Vive la « BFMisation » de la vie politique !

Dénoncer la vive la « BFMisation » de la vie politique, c’est regretter ce bon vieux temps de l’ORTF où le ministère de la communication choisissait ce qu’il était important de dire ou de cacher au public.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Ortf1

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Vive la « BFMisation » de la vie politique !

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 11 décembre 2013
- A +

Par le Parisien libéral.

Ortf1Il y a quelques semaines déjà, le gouvernement s’en prenait à BFM au lieu de remettre en cause sa politique de taxes et impôts à tout-va et d’ultra-étatisation du pays, sans oublier les manquements individuels des membres du gouvernement ou de leur famille et autres scandales politico-financiers qui touchent le PS.

Maintenant, c’est le vénérable quotidien du soir, Le Monde, qui s’interroge, en faisant une « Enquête sur la « BFMisation » de la vie politique ». Mieux, au-delà de BFM, Le Monde parle d’alertes, de tweets, de retweets et de démentis, mettant en cause tout l’écosystème qui comprend la blogosphère, les médias en ligne, twitter et les applis médias pour tablettes et autres alertes infos Iphone.

Que veut dire Le Monde ? Qu’ils regrettent le temps où eux seuls étaient les analystes de la vie politique ? S’il ne s’agissait que de cela, ce serait symptomatique d’un monde passé où on n’allait pas faire ses courses chez Monoprix après 21 heures.

Mais l’interrogation est plus large. Le Président Hollande, qui est loin d’être stupide, a bien compris qu’un des problèmes de Sarkozy est d’avoir été le premier président français de l’ère Facebook. Que Le Monde, sympathique mais néanmoins actif relais médiatique du parti socialiste (puisque Le Monde est internationalement référencé comme étant de « centre gauche », selon Press Europ) reprenne l’interrogation de la « BFMisation » de la vie politique est néanmoins inquiétant. Pourquoi ?

Parce que cela témoigne de la panique des élites baby boomeuses habituées à la bienséance jacobine vis-à-vis d’un monde dont on ne peut plus dire qu’il vient d’émerger : Facebook a 9 ans, BFM TV  8 ans, Twitter 7 ans. Dénoncer la « BFMisation » de la vie politique, c’est regretter ce bon vieux temps de l’ORTF où le ministère de la communication choisissait ce qu’il était important de dire ou de cacher au public, et où Le Monde était clairement identifié comme étant la seule source de « décryptage ».

Pourtant, à chacun son métier

Que BFM fasse de l’anecdotique est parfaitement utile. Ainsi, quelques semaines après son élection à la présidence de la République, François Hollande montre son vrai visage en considérant les dépassements de limitation de vitesse sur l’autoroute Paris-Caen comme peu importants.

C’est beaucoup plus révélateur que n’importe quel long discours puisque le public aura directement compris que la présidence de Hollande ne diffèrerait pas fondamentalement des excès du sarkozysme en termes de République du deux-poids-deux-mesures.

Quant au fond que Le Monde et le PS semblent regretter, toute une série de médias en ligne comme Mediapart ou Contrepoints s’en chargent, en pratiquant de vraies enquêtes, sur Cahuzac ou sur l’ISF du Président de la République. Donc, oui, vive la « BFMisation » de la vie politique ! Ou plus exactement, vive la dissémination de l’information et le pluralisme des médias. BFM TV, à la différence de bien d’autres groupes médias, ne dépend ni de l’État directement, ni d’une industrie autre (BTP, armement, etc.). Quant à leur métier, ils le font dans un univers de concurrence.

Que le Monde, ancien et installé, ou le PS, ultra archi dominant, s’inquiètent d’une chaine TV qui fait 2% de l’audimat français en dit long sur la conscience qu’ont les élites du manque d’adhésion du peuple à leur projet.


Sur le web.

Voir les commentaires (13)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (13)
  • Avant même d’aller sur le Monde pour y lire l’article, j’ai parié que les commentaires y évoqueraient l’ultra-libéralisme de la chaine BFM. Gagné !

  • Parfois ce sont de vrais patates.
    Comme à l’hommage de Mandela où le président actuel s’était fait hué, ils avaient pris ça pour une ovation.
    (C’est banal hein et j’aime bien BFMTV, et la chaîne fait rager nos crypto communistes, c’est jouissif.)

  • « Que le Monde, ancien et installé, ou le PS, ultra archi dominant, s’inquiètent d’une chaine TV qui fait 2% de l’audimat français en dit long sur la conscience qu’ont les élites du manque d’adhésion du peuple à leur projet. »

    Justement, ils aimeraient bien détruire ces 2% restants. Ce qui le plus est inquiétant ne sont pas ces 2% qu’il reste, mais bien les 98% qui ont été écrasés avant.

  • Au moins BFM n’a pas de subventions. On ne peut pas dire autant de ceux qui les critiquent.

  • BFMisation : n’exagérons quand même pas : a part Nicolas Doze, qui surtout sur BFM Business, ne cache pas ses penchants libéraux, c’est quand même dans l’ensemble du gros Gloubi-boulga bien pensant à gauche toute.

    Comme ils ne pouvaient pas être plus a gauche que tout France Télévision, I Télé, et tous les autres, ils sont simplement et très légèrement plus impartiaux, mais rien d’autre. Des débats entre la fausse droite, et la vraie gauche, ils n’inventent rien, n’apportent rien de bien neuf, sous la chape de plomb gauchisante. Ruth Elkrief, qui organise régulièrement des débats contradictoires, (défense de rire) entre Jacques Ségala, et Luc Ferry, se moque ne nous ouvertement.

    Je ne suis pas un spécialiste en communication, mais ces gens sont englués dans leurs dogmes, car sur I Téle, l’émission qui cartonne vraiment, c’est le débat hebdomadaire entre Zemmour et Domenach, là, où il y a une vraie différence d’analyse.

    • Delamarche, vous en pensez quoi ?

      Pour certains qui ne possedent pas de tele (comme moi), il symbolise a lui tout seul BFM Business, et mon plaisir du mardi c’ est de le regarder sur youtube. Avec Doze comme symbole numero deux, effectivement.

      Rien que pour ca on peut dire un grand MERCI a BFM.

    • Le problème dans Zeymour – Domenach, c’est que le public est attiré par le côté match de catch, et que l’analyse est plutôt faible.

  • BFMtv ne sort pas du moule de la pensée unique ambiante; en revanche, BFM Business (en ce qui me concerne à la TV) représente réellement un véritable avenir pour notre pays en ayant le courage tranquille – suivez mon regard -, d’appeler un chat, un chat : la fine équipe qui sévit heureusement sur cette chaîne doit être encouragée et tout spécialement l’émission « Les Experts » cornaquée avec brio par Nicolas Doze.

    • vous oubliez stéphane soumier qui ne cache pas ses penchants libéraux et qui mène avec brio la matinale de bfm business.

      • Bof S Soumier, et Nicolas Doze doutent au fond de la totale liberté de contrat.
        Exemple : le traitement inachevé de Peugeot (retraite châpeau)

        Mais je les encourage quand même.

      • Tout à fait ! Entre deux de ses célèbres « absolument passionnant », il a déjà plusieurs fois déclaré: « mais nous sommes des libéraux, bon dieu ! »

  • Nicolas Doze qui explose face à Moscovici -et l’explose dans le même mouvement: petite lumière sur la route de la servitude intellectuelle où s’emmanche notre cher pays…

  • BFM Business oui, je suis à la radio et à la TV, il y a du bon.

    BFM TV, ca reste massivement édulcoré…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Robert Guiscard.

Le Club de l'économie du Monde se propose de faire débattre décideurs et "experts" sur les grandes mutations économiques. Quels traits constitutifs se dégagent de leur Cité idéale ?

Trois aspects semblent se dessiner : la souveraineté européenne et numérique, la transition écologique et enfin des conceptions économiques originales sur la dette, l’inflation ou la dépense publique que je regroupe sous le terme de nouveaux économistes.

Malheurs de la souveraineté : l'autarcie et la citadelle assiégée

Sur... Poursuivre la lecture

le monde bitcoin
0
Sauvegarder cet article

Par Elie Blanc.

Dans un récent article paru dans le journal Le Monde, le bitcoin était une nouvelle fois attaqué par Jean-Michel Servet et Nicolas Dufrêne. Malheureusement, si certaines critiques sont tout à fait audibles au sujet de la reine des cryptomonnaies, les reproches qui lui étaient adressés ici sont une fois de plus très discutables.

Reprenons donc quelques-unes de ces critiques pour montrer dans quelle mesure elles sont infondées.

Le bitcoin est une menace pour le système monétaire et financier et pour les citoyen... Poursuivre la lecture

Par Erwan Le Noan. Un article de Trop Libre

Chaque époque semble considérer que ses problématiques sont inédites, ses enjeux uniques et leurs solutions originales. Le début du XXIe siècle s’anime ainsi à propos des fake news, ces fausses informations qui se diffusent rapidement en ligne, troublant les processus électoraux.

L’ampleur du phénomène mériterait d’être étudiée de façon comparative. L’histoire regorge d’épisodes d’accélération de la diffusion de l’information qui ont permis de disséminer les pires mensonges : la propag... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles