Iran : nucléaire civil, sanctions efficaces et autres fables

Les Iraniens ont dû passer un bon moment à Genève, ils avaient encore le sourire en repartant.

Par Stéphane Montabert, depuis la Suisse.

Catherine Ashton et Mohammad Javad Zarif, très tendus.
Catherine Ashton et Mohammad Javad Zarif, très tendus.

Les nombrilistes genevois se sont réjouis : suite aux pourparlers iraniens sur le nucléaire, la Genève Internationale a brillé de mille feux, fut-ce pour rien.

Le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif arborait un ordinateur portable Lenovo et incarnait l’Iran nouveau, moderne, sympathique et souriant. « Ils sont vraiment différents [du gouvernement précédent] », expliqua un diplomate, « cette fois-ci ils viennent avec des présentations Powerpoint ». L’apparence de la délégation iranienne contredisait assez nettement la rhétorique de pauvres hères ramenés à l’âge de pierre par le joug de sanctions onusiennes.

À y repenser, ce n’est pas étonnant. Il faut vraiment être né de la dernière pluie pour croire que l’ayatollah Ali Khamenei ou sa clique subiront le moindre inconfort à cause de « terribles sanctions économiques » venues de l’Occident. C’est tout aussi vrai pour l’Iranien de la rue. Pour s’en convaincre il suffit de jeter un œil sur quelques mesures infligées à l’Iran en vertu des résolutions du Conseil de Sécurité des Nations Unies :

  • une interdiction d’exporter vers l’Iran certains articles, matières, équipements, biens et technologies susceptibles de contribuer aux activités iraniennes liées à l’enrichissement de l’uranium, au retraitement du combustible, à l’eau lourde ou à la mise au point de vecteurs d’armes nucléaires ;
  • une interdiction de fournir toute personne en Iran de l’aide technique, des services financiers, de courtage ou tout autre service lié la fourniture, la vente, au transfert, la fabrication ou l’utilisation des produits visés par l’embargo sur l’exportation ;
  • une interdiction de mettre des biens ou des services financiers ou services connexes à la disposition de l’Iran à des fins d’investissement dans certaines activités nucléaires ;
  • une interdiction d’exporter vers l’Iran toute technologie se rapportant à toute activité liée aux missiles balistiques pouvant emporter des armes nucléaires, y compris les tirs recourant à la technologie des missiles balistiques ;
  • une interdiction d’exporter vers l’Iran tout char de combat, véhicule blindé de combat, système d’artillerie de gros calibre, avion de combat, hélicoptère d’attaque, navire de guerre, missile ou lanceur de missile…

Et ainsi de suite. La liste semble assez éloignée de la consommation d’un ménage courant, voire d’un gouvernement courant.

Personne n’a jamais interdit à l’Iran un programme nucléaire civil. Le Traité de Non-Prolifération nucléaire – dénoncé par l’Iran – le permet et l’encourage même:

Art.4 – Rien ne devra entraver le « droit inaliénable » des États à l’énergie nucléaire à des fins pacifiques.

Mais l’article 2 du même TNP interdit la fabrication d’armes nucléaires par les pays qui n’en ont pas. On comprend mieux les motivations de Téhéran, plus crédibles que la pantalonnade de programmes secrets et de centres de recherche abrités par des bunkers et jetés en défi au monde juste pour préparer l’approvisionnement électrique civil de demain…

Si un régime ambitionne de construire des missiles balistiques intercontinentaux dotés d’une tête nucléaire, en revanche, les interdits de l’ONU peuvent gêner. Mais pas tellement. La Corée du Nord, largement écrasée par d’autres sanctions internationales, tire ses principaux revenus de l’exportation de missiles balistiques interdits. Quant à l’Iran, elle a réussi sous le régime des sanctions à enrichir près de 200 kg d’uranium à 20% d’U235, très au-delà des 3 à 5% nécessaires pour une utilisation civile de l’atome. Avec au moins dix-huit mille centrifugeuses, chacune rigoureusement interdite.

Les sanctions ont une autre utilité pour le régime qu’elles visent : elles lui donnent une merveilleuse excuse pour justifier ses échecs. Tout ce qui va mal dans le pays est la conséquence des sanctions. Et d’Israël et des États-Unis, aussi.

Même s’il n’est pas politiquement correct de l’affirmer, l’Iran est bien plus ruiné par la calamiteuse gestion islamique de son économie que par d’hypothétiques sanctions internationales. Le parallèle avec le Venezuela de Chavez et de Maduro saute aux yeux – un autre pays producteur de pétrole si habilement géré qu’il est finalement contraint d’importer son carburant et même d’envoyer des militaires surveiller le papier toilette. Malheureusement pour lui, le Venezuela n’a pas de programme nucléaire militaire connu. Il ne lui reste plus que l’excuse fatiguée du complot impérialiste américain.

imgscan contrepoints 2013-2424 IranÀ les entendre, les négociateurs (USA, Chine, Royaume-Uni, France, Russie et Allemagne) sont convaincus que le régime des sanctions est la bonne solution. C’est de bonne guerre, vu qu’ils n’ont pour la plupart ni la volonté politique ni la santé économique pour mettre d’autres options sur la table. Mais les Iraniens ne vont certainement pas les contredire. Au contraire, ils sont venus à Genève pour les conforter et négocier, évaluer l’unité et la détermination du camp adverse, faire quelques promesses en l’air et pleurnicher sur le malheurs du régime des sanctions malgré lequel le programme militaire fleurit.

L’Iran ne cherchait qu’à gagner du temps, il ne lui faut rien d’autre. Il vient de gagner six mois sur des promesses ambigües. Mieux, le régime des sanctions est assoupli, ce qui veut dire que lorsque la période sera éventée et les promesses non tenues, le monde se contentera probablement de retourner à la situation actuelle en guise de « punition ». Et Le Figaro rappelle que ce modeste intervalle de temps pourrait lui suffire pour faire la bombe :

Pourquoi les négociations avec l’Iran se focalisent-elles autant sur un seuil d’enrichissement de l’uranium à 20% ? Celui-ci semble trop élevé pour le simple usage de production d’électricité à titre civil, pour laquelle 3% à 5% d’enrichissement suffisent. Mais il paraît assez faible par rapport à l’uranium à 90%, strict minimum pour réaliser une bombe nucléaire.

[Le seuil de 20%] laisse la possibilité d’arriver très vite à des niveaux d’enrichissements militaires, proches de 90%. De manière assez contre-intuitive, ce sont en effet les premiers pourcents d’enrichissement qui sont les plus longs et les plus difficiles à obtenir. Si on veut produire de l’uranium à 90%, passer de 0,7% à 3,5% représente déjà les trois quarts du travail, et une fois les 20% atteints, les neuf dixièmes des efforts sont faits.

Un article du Telegraph enfonce le clou :

Selon le dernier rapport de l’AIEA publié en août, l’Iran dispose de 185 kg d’uranium à 20%, en dessous des 250 kg qu’on estime nécessaire pour une conversion de matière fissile suffisante pour une bombe. Mais avec le stock en augmentation et l’Iran installant de plus en plus de centrifugeuses l’inquiétude est qu’un jour le régime puisse franchir cette étape si rapidement que l’AIEA ne s’en rende pas compte assez vite.

Les Iraniens ont dû passer un bon moment à Genève, ils avaient encore le sourire en repartant. Mais l’enjeu des discussions reste la possession par un régime islamiste millénariste d’une arme capable de carnages comptés en millions de victimes.

Rappelons-le encore une fois : l’Iran a déjà fait les neuf dixièmes des efforts nécessaires pour sa bombe atomique. Sous les applaudissements de la Genève internationale.


Sur le web.