Plus de doute : les radars automatiques ne sont bien que des tirelires

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
radar

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Plus de doute : les radars automatiques ne sont bien que des tirelires

Publié le 9 décembre 2013
- A +

Cela fait maintenant plus de dix ans que le premier radar automatique a été installé, et que leur multiplication a permis de fières rentrées financières pour un État exsangue, avec l’excuse passe-partout de la sécurité routière. Cependant, à mesure que les années passent, le bilan, au-delà du financier, laisse de plus en plus perplexe.

panneaux routiersL’association « 40 Millions d’Automobilistes » revenait d’ailleurs récemment, via un article de Contrepoints, sur ce bilan, pour constater essentiellement que, depuis leur installation, les radars automatiques apparaissent surtout comme une manne financière formidable (4,2 milliards d’euros depuis 2003), et si les Français étaient majoritairement pour ce genre de système à son introduction (favorables à 66%), progressivement, l’opinion publique s’est donc inversée puisqu’ils sont aujourd’hui opposés à 80% à la poursuite de ce genre de politique répressive.

L’article, écrit en octobre, se posait la question assez légitime de savoir si ces radars sauvaient effectivement des vies ; à vrai dire, à regarder la localisation de ces radars, et à la comparer avec celle des principales zones d’accidents de la route, le doute fait plus que s’installer sur l’objectif sécuritaire de ces engins. En outre, il notait que d’autres pays (comme l’Angleterre) avaient fait le trajet inverse en matière d’équipement de sécurité, en ne mettant pas ou en enlevant les radars automatiques, sans constater une immédiate augmentation de la mortalité.

Et voilà que ce début décembre apporte une réponse aux questions soulevées. En effet, une enquête que l’INSEE vient de publier montre, avec toute la délicatesse, la diplomatie et la subtilité rhétorique nécessaire à un sujet ô combien sensible, que les radars automatiques ne sont vraiment pas la panacée en matière de sécurité, et que s’ils permettent effectivement de diminuer un peu le nombre de morts sur la route lors de leur installation, ils n’ont qu’un impact extrêmement limité voire nul sur le long terme. Pour Sébastien Roux et Philippe Zamora, les auteurs,

« L’installation des radars fixes dans les communes de moins de 6 000 habitants aurait évité, en extrapolant sur la période de 2003 à 2011, environ 740 décès, 2 750 blessés graves et 2 230 accidents graves. »

Ce qui revient à dire que ces radars auraient hypothétiquement évité moins d’une centaine de morts par an. Zut alors, voilà qui ne va pas du tout dans le sens officiel. Pire, il semble que la baisse de mortalité soit très grandement due à d’autres facteurs comme l’amélioration assez sensible du parc automobile sur la même période, des sécurités passives sur les voitures (airbags, électronique de correction de trajectoire, petits couinements pour obliger le conducteur et le passager à porter leur ceinture, infrastructure routière en bien meilleur état).

Radar : le grand mensongeAutrement dit, on rejoint ici tant les associations d’automobilistes que celles des contribuables et les observations quotidiennes des usagers de la route, qu’ils soient professionnels ou non : la sécurité routière est essentiellement devenue en France une excuse médiatique avouable pour tout un champ d’expérimentation taxatoire plus ou moins violent, mais dont la finalité affichée (la sécurité) n’est en rien en rapport avec les buts officieux (remplir les caisses de l’État).

Il est d’ailleurs intéressant de constater qu’à la suite de cette étude réalisée par un service de l’État et donc difficilement accusable de biais idéologique évident, il n’y a eu aucune réaction de la Sécurité Routière Officielle de l’État Qui Veut Votre Bien De Force. Et c’est logique : les chiffres sont connus, les observations de bon sens aussi ; la diminution du nombre de morts depuis 2003 sur les routes françaises ne laisse aucun doute et l’introduction des radars après 2003 n’a en rien modifié la tendance générale. Lorsqu’on regarde les chiffres, la période avant et la période après l’introduction des radars, l’impact de ces derniers est pour le moins délicat à évaluer.

nb morts sur les routes en France

Bien sûr, cette absence de réaction de la part de la Sécurité Routière a immédiatement déclenché une petite poussée d’urticaire de Chantal Perrichon, la passionaria anti-vitesse présidente de la Ligue contre la violence routière, qui réclame depuis des mois « une cellule de riposte ». Le terme de « riposte » est ici parfaitement idoine puisqu’il s’agira pour elle de mener une contre-attaque et d’enterrer la méchante étude sous des paquets de démentis, de cris, de communiqués de presse outragés, de sondages plus ou moins bien troussés parce qu’il faut bien le dire, ce qu’ont fait les statisticiens de l’INSEE, c’est s’opposer au dogme, et c’est aller « à l’encontre de tout ce que l’on sait en matière de sécurité routière », même si ce que l’on sait semble pourtant battu en brèche par les chiffres, les statistiques, les observations et le bon sens.

Et c’est tellement vrai que les radars ne rapportent plus ce qu’ils pouvaient rapporter à leur introduction : les automobilistes se sont habitués, ou, au pire, se sont dotés d’appareils légaux les avertissant de la proximité de ceux-ci. Le comportement sur la route s’est donc adapté non pas en fonction de la vitesse, mais de la localisation des radars, placés, on le rappelle, avant tout pour des contraintes de rentabilité et non de sécurité. La réaction de plus en plus adverse des automobilistes tient d’ailleurs pour grande partie dans l’aspect arbitraire des sanctions qu’administrent mécaniquement ces engins, et ce d’autant plus, justement, qu’ils n’obéissent pas du tout à des impératifs de sécurité ; ce décalage est d’ailleurs visible lorsqu’on demande aux flashés s’ils estimaient respecter la limitation ou non : 61% le croyaient en effet, ce qui montre deux choses : a/ la vitesse jugée confortable par l’automobiliste sur le tronçon de route couvert par le radar n’est pas celle qui est imposée par la limite officielle, arbitraire, et b/ l’objectif pédagogique et sécuritaire de ces appareils n’est absolument pas rempli puisque c’est surtout l’incompréhension qui domine.

À ce décalage, il faut ajouter que, côté autorités, l’argent rentrant moins bien qu’escompté, de nouveaux moyens se mettent en place, comme en témoigne l’apparition de radars embarqués, dont l’utilisation sera d’autant plus facilitée que les limitations de vitesse changent constamment sur le réseau routier, soit d’un tronçon à un autre sans explication réellement valable, soit dans le temps avec des modifications (très généralement à la baisse) dont les usagers ne seront avertis que… trop tard, par voie d’amende.

radar poubelleLe bilan est toujours le même : la sécurité routière et les discours lacrymo-stressants de Perrichon se traduisent très concrètement par une augmentation sans précédent du nombre de personnes roulant sans permis, sans assurance (plusieurs centaines de milliers actuellement), et une sur-focalisation sur la vitesse comme cause des accidents, ce qui fait passer les autres raisons de mortalité en arrière-plan alors que ce sont sur ces causes qu’il faudrait agir en priorité, comme la perte de vigilance, l’endormissement ou l’alcoolémie.

Cette étude INSEE, on le comprend, est déjà fort décriée : elle a levé le lièvre que tout le monde soupçonnait et montre, une fois encore, que les pouvoirs publics considèrent avant tout les automobilistes comme des sources de revenus avant de considérer qu’il s’agit d’électeurs en déplacement. Si c’est pratique pour les finances d’un pays exsangue, c’est sur le long terme politiquement dangereux.

La multiplication actuelle des destructions de radars prouve à qui en doutait encore que cette situation de répression ridicule ne pourra pas durer très longtemps.

—-
Sur le web

Voir les commentaires (70)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (70)
  • Les radars automatiques ne sont bien que des tirelires car les gens le veulent bien. Libre à chacun de rouler à la vitesse qu’il souhaite et de ne pas être complétement concentré sur la route mais derrière, faut assumer. 23 ans de permis, pas une seule amende pour excès de vitesse. Juste 3 pour stationnement gênant car je n’avais pas le choix.

    • Je pense que tout le monde est d’accord ici pour « assumer » comme vous dites.

      C’est le credo du site et vous prêchez des convaincus 🙂

      En revanche, on voudrait assumer ses propres choix et pas ceux des autres (le clergé, la bande des 40 voleurs étatistes) grâce en particulier au marché libre des assurances et aux réseaux routiers privés.

      • @FRD
        Les réseaux routiers privés ça n’existe pas c’est une vue de l’esprit.

        • Evidemment que ça n’existe pas. C’est une vue de l’esprit en terrain socialiste.
          J’ai l’impression de répéter toujours la même chose. Donc je fais comme si vous m’avez comprtis 🙂

    • limite quand meme,
      c’est parfois dur de savoir à quelle vitesse rouler, quand j’ai passé le permi, il n’y avait que 5 limitations de vitesse 50-70-90-110-130, facilement identifiable par le type de route.
      Les limitations ponctuelles étaient rare et bien indiquées.

      Aujourd’hui, c’est le yoyo perpetuel, vers chez moi depuis qu’il y a un radar, il y a 4 passages 90-70-90 sur 3 km (et aucun mort déploré sur cet axe depuis des années).

    • 40 ans de vie chrétienne, pas eu un brin de SIDA.

    • Bon citoyen !! et pour le reste, tout va bien ?

    • Quelle nouvelle! Bien sûr que leur intérêt est avant-tout de faire du chiffre.

  • Ah si j’ai oublié. Il est possible de faire le parallèle avec le divorce en tenant un tel raisonnement.
    Je trompe ma chère et tendre. Elle l’apprend, me fout dehors et demande le divorce. Pourtant c’est de sa faute si je l’ai trompée !!! La ficelle est un peu grosse non ? Et pourtant, c’est exactement le même raisonnement que celui appliquait aux radars.
    En effet, j’avais le choix de ne pas céder aux sirènes de la tentation mais je suis faible ou bien si j’étais mal dans mon couple, il fallait que je prenne les devant ou alors je n’en avais pas le courage. Mais dans tout les cas, il ne me reste plus maintenant qu’à assumer mon choix initial.
    Trop facile d’accuser son épouse en disant que c’est sa faute si je l’ai trompée.

    • L’analogie avec le divorce pour faute est … bonne pour les gens qui sont marié avec l’état.

      L’Etat n’est pas une épouse, c’est un parrain. Et c’est lui qui décide que je l’ai trompé, alors que je fais exactement comme toujours, et que maintenant je dois payer.

      Mais la ficelle est un peu grosse, non ?

    • C’est n’importe quoi. Votre femme vous envoie-t’elle ses amies à poil pour vérifier que vous résistez à la tentation?

      On place des limitations de vitesse sans aucun soucis de la réalité de la route, avec des tronçons pièges à baisse de vitesse limite sans la moindre raison si ce n’est être sûr de choper du monde. On fait payer ses gadget au contribuable, mais c’est l’état qui ramasse la cagnotte, et ces machins n’ont pour ainsi dire aucun impact sur la sécurité routière. Pendant que tout le monde se focalise sur la vitesse, plus personne ne contrôle ses angles morts!

      La vrai raison de tout ça, en plus de l’argent, c’est d’emmerder les automobilistes (ça + les trams + les voies qui passent sens unique en ville, les rétrécissements, les dos d’âne ultraviolents qui vous font toucher le plafond avec votre crâne quand vous passez à 10 km/h dessus, les feux désynchronisés….)

      Que votre femme s’énerve quand vous la trompez est compréhensible, ça ne donne pourtant pas à l’état le droit de nous pourrir la vie, ou de nous racketter.

      • Savez vous que la majorité des accidents de la circulation ou il y a des tués sont sur une ligne droite, de jour et seul ? Maintenant vous le savez. Au fait, à ce sujet, ne vous êtes vous jamais demandé pourquoi l’assurance tout risque est plus chère que l’assurance tiers ? Cf mes propos d’avant.

        Enfin, pourquoi se focaliser sur la vitesse ? Lorsque vous êtes habitué à rouler à une certaine vitesse, vous vous y mettez instinctivement. Votre cerveau vous dit que c’est la bonne en fonction de la façon avec laquelle il perçoit le défilement du paysage, du bruit du moteur, … Vous n’avez plus à regarder le compteur.
        Faites l’essai.

        • Je ne sais pas d’où vous tenez qu’il y a une majorité de gens qui se tue tout seul, une source serait bien parceque perso j’ai des doutes ; mais je peux me tromper.

          L’assurance tout risque est plus chere car elle inclue le vol du véhicule, et tout dépend de la valeur du véhicule.

          Par exemple, j’ai eu une 205 D, 15€ au tiers, 18€ en tout risques…ce n’est pas du tout le meme ratio sur ma mégane neuve…

          • Sécurité routière et assurance. Cela m’a aussi surpris lorsque j’en ai eu connaissance.
            Un autre point à savoir. Chaque fois qu’un accident de la route ou les forces de l’ordre interviennent et rédigent un procès verbal, copie de ce PV est transmis à la sécurité routière via la préfecture. Une carte est ainsi établie répertoriant tout les accidents de l’année

          • @l’ordure

            Un petit récapitulatif sur l’assurance automobile s’impose pour vous car vous avez l’air de ne rien y comprendre.
            Différence entre l’assurance au tiers et l’assurance tout risque
            -L’assurance AU TIERS ne vous assure que pour les dommages causés lorsqu’il y a accident avec UN TIERS (un autre assuré).
            si vous êtes dans votre droit votre assureur vous rembourse vos dégâts matériels en réclamant la somme des réparations à l’assureur de votre adversaire (donc ça ne lui coute rien).
            si vous êtes en tort , il ne vous rembourse rien à vous, mais rembourse les dégâts que vous avez causé au véhicule de l’autre.

            – l’assurance tout risque
            Elle vous permet d’être remboursé de vos dommages même si vous êtes seul impliqué (exemple vous derapez sur du verglas et bousillez tout l’avant de votre voiture contre un arbre)

            Dans le cas où vous entrez en collision avec un autre, si vous êtes en tort, votre assurance rembourse l’autre mais aussi les dégâts de votre propre voiture .

            Le vol de véhicule ça n’a rien à voir avec le fait d’etre en « tout risque » ou au tiers ! ! !

        • « Savez vous que la majorité des accidents de la circulation ou il y a des tués sont sur une ligne droite, de jour et seul ? »

          Et alors?

          « Enfin, pourquoi se focaliser sur la vitesse ? Lorsque vous êtes habitué à rouler à une certaine vitesse, vous vous y mettez instinctivement. Votre cerveau vous dit que c’est la bonne en fonction de la façon avec laquelle il perçoit le défilement du paysage, du bruit du moteur, … Vous n’avez plus à regarder le compteur. »

          Alors dans ce cas, pourquoi la vitesse limite change tout le temps, même quand la route non?

          Pourquoi mettre une portion de route à 70 sans raison avec un radar au milieu?

          Pourquoi un radar en entrée de voie de décéllération?

          Mais surtout, si les radars sont si efficaces, pourquoi la baisse de la mortalité s’explique par à peu près tout sauf les radars?

          « Votre cerveau vous dit que c’est la bonne en fonction de la façon avec laquelle il perçoit le défilement du paysage, du bruit du moteur, … Vous n’avez plus à regarder le compteur.
          Faites l’essai. »

          Je sais encore conduire, merci de vous en soucier.

          Et les 10-15 personnes qui ont bien faillis me taper en changeant de file sans regarder, je les ai pas imaginer non plus.

          Sans surprise, plus les routes sont régulées, et plus les gens font n’importe quoi. Ils respectent la loi, littéralement. Mais ils abandonnent tout bon sens.

        • Il dit  » la majorité des accidents de la circulation ou il y a des tués sont sur une ligne droite, de jour et seul ».

          Ok, moi je dis : Sources. (crédibles)

        • Mais c’est ça un bon citoyen on lui demande, par la loi, de se trimbaler avec un balai dans le cul, il le fait sans réfléchir : c’est marqué dans le bottin officiel

          c’est vrai quoi, y a qu’à s’adapter et à force, on s’habitue, de toute façon, on s’habitue à tout; Si saint Stéphane le peut, tout le monde le peut aussi, c’est quand même pas bien difficile à comprendre. C’est çà vivre en collectivité!
          A quand les caméras dans les logements pour réprimer les accidents domestiques; penser à tous ces enfants martyres par l’inconscience de ces parents indignes.Et la vu le nombre, ce serait le jackpot pour nos élites
          Les règles, c’est bien à condition qu’elles soient claires et justes

  • CQFD

    J’aimerais qu’une étude chiffre aussi la consommation d’énergie liée à ces machines (acier, conso électrique…)
    De même que la conformité CEM du Doppler de mesure.

  • si les français étaient intelligents, cela ferait longtemps que les radars ne rapporteraient plus rien… (en tout cas les fixes).

  • Il y a 10.000 morts par an par erreur médicale, 12.000 morts par an par maladies nosocomiales (attrapées dans l’hôpital, principalement staphylocoque doré).
    Actuellement il est donc 6 fois moins dangereux de prendre le volant que d’aller chez le toubib.
    Quand mettra-t-on des flics chez les toubibs et dans les hôpitaux autrement plus dangereux ????
    Tout cela n’est que du racket et surtout du lavage de cerveau aussi évident que celui du 11 Nov 2001 après les tours jumelles.

    • Sorry 11 Septembre 2001

    • Je vous l’accorde. Connaissez vous le cout d’un mort ? Ben oui, aujourd’hui tout est calculé. On estime le cout d’une personne, cout moyen bien sur en fonction de l’éducation reçue ou qu’il a pu recevoir, de son potentiel ou pas pour le pays, etc.
      Un mort dans un accident quelque qu’il soit est évalué à un million d’euro.
      Alors certes, la sécurité routière est plus facile à contrôler que les erreurs médicales et autres. Le jour ou vous perdrez une personne qui vous est chère (je ne vous le souhaite pas, soyons clair, ni à vous, ni à vos proches, ni à quiconque) car un c*uillon n’aura pas respecter la vitesse, les règles élémentaires de conduite, …, bref qu’il n’aura pas respecter autrui de par son comportement, peut être changerez vous d’avis.

      On parle de vitesse mais au final est ce vraiment la vitesse qui pose problème ou simplement le comportement des gens. Utiliser des produits toxiques et irritant peut vous faire avoir un accident de la route, croyez en mon expérience. Tout comme se mettre en conduite automatique car la route est connue de A à Z et parcourue tout les jours. Ou encore, un simple bâillement ou éternuement dans une courbe. C’est cela dont on parle en finalité. C’est sur ça qu’il faut réfléchir et ne plus voir uniquement le coté vitesse et répression.

      • TIens, on tiens le facepalm d’or du jour.

        « Ben oui, aujourd’hui tout est calculé. »

        L’Etat en tant que bureaucratie rationnelle et éclairée gèrerait ses finances, ses structures et ses lois au millimètre près…
        Faut-il rappeler l’état des finances françaises et de l’économie ?
        Monsieur a de l’humour ?

        « Un mort dans un accident quelque qu’il soit est évalué à un million d’euro. »

        Sur quelle base ? Qu’est-ce qui coute 1M d’euro dans un mort sur une route ? Ou alors, ce sont des manques à gagner qui sont sortis de l’imagination d’un technocrate doctrinaire ?
        Ou sont-ce des pertes dues au fait que tout est tellement politisé dans un système socialisant que tout est devenu une charge à réduire, à liquider… Un vieux, ça coute cher à l’Etat, faut-il liquider ces charges après un certain age ? La maladie, ça coute cher, les handicapés aussi.
        Si tels comportements coutent chers aux soins de santé, il faut les interdire ? Et si enfanter aboutit à des complications, il faut interdire de donner naissance ?
        Le contrôle, ça n’est pas gratuit. Le cout peut être financier et bien plus.

        « croyez en mon expérience. »

        Bref, du bullshit.
        Monsieur prend son interprétation subjective de son expérience minable pour la source de la Vérité absolue ?

        « Le jour ou vous perdrez une personne qui vous est chère »

        Avec ce genre d’argument, on peut justifier n’importe quel totalitarisme…

        Un risque potentiel et infime sur une vie vaut-il le fait de sanctionner et de faire payer toute une population ?

        • Connaissez vous les Enquêtes Comprendre Pour Agir ? Si vous ne les connaissez pas, vu la grandeur d’âme dont vous faites preuve dans votre discours et la tout puissance que vous y mettez, rien de surprenant. Et si vous les connaissiez et que vous y participiez, vous auriez un autre discours, monsieur je pète plus haut que mon *ul (cf votre commentaire)

          PS: l’insulte est l’apanage de ceux qui n’ont aucun argument. On se connait ? Je n’ai pas souvenir d’avoir élevé les cochons avec un quelconque ph11 comme on dit dans les campagnes

          • Je ne crois pas vous avoir insulté mais seulement usé de sarcasme. Si vous n’êtes pas capable de faire la différence…

            Cependant, vous, vous m’insultez ouvertement en m’assimilant à un pachyderme. A moins bien sur que vous soyez doté d’un esprit subtil et que vous complimentiez les cochons.

            « l’insulte est l’apanage de ceux qui n’ont aucun argument. »

            Pas spécialement ; l’un n’empêche pas l’autre…

            Cependant, les phrases toutes faites comme ceci sont utilisés par ceux dont la graisse de leur boite crânienne est sous fonctionnelle, préférant plagier la pensée d’autrui, reprendre leurs attaques faciles et vulgaires de politiciens polémistes plutôt que de développer la leur…

      • Avec un tel discour, je me tire une balle et je prend deux exomils parceque je me suis raté.

        oOHOo on est au 21eme siecle , si on laisse pas plus de liberté que ça à la population on va finir tous par s’entretué, vous croyez quoi le véhicule d’avenir est sans chauffeur et le votre courrier sera livré par un drone ….

      • Je ne sais d’où sort ce chiffre, mais les juges ne doivent pas avoir le même en cas de demande d’indemnisation lors de la perte d’un être cher (à son cœur)…

  • Certaines portions d’autoroute en Allemagne ne sont pas limités, y a t il beaucou plus de mort qu’en France……..?!!

    • Allemagne 2009: 4152
      France 2009: 4273

      • Il me semble que les seules portions ou la vitesse est libre et encore seulement certaines heures concernent la vallée de la Ruhr, fief des constructeurs allemands qui voient en cela un bon moyen de publicité. Vive le lobbying.

        Pour le reste, c’est encadré.

        • Non, il y a beaucoup plus de portions non encadrées en Allemagne, notamment celles où le traffic n’est pas trop intense. Ils sont un peu moins idiots que nos Sarkozystes.

        • Comme vous dites. Vive le lobbying des empêcheurs de rouler. Ou vient de vous démontrer, chiffres à l’appui, que le nombre de morts en Allemagne est similaire, que beaucoup de portions d’autoroutes sont libres, mais vous n’en avez cure. La douleur, au pire la mauvaise foi, vous fait perdre toute objectivité.

        • Depuis quand la Ruhr est-elle le fief des constructeurs auto allemand?
          Facepalm. Il y a peu de sections « libres » dans la Ruhr. Passez au triangle de Recklinghausen, vous comprendrez.

  • Heureusement que Perrichon, incarnation réelle de Marie Pervenche est là pour protéger les zuzagés de la route d’eux mêmes.

    Per-richon, Per-venche…

    http://s1.lemde.fr/image/2011/05/11/200×200/1520393_4_7c93_chantal-perrichon-presidente-de-la-ligue.jpg

    http://i18.servimg.com/u/f18/12/78/77/20/marie-10.jpg

  • mdr de chez lol,les trollers envahissent contrepoints,la peur a change de camp

  • Evidemment que les radars automatiques ne sont que des tirelires. Il suffit de voir toutes les lois qui sont bafouées dans le système de répression mis en place :

    1. Gendarme non habilité
    « Aucune peine ne peut être appliquée si la juridiction ne l’a pas expressément prononcée. » (Art. 132-17 du nouveau Code pénal)

    2. Prescription de 45 jours au lieu d’1 an.
    Principe d’un an de prescription pour les contraventions bafoué.
    Possibilité pour chacun de défendre ses intérêts bafoué.
    Les droits naturels et imprescriptibles de l’homme sont la liberté, la propriété, la sûreté et la résistance à l’oppression. (Art. 2 Ddh 1789)

    Prescription d’un an dépassée pour les points qui font subir la peine pendant 3 ans au moins.

    3. Pas de nuisance à autrui démontrée, pas de présomption d’innocence
    Aucun témoin, aucune plainte d’autrui.
    « La loi n’a le droit de défendre que les actions nuisibles à la société. » (Art.5 Ddh 1789)
    « La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui ; » (Art.4 Ddh 1789)
    « Tout homme étant présumé innocent jusqu’à ce qu’il ait été déclaré coupable » (Art.9 Ddh 1789)

    4. Impossible de faire interroger les témoins pour juger de la nuisance de la vitesse à cet endroit là et à cette heure là..
    « Tout accusé a droit notamment à:
    d) interroger ou faire interroger les témoins à charge et obtenir la convocation et l’interrogation des témoins à décharge dans les mêmes conditions que les témoins à charge. » (art 6 de la convention européenne des droits de l’homme)

    5. Pas de jugement ni de défense publique mais on doit payer d’abord.
    (Art. 132-17 du nouveau Code pénal)
    « Toute personne a droit à ce que sa cause soit entendue équitablement, publiquement et dans un délai raisonnable, par un tribunal indépendant et impartial, établi par la loi, qui décidera, soit des contestations sur des droits et obligations de caractère civil, soit du bien-fondé de toute accusation en matière pénale dirigée contre elle. Le jugement doit être rendu publiquement… (art 6 de la convention européenne des droits de l’homme)

    6. Pas de compétence territoriale pour la personne qui relève les infractions.

    7. Obligation de s’acquitter d’une consignation pour se défendre
    « La loi ne doit établir que des peines strictement et évidemment nécessaires. » (Art.8 Ddl’h 1789)
    Principe de gratuité de l’accès à la justice bafoué.
    Possibilité pour chacun de défendre ses intérêts bafoué.
    Principe de présomption d’innocence bafoué.

    8. Obligation d’utiliser un formulaire unique et une lettre recommandée pour se défendre
    (Art.8 Ddh 1789) (Art.4 Ddh 1789)

    9. Gradation de la peine en l’augmentant au bout de 15 jours, puis de 45 jours sans préjudice supplémentaire bafouant le droit à la résistance à l’oppression.
    (Art.8 Ddl’h 1789) (Art. 2 Ddh 1789)
    « La loi doit être la même pour tous, soit qu’elle protège, soit qu’elle punisse. Tous les citoyens, étant égaux à ses yeux » (Art.6 Ddh 1789)

    10. La peine du retrait de points n’a pas fait l’objet d’un jugement par l’administration
    (Art. 132-17 du nouveau Code pénal)

  • En démocratie, les utilisateurs de la route collectivement devraient décider de la vitesse limite.
    Oui il en faut une mais beaucoup plus que les actuelles limitations.
    C’est ainsi qu’on voit la nature « démocratique » du pouvoir français .
    Maintenant , il est vrai qu’ils existent plein de gens qui ont peur de conduire, et se sont ex qui sont les supports « naturels » de la répression actuelle avec les radars.

    • Les nombreux citoyens qui transgressent une loi de limitation de vitesse sans nuire à autrui, sont autant de volontés pour changer la loi de telle manière qu’elle soit l’expression générale. Donc, là où la police fait du « chiffre », là est une faute du législateur ! En effet,
      ART. 6. — La loi est l’expression de la volonté générale.
      Ce que je propose
      Il y a une vitesse appelée VMC (Vitesse Moyenne de Circulation) mesurable sur un temps de 5 minutes. Il existe des courbes en U de risques d’accident en fonction de cette vitesse VMC et en gros les moindres risques d’accident sont à + 15 km/h au-dessus de cette VMC et on constate qu’un usager à moins de -15 km/h constants de la VMC est en excès de lenteur et à plus de +35 km/h constants en excès de vitesse relative. Pour admettre une tolérance, la bonne vitesse sera comprise entre -15 et +35 km/h par rapport à cette VMC.

  • Les radars business is business

    Le nombre de mort ne peut etre comparée entre 2 populations sans comparé le nombre de KM parcourue et dèjà dans un 1er temps avec le nombre d’habitant et le nombre de km du réseau routier.

    Non soyons sérieux, le radar c’est foutage de gueule , ils sont déjà mal étalonnés comme les compteurs véhicule donc tous le système est pourris de l’intérieur, il disparaîtront dans 70 ans parce que des hackeurs auront mis la main dessus et ça coûtera plus chère de les contrôler. De plus avec le geopositionnement il est quand meme bête de ce faire contrôler, les pouvoirs public sont crédule tous le monde fraine avant et accélère après pfff, ca me rend dingue cette hypocrisie de dire j’ai jamais été contrôlé et j’ai jamais dépassé la vitesse limite et bah je vous pleins, c’est honteux de parler comme çà et surtout c’est d’un sectarisme affligeant.

    • Et apparement plus de 50 % des Flashs passent à la trappe……
      -visibilité de la plaque, etc….

    • « il disparaîtront dans 70 ans parce que des hackeurs auront mis la main dessus et ça coûtera plus chère de les contrôler »

      pas sûr que ce soit un critère, quand on voit la HADOPI…

  • Le principe des radars est plus que douteux. Que l’Etat fabrique des pièges, et plonge des millions de gens en infraction sont des procédés infects, ignobles.
    De plus le nombre de morts est asymptotiques aux mesures. S’il est facile de passer de 12.000 morts à 10.000 la répression pour passer de 6.000 décès à 4.000 est psychologiquement insupportable et a un prix anti-économique trop élevé.
    Le permis à point est probablement le plus insupportable il procède de infantilisation des citoyens et a comme résultats un nombre de chauffeurs sans permis en constante augmentation.

  • Le plus énervant avec les radars sur les routes, c’est qu’il est quasiment impossible d’en évaluer l’efficacité.

    Ceux qui croient en cette efficacité, le font sur la base de corrélations, mais pas d’une relation de cause à effet. Il est actuellement impossible de déterminer la vitesse des automobilistes sur la totalité des kilomètres parcourus. Roulent-ils à la vitesse limite, au-dessous, au dessus ? Tout le temps, de temps en temps, jamais ? Tout ce que l’on sait, c’est qu’à l’endroit des radars, certains roulent au-dessus de la limitation (c’est ceux qui se font choper). Un point c’est tout.

    Cela me fait penser à la controverse sur le réchauffement climatique anthropique. On connait la température là où il y a un thermomètre au moment précis de la mesure. En dehors de cela, ce n’est d’extrapolation. Nous vivons dans un monde où l’extrapolation et le raisonnement bas de gamme sont devenus la règle.

    • Les étrangers sont beaucoup plus flashés que les Français, mais ils ne sont pas impliqués dans les accidents plus qu’en proportion de leur présence sur les routes.

  • J’ai eu il y a 2 ans, à la meme période, une entretien de 3h avec un certain Mr 2 roues national pour parler securité routière moto.
    En préambule, il a voulu me présenter la DSCR… Il nous a quand meme dit qu’il y avait un département chargé de la rentab… (oups) de bonne marche des radars… Cela m’avait bien fait marrer à l’époque car le gars s’est aperçu de sa gaffe en live…
    Conclusion de l’entretien : il n’y a qu’eux qui ont raison. Rien ne les fera bouger de la ligne du parti. Depuis, j’ai pris ma carte à la FFMC. Pour etre aussi cons qu’eux !

  • Le temps est venu de changer le code de la route, en abrogeant les vitesses limitées pour les remplacer par des vitesses conseillées. Incidemment, la question des radars fixes ou mobiles sera réglée.

    • c’est pas con du tout ça, seulement le temps de se mettre d’accord sur les variables de calculs et les butées….
      Cela implique :
      – un dispositif soit embarqué, soit à demeure sur la route pour indiquer ces vitesses « changeantes ».
      – un dispositif d’observation du flux et des éventuels ralentissements pour chaque axe soumis à cette réglementation.

      • « c’est pas con du tout ça » : vous me flattez, je vais rougir !

        « Cela implique, etc. » : mais de quoi parlez-vous ?

        On peut très bien maintenir les vitesses actuelles à 50, 70, 90, 110 et 130, mais ce seront des vitesses « conseillées » au lieu d’être « limitées ». Dans la loi et le code de la route, on ne peut pas faire plus simple que le remplacement d’un adjectif par un autre. Il s’agira ensuite de remplacer les panneaux de limitation de type B par des panneaux d’indication de type C. On peut éventuellement compléter la généralisation des vitesses conseillées par des marquages au sol de type « ralentir », « danger » ou « école », comme dans certains pays.

        Pas besoin de se faire des nœuds au cerveau : la solution la plus simple est la meilleure.

        • Je sais pas si dans ce sens c’est faisable, car du coup, l’idée est de faire tomber purement et simplement la limitation.
          Qui dit limitation dit répression, avec en plus une connotation pollution pour les verts ; impossible pour l’élite de s’assoir là dessus.

          Je doute qu’on puisse laisser les gens libre de rouler à une vitesse qui leur semble appropriée, les années de pression anti-auto ne permettent pas une levée totale des limitations.
          Quand je vois certains sur le periph slalomer pour se rabattre au dernier moment, couper les zebras et rouler comme des tordus, je me dis que le jour où c’est carte blanche, il va y avoir de la tôle froissée.

          la seule solution pour approcher votre idée est ce que j’énumérais dans les implications liées. C’est déjà un peu le cas sur certaines portion de periph où on conseille via les panneaux lumineux une vitesse conseillée entre 60 et 110. Cela est possible parceque sur le periph il y a assez de densité et de point d’observation pour extrapoler une vitesse conseillée adaptée en temps réel.

          l’étendue au reste du réseau devra passer par une observation du trafic plus fine (véhicule communiquant). L’état pourra aller dans ce sens, appâté par l’idée que chaque véhicule sera tracé.

          J’ai envie d’ajouter qu’on approche de ce systeme avec les smartphones, le service traffic de google map est basé sur l’observation des déplacements des téléphones (à l’insu de son propriétaire), il n’y a qu’un pas pour l’adosser à un systeme de controle de la vitesse.

          • « Quand je vois certains sur le periph slalomer pour se rabattre au dernier moment, couper les zebras et rouler comme des tordus » : bravo ! Ces comportements apparaissant alors que la vitesse est déjà limitée, vous faites ici la preuve que limiter la vitesse ne sert absolument à rien. Bref, passer aux vitesses conseillées ne changera rien pour les quelques fous du volant qui le resteront jusqu’à ce qu’ils soient sanctionnés. En revanche, cela changera tout pour l’immense masse des individus raisonnables qui ne seront plus sous la coupe de l’Obèse. C’est le but des vitesses conseillées : limer les griffes de l’Obèse !

            « Google… à l’insu de son propriétaire » : vous me faites rire. Vous prenez vraiment vos congénères pour des demeurés, non ? Ceci dit, que Google capte de banales informations est indifférent tant qu’il ne peut pas utiliser ces informations contre ses clients. En revanche, que l’Etat obèse capte ces mêmes informations apparaît extrêmement dangereux car il les recueille toujours avec la volonté de nuire à la population. Google n’est pas dangereux, l’Etat si. Google rend des services, l’Etat obèse veut qu’on soit à son service. L’ennemi de la liberté, c’est l’Etat, pas Google.

            « un systeme de controle de la vitesse » : on dirait bien que vous avez un gros problème, une sorte de réflexe incontrôlable de kapo réduisant la société à un camp d’internement. C’est grave mais pas désespéré : faut consulter, hein !

          • « Google… à l’insu de son propriétaire » : vous me faites rire. Vous prenez vraiment vos congénères pour des demeurés, non ?

            demandez à des gens qui ont un telephone androïd, vous serez étonné que très peu connaissent les modalités d’utilisation des applications (accès au carnet de contact et autre), ni que le service traffic utilise les terminaux pour tisser ses données.
            Pourtant c’est inscrit dans les conditions générale de vente, que peu de gens lisent.

            « Ces comportements apparaissant alors que la vitesse est déjà limitée, vous faites ici la preuve que limiter la vitesse ne sert absolument à rien ».

            Si les limitations sautent, je crains que le nombre de « fous » augmentent. Certains ont envie de rouler vite, mais restent dans le rang par la peur du gendarme.

            « on dirait bien que vous avez un gros problème, une sorte de réflexe incontrôlable de kapo réduisant la société à un camp d’internement. C’est grave mais pas désespéré : faut consulter, hein ! »

            je ne critique pas votre raisonnement, je remarque juste que vu le nombre de mesure répressive qu’on a, qui se sont additionnées lentement mais surement, on ne peut pas passer à 0 comme ça.

      • vitesse moyenne constatée il sont en train de le faire dans certains états américains (désolé source oubliée)

  • Les « radiateurs atomiques »

    c’est ce que j’avais lu au début.
    Y m faut peut etre des lunettes…

  • Le but n’est pas de remplir les poches vides de l’état mais d’humilier et de mettre au pas…

  • Lisez gracieusement « Radars et justes sanctions » sur monBestSeller.com,

    Mêmes interrogations que sur ce site

  • NEUF MILLE Kms en Australie, en trois semaines. Pas de radar, pas de gendarmes embusqués, infrastructure plus modeste, mais des conducteurs respectant les limitations (à + ou – 10 km/h). Pas de stress à surveiller d’où va venir une sanction au moindre moment d’inattention. On se prend à rêver…
    Regardez ces statistiques : http://www.who.int/violence_injury_prevention/road_safety_status/data/table_a2_fr.pdf
    Des résultats voisins. Que nous apportent les radars : des conducteurs qui roulent sans permis !

  • Pour l’anecdote,je rentre du Japon.. j’ai été étonné par le respect d’autrui dans tous les instants du quotidien et aussi dans la conduite automobile.Le respect des piétons, des cyclistes par les automobilistes. Mais aussi le respect des feux par les piétons, l’usage exclusif des passages « cloutés » et des trottoirs etc..Je dirai que le RESPECT entre les gens donne l’impression qu’il n’y a quasiment pas besoin d’un permis de conduire.. Leur taux d’accidents, pour une densité de trafic bien supérieure à la notre est quasiment nulle… Mais ce qui étonne le plus, bien qu’il y ait une vitesse limitée « officielle » comme chez nous, c’est qu’ il n’existe aucun contrôle de vitesse au Japon..

  • La courbe peut faire penser que les radars n’ont pas aidé dans la baisse des morts sur la route. Cependant, pour bien comparer des choses comparables, il faudrait normaliser la courbe en divisant ces nombres de victimes par le nombre d’automobilistes chaque année ou le nombre de kilomètres parcourus ou les volmues d’essence achetés …
    Bref, du journalisme de bas étage qui tend à asseoir son discours par une belle courbe….
    Et pourtant, je ne suis pas pro-radar. Je suis simplement surpris par cette façon de montrer les choses.

    • Et y inclure ceux qui regardent sur le coté plutôt que devant eux!

    • Sauf que si l’on fait les calculs que vous demandez, l’impact des radars est encore plus évanescents (les chiffres sont tous disponibles en ligne, be my guest au lieu de commenter oiseusement). Le nombre d’automobilistes a augmenté, le nombre de kilomètre parcouru par automobiliste a baissé. Le volume d’essence est un proxy catastrophique vu les différences de consommation d’un véhicule à l’autre.

      Je suis surpris de cette façon de commenter alors que tout est disponible sur internet. Du reste, la conclusion tirée de la courbe est exactement la même que la conclusion obtenue par les statisticiens de l’INSEE qui ont des défauts, mais pas celui de ne pas savoir faire de stats.

    • La principale information qui ressort de cette courbe en dehors de la baisse du nombre de morts et la pente générale de cette courbe, est la présence d’une verrue au dessus de la courbe entre juillet 1997 et 2002. A ce moment là si les radars automatiques n’existaient pas, la répression policière ne s’est pas fait moindre. Par contre, sous l’autorité de Monsieur Gayssot et pour faire des économies, les campagnes de prévention audio-visuelles ont été suspendues par le ministère des Transports (probablement redéployés vers ses amis syndicalistes et cheminots d’ailleurs …

  • C’est ce qu’on appelle une démocratie vivante : une majorité de conducteur est contre cette politique de répression aveugle, une majorité de nos compatriotes est opposée à la pénalisation des clients des prostituées, etc…cela n’a aucun effet, triomphe de la langue de bois officielle, du déni de réalité, bref qu’attendent les français pour leur foutre leur pied au c…?

  • ces radars ne sont que des assistants du service des impôts, qui permettent a l’état de nous racketter en douceur. Ces 4,2 milliard d’euro prélevé dans la poche des automobilistes sont autant de moins pour l’économie réelle ,de plus on se rend compte que c’est bien plus facile de ponctionner la poche des honnêtes citoyens que de luter contre les vrais délinquants qui vendent et trafiquent la drogues ,Mais dont la police ne peut plus pénétrer dans ces quartiers .
    Notre gouvernement s’empressant d’aller faire la loi en centre Afrique ou ailleurs.
    Vite, révoltons nous dans les urnes qui approchent

  • Depuis 2004 début des radars automatiques en France (avant leur nombre était négligeable), il y a moins de progrès dans la baisse des morts sur routes qu’avant:
    -1972: environ 17600 tués (suivant la nouvelle définition du tué de 2004-2005), le pic de mortalité sur les routes en France
    -2001: environ 8150 tués (selon la nouvelle définition)
    -2003: environ 6050 tués (selon la nouvelle définition) avec une augmentation de 2% des km parcourus en France par rapport à 2001 et une augmentation de 160% par rapport à 1972.
    -2012: 3653 tués avec une stabilité des km parcourus en France en automobiles,
    chaque année entre 2003 et 2012, il y a donc eu une baisse moyenne de 5% du nombre de tués par km parcouru,
    moins bien qu’avant, de 2001 à 2003 la baisse a été en moyenne de 17% par km parcouru,
    moins bien surtout que pendant les 3 décennies précédentes: chaque année de 1972 à 2003 la baisse a été en moyenne de 6 % par km parcouru. Avec la même amélioration de la sécurité qui avait lieu avant l’installation des radars, il y aurait eu environ 300 morts de moins en 2012, 1500 vies supplémentaires auraient été sauvées en 9 ans par rapport à la situation actuelle avec les radars, et il y aurait eu 2000 morts en 2020.
    Voyez aussi le site onnousprendpourdesjambons.over-blog.com,
    Voyez le nombre des tués entre 2003 (quasiment pas de radar automatique en France) et 2012, il est passé de 6059 à 3653 (-40%) . Moins bien qu’ en Allemagne où il est passé de 6600 à 3601(-46%) avec peu de répression par limite de vitesse, mieux qu’en France où il y a eu beaucoup plus de répression des vitesses par radars. En suivant le même genre de raisonnement simpliste que les poseurs de radars, nous pouvons dire que la France a fait moins bien que l’Allemagne à cause de la mise en place des radars.

    Il y a prolifération de radars fixes hors des sections de routes dangereuses où dépasser une certaine vitesse augmente les accidents : courbes, cas des routes mouillées, du brouillard et de certains carrefours (cette vitesse variant aussi selon le véhicule). Cette prolifération de radars est dangereuse parce qu’elle provoque des accidents supplémentaires par somnolence et distraction, à cause des vitesses trop basses qu’ils imposent sur les sections où la vitesse 10, 20, 30 km/h au dessus de la limite généralisée n’est pas accidentogène : lignes droites, autoroutes,….
    Les radars mobiles seraient utiles, s’ils étaient employés sur ces sections de routes où dépasser une certaine vitesse augmente les accidents. Mais il est presque sûr qu’ils seront utilisés sur les sections où ces vitesses au dessus de la limite généralisée ne sont pas accidentogènes, comme la très grande majorité de radars fixes mal placés.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Pierre Chasseray.

Il y a quelques semaines étaient publiés les résultats d’une étude très officielle intitulée Enquête sur le rapport à la règle chez les automobilistes français, menée par deux organismes très sérieux (le CEREMA et l’IFFSTAR) pour le compte de la très impopulaire Sécurité routière.

Achevée en 2018, cette étude aura mis plus de deux ans à être rendue publique ; sans doute était-ce le temps nécessaire aux hauts fonctionnaires de la Sécurité routière pour digérer les conclusions de l’enquête qui, si elles ne re... Poursuivre la lecture

Par Yannick Harrel.

Est-ce du cynisme politique ? Du réalisme fiscal ? Voire les deux ? Toujours est-il que la proposition du ministre français de l’Intérieur Gérald Darmanin publiée dans l’édition du 4 novembre dans Ouest France risque bien de jeter de l’huile sur le feu et placer les élus locaux dans une position inconfortable.

Concrètement que propose le ministre ?

Les maires autorisés à installer des radars sur leur commune

Il propose d'intégrer un amendement autorisant les maires à se passer de l’accord préalable du ... Poursuivre la lecture

Par Alain Astouric.

Croyez-moi ou pas mais j’ai connu une époque où conduire était un plaisir.

Depuis que les autorités ont trouvé plus intelligent et surtout plus facile de multiplier les radars plutôt que verbaliser les fainéants qui se croient seuls et « oublient » le clignotant ;

depuis que je dois dépenser presque autant d’énergie à deviner la vitesse à laquelle j’ai le droit de rouler qu’il n’en faut pour surveiller la route ;

depuis qu’il existe des limitations impossibles à respecter, surtout quand un poids... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles