Bonnets Rouges : et maintenant, la Belgique !

Les Bonnets Rouges accostent à Charleroi !

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Bonnets Rouges : et maintenant, la Belgique !

Publié le 9 décembre 2013
- A +

Par Alexis Grabinszky depuis la Belgique.

bonnet-rouge-belgiqueVille naguère industrielle et florissante mais désormais ruinée, défigurée et déshonorée par les socialistes, Charleroi incarne pour de nombreux Belges l’exemple parfait des méfaits de l’étatisme. C’est sans doute pourquoi l’endroit a été choisi pour démarrer l’expression d’un ras-le-bol citoyen face à l’avalanche d’impôts, de règlements et de chicanes administratives qu’ils subissent.

Inspirés par le mouvement anti-fiscal breton, l’initiative démarre sur Facebook et génère plus de 2000 like en quelques jours. Voilà de quoi gonfler les cœurs et se lancer dans une première manifestation ! La mobilisation est au rendez-vous puisque les organisateurs (armés d’un compteur homologué par les fédérations syndicales) dénombrent 234.456 manifestants. La police et les médias parlent quant à eux d’une petite centaine. Au programme, blocage symbolique du périphérique surplombant la ville de Charleroi, sensibilisation des automobilistes à un rond-point du centre ville et distribution de flyers au marché dominical.

La convivialité a dominé la manifestation et le besoin de liberté s’est admirablement exprimé. Un grand nombre de citoyens vaquant à leurs achats ont été enthousiasmé par la contagion de ce mouvement né en Bretagne. De nombreuses marques de soutien nous sont adressées et des échanges sympathiques ont lieu sur le marché entourant le bâtiment de l’administration communale. Au son de « marre des taxes ! marre des magouilles ! Bienvenue à Charleroi ! », le cortège poursuivit sa rencontre avec de nouveaux ralliements.

Que retenir de cette journée du 8 décembre 2013 ? Elle fut intéressante d’un point de vue humain et démontre la plus-value des réseaux sociaux dans notre monde tant décrié pour son individualisme et le repli sur soi. Le ras-le-bol fiscal, l’intrusion du politique dans les choix des citoyens, le copinage et le clientélisme entraînent la destruction des valeurs, tant morales qu’économiques, la dépression, l’exil fiscal et l’abandon de tout esprit d’entreprise !

Des nouveau rassemblements sont à l’étude selon le gestionnaire de la page Facebook contacté, et diverses villes de Wallonie seront visitées dans la bonne humeur, comme tient à le préciser l’initiateur de Bonnet rouge Belgique.

L’information a été relayée sur Facebook et sur RTL :


Opération escargot sur le petit ring de Charleroi ce matin

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • « La mobilisation est au rendez-vous puisque les organisateurs (armés d’un compteur homologué par les fédérations syndicales) dénombrent 234.456 manifestants. La police et les médias parlent quant à eux d’une petite centaine. »

    Bon, allez, arrondissons à 100, 000.
    M’enfin, est-ce que tout ça est bien sérieux ?

  • Charleroi, c’est une catastrophe niveau gestion cette ville…

  • si je vois bien sur la photo il y a 15 bonnet rouge , c’est n’est plus de l’autodérision c’est du grand n’importe quoi , quand allons nous avoir des nouvelles de Belgique autrement que par le truchement de débile qui poste sur contrepoint

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
1
Sauvegarder cet article

On reparle d’un éventuel rattachement de la partie francophone de la Belgique à la France. Ce débat est un serpent de mer qui réapparaît périodiquement[1. Tribune de Jules Gheude, écrivain belge et militant wallon prônant le rattachisme, le 7 mai 2022 dans Le Monde : « Et si, en 2024, la Wallonie devenait française ? »] parce qu’il a une certaine logique, mais les conditions de ce rattachement sont-elles vraiment réunies ?

La Belgique est profondément divisée, linguistiquement et politiquement et chaque Belge a sa vision passionnée du ... Poursuivre la lecture

Depuis cinquante ans, les Flamands achètent aux Wallons des compétences car ils rêvent d’embrasser un avenir national, quand les Wallons sont incapables de boucler leur budget. C’est l’histoire du fédéralisme belge.

 

L'omniprésence de la gauche en Wallonie

Le socialisme clientéliste wallon a si bien éduqué les consciences que les Wallons se tournent en masse vers des socialistes révolutionnaires, emmenés par un parti qui revendique l’héritage marxiste « dans son intégralité », Pol-Pot, Mao, Staline.

Trois partis dom... Poursuivre la lecture

Le journal Le Soir a récemment publié une Carte blanche intitulée « Dans l’enseignement supérieur, ce sexisme toujours ordinaire… »

Les auteurs y indiquent qu'il serait grand temps de s'attaquer, sur les campus, au fondement des violences sexistes et sexuelles : le sexisme ordinaire. Il est question de compliments déplacés, de remarques en apparence anodines, qui seraient bel et bien du harcèlement sexiste et sexuel, et auraient un impact considérable sur la santé mentale des personnes concernées, en grande majorité des femmes. Le prob... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles