« Un spectre hante l’Europe » : la déflation

En prétendant combattre la déflation, ne crée-t-on pas des bulles spéculatives et l’inflation de demain ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints 2013-2470 déflation

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

« Un spectre hante l’Europe » : la déflation

Publié le 11 décembre 2013
- A +

Par Jean-Yves Naudet.
Un article de l’aleps.

déflationMarx et Engels commençaient le Manifeste communiste, publié en 1848, en affirmant : « Un spectre hante l’Europe : le spectre du communisme ». À lire les analyses des médias aujourd’hui, le nouveau spectre qui fait peur à tout le monde, ce serait la déflation. Quasi-unanimité des journaux, des dirigeants de Banques centrales, des politiques et des experts réels ou auto-proclamés : la déflation, voilà l’ennemi, qu’il faut combattre par la création monétaire. Est-ce si sûr ? Est-ce si grave ? Est-ce qu’on n’est pas en train de se tromper de cible et, en prétendant combattre la déflation, ne crée-t-on pas des bulles spéculatives et l’inflation de demain ?

Où est la déflation, quand les prix progressent ?

La déflation est-elle à nos portes ? À en croire notre confrère Le Monde, cela ne fait pas de doutes : « Gare au piège déflationniste », « Déflation, l’Europe se divise ». Heureusement « La BCE prête à tout pour lutter contre le risque de déflation ». Mais Les Échos ne sont pas en reste : « Le spectre de la déflation resurgit dans l’hexagone. Le recul de l’inflation fait peser une menace ». Bref, la déflation, voilà l’ennemi, et l’ennemi n’est même plus à nos portes, il est dans la place.

Voyons d’abord les chiffres. Le dernier communiqué de l’OCDE en matière d’inflation est daté du 6 novembre. On y apprend que, pour les douze mois entre août 2012 et août 2013, la hausse des prix a été pour l’ensemble de l’OCDE de 1,5%. Ce n’est pas exactement une déflation, qui, elle, se traduirait par un recul du niveau général des prix. Mais la déflation est-elle en Europe ? On observe 1,3% dans l’Union européenne (les 28) et 1,1% dans la zone euro (les 17). Pour douze mois se terminant en octobre, la zone euro annonce 0,7%. En France même, très touchée selon nos confrères, la hausse des prix a été de 1,0%, selon les indices harmonisés et 0,6% selon le dernier indice INSEE.

La modération des prix est une bonne nouvelle

On admettra que c’est une hausse faible, modérée, mais nous aurions tendance à dire que c’est une bonne nouvelle. C’est une bonne nouvelle pour le pouvoir d’achat : à un moment où il est en souffrance avec la baisse des revenus, il échappe à l’érosion due à la hausse des prix. Un plein d’essence un peu moins cher, c’est toujours ça de pris. C’est aussi une bonne nouvelle pour la compétitivité de nos pays : dans le cadre de la mondialisation et d’une concurrence internationale sévère, mieux vaut avoir des prix relativement sages. Mais de façon plus générale, c’est une bonne nouvelle pour la santé de l’économie, parce que le calcul économique est plus rigoureux avec une monnaie stable : entreprises, épargnants, investisseurs ne se sont pas trompés par les faux prix liés à la spéculation, qui aboutissent à rentabiliser des activités improductives. L’inflation c’est la victoire de la cigale sur la fourmi. Le calcul économique des entreprises et des ménages a besoin de s’appuyer sur des prix relatifs fiables, significatifs, donnant une information sincère sur la vraie valeur de marché.

Par contraste l’inflation crée désordres et gaspillages, et ruine les bases mêmes de la société. De la chute de Rome à la République de Weimar en passant par la Révolution Française, les exemples historiques des dangers mortels de l’inflation, aussi bien pour l’économie que pour la politique, ne sont que trop nombreux.

Mais que disent les angoissés de la déflation ? Que c’est la pire des maladies. Ils ignorent donc les chaos inflationnistes, ils déplorent que les salaires ne progressent pas assez vite. Ils en oublient qu’en inflation les salariés sont payés avec de la monnaie de singe, et que des coûts plus élevés ruinent la compétitivité.

Oui, l’économie va mal…

Pour étayer leur argumentation, les angoissés de la déflation mettent en avant la situation des pays du sud de l’Europe. Ces pays ont des déficits extérieurs et des coûts de production trop élevés. S’ils avaient chacun leur monnaie, cette situation se traduirait par une perte de valeur de leur monnaie et une dévaluation. Cette adaptation par les taux de change n’aurait sans doute qu’un effet éphémère en l’absence de changements structurels, mais elle permettrait un sursis qui pourrait être exploité pour de vraies réformes.

Mais avec la zone euro, plus de dévaluation possible puisque les monnaies nationales ont disparu, donc plus d’ajustement par les taux de change. Alors, la seule adaptation possible est par les coûts de production y compris salariaux. Les excédents allemands s’accompagnent d’une relative stagnation des salaires en Allemagne, et c’est ce qui met cette économie sur le chemin du redressement.

Oui, mais c’est précisément ce qui fait réagir ceux qui dénoncent les dangers de la déflation. Comme l’économie va mal, il faudrait au contraire augmenter les salaires, distribuer du pouvoir d’achat, pour relancer la croissance et l’emploi. On en revient ainsi à l’éternelle erreur keynésienne : dépenser pour sortir de la crise. Mais qui peut croire que le chômage massif disparaît en gonflant des revenus factices ? Ce tour d’équilibriste ne peut se faire qu’en injectant de la monnaie dans le corps économique. Mais n’est-ce pas ce qui se fait déjà, et pour quel résultat ? En Europe comme aux États-Unis, les pays croulent déjà sous la création monétaire et le taux de base des Banques centrales est proche de zéro. Veut-on un taux d’intérêt négatif ? Le laxisme monétaire n’a en rien empêché la récession et le même Monde qui crie contre la déflation titrait il y a peu que les relances monétaires n’avaient servi à rien. Est-ce que doubler la dose du drogué peut le guérir de son addiction ?

Ce n’est pas le laxisme monétaire qui la guérira

Ceux qui estiment que nous sommes en déflation et qui proposent une création monétaire accrue, sont les mêmes que ceux qui ont proposé et obtenu en 2009, face à la récession, une relance budgétaire. Cela a relancé à coup sûr quelque chose : les dettes souveraines et on a provoqué la crise de l’endettement public. Les keynésiens ont été pris au piège de la relance budgétaire, ils se rabattent maintenant sur une relance monétaire. Mais ils repassent toujours le même plat. Tout d’abord, ils éliminent leurs responsabilités dans la crise engendrée par les déficits budgétaires, en prétendant, comme l’ineffable Paul Krugman, que c’est la politique de réduction des déficits qui a créé la stagnation : on ne serait pas allé assez loin dans la relance budgétaire, donc on a aggravé la récession et créé la déflation.

Ensuite, ils soutiennent que le financement des déficits par la création monétaire est une bonne chose et ils applaudissent aux politiques monétaires « non conventionnelles » – c’est-à-dire sans limite – menées par la Fed, imitée maintenant par la BCE sous l’impulsion de Mario Draghi. Comme l’expansion monétaire sert surtout à faire crédit aux États, directement ou indirectement, le tour de magie est opéré : on fait d’une pierre deux coups, on assouplit la gestion des finances publiques tout en distribuant du pouvoir d’achat pour tous.

Certes, ces savants nous expliquent que la drogue monétaire n’est pas dangereuse. La preuve : les bilans des banques centrales explosent et les prix restent sages. Oui, mais l’inflation peut revenir brutalement et, en attendant, elle s’est déversée dans les pays émergents : plus de 10% d’inflation en Inde ou en Argentine, plus de 8% en Indonésie, autour de 6% au Brésil, en Russie ou en Afrique du sud. D’autre part, ces politiques monétaires laxistes provoquent des bulles spéculatives, semblables à celles qu’on a vues dans l’immobilier ou sur les places boursières et qu’on retrouvera ailleurs demain. Étrange politique que celle qui consiste à critiquer la « spéculation » qui se produit sur les marchés tout en fournissant l’aliment monétaire qui rend cette spéculation possible !

Si la déflation est actuellement un fantasme, le spectre véritable, c’est la récession et le chômage. Il n’a pas de cause monétaire. Dans une interview au Monde du 16 novembre, Michael Heise, économiste chez Allianz à Munich affirmait que « la reprise doit se faire grâce au redémarrage de l’économie réelle, pas grâce aux liquidités de la Fed ou de la BCE ». La baisse des salaires est une remise à niveau en Europe du sud, qui contribuera à cette reprise. Là où les rigidités sont trop grandes, comme en France, l’ajustement ne se fera pas. Au fond, tous ceux qui affirment craindre la déflation sont ceux qui refusent les réformes réelles de l’État, des prélèvements excessifs, des rigidités règlementaires, pour nous proposer l’illusion monétaire. Ces étranges médecins nous offrent un peu plus de drogue pour mieux fuir le réel.


Sur le web.

Voir les commentaires (14)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (14)
  • 1er commentaire « à chaud » : L’inflation se traduit par l’augmentation des prix et la nécessaire augmentation des salaires (dont le smic) :
    Ca se traduit pour l’Etat par de meilleurs revenus issus de l’IR, de la TVA, des cotisations sociales…. sur du court terme.
    Jusqu’à aujourd’hui, où s’étant comporté comme une cigale, l’Etat creuse la Dette et lève des impôts à un seuil critique de non retour….

    • « la nécessaire augmentation des salaires (dont le smic) »

      Avec des taux de chomage au-dessus des 20% ?? Vous revez. La seule inflation qu’ il y aura, ce sera sur les prix. Les salaires ne peuvent pas monter quand le travail est si rare.

      Je dis 20%, c’ est une estimation grossiere, puisque de toute facon on nous ment en permanence a ce sujet.

  • Un spectre hante les hommes politiques français  » la diminution des dépenses publiques ».

    On sent qu’ils ne veulent pas s’y résoudre, jamais. Quand on voit qu’en temps de crise, le CG 92 (qui ne doit pas etre PS) a acheté pour 400 000 € de bonsaïs, ou qu’un hopital achete 300 000 € de tableaux à des artistes inconnus, on comprend qu’ils ne feront jamais une seule réduction de dépense.
    Le pire est que ce genre d’information devrait faire la une des journaux télévisés.

    Il y a un nouveau mouvement qui vient de naitre en Italie, les fourches. Leur première demande est la transparence totale de toutes les dépenses, jusqu’au note de restaurant, sur internet. Je pense que c’est la seule solution pour endiguer les dépenses incontrôlées.

    • « On sent qu’ils ne veulent pas s’y résoudre, jamais. » Oui, parce que c’est leurs revenus qui en dépendent. Comment ?

      Il y a deux façons de voler. Soit on prend une grosse somme en une seule fois, mais généralement ça se voit et on se fait choper par la patrouille. Soit on recueille dans le temps le ruissellement du détournement légal de 1% des flux financiers publics. C’est discret, ça ne fait pas de vague et on ne se fait généralement pas prendre. Evidemment, pour espérer devenir multimillionnaire à partir d’un si faible pourcentage de détournement, il convient d’élargir le plus possible la base du détournement. Donc, il est indispensable que les dépenses publiques soient les plus élevées possibles. L’extension sans fin des dépenses publiques sert à camoufler l’enrichissement indu de la caste.

    • la seule solution est de réduire de manière drastique le nombre d’élus, de reduire de manière aussi drastique le périmètre de leur méfaits, et de reduire de manière drastique leurs payes, afin de dissuader le plus possible les vocations.

  • Pas de baisse des actifs, pas de baisse des prix, pas de déflation. A qui va-t-on faire croire que le risque de déflation est à nos portes.Votre facture de gaz, d’edf, vos impôts locaux etc.ont elles diminué? ne serait-on pas dans une période de staflation, terme des années 60(cf Y.colleu)? tout ceci n’est que prétexte à poursuivre les quantitative easing, ltro, ce qui au passage, permet aux banques très largement sous capitalisées, de se refaire une santé sur les marchés et ce, en prenant des risques énormes(dérivés de 10 fois le pib mondial).La machine est lancée et personne ne l’arrêtera, ni Dragui(ancien de G.Sachs)ni J.yellen.En attendant, les pme ferment ou licencient et votre épargne est en réel danger. Les mauvaises surprises ne touchent que des pays comme l’Argentine, la Grèce, Chypre.Mais, en France rien n’arrivera jamais…..!

  • Autrefois il y avait seulement l’ECU, maintenant il y a l’Euro et on l’a vraiment dans l’ECU.

  • Il y a déflation sur les produits que l’on achète, produits de plus en plus fabriqués à l’extérieur, nos exportations sont faibles. Notre industrie se délite. Par contre il y a inflation de tout ce qui dépend de l’Etat, le gaz, EDF, eau, tabac, transport en commun, trains, autoroute, taxe aéroport, etc… et les impôts et tous les prélèvement obligatoires, taxe des ordures, taxe de recyclage, etc…La déflation existe et il y a une inflation en trompe l’œil. C’est fort inquiétant pour tout investisseur et créateur de société.

  • excellent article et tout autant pour les commentaires. Parcontre en écoutant l’Assemblée Nationale on est heureux d’entendre un ministre de l’Education atteint de la réformite aigûe comme ailleurs aussi ,affirmer l’Europe est en marche .Après lecture de l’article certes elle est en marche mais plutôt rétrograde

  • « Les keynésiens ont été pris au piège de la relance budgétaire, ils se rabattent maintenant sur une relance monétaire. »
    Faut il le préciser le QE n’a pas été inventé par les « Keynesiens » mais bien par Milton Friedman. Keynes est pour que l’on creuse des trous puis les rebouchent par la dépense publique. Friedman lui est pour que l’on distribuent de l’argent à wallstreet. Deux grands visionnaires!
    Nous somme pas en déflation parce que Bernanke s’est endormis sur l’imprimante 3D. Mais la déflation est inévitable donc pas la peine de rever…

    • Friedman aurait été pour l’intervention afin de maintenir la quantité de monnaie, mais pas pour empêcher l’effondrement d’actifs surévalués et financer la dette publique.

      • Non c’est la vocation même du QE. Friedman est effectivement contre intervention de l’état… sauf quand il s’agit de sauver le système financier par exemple. Et au final c’est toujours du positif pour la dépense publique. C’est lui qui a proposé cette politique pour le Japon au début de sa crise économique interminable et il ne l’a jamais remis en question. Friedman est de facto « l’inventeur » du QE et même du QE infinity.
        http://krugman.blogs.nytimes.com/2010/10/28/friedman-on-japan/?_r=0
        http://www.forbes.com/sites/timothylee/2012/09/14/milton-friedman-on-the-case-for-qe3/
        Tu remarqueras que Krugman est donc sur la même ligne que Friedman et Keynes….
        Keynes et Friedman pense des choses assez proches aux moins sur ce plan mais c’est leurs écoles qui aiment bien réinventer l’histoire. On fait de Keynes un socialiste alors que c’était un spéculateur.

  • On est en réalité soumis à une forte inflation car:
    1.La masse monétaire est en augmentation constante grâce aux différentes « planches à billets  » des banques centrales.
    2.Le prix des matières premières augmente de 7 à 8 % par an.
    3.Les indices des prix sont bidonnés par les états!

    De plus se ragoute la dépression et le sur endettement de nos économie…Je crains que l’histoire se répète de nouveau…

  • « Un spectre hante l’Europe : le spectre du libéralisme ». Heureusement nos dirigeants veillent.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La guerre que mène Poutine aura eu plusieurs effets directs et indirects puissants qui ne sont pas tous, loin s'en faut, de bons signes.

Si l'on peut - avec ironie - présenter maintenant Poutine comme le meilleur VRP de l'OTAN pour l'année 2022, tant sont à présent affichées les velléités de la Finlande et de la Suède d'entrer dans l'organisation internationale, on peut aussi s'inquiéter des faiblesses énormes pour ne pas dire catastrophiques qu'il a dévoilées pour le reste du continent européen, à plusieurs niveaux.

Il apparaît... Poursuivre la lecture

cryptomonnaies
3
Sauvegarder cet article

Par Liz Wolfe. Un article de Reason

Le monde des crypto-monnaies a pris une raclée la semaine dernière. Le prix du bitcoin est tombé à des niveaux jamais vus depuis 2020 ; Coinbase, la plus grande bourse de crypto-monnaies, a vu son action s'effondrer ; et un stablecoin important appelé Terra, ainsi que sa crypto-monnaie associée, Luna, se sont effondrés.

En réponse, les opposants aux crypto-monnaies se sont emparé de Twitter pour danser sur la tombe du bitcoin, et les subreddits qui étaient auparavant remplis de célébrations... Poursuivre la lecture

Alors que la France et l’Allemagne avaient trouvé mi-janvier un consensus pour inscrire à la fois le gaz et le nucléaire comme énergies dites « de transition » dans la taxonomie verte européenne, Berlin vient de faire marche arrière. L’information est tombée ce mardi sur le média Contexte confirmée ensuite par Marianne : « l'énergie nucléaire n'est pas durable et ne doit donc pas faire partie de la taxonomie » a déclaré le porte-parole du ministère allemand de l'Économie et du Climat dirigé par le Vert Robert Habeck au sein de la coalition SP... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles