Limitation de vitesse sur le périphérique parisien : la vérité sur la baisse annoncée

Dès janvier 2014, la vitesse sur le périphérique parisien sera limitée à 70 km/h au lieu de 80 km/h. Pour « 40 millions d’automobilistes » cette mesure n’a que des points négatifs pour l’automobiliste.

Un article de 40 millions d’automobilistes.


Baisse de la pollution : principe nul

La préoccupation environnementale fait bien évidemment partie des priorités de « 40 millions d’automobilistes » et la baisse nécessaire des émissions de particules fines doit être prise en considération.

Cependant, les filtres à particules modernes apportent des résultats extrêmement significatifs en termes de lutte contre la pollution. Aussi, la première lutte contre la pollution repose sur le renouvellement progressif du parc automobile national qui entraînera, par voie de conséquence, une baisse extrêmement significative des particules émises par l’automobile. Autre mesure : la mise en place d’une véritable politique de pédagogie en faveur de l’éco-conduite, qui apportera des effets sensibles sur l’abaissement de la pollution.

La pollution au bruit

Cet argument utilisé par le maire de Paris ne trouve aucun fondement dans les études actuellement menées. En effet, cette « mesurette » n’apporterait qu’une baisse insignifiante de 1 décibel selon le CERTU, soit un changement imperceptible pour notre audition selon les spécialistes (voir guide du bruit des transports terrestres du CERTU-ministère des Transports).

En revanche, investir dans les infrastructures routières telles que les enrobés de nouvelle génération permettrait d’abaisser cette fois-ci de 9 décibels la perception sonore et rendrait perceptible le changement.

Avec la modernisation de nos véhicules et équipements pneumatiques, nous pouvons réduire la pollution sonore de 5 décibels.

Sécurité routière

Passer de 80 à 70 km/h, cela n’aura aucun impact sur l’accidentalité sur le périphérique parisien. La mesure relève de l’utopie en journée, puisqu’aux heures de pointes les automobilistes ne conduisent qu’à 30 km/h.

Cette diminution n’est une bonne nouvelle que pour les radars fixes. Ils flasheront les véhicules qui n’auront pas l’habitude de conduire à 70 km/h.

Les risques de la mesure

Avec un abaissement de la vitesse autorisée sur le périphérique, l’automobiliste ne trouvera plus d’intérêt à emprunter le boulevard périphérique en heure creuse et cette mesure pourrait s’avérer contreproductive, puisqu’elle contribuerait à un report de circulation dans Paris intra-muros.
—-
Sur le web