Crise de la zone euro et immigration européenne au Royaume-Uni

Le Royaume-Uni est visiblement devenu une destination attrayante pour les émigrés des pays en crise de la zone euro.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
immigration

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Crise de la zone euro et immigration européenne au Royaume-Uni

Publié le 5 décembre 2013
- A +

Un article d’Open Europe.

Cette semaine a été riche en nouvelles concernant l’immigration. L’ONS (Office for National Statistics, institution anglaise NDT) a publié aujourd’hui un rapport sur le sujet, qui montre une légère augmentation de l’immigration nette vers le Royaume-Uni cette année. Ce chiffre en particulier est au centre des attentions dans la mesure où l’objectif du gouvernement de David Cameron est de le faire passer sous la barre des 100 000 d’ici les prochaines élections.

Cependant, il est utile de repérer les tendances à long terme, notamment la composition de ce flux migratoire (voir le graphe ci-dessous, qui exclue les citoyens britanniques).

Non-Brit-net-immigration3

Depuis 2010 les immigrés ne venant pas de l’Union Européenne sont de moins en moins nombreux (ils représentaient 73% des non britanniques en juin 2010 contre 57% en juin 2013). Ils sont passés de 172 000 l’année dernière à 140 000 cette année.

Durant la même période, les immigrés venant de l’UE sont passés de 72 000 à 106 000.

Le graphe montre également que cet accroissement de l’immigration européenne est moins dû aux 8 pays ayant rejoint l’UE en 2004 (EU 8), qu’aux 15 membres les plus anciens, théoriquement plus riches et plus stables (EU 15).

On peut expliquer ce fait de plusieurs manières, mais il semble que le Royaume-Uni soit devenu une destination attrayante pour les émigrés des pays en crise de la zone euro comme l’Espagne, l’Italie, le Portugal et la Grèce.


Sur le web. Traduction : Lancelot/Contrepoints.

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • « On peut expliquer ce fait de plusieurs manières, mais il semble que le Royaume-Uni soit devenu une destination attrayante pour les émigrés des pays en crise de la zone euro comme l’Espagne, l’Italie, le Portugal et la Grèce. »

    Et la France.

  • Les EU8 ont vu leurs situations s’améliorer au détriment des EU15.
    Et la GB est déjà une destination attrayante depuis des années pour les Français et ne cessera pas de l’être.

  • Maintenant on parle d’avantage Français qu’Anglais à Londres…

  • Le destin Islamico africain rom de la france est indisctutable. Regardez les villes.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Il y a quelques temps, j’avais publié un billet portant sur la bande dessinée de l’économiste Bryan Caplan intitulée Open Borders, qui faisait l’apologie de l’immigration. Même si cette œuvre était très convainquante, certains pourraient préférer un livre plus formel sur cette question.

Ces derniers mois, j’ai lu deux livres sur le sujet de l’immigration. Le premier intitulé Wretched Refuse, par Alex Nowrasteh et Benjamin Powell (ANBP) est un ouvrage très empirique, qui épluche toute la littérature académique sur les impacts de l’immig... Poursuivre la lecture

Par Alessandro Mazzola. 

 

Giorgia Meloni, 45 ans, leader du parti d’extrême droite Fratelli d’Italia, se prépare à présider le 68e gouvernement italien depuis la Seconde Guerre mondiale, qui sera le gouvernement le plus à droite depuis Benito Mussolini.

La coalition dans laquelle sa formation tient le premier rôle a en effet obtenu près de 44 % des suffrages (plus de 26 % pour Fratelli d’Italia, 9 % pour la Lega de Matteo Salvini et 8 % pour Forza Italia de Silvio Berlusconi) aux législatives tenues ce 25 septembre.... Poursuivre la lecture

Outre la santé, l’immigration est sans doute le sujet politique le plus polémique aux États-Unis. Les deux principaux partis se renvoient constamment la balle sans apporter de solution constructive à ce problème criant.

Car n’en déplaise à la vice-présidente, à qui incombe le problème, la frontière est très poreuse. Selon les dernières estimations, deux millions de personnes pourraient avoir traversé la frontière d’ici la fin septembre. On vient même de nuit pour tenter sa chance, et depuis le Pakistan parfois.

Et ce ne sont pas... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles