L’essentiel des livres d’Ayn Rand : Hymne (Anthem)

À l’approche des fêtes de fin d’année, une bonne idée cadeau : les romans d’Ayn Rand. Aujourd’hui, deuxième volet, avec une présentation d’« Anthem », un roman paru en 1938.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Anthem par Ayn Rand (Crédits : Penguin Classics, tous droits réservés)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’essentiel des livres d’Ayn Rand : Hymne (Anthem)

Publié le 8 décembre 2013
- A +

Par Johan Rivalland

AYN_RAND_AnthemAyn Rand, Anthem, Rive Droite, octobre 2006, 93 pages.

Ce roman probablement trop court tant il est de qualité, est une pure merveille.

Alors que je restais sur le souvenir marquant de « Nous les vivants » qui m’avait tellement plu, quel bonheur lorsque je découvris la parution de la traduction en français de ce second roman de cet admirable auteur que j’avais découvert trois ans plus tôt.

Un style vraiment original, avec un narrateur qui n’emploie continuellement que les pronoms au pluriel, le singulier n’existant plus dans le futur vers lequel on se projette à travers cette histoire, phénomène que vous comprendrez aisément en la découvrant.

Et un authentique bien-être et sentiment de liberté à la lecture de ce livre, tant celle-ci se situe au centre du sujet.

On dépasse ici l’univers communiste ou soviétique, ou de tout autre système dans lequel l’individu disparaît au profit de la collectivité, que ce soit l’État, une tribu primitive ou une religion, pour être projeté dans leur prolongement potentiel.

Crédible, de ce point de vue. On peut parfaitement imaginer que ce soit là l’un de nos futurs possibles.

Une atmosphère digne de Fahrenheit 451 mais dans un autre registre, par certains côtés opposé, 1984 ou encore Le meilleur des mondes. Un futur encore plus lointain, qui m’a fait penser par moments à un certain épisode de la célèbre série télévisée La planète des singes.

Un roman avec une vraie force, où les noms des personnages sont bien trouvés et tout à fait symboliques de cet univers et où les événements qui se succèdent sont imaginés avec une grande pertinence.

Je n’en dis pas plus, volontairement, afin de ne pas gâcher votre lecture, tant elle s’annonce véritablement délicieuse.

À savourer délicatement.

— Ayn Rand, Anthem, Rive Droite, octobre 2006, 93 pages.

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • Y a t-il une traduction française ?

  • « […] système dans lequel l’individu disparaît au profit de la collectivité, que ce soit l’État, une tribu primitive ou une religion […] »

    Attention à ne pas refuser la paradoxe politique du libéralisme, à savoir que la primauté de l’individu, de sa liberté et de sa responsabilité, est un choix collectif. Si tel n’était pas le cas, ce site n’aurait pas de raison d’être, ni l’oeuvre d’Ayn Rand, ni le promotion de celle-ci sur celui-là.

    Si on appelle religion une vision partagée de l’homme, alors le libéralisme est de l’ordre de la religion.
    C’est bien son origine historique.

    Une vision de l’homme, une anthropologie, ne se prouve pas, elle se postule, c’est pourquoi elle est de l’ordre de la spiritualité, c’est-à-dire hors de ce monde. Cela rejoint l’incomplétude de Gödel (les institutions politique sont une construction logique, donc reposent sur des bases qu’elles ne peuvent pas prouver).

    • Fucius, vous êtes désespérant. Quand ce n’est pas pour mettre de la démocratie directe à toutes les sauces (et souvent les plus indigestes), c’est pour montrer à tous que vous n’avez guère qu’un vernis de culture.

      Laissez Gödel en paix. Les institutions politiques ne constituent pas un système formel cohérent, récursivement axiomatisable et permettant d’exprimer l’arithmétique classique. Le théorème de ce cher Kurt ne s’y applique donc pas, et vous êtes une fois de plus à côté de la plaque.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Gloria Alvarez, la passionaria libérale, dit tout et c’est dans Contrepoints ! Elle s’exprime pour la première fois en France, et c’est dans Contrepoints.

Gloria Alvarez est une jeune femme influente. Auteur de trois livres, conférencière très sollicitée, en Amérique Latine en Espagne ou aux USA, hyper active sur les médias sociaux avec 377 000 followers sur Twitter et 242 000 sur Instagram, elle est sans doute l'influenceuse libérale féminine numéro un dans le monde ! Elle prône le libéralisme dans tous les domaines. Liberté, frontièr... Poursuivre la lecture

Par Karel Beckman Traduit par Mathieu Chauliac, Institut Coppet.

Avant la publication par Hans-Hermann Hoppe de sa critique sans précédent de la démocratie dans Democracy The God That Failed en 2001, les libertariens ne considéraient pas l’analyse de l’idée de démocratie comme prioritaire. Il est probablement juste de dire qu’ils avaient tendance à la concevoir comme un système politique neutre, susceptible d’orienter une société dans la direction soit individualiste soit collectiviste. Les menaces représentées par le socialisme et le ... Poursuivre la lecture

Le titre du dernier ouvrage, considérable et remarquable de par l'ampleur et l'érudition, de Jean-Philippe Delsol, Civilisation et libre arbitre, peut paraître quelque peu sévère. Mais réfléchissez-y, c'est là que tout se joue, s'est joué et continuera à se jouer à moins que l'on n'interrompe la partie, qui est la nôtre et explique pourquoi l'Occident est différent.

Réfléchissons-y, car cela ne va pas de soi. Dit sans fard, la grandeur de notre civilisation réside dans l'idée que l'Homme dispose du pouvoir et de la liberté de penser et... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles