L’ordinateur portable Gluglug X60 est désormais certifié « Respect Your Freedom » (« Respecte Votre Liberté »)

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
ordinateur

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’ordinateur portable Gluglug X60 est désormais certifié « Respect Your Freedom » (« Respecte Votre Liberté »)

Publié le 21 décembre 2013
- A +

La Fondation pour le Logiciel Libre a diffusé un communiqué de presse en anglais concernant l’ordinateur portable Gluglug X60 désormais certifié « Respect Your Freedom » (« Respecte Votre Liberté »). Il s’agit du tout premier modèle d’ordinateur portable à se voir décerner la certification RYF de la part de la fondation. Nous vous proposons ci-dessous une traduction française en attendant sa mise en ligne sur le site de la FSF. Traduction : april.org.

ordinateur

La Free Software Foundation (FSF) décerne aujourd’hui la certification Respect Your Freedom (respecte votre liberté) aux ordinateurs portables Gluglug X60. La certification RYF signifie que ce produit répond aux spécifications de la FSF en ce qui concerne la liberté des utilisateurs, le contrôle qu’ils peuvent exercer sur le produit et le respect de leur vie privée. Il s’agit du tout premier modèle d’ordinateur portable à se voir décerner la certification RYF de la part de la FSF. Il peut être acheté sur http://shop.gluglug.org.uk.

Depuis 2005, la FSF lançait des appels pour la mise sur le marché d’un ordinateur portable avec un système d’exploitation libre et un programme d’amorçage libre. Elle annonce aujourd’hui que ces appels ont été entendus. « Enfin un ordinateur portable libre respectueux de vos libertés numériques dès sa sortie du magasin », a déclaré Richard M. Stallman, fondateur et président de la FSF.

Le programme d’amorçage (le BIOS par exemple) s’active au moment où l’on allume l’ordinateur ; il est destiné à initialiser le matériel avant le chargement du système d’exploitation. Les fabricants d’ordinateurs ne se contentent pas d’installer des programmes d’amorçage non libres, mais font également en sorte que l’accès aux spécifications et informations matérielles nécessaires à la conception d’alternatives logicielles libres soit particulièrement difficile pour les développeurs.

Lorsqu’un utilisateur achète un produit certifié RYF, il peut être sûr de recevoir un produit dont le programme d’amorçage, le système d’exploitation et la documentation sont sous licence libre, et sûr que le multimédia ne sera pas « noyauté  » par des formats privateurs. De plus, il a l’assurance qu’il n’y aura aucune porte dérobée et qu’il ne partagera pas ses informations personnelles sans le savoir (via des logiciels espions par exemple).

« Cette annonce intervient dans un contexte où les gens font de plus en plus attention au contrôle de leurs données et à la sécurité de leurs communications. Le logiciel privateur, c’est-à-dire non libre, est par nature peu sécurisé, car il retire aux utilisateurs la possibilité de contrôler et de sécuriser leur propre ordinateur, en s’appuyant sur la loi aussi bien que sur des mesures technologiques. Ce nouveau système, complet, fonctionne uniquement grâce à des logiciels libres et il est soutenu par l’engagement de la FSF à faire de son mieux pour assurer le respect de nos libertés et de notre vie privée », d’après le directeur exécutif de la FSF, John Sullivan.

Les ordinateurs portables Gluglug X60 sont des modèles de Lenovo Thinkpad remis à neuf. Gluglug a mis à jour l’ordinateur en y ajoutant une puce wifi moderne, en remplaçant le BIOS privateur par un programme d’amorçage libre réalisé en modifiant Coreboot pour le débarrasser de tout le microcode privateur et de tous les blobs privateurs, et en remplaçant le système d’exploitation privateur Microsoft Windows par un système d’exploitation approuvé par la FSF, Trisquel GNU/Linux.

« L’ordinateur Gluglug X60 est une victoire majeure pour les utilisateurs d’ordinateurs et pour ceux qui soutiennent la campagne pour le BIOS Libre. Non seulement Gluglug a fabriqué une version libre à 100% de Coreboot qui apporte la liberté à chaque utilisateur, mais il a fait en sorte que l’installation des mises à jour soit facile et ludique, ce qui d’après mon expérience constitue une amélioration notable du fonctionnement du portable. J’ai aussi trouvé que, malgré son ancienneté, le Gluglug X60 (qui a quelques années) reste une machine pérenne, plus que capable de faire tourner une distribution GNU/Linux moderne » ajoute Joshua Gay, responsable licence et mise en conformité, directeur du programme de certification RYF de la FSF.

Francis Rowe, de Gluglug, déclare :

Gluglug est très fière d’avoir obtenu la certification RYF et essaiera toujours d’aller au-delà de ce qui est requis. La mission de Gluglug est de promouvoir le logiciel libre d’un point de vue pratique en rendant facilement accessible un système conçu pour une liberté totale. Avec les portables X60 vendus depuis le site, vous avez tout : un programme d’amorçage libre, un système d’exploitation libre, des pilotes de périphérique libres, et des applications libres. Les machines sont aussi pourvues d’une nouvelle carte wifi 802.11n qui est totalement compatible avec les logiciels libres.

Les machines sont fournies avec Trisquel GNU/Linux préinstallé, mais vous pouvez aussi demander à la place l’installation de gNewSense ou Parabola GNU/Linux. Avec le Gluglug X60, vous avez accès au code source de tous les outils utilisés pour créer le programme d’amorçage, avec la documentation. Si vous voulez bidouiller votre machine, vous le pouvez. C’est l’essence même de ce concept.

Vous avez aussi des mises à jour, donc quand Gluglug apporte des modifications conséquentes au microcode embarqué, vous en recevez une copie, accompagnée de la documentation sur la manière de l’installer et de la modifier selon vos besoins.

Un tel projet est spécialement important à notre époque, où de plus en plus de périphériques sont verrouillés avec des chaînes, comme l’amorçage restreint (Restricted Boot), ou contiennent des portes dérobées (backdoors) faisant partie intégrante du matériel. Le Gluglug offre une porte de sortie à ces mauvais traitements.

Pour en savoir plus sur la certification matérielle RYF et sur les détails de la certification décernée aux ordinateurs portables Gluglug X60, ainsi que pour trouver des renseignements sur le code source du matériel, rendez-vous sur http://www.fsf.org/ryf. Les revendeurs de matériel qui désirent se porter candidats à la certification peuvent consulter l’ensemble des critères à l’adresse http://www.fsf.org/resources/hw/endorsement/criteria.

À ceux qui ont besoin d’acheter un autre matériel, la FSF recommande de consulter la base de donnée http://h-node.org, et conseille également de consulter directement les revendeurs qui proposent des ordinateurs portables avec GNU/Linux préinstallé. La FSF demande aussi à ses supporters d’écrire à Intel pour lui demander d’équiper dès le départ les ordinateurs portables avec un système d’amorçage libre, de manière qu’à l’avenir les utilisateurs puissent acheter du matériel flambant neuf respectant leur liberté.

À propos de la Free Software Foundation

La Fondation pour le logiciel libre (Free Software Foundation ou FSF), créée en 1985, est dédiée à la promotion du droit des utilisateurs à faire fonctionner, étudier, modifier et redistribuer des programmes informatiques. La FSF promeut le développement et l’utilisation de logiciels libres – en particulier le système d’exploitation GNU et ses variantes GNU/Linux – ainsi que la documentation libre associée. La FSF contribue également à sensibiliser les gens aux enjeux politiques et éthiques de la liberté d’utilisation des logiciels. Ses sites web, dont les adresses sont fsf.org et gnu.org, sont une source importante d’information sur GNU/Linux. Des dons pour soutenir ses travaux peuvent être fait sur https://donate.fsf.org. Son quartier général se situe à Boston, MA, USA.


Sur le web.

Voir les commentaires (10)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (10)
  • Qu’est-ce que c’est que ce charabia !? L’auteur avait bu ? Il avait pris des substances ?

  • Et on pourra accéder librement a un internet fliqué et censuré de toute part.

    Il y a des combats vraiment essentiels qui se perdent.

  • C’est fort intéréssant, et cela prouve aussi qu’il n’y a pas que les états qui insèrent des cookies liberticides dans nos vies et nos objets. Restons vigilants !

    • personne ne dit le contraire !

    • Personne ne dit que l’espionage du citoyen se limite à des cookies. Si vous réfléchissez un tout petit peu, vous comprendrez que les états ne peuvent insérer des cookies et que c’est par d’autres moyens qu’on vous espionne.

      • Personne n »évoque ici, le fait que des organisation privés espionnent pour leurs intérêts et c’est aussi contre les principes du libéralisme. Personne non plus ne parle de la CNIL qui défend à juste titre nos libertés. Il serait temps que les libéraux adaptent leurs discours à notre époque et avec une véritable volonté de défendre les libertés de l’individu sans idéologie !

        • « des organisation privés espionnent pour leurs intérêts et c’est aussi contre les principes du libéralisme »

          Tout à fait d’accord car cela porte atteinte à la sécurité des personnes et des biens (en plus du respect de la vie privée)

          3 remarques :
          – les cookies ne sont qu’une des nombreuses méthodes utilisées sur le web pour recueillir un maximum d’informations sur chacun de nous.
          – l’écrasante majorité des gens ne trouve rien à y redire (moi si)
          – avez vous remarqué que l’état communiquait les données du fichier des cartes grises aux professionnels de l’automobile, de sorte que nombre de gens mal intensionnés peuvent très facilement connaître votre nom, quel véhicule vous possédez et votre adresse ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Glyn Moody[1. Glyn Moody écrit à propos d'Internet et des logiciels libres depuis 1995. En 1997, il a écrit le premier article généraliste sur GNU/Linux et les logiciels libres, qui est paru dans Wired. Il est l'auteur de Rebel Code : Linux And The Open Source Revolution paru en 2001.]. Un article du LinuxJournal

C’est peut-être parce que beaucoup de développeurs de logiciels libres ont été des marginaux et des rebelles qu'on leur accorde moins d'attention dans les administrations publiques que dans d’autres contextes. Mais c'est ... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Quand on cherche sa route, la majorité des gens se penche sur Mappy ou Google Maps. Je faisais partie de ces gens avant de découvrir Open Source Routing Machine.

OSRM est un service sous licence AGPL qui vous permet de chercher vos itinéraires, entres autres, via OpenStreetMap et sa base de données cartographiques libres.

Il s'agit plus précisément d'un logiciel en C++ permettant de propulser ce service : du bon décentralisé. Si vous voulez proposer ce service depuis votre serveur, c'est par ici.

Pour tester le bousin, j... Poursuivre la lecture