Atlantico passe à une formule payante : le détail des offres

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Atlantico_logo (Tous droits réservés)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Atlantico passe à une formule payante : le détail des offres

Publié le 29 novembre 2013
- A +

Par Alexis Vintray.

Dans le secteur difficile de la presse en ligne, on savait qu’Atlantico avait du mal à trouver une formule rentable : après le modèle exclusivement financé par la publicité, le site d’information a également essayé l’édition d’ouvrages numériques en partenariat avec Eyrolles. Las, les résultats financiers restent difficiles, puisque le résultat net a atteint en 2012 -988 000€, après -950 000€ en 2011, comme le rapportait récemment le Journal du Net. Des résultats toutefois proches de ceux de ses concurrents Slate ou de Rue89, dont les pertes sont même supérieures.

Pour sortir de cette situation périlleuse, le pure player réfléchit à lancer une (voire plusieurs) formules payantes, tout en conservant une partie de son site accessible à tous. Pour étudier la faisabilité d’un tel passage au payant, Atlantico.fr a lancé avec l’institut OpinionWay une étude à destination de ses lecteurs, étude dans laquelle on peut retrouver les grands axes envisagés pour le paywall du site. Un projet bien avancé déjà au vu des questions de l’étude. Ainsi, la mise en place d’un paywall semble d’ores et déjà actée, au vu de la présentation de l’étude :

Atlantico payant

Précisément, le site d’information envisage trois formules payantes. Une première, Atlantico +, offrant l’accès à l’intégralité des articles (alors que les utilisateurs gratuits seraient limités à un nombre d’articles par jour), plus divers services :

Atlantico payant offre 1

Une seconde offre, proposant des analyses et synthèses supplémentaires, « offre Atlantico Intelligence » :

Atlantico payant offre 2 Illustrations de cette offre « Intelligence » : Atlantico Intelligence 2 Atlantico Intelligence

Enfin, le site lancerait une troisième offre, combinant les deux :

Atlantico payant offre 3

Concernant le prix de ces différentes offres, Atlantico envisageait la tarification suivante, de 5€ par mois pour la version « plus », 11€ par mois pour la version « Intelligence » et 12€ pour le combiné des deux :

Tarifs Atlantico payant

Reste à voir dans quelle mesure les modalités de ce passage partiel au payant seront modifiées suite aux résultats de l’enquête en cours actuellement. Mais le principe semble lui acté, et vient renforcer le camp de ceux qui croient que l’avenir de la presse en ligne est dans les formules payantes.

Voir les commentaires (22)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (22)
  • Sur internet les médias d’information devront tous, un jour ou l’autre, devenir payant.
    L’info gratuite ça n’a aucun sens.
    Cela permettra de reéquilibrer la concurrence et permettre à la presse écrite de rebondir.
    Le journalisme est un métier et ceux qui l’exercent doivent être payés comme il se doit et donc il faut que lcelui qui consulte sur du papier ou sur un écran en paye le prix.

    • Journaliste n’est pas un métier, c’est une occupation. Ce n’était un métier que parce que le coût d’accès à l’info était élevé. Ce n’est plus le cas. Fermez le ban.

      • Vladimir Vodarevski
        1 décembre 2013 at 13 h 00 min

        Mais si, journaliste peut encore être un métier. Patrick de Saint Exupéry a lancé le magazine XXI. Il soulignait que son budget grands reportages était plus élevé que celui des grands quotidiens et grands magazines. Je n’ai pas accroché à XXI. Mais ce magazine montre que le vrai journalisme peut exister et peut se vendre.
        (Même si Bloomberg vient de décider de l’abandonner.)

      • H16i tu es un journaliste raté donc tu es envieux et aigri.
        Mais les journalistes professionnels titulaires de la carte de presse, QUE TU N’AS PAS, se moquent des attaques contre eux de la part des bloggeurs.
        Eux ils gagnent leur vie parce que les gens préfèrent payer pour avoir de la bonne info que lire n’importe quoi sur des blogs gratuits.

        • Belle illustration… Journaliste=carte de presse
          Un statut ne fait pas un métier comme un diplôme ne donne pas la valeur d’un homme
          Ils se moquent de beaucoup de choses les journalistes, et surtout de leurs lecteurs, on l’a bien compris depuis longtemps.

          • oui parfaitement journaliste = carte de presse = statut. C’est valable dans la plupart des pays du monde.
            Et comme cela, ceux qui n’ont pas la compétence pour êtrer journalistes, ne pourront pas tricher en faisant croire qu’ils le sont

          • Salut les copains, moi aussi j’ai une équation !

            Sachant que la quasi totalité des organes de presse sont subventionnés par l’état pour leur éviter la faillite, que pour obtenir une carte de presse il faut prouver que plus de 50% de vos revenus sont versés par un desdits organes de presse, que la carte de presse représente un statut à petits privilèges non négligeables, la voici:

            carte de presse = travailler majoritairement pour un organe de presse reconnu comme tel officiellement = ne pas trop froisser ledit organe pour continuer à bénéficier de la carte = ne pas froisser les subventionneurs de l’organe de presse (on ne mord pas la main qui vous nourrit) = obéir et fermer les yeux sur certains sujets qui pourraient fâcher organes et subventionneurs pour garder salaire, carte, statut et privilèges liés.

            On peut le voir comme ça aussi

        • Vladimir Vodarevski
          1 décembre 2013 at 15 h 07 min

          Je ne pense pas que H16 se considère comme journaliste. Editorialiste plutôt. Je doute qu’il se soucie des statuts en général.

        • C’est sûr, la carte de presse est garante d’un journalisme de qualité.
          http://www.dailymotion.com/video/x5wsv_honte-a-la-redaction-de-france-2_news

        • Trop drôle. Vous parlez bien des super journaliste payés par nos impôts car ils ne savent plus écrire en étant objectif et en disant la vérité.

        • @turnover : journaliste et compétence, mais en quoi ? vous pourriez développer, merci.

      • +1 Si tout le monde répond comme moi au sondage, ils vont prendre peur. Jamais je ne paie plus que mes yeux pour voir la pub!

      • Si, journaliste est quand même bien un métier, pourquoi pas?… pas une profession. Publicitaire est aussi un métier, et commédien. Ce métier et sa relation avec politique, magouille et spéculation n’ont d’ailleurs jamais changé. Absolument lire le chef d’oeuvre Bel-Ami de Maupassant.

        Ceci dit, il sert à la base à vendre de la distraction à un public défini avec tout ce que cela comporte de cabotinage. Il y a certainement même encore de rares journalistes d’investigations honnêtes (le responsable économie de la Tribune a fait très fine impression un jour à ma table). Contrepoints ne fait rien d’autre que du journalisme quand même. J’espère pour ma part que les contributeurs et éditeurs de ce site gagnent très bien leur vie avec leur plume, mais je ne me fais pas d’illusion.
        En tout cas, c’est de loin la distraction qui est la plus valable à mes yeux sur internet depuis des mois que je la connais… Bravo Contrepoints!

  • L’idée du pack services est une bonne piste à condition de ne pas brider l’accès à certains articles dans la formule gratuite. Sur ce créneau, toute information, analyse, point de vue est assez rapidement disponible ailleurs sur le net. Le modèle doit préserver une large audience pour développer la notoriété du site et devenir un lieu de débat. Les services payants peuvent donner un accès prioritaire, des facilités ou plus de souplesse mais le modèle doit éviter de réserver l’accès à tous les articles aux seuls abonnés.

  • Vladimir Vodarevski
    1 décembre 2013 at 11 h 14 min

    La problématique est d’avoir quelque chose qui a de la valeur. L’offre Intelligence est un service qui, si les articles sont en nombre suffisant et de qualité suffisante, peut avoir de la valeur.

  • Je n’ai guère de respect pour le journalisme officiel, subventionné par l’état et stipendié. Il se peut que h16 ne soit qu’éditorialiste, ce sont ses éditoriaux que je lis. Ils ne sont pas du simple journalisme mais aussi de reflexion. Comparé aux éditoriaux de la presse officielle il n’y a pas photo, surtout qu’il s’y ajoute un talent d’écriture. Pour ma part je suis prèt a payer -un peu- pour avoir accès a tous les articles d’atlantico mais il se trouve que je ne me contente pas d’atlantico et que je consulte régulièrement d’autres sites, qui deviendront payant un de ces quatre matins, je ne voudrais pas être obligé de choisir.

    • Le journalisme, ça n’existe plus.

      Avant, c’était :
      -l’enquête
      -le reportage

      Les deux réclament des moyens (songez aux grands reporters de la grande époque) et du temps (donc encore des moyens).

      Aujourd’hui, faites le test : ouvrez le Figaro, Libération, le Monde.

      Il y des éditos… et des reprises de dépêches. Point barre. Et en plus, avec notre pognon (subventions).

      Donc, de la merde dans un bas nylon.

      L’équation est ainsi simple :
      -j’accepterais de payer pour du reportage et de l’enquête.

      -toute le reste (y compris des éditos) CA NE VAUT PAS TRIPETTE (en argent/temps, même si ça peut valoir en sens). Hors de question de payer.

  • La presse écrite surachetée et « concubinée »par les élus de tous bords a vécue. Et c’est tant mieux: elle n’aurait pas dû se laisser acheter, elle va de plus en plus se limiter à ce qu’elle sait faire le mieux: le people qui se multiplie à vue d’œil. Les journaux web ont toutes leurs chances s’ils arrivent à se financer sans tomber dans l’erreur de se faire acheter, tout en défendant la liberté d’expression. Il ne faut surtout pas embrouiller les lecteurs dans une multitude de choix comme le prévoit Atlantico. Dans une première phase je pense qu’il faudrait essayer l’appel aux dons libres et semestriels des lecteurs qui apprécient cette publication. Quitte à leur rappeler tous les six mois la situation financière de ce journal qui ne peut vivre que par eux.

  • C’est simple depuis qu’Atlantico est passé payant en supprimant tout accès aux forums des lecteurs je les ai déréférencés. Sortis de mes marque-pages et je ne clique plus sur leurs articles. Hors de question de payer pour leurs articles sachant que pour beaucoup de sites ce qui est le plus inintéressant ce sont les forums de lecteurs où on trouve de tout mais aussi des forumeurs exceptionnels qui postent des commentaires d’un niveau très supérieur à l’article en référence.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Quelle ne fut pas ma surprise ces derniers jours lorsqu'en lisant les articles du Figaro, l'Express, le Monde ou d'autres, je me vis privé de petit article croustillant. En cause : mon bloqueur de publicités.

Oui, j'avoue : je n'aime pas des masses les publicités que ces sites m'imposent. Je ne parle pas des petits encarts discrets qu'on trouve éventuellement sur les bords des articles, et qui, ma foi, ne me gênent pas, mais plutôt des panneaux hargneux qui viennent s'afficher en plein écran avant l'article, qui déclenchent immédiateme... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Oui, Anders Breivik est un magnifique détecteur de cuistres

Dans un article foutraque, Jacques de Guillebon avait écrit, sur Atlantico qui l'avait laissé faire, que le tueur d'Oslo était un fondamentaliste plus "néolibéral" que "chrétien". On pouvait s'y attendre : n'ayant ni l'élégance ni la réflexion d'un Koz, le gentil Jacques, heurté dans sa sensibilité chrétienne, avait décidé de cogner sur le libéralisme, ennemi facile de toute une génération de cuistres divers. Dans un bel effort, Daniel Tourre avait répondu en s'insurgeant cont... Poursuivre la lecture

Atlantico accorde un article complaisant à la théorie du socialisme de marché, qui considère qu'il est possible de construire un système socialiste, dans lequel l'État détient les entreprises et fixe les prix, mais dont les entreprises sont gérées sans intervention de l'État.

À en croire l'article de Donald Marron, c'est une théorie tout à fait valable, dont il peut parler sans mentionner qu'elle a été totalement discréditée, et par les faits, et par la théorie, il y a déjà plusieurs dizaines d'années. Retour sur la critique essentiell... Poursuivre la lecture