Remaniement ministériel : le meilleur gouvernement possible

imgscan contrepoints 2013-2515 gouvernement

Imaginons la composition du prochain gouvernement français.

Par Fabrice Houzé.

Hôtel Matignon

En ces temps d’inéluctable remaniement ministériel, rêvons un peu et imaginons devoir choisir la composition du nouveau gouvernement français. Ne choisissons pas tel un homme politique, plus ou moins lié à ceux qui ont financé sa campagne, plus ou moins obligé de renvoyer l’ascenseur à ceux de son parti, et plus ou moins démagogique avec ses électeurs. Les ministres sont alors nommés de manière absurde, parmi les personnalités en vogue, souvent sans aucun rapport avec leurs compétences

Ne choisissons pas non plus « un gouvernement d’ouverture » comme Sarkozy dans le but de semer la zizanie chez ses adversaires politiques. Mais choisissons plutôt comme procéderait le sélectionneur de l’équipe de France : attachons-nous à obtenir la meilleure équipe possible pour relancer la France. Qui prendre ? Des joueurs qui ont déjà fait leurs preuves évidemment.

imgscan contrepoints 2013-2515 gouvernement

Premier ministre

J’ai d’abord pensé à François Bayrou, homme du milieu, du consensus puisqu’il battrait sans doute n’importe quel candidat au deuxième tour d’une élection présidentielle. Mais la France a-t-elle vraiment besoin d’un arbitre ? Non, elle a plutôt besoin de sortir de la sinistrose ambiante. Le bon choix est donc en toute logique Omar Sy, césar du meilleur acteur (Intouchables) et humoriste (Omar et Fred), qui saura garder le sourire en toutes circonstances. Parce qu’au quotidien, le plus important est que les Français rigolent. Et parce qu’un noir Premier ministre fera beaucoup plus que toutes les politiques d’antiracisme.

Ministre des Affaires étrangères

J’ai d’abord pensé à Gérard Depardieu pour sa formidable capacité à nouer des liens, par exemple avec la Belgique (citoyen d’honneur) ou Poutine. Mais son tempérament risque de ne pas passer partout contrairement au délicieux Stéphane Bern, spécialiste des têtes couronnées et donc diplomate né.

Ministre de la Défense

J’ai d’abord pensé à Didier Deschamps, fin tacticien de l’équipe de France de football. Mais qui de mieux qu’un philosophe, à l’instar de Bernard-Henri Lévy, usera de la force militaire avec parcimonie et justesse ?

Ministre de l’Éducation

Le système éducatif, peu performant, laisse bon nombre des élèves sur le côté de la route. Il nous faut donc un excellent pédagogue, capable de passer l’Éducation au numérique. Jamy de l’émission C’est pas sorcier m’apparaissait taillé pour la fonction, mais Mac Lesggy, présentateur de E=M6, a de plus belles lunettes.

Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche

Les frères Bogdanov ? Euh, prenons plutôt un scientifique aux théories validées par ses pairs comme Serge Haroche, prix Nobel de physique. Juif, né à Casablanca d’un père marocain et d’une mère ukrainienne, il connaît la recette du melting-pot favorable à la recherche.

Ministre de la Justice

Après 20 ans passés dans les dédales des Tribunaux de Grande Instance, autres Cour d’appel et même une procédure d’arbitrage (faillites, affaire VA-OM, affaire Adidas), Bernard Tapie semble être notre homme, maître des arcanes de la justice ! Mais Eva Joly, célèbre juge d’instruction, puis conseillère du gouvernement norvégien contre la corruption, sera plus à même d’appliquer sans faiblir la même loi à tous les citoyens français à travers tous les cercles de pouvoir.

Ministre de l’Intérieur

Zinedine Zidane, footballeur en or, pourrait apprendre aux jeunes de banlieue à utiliser leur tête. Trêve de plaisanterie, Edwy Plenel, journaliste, cofondateur de Mediapart, apportera la transparence nécessaire au plus opaque des ministères.

Ministre de l’Économie et des Finances

Pour réduire notre déficit budgétaire abyssal, Harpagon, le célèbre avare me parait tout indiqué. Malheureusement il n’est pas disponible pour la saison. Confions donc nos finances à Édouard Carmignac, fondateur de la société de gestion éponyme. Créer un hedge fund qui pèse désormais 50 milliards en analysant les chiffres macro-économiques donne un peu plus foi dans la capacité à analyser l’économie que les prédictions actuelles de Bercy à la sauce méthode Coué.

Ministre du Commerce extérieur

J’ai d’abord pensé à José Bové, alter-mondialiste bien connu pour ses actions musclées (démontage d’un McDo, fauchage de champs OGM), mais le commerce demande plus de civilité. Après 8 ans passés au cœur des négociations mondiales, Pascal Lamy, ancien directeur de l’OMC (Organisation Mondial du Commerce), saura défendre les intérêts commerciaux de la France.

Ministre de la Santé

L’obésité devenant un problème majeur de santé publique, le docteur Dukan, médiatique inventeur du régime Dukan, pourrait nous aider contre cette épidémie. Malheureusement il est maintenant prouvé que les régimes participent plus du problème que de sa solution… Un autre problème est la rationalisation d’un système en déficit chronique. Mireille Faugère, DG de l’Assistance Publique – Hôpitaux de Paris, saura s’y attaquer. Elle a déjà entrepris la modernisation d’un groupement hospitalier de 90 000 salariés. Il ne reste plus qu’à l’étendre au reste de l’offre de soins nationale.

Ministre du Logement

Qui a plus œuvré pour le logement que Quechua ? Mais comme dans les trois petits cochons, il faudrait construire un peu plus solide. Alain Dinin, PDG de Nexity, promoteur immobilier est l’homme de la situation. Qui mieux que lui saura débloquer la construction de logements ? Les promoteurs ne risquent-ils pas d’en tirer bénéfice ? Tant mieux, cela voudra dire qu’ils construisent, or il en manque plus de 100 000 logements chaque année.

Ministre de l’Écologie et de l’Agriculture (et non de l’Écologie et de l’Énergie)

Ma copine, professionnelle du développement durable s’y verrait bien, mais nous avions dit « Pas de népotisme ! ». Le débat autour de l’énergie est assez stérile entre partisans du nucléaire et partisans des rejets charbonneux. Alors que Pierre Rabhi, agriculteur, biologiste, fondateur de l’association Terre & Humanisme, nous propose tant d’évolutions souhaitables pour passer d’une agriculture productiviste à une agriculture respectueuse de l’environnement.

Ministre de la Fonction publique

Certes Olivier Besancenot incarnerait sans doute parfaitement la fonction publique, mais pas sa nécessaire réforme. Après 10 ans passés à la présidence de la SNCF, Louis Gallois, haut fonctionnaire, actuellement commissaire général à l’investissement, est probablement la seule personne à la sensibilité assez développée pour mener la réforme du statut des fonctionnaires.

Ministre de l’Emploi et de la Formation

Alors que les chômeurs se comptent par millions, des centaines de milliers de postes ne trouvent pas preneur faute de personnes qualifiées. La formation est donc un outil essentiel de lutte contre le chômage. De mannequin à chanteuse, puis première dame de France, Carla Bruni a un talent clair pour la reconversion professionnelle, mais peut-être un peu trop personnel. En créant avec ses propres deniers l’école 42, dédiée à la programmation informatique, Xavier Niel, fondateur de Free, a pris à bras le corps le problème de la formation professionnelle.

Ministre de l’Égalité des femmes

Les femen ? Un peu trop hard quand même. Alors Caroline de Haas, fondatrice de l’association « Osez le féminisme ! » portera la voix des femmes. Après quelques responsabilités gouvernementales, elle a justement créé une agence de conseil en égalité professionnelle.

Ministre de la Culture

J’ai d’abord pensé à Frédéric Beigbeder, figure culturelle, mais devenue figure cul avec le magazine Lui et le « Manifeste des 343 salauds ». Muriel Robin, actrice, comédienne et metteuse en scène, a sans doute un peu plus le sens des responsabilités.

Ministre des Sports et de la Jeunesse

J’ai d’abord pensé à Nabilla pour sa facilité à communiquer avec les jeunes (allô, non mais allô quoi), mais comme les jeunes ne sont pas tout aussi… jeunes, Yannick Noah, au palmarès sportif et musical épatant, en sera un meilleur représentant.