La vision capitaliste sud-africaine de Nelson Mandela était incomprise par tous

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Nelson Mandela

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La vision capitaliste sud-africaine de Nelson Mandela était incomprise par tous

Publié le 23 décembre 2013
- A +

Par Louise C. Bennets (*). Traduction Marius Nouza/Libre Afrique.

Nelson MandelaL’un des aspects les plus incompréhensibles de la frénésie médiatique autour de la mort de l’ancien président sud-africain Nelson Mandela, était le débat obsessionnel centré sur son appartenance ou non au mystérieux parti communiste de l’Afrique du Sud. L’était-il ou ne l’était-il pas ?

De toute façon, il n’a jamais semblé être un adepte du dénigrement du capitalisme, ayant probablement réalisé de manière intuitive que le communisme pouvait limiter les libertés de la masse aussi bien que celles des riches. Il est resté sceptique sur l’institution d’une guerre des classes. Ce qui est encore plus intéressant, et même pertinent aujourd’hui, est la relation difficile qu’il entretenait avec le capitalisme ou la perception qu’il avait de ce que le capitalisme pouvait être.

De toutes les inexactitudes et mythes qui entouraient l’ancien gouvernement de l’apartheid sud-africain, le mensonge le plus persistant est qu’il était le pourvoyeur du capitalisme occidental moderne. Cette fausse conception provient en partie de la relation de méfiance, mais symbiotique, que le gouvernement de l’apartheid entretenait avec les établissements miniers anciennement détenus par les Anglais. En partie, il provient de son anticommunisme virulent. Dans un monde où l’extrême-gauche est prompte à qualifier toute activité anti-communiste de « capitaliste » cela marche très bien. Pour être juste, le gouvernement de l’apartheid a souffert de cette mauvaise conception qu’on avait de lui.

Mais ce serait un bien curieux pays capitaliste qui aurait encouragé le développement de monopoles nationaux au détriment des entreprises privées. Un pays capitaliste qui restreint l’activité bancaire, qui limite l’activité économique par des mesures géographiques, ethniques et autres mesures arbitraires. Un pays qui impose de lourdes taxes aux petits contribuables pour soutenir un système qui était aussi inefficace qu’injuste. Loin d’être capitaliste, dans le cœur, le système de l’apartheid était fasciste avec tous les traits du système « social-démocrate » des années 1930 en Allemagne et en Italie.

L’Afrique du sud dans laquelle je suis née à la veille des années 80 faisait face à des budgets records et des déficits dans la balance des paiements, aux coûts les plus élevés de l’énergie et de l’électricité dans le monde, à un ‘‘secteur privé’’ concentré et monopolistique. C’était un pays où la télévision a été introduite en 1976, plusieurs années après le reste du monde, à cause des restrictions gouvernementales. HF Verwoerd, le père de l’apartheid, assimilaient avec célébrité, la télévision à la bombe atomique dans toute sa capacité destructrice. Et même après son introduction, la télévision était fermement contrôlée à travers un seul diffuseur national.

Des quotas réglementaient les achats dans les magasins de même que les jours d’achat. Il y avait des contrôles de prix pour une gamme de produits allant de l’essence (gaz) au blé et au maïs. Le marché agricole était lourdement réglementé et les paysans étaient forcés de vendre leurs produits via des ‘‘coopératives’’ détenues par l’État.  La presse étrangère soulignait régulièrement que le pays était ‘‘battu’’ ou ‘‘estropié’’ par les sanctions, mais en réalité tous les problèmes économiques provenait des politiques intérieures.

C’était cette version de ce soi-disant « capitalisme » qui attendait Mandela lorsqu’il est arrivé pour la première fois à Johannesburg en provenance des  zones rurales à l’est du Cap pour travailler comme un gardien de site minier. C’est cette conception du ‘‘capitalisme’’ qui l’a obligé à fermer son cabinet d’avocats parce qu’il était situé dans un quartier réservé strictement aux blancs. C’est de cet environnement  « capitaliste » qu’il a hérité lorsqu’à son arrivée au pouvoir il a trouvé un pays dans un état financier catastrophique. Il n’est pas étonnant qu’il se soit méfié du capitalisme parce que le capitalisme qu’il connaissait était une version abâtardie d’un marché qui était tout sauf libre. Un système qui était truqué au profit d’un petit nombre d’acteurs clés.

Malheureusement, cette vision du capitalisme, qu’on ferait mieux d’appeler ‘‘copinage’’, persiste dans l’Afrique du Sud d’aujourd’hui dans les politiques de l’ANC. Les industries nationales ont été privatisées. Certaines privatisations ont été lancées sur les bourses nationales, mais dans la majorité des cas, des pans importants de l’économie, qu’ils soient privés ou publics ont été simplement remis à une nouvelle élite noire politiquement connectée. Et pendant que certains secteurs de l’économie étaient libéralisés et que la compétition a été introduite, le parti au pouvoir est toujours resté ambivalent par rapport au marché et plus particulièrement dans les secteurs où la libéralisation était nécessaire pour assister les plus pauvres des pauvres, à savoir l’éducation et l’emploi.

Mandela célèbre pour ses discours, soulignait  : « qu’il n y a pas de passion à se contenter d’une vie qui est inférieure à celle qu’on est capable de vivre’’. Ces paroles ne sont pas celles d’un communiste pur et dur. Avec optimisme, une nouvelle génération de sud-africains sera capable de récolter les bénéfices d’un marché qui est libre et dans lequel les règles d’entrée sont justes. À tout le moins, ils apprennent (pour la seconde fois) qu’un gouvernement qui restreint la liberté économique est probablement incapable de sécuriser tout autre type de libertés.

(*) Louise C. Bennetts est directeur associé du département de réglementation financière au Cato Institute (Washington DC). Article initialement publié par le Cato Institute. Traduction Marius Nouza pour Libre Afrique.


Sur le web.

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • Le capitalisme corporatif est la norme dans tous les pays fascistes ou simplement réactionnaires.

  • Le corporatisme c’est LA grande théorie économique de droite. Ajoutons à cela le nationalisme du début du siècle plus le racisme….
    Je pense pas que l’on puisse parler de sociale démocratie dans la mesure ou dans une sociale démocratie il n’y a pas de distinction entre les ouvriers contrairement au corporatisme. Et en Afrique du Sud le social allait surtout chez les blancs.
    C’est malheureux que beaucoup de libéraux pensent que le gouvernement de l’apartheid était « libéral ». Alors qu’il a tout verrouillé.
    L’ANC est vaguement libéralisé l’économie mais a profondément maintenu la structure prédatrice de celle-ci. Le réveille des voisins comme la Tanzanie ou le Botswana va contraindre l’Afrique du Sud au réformes. De plus il y a un très fort mouvement d’intégration économique partout en Afrique. La partie est loin d’être terminée

    • « C’est malheureux que beaucoup de libéraux pensent que le gouvernement de l’apartheid était « libéral » » je ne connais aucun libéral qui pense sérieusement que le régime de l’apartheid était libéral. l’apartheid est exactement l’opposé du libéralisme. même les antilibéraux n’osent pas classifier le régime de l’aparatheid comme un régime libéral. l’afrique du sud sous l’aparatheid était un régime socialiste crée par les syndicalistes blancs

  • l’afrique du sud sous l’aparatheid était un régime socialiste crée par les syndicalistes blancs…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par Sébastien Laye, Barthelemy Blanc[1.Barthelemy Blanc est financier à la BERD.] et Adrien Faure[2. Adrien Faure est étudiant en théorie politique et philosophie à l’Université de Genève.].

Cet article est l'analyse originale qui a servi de fondement à un article paru dans l’Opinion le 13 mars 2017  (« Pour un libéralisme populaire ») par les mêmes auteurs.

Beaucoup de points de vue s’élèvent aujourd’hui pour faire émerger un libéralisme qui se veut populaire. C’est-à-dire une pensée de la liberté qui ne serait pas vue comme un... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

C'est un combattant infatigable de la liberté et de la dignité des Hommes qui vient de s'éteindre au Cap en Afrique du Sud. Desmond Tutu a eu deux vies, celle d'un homme d'église et celle d'un activiste inlassable des droits de l'Homme. Son nom reste attaché à la lutte contre l'inhumanité et les traumatismes du régime de l'apartheid en Afrique du Sud.

Des expériences formatrices

Né en 1931 à Klerksdop en Afrique du Sud dans une famille modeste mais éduquée, il parlait Xhosa à la maison et a été élevé dans la foi anglicane. Il a appris ... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Julien Plouchart.

Il a officiellement mis fin à l'apartheid et libéré l'icône Nelson Mandela: Frederik de Klerk, dernier président blanc sud-africain et prix Nobel de la paix, est mort à 85 ans #AFP pic.twitter.com/QL2FBrR84j

— Agence France-Presse (@afpfr) November 11, 2021

Le dernier président blanc d'Afrique du Sud Frederik de Klerk s'est éteint à l'âge de 85 ans. Ce dirigeant a eu une destinée particulière : alors qu'il fut un homme fort de la dictature sud-africaine des années 1980, i... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles