Crise de la zone euro et immigration européenne au Royaume-Uni

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
immigration

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Crise de la zone euro et immigration européenne au Royaume-Uni

Publié le 5 décembre 2013
- A +

Un article d’Open Europe.

Cette semaine a été riche en nouvelles concernant l’immigration. L’ONS (Office for National Statistics, institution anglaise NDT) a publié aujourd’hui un rapport sur le sujet, qui montre une légère augmentation de l’immigration nette vers le Royaume-Uni cette année. Ce chiffre en particulier est au centre des attentions dans la mesure où l’objectif du gouvernement de David Cameron est de le faire passer sous la barre des 100 000 d’ici les prochaines élections.

Cependant, il est utile de repérer les tendances à long terme, notamment la composition de ce flux migratoire (voir le graphe ci-dessous, qui exclue les citoyens britanniques).

Non-Brit-net-immigration3

Depuis 2010 les immigrés ne venant pas de l’Union Européenne sont de moins en moins nombreux (ils représentaient 73% des non britanniques en juin 2010 contre 57% en juin 2013). Ils sont passés de 172 000 l’année dernière à 140 000 cette année.

Durant la même période, les immigrés venant de l’UE sont passés de 72 000 à 106 000.

Le graphe montre également que cet accroissement de l’immigration européenne est moins dû aux 8 pays ayant rejoint l’UE en 2004 (EU 8), qu’aux 15 membres les plus anciens, théoriquement plus riches et plus stables (EU 15).

On peut expliquer ce fait de plusieurs manières, mais il semble que le Royaume-Uni soit devenu une destination attrayante pour les émigrés des pays en crise de la zone euro comme l’Espagne, l’Italie, le Portugal et la Grèce.


Sur le web. Traduction : Lancelot/Contrepoints.

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • « On peut expliquer ce fait de plusieurs manières, mais il semble que le Royaume-Uni soit devenu une destination attrayante pour les émigrés des pays en crise de la zone euro comme l’Espagne, l’Italie, le Portugal et la Grèce. »

    Et la France.

  • Les EU8 ont vu leurs situations s’améliorer au détriment des EU15.
    Et la GB est déjà une destination attrayante depuis des années pour les Français et ne cessera pas de l’être.

  • Maintenant on parle d’avantage Français qu’Anglais à Londres…

  • Le destin Islamico africain rom de la france est indisctutable. Regardez les villes.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

En France, il faut davantage d'enseignants, il faut davantage de juges, il faut davantage de policiers, il faut davantage d’informaticiens, davantage de plombiers et on pourrait allonger la liste…

Et cela pour d’excellentes raisons que nous allons rappeler, car des problèmes à résoudre sont très importants. Mais ces revendications se terminent par des demandes de moyens financiers… alors que la question n’est pas là.

Les raisons de recruter sont excellentes

Il n’y a pas assez de profs ? C’est vrai, il y a encore des classes surc... Poursuivre la lecture

Nouvelle année est souvent synonyme de nouvelles résolutions. Comme la perte de poids semble toujours aussi populaire, je vous invite à l’appliquer plus largement et ainsi diminuer votre consommation… d'État.

Oh, je ne propose pas une utopie à la Galt’s Gulch. Néanmoins, voyez comment de nombreuses vies peuvent s’améliorer à mesure que le périmètre d’action de l’État diminue.

Éducation

En effet, au début de la troisième année du « deux semaines pour aplanir la courbe », beaucoup d'enfants ont pris un sérieux retard dans leur app... Poursuivre la lecture

Par David Camroux. Un article de The Conversation

L’alliance AUKUS, réunissant l’Australie, le Royaume-Uni et les États-Unis, a officiellement vu le jour le 22 novembre 2021, lors d’une cérémonie de signature discrète à Canberra, environ deux mois après l’annonce publique et spectaculaire de l’accord par les dirigeants des trois pays concernés.

Dans l’intervalle, une avalanche d’analyses s’est concentrée sur les aspects stratégiques et géopolitiques de cette entente pour l’Australie et les États-Unis, tendant à minimiser ses dyn... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles