tout serait déterminé, c’est que le relativisme culturel n’a aucune base scientifique.


Publié initialement sur 24hGold.

  1. Warren Farrell, Why Men Earn More: The Startling Truth Behind the Pay Gap. Voir aussi cet article du Wall Street JournalThere Is No Male-Female Wage Gap. À lire aussi, en français : Égalité homme-femmes : de qui se moque-t-on ? par Cécile Philippe.
Voir les commentaires (62)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (62)
  • L’eugénisme a toujours été une des doctrines clés des socialismes, dont l’exemple le plus célèbre est celui du national-socialisme nazi. Le socialisme français marche sur les mêmes brisées, tout en se proclamant anti-totalitaire, ce qui est un comble.

    • L’eugénisme est une doctrine née au Etats Unis et qui n’a rien avoir avec le socialisme. Elle est d’ailleurs plutôt relié à la droite plus ou moins religieuse de l’époque. Kellogg par exemple était un important membre de ce mouvement.

      • Au contraire, l’eugénisme c’est du socialisme à l’état pur ! La négation de l’être humain pour le formater par tous les moyens possibles à une vision de la société. Cela commence par les lois, la modification du patrimoine génétique sera de toute façon, effectuée de force par l’Etat.

        • Faite une recherche rapide sur qui était Kellog et vous verrez. En réalité l’eugénisme est bien plus relié au libéralisme que vous ne le pensez. Toutes la frange américaine blanche libertarienne suprémaciste est plus ou moins eugéniste. Le dernier courant à la mode est pour un monde dirigé par des informaticiens blanc de génies(en gros, j’ai le liens techcrunch si vous le souhaitez).
          Ensuite pour al modification du patrimoine génétique par l’état. Ça ferait un beau film de sciences fiction. Remarquons quand même qu’ aux US on essaye d’obtenir des brevets sur du code génétique comme Monsanto. Ce qui est déjà une forme de dépossession de l’individu.

          • Il y a des céréales que je n’avale pas. Désolé.

            L’eugénisme, c’est bien le socialisme. On l’a vu avec l’Allemagne nationale-socialiste.

            Le libéralisme prend l’individu tel qu’il est sans qu’un brevet reconnu et protégé par l’Etat ne soit nécessaire.

            • Voici le liens http://techcrunch.com/2013/11/22/geeks-for-monarchy/ .C’est en anglais.
              Pour ce qui est du national socialisme il ne vous aura pas échappé que c’est la synthèse de thèse d’extrême droite et d’extrême gauche comme son nom l’indique NATIONAL et SOCIALISME. La branche eugéniste vient de la droite, la branche de gauche c’est l’état omniscient et les allocations… Le courant de gauche fut éliminé en partie pendant la nuit des long couteaux.

              Chez les libéraux américain il y a toujours eu des suprémaciste blanc. Lincoln leurs a fait face. A cette époque le parti républicain représentait plutôt la gauche

            • Cédric,

              Vous avez raison, il ne m’a pas échappé que le national-socialisme est la synthèse de l’extrême droite et du socialisme. Tout comme Hayek a démontré dans la route de la servitude, que le socialisme menait tout droit à l’extrémisme, il ne m’a pas échappé qu’en France, le FN ne faisait que quelques pourcents dans les années 1970, et que Mitterrand et son socialisme ont sorti le FN de l’ombre.

              Tout comme il ne m’a pas échappé qu’avec l’immobilisme de Chirac et le socialisme de Jospin, le FN était au 2nd tour de la présidentielle de 2002. Tout comme il ne m’a pas échappé que la montée du FN grâce au socialisme actuel, fait la part belle au FN en ce moment. Non, ça ne m’échappe pas que le socialisme incarne la dictature et l’eugénisme.

              S’agissant du libéralisme, si vous saviez ce que c’est, vous changeriez vos arguments. Je ne vois pas le rapport entre votre lien et le libéralisme…

            • Quand on regarde l’oeuvre fleuve de Marx on trouve pas spécialement de trace de racisme. On ne peut pas dire que le racisme est vraiment fait parti du corpus de la gauche. A droite il y a toujours eu un mouvement chrétien intégriste qui était pour qu’on s’en tienne à la bible où tous les hommes sont fils de Dieu, et un mouvement plus moderne voulant façonner la société. Avant Marx la gauche était libéral/républicaine. L’extrême droite naît avec la démocratie donc ça me semble pas juste de l’attribuer aux un plutôt qu’au autres. Et surtout le programme de la droite c’est gauchisé dans les année 80. Il y a donc eu plus de place pour les l’extrême droite.

            • Cédric,

              Le racisme est l’oeuvre du collectivisme. Ayn Rand l’a très bien démontré.

              En une phrase : c’est le fait de juger un individu à partir de ses origines, et non à partir de ses paroles et ses actes.

            • Ayn Rand n’a pas un passez très clair vis à vis du racisme et le moins qu’on puisse dire c’est qu’elle n’a pas accompagné le mouvement des droits civiques. Ce que l’on aurait pu attendre d’elle.
              J’observe qu’elle était à l’époque ou ça démarré favorable à la colonisation des juifs européen d’Israel en justifiant que les arabes sont des sous hommes incapables d’être libéraux. Je vois pas trop comment on peut soutenir la spoliation étatique, lorsque l’on est libéral.

              Le racisme c’est essentiellement une « théorie » scientifique comme l’eugénisme. A l’époque il existait de la science pour tous les goûts. On a longtemps prétendu tout a fait sérieusement que la masturbation rendait sourd et autres…
              Le racisme vient plutôt d’Europe il a été théorisé par de TRES grands biologistes comme Buffon. Il a totalement contrefait l’autopsie de la Vénus Hottentote par exemple(c’est très bien documenté).

              Le racisme n’a vraiment rien à voir avec le socialisme désolé.

            • Vous devriez changer de lecture que vos ragots de socialistes. Ayn Rand pas très clair vis-à-vis du racisme ? Cela prouve votre profonde méconnaissance de l’auteure. Vous devriez prendre vos sources ailleurs que chez les gauchos illettrés palestiniens !

              « la colonisation des juifs » ? La mauvaise foi socialiste jusque dans le choix de vos mots… (Outre la méconnaissance de cette partie de la géographie et de l’histoire).

              Je ne comprends pas que vous cherchiez à nier l’évidence : le socialisme mène tout droit à la dictature, il oppose les individus les uns aux autres. Le socialisme oppose les races entre elles, le socialisme est le racisme. Je vous rappelle que la totalité des électeurs du FN sont des collectivistes : les nationaux contre les étrangers.

              Bref, votre dogme socialiste est un danger pour l’humanité.

            • « When you have civilized men fighting savages, you support the civilized men, no matter who they are »
              http://www.aynrand.org/site/PageServer?pagename=media_america_at_war_israeli_arab_conflict
              Le projet d’Israel n’est il pas de proposer au juifs européen ayant subit l’extermination une terre? Le drapeau d’Israël c’est une étoile de David. Il existe une myriade de religion ayant pour épicentre Jérusalem et elle ne figure nul part sur le drapeau. Expliquez moi donc ce que c’est si ce n’est pas une colonisation? Les juifs ont ils achetés ces terres à leurs propriétaires? Et c’est moi qui suis socialiste après….

              Les mots on un sens et collectivisme signifie la nationalisation des moyens de production vous m’indiquerez ou vous avez lu ça dans le programme du FN.

              Fondamentalement vous en répondez jamais a aucun des argument que j’ai posé. J’imagine que l’insulte est pour vous la forme la plus sophistiqué de la pensé…

            • Cédric,

              Je réponds à vos arguments (lorsqu’ils en sont…). Un dogme n’est pour moi, pas un argument.

              Lorsque vous dites que le collectivisme signifie la nationalisation des moyens de production, et que vous ne le voyez pas dans le programme du FN (auquel vous pouvez ajouter programme du PS…) Moi, je le vois très bien : lorsqu’un Etat laisse la propriété des moyens de productions, mais réglemente à un tel point que finalement, les propriétaires n’ont pas le droit de faire ce qu’ils veulent de leurs biens, on est dans un régime collectiviste. Le programme du FN, c’est du socialisme avec le coté raciste affirmé.

              S’agissant d’Ayn Rand, votre phrase est bien la preuve qu’elle a raison. Le collectivisme nous fait juger les individus sur leurs origines. Le racisme est donc bien la forme la plus abjecte et la plus brutalement primitive du collectivisme.

              S’agissant de ce que vous appelez « colonisation », outre l’arrivée pour imposer un régime politique, religieux… Il faut voir à qui appartient le territoire en question pour qu’il y ait colonisation. Ce sujet pourrait faire l’objet d’une étude complète, et honnêtement, ce n’est pas en trois commentaires qu’on expliquera les choses.

              Néanmoins pour réfléchir au sujet (et ce sera pour ma part, mon dernier commentaire sur ce sujet qui n’a pas grand-chose à voir avec l’article, et qui me semble bien insoluble), il y a au moins trois points à réfléchir :

              1. Au regard du droit de propriété, la difficulté tient en ce qu’il faut approfondir le sujet pour voir comment était reconnu et garanti ce droit. Je ne l’ai jamais fait, et même si cela ne m’intéresse pas trop, je doute que ce soit faisable de manière incontestable.

              2. A défaut de droit de propriété clair, pour savoir s’il y a colonisation, il faut voir qui était préalablement sur le territoire. Ce territoire était sous mandat britannique (donc pas autre chose)… Mais avant ?

              3. Lorsque la réponse sur le fait de savoir qui était sur ce territoire en 1er aura été trouvée (inutile de s’arrêter à 1948, c’est un travail d’historien), vous devriez savoir à qui ce territoire pourrait appartenir. Si vous pensez que les hébreux chassés de leur territoire l’avaient perdu, je vous répondrai la même chose s’agissant des frontières de 1973 lorsqu’Israël s’est fait agresser et a élargie ses frontières. De plus, je vous rappelle qu’il y a eu restitution à l’Egypte dans le cadre de négociations pour que l’Egypte reconnaisse l’Etat d’Israël.

              Ce sujet est bien trop complexe pour imaginer avoir raison en petit commentaire. 🙂

            • Ce que je remarque c’est que pour Israel comme Ayn Rand vous soutenez un état alors que moi je défend le droite de propriété. Ensuite, ceux qui vivait en Israel n’était palestinien, parce que cet état est né après. Toujours est il qu’il avait le droit de posséder leurs maisons. Israel n’a pas été inventé après la guerre. Les demandes des juifs(mouvement sioniste) ont été faites bien avant car la situation en Europe était déjà très difficile.

              Le FN a été libéral pendant la période Reagan. C’est Marine Le Pen qui a tourné cette page. Alain Madelin qui a pris ses distances avec le racisme du FN en est un exemple. Patrick Devedjian qui reste très à droite en est un autre. Ils sont assez nombreux.
              Votre avis sur le socialisme n’est pas très original pour ce site. Je tiens juste à ne pas tout mélanger.

            • @Cédric
              Non le racisme n’est pas une invention européenne, quelle énormité !
              Lisez Revel sur les Hutus et les Tutsis (bien avant le génocide), ou documentez-vous sur la traite arabo-musulmane des Noirs (tous castrés !), etc.
              Sans racisme les ethnies n’existeraient pas et la science des sociétés humaines ne s’appellerait pas l’ethnologie. Le racisme est plus qu’anthropologique, il fait partie du fonctionnement de la vie même.

              Ce qui relève du dogme, c’est, au contraire, l’unité du genre humain, qui étend à toutes les races humaines l’égale dignité de tous, du débile mental au génie, devant (et aux yeux de) Dieu.
              Si le concept de Dieu a une spécificité, c’est bien celle de mettre tout le monde à égalité !

              Ce que vous prenez pour l’invention du racisme ne fut que l’étude scientifique de la question, ou la formulation de discours racistes pseudo-scientifiques.
              Mais la preuve de quoi que ce soit dans ce domaine reste évanescente (en partie à cause du socialisme et du tort causé aux Noirs par son racisme inversé, cf. Thomas Sowell).

              Selon moi le socialisme est ici infiniment plus dangereux que l’excès de patriotisme (et leur mélange explosif !) à cause de son constructivisme et de son matérialisme.

              Le constructivisme est l’ambition d’améliorer l’expérience humaine, la société humaine, par la contrainte d’État, le politicien étant au peuple ce que le potier est à la glaise (http://bastiat.org/fr/propriete_et_loi.html).
              Cette ambition a produit et produira les pires bains de sang, chaque fois qu’elle identifie une catégorie humaine comme un obstacle aux lendemains qui chantent.
              Selon moi l’holocauste est bel et bien le produit du socialisme et non du nationalisme, tout comme le génocide vendéens, l’holdomor, le grand bond en avant et autres oeufs cassés au nom de la fameuse omelette.

              Le socialisme, nationaliste ou internationaliste, détruit au mieux à petit feu, quand les socialistes sont patients – ce qui n’est pas leur fort ! Bien sûr les socialistes actuels restent opposés à l’eugénisme et pleins de bons sentiments pour les plus faibles, mais l’objectivité oblige à constater que leur matérialisme et leur égalitarisme, logiquement, militent pour l’eugénisme (‘avortement systématique des trisomiques …)

              Quant au libéralisme, étant fermé au constructivisme et ses lendemains qui chantent, il est indifférent à l’existence de différences entre sexes et races. C’est un de ses nombreux points communs avec le christianisme (d’ailleurs la primauté de la liberté pour tous me semble bien difficile à concilier avec le matérialisme).

  • L’histoire des mouvements féministes est très circonstancielle et géo-culturelle.
    Des temps – révolus – du patriarcat où la femme était culturellement perçue comme génitrice et « sous-espèce » issue d’une des côtes mâles d’Adam, nos idées ont fortement évolué. La rivalité est née.
    Lire (en vitesse ? ) : http://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_du_f%C3%A9minisme ou encore dans un genre gaucho-militantisme : http://www.causecommune.net/publications/ruptures/2/siecles-occultes-une-breve-histoire-de-la-revolte-feministe

    Depuis les années ’50s tout ceci a notablement changé ; n’a cessé de s’accélérer. Sous une double influence syndicale et de particratie (obscures), tout semble tenir à une « exploitation des femmes et de la société par quelques-unes d’entre elles, hautement frustrées et quêteuses d’électorat ». Suffit d’observer la forme et l’argumentation de ces prétendues « modernistes » et leur positionnement politique !

    La tendance n’est pas à la réduction. Que du contraire, en remettre une couche avec appui sur les médias de lectorat hautement féminin ajoute à l’embonpoint culturel. Les mêmes se souciant à peine du statut de la femme étrangère au Maghreb, en Afrique, au Moyen-Orient et ailleurs (hors de leur portée d’activistes).

    Ma femme et moi soutenons celles et ceux qui combattent la maltraitance des femmes ici et à l’étranger.
    NB : mariés et parents, ma femme et moi partageons les tâches et activités, librement, sans frustrations. Madame porte élégamment tailleur et pantalon !
    Donc que d’aucun / d’aucune – bornés – ne s’avisent pas de flinguer notre observation commune au titre d’un présumé commentaire « macho » …

  • Et oui, les libéraux ne sont que des conservateurs cachés, qui ne font que défendre l’ordre établi au détriment d’une société qui ne pourrait qu’être meilleure sans leur existence néfaste. Ce blog démontre qu’il ne fait que défendre les intérêts particuliers de quelques individus égoïstes et jaloux de leur suprématie sociale, qu’ils essaient de conserver coûte que coûte.

    • Je m’estime comme raisonnablement libérale(comprenez je conteste toute forme d’état). Je suis en désaccor total avec ce qui est dit dans le texte parce c’est scientifiquement faux. C’est d’ailleurs tellement faux que l’auteur n’a pas pris soins d’envoyer les référence d’étude qu’il prétend cités. J’observe aussi qu’il passe sur le caractère « naturel » de l’homosexualité qui a été observé chez des tas d’espèce animal en milieu sauvage.
      Mais ce genre de discours est tenu dans de très nombreux cercle assez largement ignorant de la science contemporaine. Mais je le pardonne comme je pardonne à ceux qui croient en toujours plus d’état…..

      • « Je suis en désaccor total avec ce qui est dit dans le texte » : puisque vous êtes en désaccord total avec ce texte, vous considérez-vous plutôt naturaliste ou plutôt moraliste ?

        • Je me contente de mettre la science dans la science. La morale n’a vraiment aucun rapport avec la science. Il y a par exemple des études sur l’altruisme chez les singes mais ce n’est pas moral, ça cherche à savoir si des animaux peuvent avoirs des schémas de pensés complexes désintéressés. On sait que les singes mentent mais on sait aussi qu’ils n’arrivent pas à mentir dans la perspective du gain. Ce qui chez l’homme coule de source. Ou est la morale dans tout ça….?
          J’ai mes croyances et convictions personnels. J’ai la lucidité de croire qu’un monde gouverné par ma luxure pourrait vous déplaire. C’est pour ça que je m’en remet à la science non pas pour gouverner(je suis contre l’état) mais pour faire des choix.
          Je l’ai déjà dis la bataille contre le constructivisme n’a aucun sens. Ceux qui aiment l’hérédités devait s’émerveiller que de nombreuses structures sociales s’héritent et pas chercher la pierre philosophale de la nature humaine.
          Je n’ai évoqué que la biologie animal mais les paradoxes sont encore pires dans la biologie végétale ou les fusions entre « individus » sont possible.

    • à sa naissance, le mouvement libérale était tous sauf conservateur, il était au contraire progressiste, voir révolutionnaire.

      • Progressiste, sûrement pas, le progressisme est un constructivisme.
        À mon avis libéraux et socialistes ont lutté de concert contre les privilèges héréditaires ou l’esclavage, mais pas pour les mêmes raisons.
        La liberté et l’égalité peuvent avoir des causes communes, cela ne change pas qu’elles sont contradictoires.

        Il est absurde de voir du conservatisme dans le libéralisme ou le socialisme.
        La prudence n’est pas un objectif en soi.

    • « les libéraux ne sont que des conservateurs cachés, qui ne font que défendre l’ordre établi au détriment d’une société qui ne pourrait qu’être meilleure sans leur existence néfaste. »

      Ha ha ha… Collector !
      Oui vraiment, l’ordre établi est tellement satisfaisant pour nous, immondes libéraux, que nous en sommes le rempart ultime, c’est bien connu. Et sans notre emprise résolument néfaste sur la société, ce pays baignerait depuis longtemps dans un paradis socialiste…

      Hem… Vous devriez éviter les hallucinogènes franchement.

    • Et les marxiens veulent abolir cet ordre pour en mettre un nouveau bien plus rigide, instaurant ses propres tabous et bien pire parce qu’en lutte constante contre le genre humain.
      Lutter contre le réel a un coût en ressources et en énergie non négligeable…

    • Ha ha ha ha ha ha ! Merci pour ce moment de franche rigolade Marxia ! Il parait qu’ils mangent des enfants aussi ces salauds de libéraux !

  • Les dites inégalités que l’auteur attribue à la nature sont largement le fait des probabilités. En probabilité la règle c’est d’avoir une réponse par oui ou par non l’exception étant une troisième voie. Alors que dans des théories déterministe, si on cherche si A est la cause de B la réponse est généralement non l’exception est oui(on parle alors de découverte) et il n’y a pas d’indétermination. si
    Faites vous faites deux série de lancés de dés la règle sera d’avoir deux séries différente et l’exception qu’elle soient identiques. Prenons l’espérance de vie américaine. Elle recule. Est-ce que cela veux dire que les conditions de vie aux US se sont dégradés?Non.
    Le fait que les inégalités homme femme se réduisent contredit assez largement le fait que celle ci soient naturelles.

    • que les inégalités homme femme se réduisent est le fait des probabilités ou de l’eugénisme socialiste ?

      • Si par eugénisme vous entendez action de l’état pour favoriser l’égalité, ce n’est pas « l’eugénisme » qui fais avancé l’égalité. Dans les pays scandinaves leurs politique n’a pas changé grands choses en terme de condition ou de salaire. C’est surtout la SOCIETE qui a changé.
        Esther Duflot l’économiste la plus reconnu dans la lutte contre la pauvreté c’est exprimé plusieurs fois sur le sujet. Des petits malin étaient persuadé qu’il fallait donner les allocations aux femmes plutôt qu’aux hommes pour permettre l’éducation des enfants. Elle a montré que ça n’avait aucun lien. Et que même le filles étaient autant scolarisé par les mère que par les pères.
        Ce que les gens comprennent pas c’est que c’est pas parce que la nature humaine n’existe pas que l’on peut manipuler les comportements. Les inégalités se réduisent parce que les ajustement de chacun dans la vie vont vers plus d’égalités. Et qu’il y a beaucoup plus d’homme aujourd’hui qui sont prêt à être dirigé par des femmes, employer des femmes dans des secteurs sensibles. J’ai envie de dire que les gens préfèrent NATURELLEMENT l’argent au conservatisme….

        • Ce n’est effectivement pas l’eugénisme socialiste qui fait avancer l’égalité. Maintenant, l’égalité n’est pas une fin en soi.

          Si une diminution de ce qu’on appelle « inégalité » peut être constatée, elle ne serait due qu’à l’émancipation des individus en question par leur volonté de choisir leurs actions.

          Pour ce faire, seul le libéralisme apporte cette émancipation. Après, il y a réduction d’inégalité ou pas.

          Je ne vois pas ce que vous voulez dire par « nature humaine n’existe pas » ?

          • Ça veux dire que ce problème est mal posé. Dans la partie un du post de l’auteur je donne des tas de faits qui contredisent l’existence d’une nature humaine.
            Il y a par exemple la fusion des caractères innés style blanc noir. Un homme blanc ayant un enfant avec une femme noire n’aura pas un enfant noir ou un enfant blanc mais d’une teinte généralement à mis chemin. Si dans votre thèse de nature humaine, vous dites que la nature c’est qu’il y est des blanc et des noirs, que fait on des métisses? C’est même plus vicieux que ça parce que chez certaines espèce on voit l’apparition de tache blanche ou noire… Il faudrait donc introduire tout ce qui est produit dans le « naturel ». Ce qui une génération après vous donne un naturel différent (métisse, noi,blanc) du premier(noir,blanc).

            La nature c’est sensé avoir un caractère un peu fixé aujourd’hui vous aimez le café et que demain vous détestez on peut pas appeler ça votre nature.
            Vous ne trouverez pas de sciences durs non relativiste. Et c’est dans un efforts de remettre un peu de science dans les sciences sociales que l’on y a mis de l’évolution.

            • Cédric,

              Qui vous a dit que dans la nature humaine il n’y aurait que des blancs ou des noirs ? Et les asiatiques, vous les rangez dans quelle catégorie ?

              Je ne sais pas si votre confusion est volontaire ou non, mais je ne vois pas le rapport avec l’article. Dire qu’il existe une nature humaine, signifie qu’il existe des individus de différentes races, métisse ou non… Les théories conneries du style eugénisme, théorie du genre et autre relativisme culturel n’ont aucune base scientifique. C’est tout.

            • C’est juste un exemple, historiquement on a voulu faire de la couleur de peau un critère de nature. Et ça fonctionne bien parce que c’est simple.
              Il existe aussi des formes de chimèrisme ou fusion. Entre espèce différentes et entre individus de la même espèce. Deux faux jumeaux peuvent fusionner dans le ventre de leurs mère. Les mitochondries présentent dans chaque cellules de notre organisme sont le résultat d’une fusion.

              Que mettriez vous dans la nature humaine?

            • Laissez les mitochondries tranquilles. Elles sont présentes dans les cellules germinales de la mère, puis après maturation dans l’ovocyte et resteront présentes dans l’ovule fécondé. Vos mitochondries sont les descendantes des mitochondries de votre mère, elles même descendantes de celles de sa mère etc…

            • Je n’ai jamais dis le contraire. Ce que j’ai dis c’est qu’elles ont leurs reproduction propre. Et forme de fait une entité vivante à l’intérieur du corps humain qui n’est pas généré par l’ADN du noyau de la cellule. Et donc n’est pas de nature humaine comme les parasites qui vive dans les intestins(faunes intestinales). Le fait qu’elles se trouvent à l’intérieure même de chaque cellules est du chimèrisme renseignez vous. Ça serait du parasitisme si c’était à l’extérieur du corps.

            • Que les mitochondries participent à la cellule en tant qu’organite original, nous sommes d’accord. Que ce soit une chimère avec la cellule humaine, c’est une hypothèse plausible mais c’est loin d’être prouvé. C’est un organite extrêmement ancien (on le trouve dans pratiquement toutes les cellules (mammifères, oiseaux,….). Ceci dit, vous pouvez très bien déterminer génétiquement de quelle espèce elle vient (elle a donc une nature et des particularismes humains). On s’en sert pour mesurer les distances génétiques entre les populations par les lignées féminines.

            • Chimerisme: »En génétique, une chimère est un organisme, animal en général, formé de deux (ou plus) populations de cellules génétiquement distinctes. »
              Nos cellules abritant un « animal » étranger distinct, c’est bien du chimerisme. Ça n’a rien d’une hypothèse c’est une définition. C’est un conférence sur le chimerisme à la cité des sciences. La troisième partie à pour titre : »LE CHIMERISME DES CELLULES DONT LES MITOCHONDRIES ». Je vous invite à l’écouter cette partie.
              http://www.cite-sciences.fr/fr/conferences-du-college/mediaconf/c/1248136534823/-/p/1239022827697/seance/1248136063746

  • Ce qui me fait rire avec ceux qui défendent l’idéal d’une société où les hommes retrouveraient leur virilité d’antan et où les femmes retrouveraient leur gentilesse liée à leur instinct maternel et aspireraient à moins d’émancipation, c’est qu’ils sont persuadés qu’il y aurait moins de misère sexuelle dans une telle société, alors que c’est probablement l’inverse qui est vrai : il est vain que dans une société les hommes puissent, davantage que les femmes, multiplier les conquêtes si dans cette même société les femmes qui cèdent fréquemment aux avances des hommes courent le risque d’être méprisés par tout le monde, et que par conséquent dans cette société les femmes préfèrent se réserver pour le prince charmant (qui ne viendra jamais) ou refuser de tromper leur mari (avec qui plus les années passent plus elles s’ennuient.)

    • Mais surtout si on augmente le nombre de partenaire masculin, et diminue le nombre de partenaire féminin ce qui se passe c’est que toute une partie des hommes n’aura pas accès au sex. Et seront surreprésenté les plus riches essentiellements.
      On vie une très belle époque de sex pas cher je vois pas pourquoi on devrait chercher à faire augmenter le prix façon interdiction de la prostitution ou façon abstinence des femmes.

  • « Si la biologie nous montre que l’homme est naturellement plus infidèle que la femme »

    Plait-il?

  • Cette idiotie sous-jacente est toujours là : comment croire que l’évolution est encore possible de nos jours ?
    En tout cas sous quelques formes darwinienne.

    Et si la part de l’inné ou l’inclus dans le package de base était le reflet de la nature première de l’homme ?
    Celle qui nous lie au temps, qui nous offre le don de « perspective temporelle », celle qui nous caractérise dans monde n’est-elle pas la source d’une partie souvent reniée de notre être (celles de la version de base) ?
    Cela peut éclairer certaines erreurs magistrales faites quotidiennement par l’homme et ses constructions absurdes et enfantines.
    Comme lecture mathématique sur la science de l’homme, je vous conseille A. Korzibsky

    • « Cette idiotie sous-jacente est toujours là : comment croire que l’évolution est encore possible de nos jours ? »

      Les principes de la sélection naturelle sont toujours d’actualité. Certes il n’est pas question de disparition mais seulement de position dans l’échelle sociale; autrement dit le Darwinisme dans nos société génère une stratification sociale de plus en plus marquée et inéluctable.

      • Ce n’a plus rien de darwinien, c’est une sélection artificielle, aucunement naturelle. De plus cette soi-disant sélection est toujours basée sur des erreurs fondamentales (de par leur fondements) véhiculée par les absurdités politiques, philoso… (j’ose pas), et autres raisons inadaptées.

      • Je ne crois pas que les « plus haut » dans la société se reproduisent davantage.

        • @Willy et Bobjack, Tout simplement les mieux adaptés et/ou les mieux naturellement dotés soit par leur environnement soit par leurs facultés physiques et intellectuelles vont se positionner sur l’échelle sociale.
          Ce positionnement sera une confirmation de la position de leurs parents ou une montée.
          Or le QI comme d’autres aptitudes transmissibles donc innées et le principe de reproduction sociale quand celui-ci est favorable font qu’au fil des générations nous auront une stratification sociale.

          • On a jamais remarqué le QI était transmissible ou inné… Mais surtout le QI n’existe pas. Quasiment aucune institution ni entreprise fait des test de QI. Pourtant on pourrait penser que cela leurs serait utile juste à titre informatif. Ça n’a jamais rien donné. Les autistes Asperger étaient considérés comme débile il y a 30 ans. Maintenant que l’on a compris comme procéder pour les éduquer et qu’ils font des miracles on affirme qu’ils ont un QI supérieure à la moyenne….

            • Informez-vous, il est largement admis aujourd’hui que le QI est bien pour partie d’origine génétique même si cela peut choquer certains il en est de même pour d’autres caractéristiques qui définissent l’individu. Cela n’a rien de surprenant si on considère justement les principes de l’évolution.

              A titre d »exemple, regardez autour de vous objectivent, vous verrez des enfants de profs fairent de longues études, des enfants d’ingénieurs rentrer dans de grandes écoles et vous pensez que l’environnement en est la seule explication ?

            • J’ai fais des math j’ai pu voir des élève qui ont eu 20 à l’agreg(bon allé 19) qui toujours été fort. Mais le QI est trop simple pour expliquer l’intelligence. Ce qui fait que quelqu’un a ce degré d’excellence est assez largement inconnu. Je pense que vous n’accepteriez pas une mesure de l’excellence musicale parce que ça n’a aucun sens. L’intelligence personne ne sait ce que c’est. Dans une interview Laurent Schwartz(médaille fields) explique que pendant sa jeunesse il était complexé parce qu’il mettait du temps à comprendre, parce qu’il lui fallait comprendre les choses en profondeurs. Toutes ces choses pas totalement aux travers de la mesure du QI.

            • Certes le QI ne peut pas avoir la prétention d’évaluer l’intélligence en général, seulement il donne une évaluation des aptitudes utiles dans notre société qui permettra probablement une réussite dans celle-ci.

              Ci-dessous des stats de corrélation entre QI qui parlent d’elles mêmes :

              Vrais jumeaux élevés ensemble : 0,85
              Vrais jumeaux élevé séparément : 0,74
              Entre Parents et enfants bio : 0,5
              Entre parents et enfants adoptés : 0,2

  • Ce texte me paraît plein de notations de bon sens, opposées au flot d’aberrations idéologiques dont l’intelligentsia fait ses choux gras. La négation de la simple réalité physique la plus grossière, qu’il s’agisse des cent millions de morts du Communisme, de la théorie du Gender, ou des âneries du pédagogisme, en est le caractère commun. . .
    Mais pourquoi mêler à ces considérations la proclamation solennelle de dogmes darwiniens à connotation quasi religieuse? La référence scientifique moderne et sérieuse sur le sujet me semble plutôt être l’éthologie et des gens comme Konrad Lorenz et Nikolaus Tinbergen. . .

  • Je suis toujours surpris de voir un tel rejet du féminisme et de l’égalitarisme par certains libéraux… Il existe des mouvements se réclamant de ces principes d’égalité entre individus, qui suivent également les principes du libéralisme ! Je comprends parfaitement qu’il existe une diversité d’opinion parmi les libéraux, certains étant plus conservateurs et d’autres plus progressistes, mais une opposition rigide et bornée au féminisme en invoquant son incompatibilité avec le libéralisme me semble absurde.

    A partir du moment où l’on considère une égalité face à la loi et la justice des citoyens, sans distinction de sexe, de genre, d’ethnie, etc… c’est déjà respecter un principe : « l’égalité entre les hommes et les femmes » et donc faire du féminisme, non ? Pour le reste, toutes les réclamations des féministes ne nécessitent pas une intervention de l’État ou un biais constructiviste ! On peut s’adresser directement au bon sens des individus et les convaincre tout simplement (oui là, c’est utopique, ce n’est pas aussi simple malheureusement) de l’égale valeur d’un homme et d’une femme.

    Oh et un dernier point qui m’énerve bien souvent : assimiler les féministes comme un seul et même mouvement ! Si le principe essentiel est toujours le même, il existe des divergences d’opinion (prostitution, interdiction du voile, image de la femme, etc…), exactement comme chez les libéraux. Lorsque certains se permettent de ne pas faire de distinction, c’est bien souvent pour critiquer sans réfléchir… comme pour les libéraux, non ?

    • Par différence avec les idées (et les idéologies), dans notre monde du réel
      progressisme et égalitarisme sont de la même veine : des termes racoleurs.
      Des outils de militantisme pour … mettre tout le monde dans la même marmite !
      Cessez donc de vous énerver !

      Mélanger la croyance en vos dogmes avec celle de la réflexion selon une doctrine ouverte ?
      Relisez vos classiques …

    • L’égalité face à la loi ne veut pas dire l’égalité entre individus. Certains courent plus vite que d’autres, vous ne pourrez rien y changer. Et quand on veut nier cette réalité, qu’on en arrive à conduire la politique actuelle, on finit par imposer qu’à une finale du 100m on trouve 4 hommes et 4 femmes. Et une telle finale ne vous paraîtrait pas injuste ?

      • Non, car elle est l’oeuvre d’un système qui n’a qu’une considération de genre des individus sans tenir compte de leur volonté ou de leur véritable capacité. Je reconnais le mérite et la différence aussi bien que n’importe quels libéraux, je ne souhaite en aucun cas l’application d’une discrimination positive, d’une parité imposée et irréfléchie… et pourtant je suis féministe ! Car je constate qu’il existe un sexisme sacrément bien ancré dans notre société, qu’il prend la forme du patriarcat et empêche certaines femmes (comme certains hommes) de vivre comme elles le souhaiteraient, à cause de mécanisme de rejet, de soumission, de préjugés, etc… De la part de l’État et de ses institutions : ce que je trouve inacceptable, comme évoqué précédemment. De la part d’individu en leur nom propre : ce que je juge personnellement comme un mal, mais conscient de ne pas incarner une position omnisciente ou divine, je ne pourrais que m’efforcer de les convaincre par la force de mes arguments et non pas par celle de l’État. S’il existe des hommes machistes ça ne regarde comme eux (tant pis, tant mieux, chacun jugera)… sauf s’ils agissent à l’encontre des libertés fondamentales des femmes !

        Pas question donc de rejeter ou nier en bloc les différences entre homme et femme, mais par contre, il s’agit de se demander si ces différences sont le fruit de l’expression de la liberté de ces individus ou si elles proviennent d’un système asservissant les individus à des normes.

        Par conséquent, je suis opposé à l’abolition de la prostitution et à l’interdiction du port du voile : je considère que ces aux femmes de choisir ce qu’elles font de leur corps, de leur image ou de leur mode vestimentaire. Ai-je l’air d’un affreux fasciste voulant imposer au monde ma vision des choses ? Je ne crois pas…

        Par ailleurs, je vous invite à vous renseigner sur les féministes individualistes (I-feminism).

        • Attention c’est trop libéral ce que tu dis!

        • L’opposition au voile n’est pas principalement d’ordre féministe, elle est plutôt islamophobe (=peur de la charia).

          L’existence de préjugés sexistes n’est pas si évidente: Traditionnellement, les femmes étaient presque confinées à la procréation, mais c’était nécessaire, donc la cause culturelle n’est pas avérée.
          Puis la mortalité s’est effondrée et le temps consacré par les femmes à enfanter aussi, donc la culture s’est adaptée aux faits. D’autres techniques ont amoindri l’importance de la force physique et là aussi la culture s’est adaptée.
          Les socialistes veulent croire que le rôle et le statut des femmes a changé grâce à leur intelligence supérieure, qui a vaincu la bêtise du reste de l’humanité grâce à leur prise en main de l’éducation.

          Tel n’est pas mon point de vue: Je crois que la culture occidentale n’est pas misogyne, elle impose aux femmes le nécessaire pour sa survie, sans plus, et diminue ses exigences dès que les réalités le permettent. L’amélioration du statut des femmes provient donc du capitalisme, et non pas du socialisme.

  • Si c’est tous ce que vous avez a apposer contre le féminisme et bien on est mal barré.
    Pourtant détruire et mettre a terre une idéologie sexiste comme le féminisme (quelque soit sont courant) c’est assez simple).
    En partant de la non considération des hommes par l’ensemble de la société (ils meurent 6 ans avant les femmes), représente 80% des suicides, les garçons peuvent être mutilé sexuellement en toute impunité, 95% des morts au travail, paternité imposé etc etc.
    C’est pas les sujets qui manque pour faire botter en touche les féministes.

  • il me semble que les commentaires s’égarent.L’auteur parle de l’esprit humain,donc ni de la couleur de peau,etc…par ailleurs concernant l’eugenisme,eviter des maladies hereditaires(l’interdiction de mariage consanguin,peut etre consideree comme une forme d’eugenisme,en ce sens)n’apparait pas contestable.
    Concernant l’amelioration de l’esprit humain,comme le souligne l’article,n’en connaissant pas grand chose,il est complexe de se projeter dans l’avenir

    • Certaines personnes lisent rarement apres le premier paragraphe avant de commenter.On les appelle des Ejaculateurs d’opinion Precoces

  • splendide appeau a idiots.La subtilite des conceptsmanies par l’article (pourtant tres modere) est a l’evidence beaucoup trop pour 75% des commentateurs qui ne peuvent s’empecher de se vautrer dans le n’importe quoi qui n’a aucun rapport.

  • Bonjour et meilleurs voeux !!

    Alors là je pense qu’il faut agir, la dérive s’amorce.

    Par l’utilisation du constat partiel généralisant, à savoir la non représentation égalitaire femme/homme à tous les niveaux, et en martelant cela sans relâche, on en fait une vérité qui ne peut être, et qui amène l’être humain à ne plus contre dire mais à acquiescer sans dire, en y réfléchissant même plus si cela est vrai ou pas.

    Cette technique est très connue et fait des ravages dans nos sociétés, surtout que cela amène plus à discriminer les uns des autres. Le féminisme à son paroxysme, ne donne rien qui vaille en matière de droits. car au final, le but ultime c’est bien les pleins pouvoirs, et la domination.

    La représentation égalitaire n’est qu’un début, la suite sera qu’on sera relégué au statut primaire de reproducteur sur cette lancée. Tout comme les amazones, elles désirent rien du « mâle » sauf si ce n’est la graine. Vont elles aussi se couper 1 sein quitte à aller au bout de leur bêtise ?

    Je vais mettre 2 liens que je souhaite qu’ils tournerons sur le net autant que leurs martelages propagandiste visant à diaboliser l’homme et angéliser la femme, tout en faisant en sorte qu’une culpabilité d’être un homme naisse dans l’inconscient collectif de la gente masculine.

    En terme de représentation, quand est il des secteurs de l’éducation, de la santé, de la communication, les hommes sont bien largement en sous nombre et là personne ne dit rien. D’ailleurs le secteur de la petit enfance, il n’y a plus d’homme ils ont étaient évincés, sous prétexte que le mâle est par nature pervers et pédophile.

    Voici les liens :

    http://www.youtube.com/watch?v=WyrJoHHVM1E

    http://rutube.ru/video/1fd00ea65858e3854ee66aa5747845de/

    le deuxième on y voit madame la ministre

    Bon visionnage et faites tourner messieurs car contre le constat partiel propagandisme et lobotomisant il faut un son contradictoire.

  • Absolument,l’évolution adaptative est conditionnée par une nature indifférente à l’homme voire immorale(loi naturelle selective du plus fort!etc.)

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Dans un tweet publié vendredi dernier, le célèbre spécialiste de sciences cognitives de Harvard Steven Pinker s’étrangle d’indignation. L’édito du mois d’août de Nature Human Behavour, une prestigieuse revue à comité de lecture publiée par Springer Nature Publishing, lui est désormais haïssable :

Journalistes et psychologues, prenez note : Nature Human Behavior n'est plus une revue scientifique évaluée par les pairs, mais l'exécuteur d'un credo politique. Je n'arbitrerai plus, ne publierai plus et ne citerai plus (comment savoir si les... Poursuivre la lecture

3
Sauvegarder cet article

Faut-il exclure certains biens et services de l’économie de marché au nom de la morale ?

Le débat passionne les économistes, mais aussi les philosophes depuis l’invention du capitalisme, autant dire depuis quelques siècles. Si en France, l’affaire semble entendue, le débat public étant dominé par les critiques socialistes et conservatrices du marché, aux États-Unis, les défenseurs du marché libre continuent de répondre point par point aux anti-libéraux qui ont le vent en poupe.

En 2012, le philosophe Michael Sandel, enseignant à... Poursuivre la lecture

Première partie de cette série ici.

Seconde partie de cette série ici.  

Troisième parie de cette série ici.

 

La fécondité de son scepticisme

Son humanisme se teinte d’un grand scepticisme, ce que traduit sa manière très lucide de concevoir la nature humaine, le devenir historique et l’action politique.

Sur l’homme, il ne nourrit pas de grandes illusions lyriques. On peut résumer sa position par une formule de son ami le ph... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles