Hollande en Centrafrique

Le regard de René Le Honzec.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Hollande en Centrafrique

Publié le 11 décembre 2013
- A +

imgscan contrepoints 2013-2466

Hollande, chef des Armées, a fait un arrêt surprise à Bangui (c’est la « capitale » de la « Centrafrique ») pour saluer les corps de nos deux premiers soldats tués pour sauver l’Afrique – mais quel est donc l’intérêt pour la France d’intervenir dans ce bourbier ? Les vidéos d’ambiance des quartiers montrent des groupes ethniques accuser les Français de ne pas tirer sur les bons.

Après l’allégresse reviennent les bonnes habitudes, comme au Mali : qui va nous payer l’aide à laquelle on a droit parce qu’on n’est pas fichu de se créer un État de Droit et à le respecter ? À peine avions-nous accorder l’indépendance, étions-nous de retour pour sauver des régions, des États… J’étais au Tchad en 69, en pleine rébellion des Nordistes contre les Noirs du Sud qui avaient les commandes des institutions. Depuis, on y est resté, et on a sauvé Déby à plusieurs reprises, on a sauvé Ouattara, installé divers racketteurs de telle ethnie dominante. Conscient que les auditeurs en ont marre des luttes tribales, les journalistes ont discrètement glissé vers les affrontements religieux. Tu parles, Charles ? Demandez aux historiens, ils vous feront la tableau complet de l’enchevêtrement des ethnies en Centrafrique, qui réclament chacune leur part du gâteau. Et c’est à Hollande de tenir le manche du couteau.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

L’économisme de gauche le plus archaïque est bien parti pour revenir peu ou prou aux affaires et, avec lui, le magistère d’économistes théoriciens non-pratiquants, comme Élie Cohen, réputé faire consensus. L’objectivité et l’omniscience prêtées à ceux-ci par ce dernier reposent depuis longtemps sur un dosage subtil et pourtant largement déséquilibré entre libéralisme et interventionnisme d’État agrémenté d’antinucléarisme « raisonnable ». 

 

Dans cette caste séculairement omniprésente sur les plateaux télé, on trouve le dis... Poursuivre la lecture

Lors de son discours de politique générale, Gabriel Attal a annoncé deux milliards d’euros de baisses d’impôts pour les classes moyennes, financées par la solidarité nationale.

En langage courant, cela signifie payé par les riches. Les classes moyennes ne devraient pas se réjouir trop tôt : François Hollande avait déjà opéré ce type de transfert fiscal au début de son quinquennat et pour lui, être riche commençait à 4000 euros par mois. Le jeune Gabriel Attal était à cette époque membre du cabinet de Marisol Touraine. Le fruit ne tombe... Poursuivre la lecture

Par Victor Fouquet. Un article de l'IREF

Après l’Assemblée nationale le 5 juin, le Sénat a, à son tour, rejeté le 3 juillet les deux projets de loi de règlement du budget et d’approbation des comptes pour les années 2021 et 2022, les dépenses du budget de l’État atteignant un niveau historiquement élevé malgré un contexte de reprise économique.

Pour rappel, le Parlement avait déjà rejeté le projet de loi de règlement pour 2021 l’été dernier. Si elle n’a pas de conséquences financières à proprement parler, l’absence de loi de règ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles