La retraite chapeau de Philippe Varin et le mépris du contrat

Au-delà de la situation d’un dirigeant confronté à une conjoncture difficile et dont l’appât du gain n’a jamais paru la motivation, c’est le contrat, fondement essentiel trop souvent ignoré de notre société, qui a été piétiné.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La retraite chapeau de Philippe Varin et le mépris du contrat

Publié le 7 décembre 2013
- A +

Au-delà de la situation d’un dirigeant confronté à une conjoncture difficile et dont l’appât du gain n’a jamais paru la motivation, c’est le contrat, fondement essentiel trop souvent ignoré de notre société, qui a été piétiné.

À lire sur Les Echos

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La lune de miel prolongée entre Valls et le Medef a le don d’agacer la gauche. Les électeurs doutent et il est bon de les rassurer à intervalles réguliers. C’est alors que ni une ni deux, l’ensemble de la gauche s’engouffre dans la polémique que souhaite monter en épingle la CGT à propos de la retraite du PDG de GDF Suez. Le dernier combat d’une gauche à bout de souffle ? Par Luc Tardieu

Ce qui est bien avec la gauche, c’est qu’il suffit d’agiter un chiffon rouge pour que, de Besancenot le révolutionnaire, à Mélenchon le sénat... Poursuivre la lecture

Par Thibault Doidy de Kerguelen.

Ainsi donc, falot, presque repentant, Philippe Varin a cédé à la pression ambiante et décidé de renoncer à sa retraite chapeau. Piètre dirigeant que celui qui se déculotte devant la populace et qui croit acheter la paix au prix de son bon droit.

Ah ! Ils sont fiers, les rapaces, les chiens, qui sans cesse aboient. Ils sentent l’odeur du sang. Ne sait-il pas, ce pauvre Varin, qu’ils n’en ont pas fini avec lui ? Ne sait-il pas qu’ils en voudront plus, encore plus, toujours plus, car ce n’est pas à ... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Entendre les commentaires vertueux des députés dans les couloirs, se pavanant drapés dans une bonne conscience qui ne leur coûtait pas un euro pour apprécier du bout des lèvres le renoncement (alambiqué, au reste) de M. Varin du groupe PSA à sa retraite-chapeau de 21 millions, représentant en réalité un versement mensuel de 25 000 euros pendant 25 ans... Entre autre Lellouche (UMP) regrettant qu'un patron se serve alors que le groupe va mal, tout en assurant qu'un groupe allant bien pourquoi pas.

Chi... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles