Accord de Genève : pire que Munich

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Accord de Genève : pire que Munich

Publié le 27 novembre 2013
- A +

Par Bret Stephens du Wall Street Journal.
Traduction : Bernard Martoïa

 

En 1938, Chamberlain acheta du temps pour se réarmer. En 2013, Obama donne du temps à l’Iran pour se doter de l’arme nucléaire. Pour reprendre Churchill : « Jamais dans l’histoire de la diplomatie mondiale on a fait tant de concessions pour si peu. »

La capitulation du Royaume-Uni et de la France devant l’Allemagne nazie à Munich a longtemps été synonyme d’ignominie, de décadence et de fiasco diplomatique. Pourtant, ni Neville Chamberlain ni Édouard Daladier n’avaient le soutien du public ou les moyens militaires pour résister à Hitler en septembre 1938. La Grande-Bretagne avait seulement 384 000 hommes dans son armée régulière, et le premier avion Spitfire venait à peine d’entrer en service dans la RAF1. « La paix pour notre temps » ne l’était pas vraiment, mais cet apaisement lui donna un sursis d’un an pour se réarmer.

La signature des accords de paix de Paris en janvier 1973 fut la trahison d’un allié des États-Unis et l’abandon d’un effort pour lequel 58 000 soldats américains donnèrent leur vie. Cependant, il mit fin à la participation de l’Amérique dans un conflit périphérique que ni le Congrès ni le public américain ne pouvaient soutenir indéfiniment. « La paix avec l’honneur » ne l’était pas vraiment, comme les victimes des camps de la mort cambodgiens ou les camps de rééducation vietnamiens peuvent en témoigner. Mais pour des fins américaines du moins, cela signifiait la paix.

En revanche, l’accord nucléaire intérimaire signé, dimanche, à Genève par l’Iran et les six grandes puissances a beaucoup de défauts comme ceux de Munich ou de Paris. Mais il n’a aucune teinte de rachat ou de disculpation.

Il faut prendre en considération que la Grande-Bretagne et la France vinrent à Munich comme de faibles puissances militaires. Les États-Unis et ses alliés disposent d’une position de force écrasante par rapport à l’Iran. La Grande-Bretagne et la France avaient gagné un peu de temps pour se réarmer. Les États-Unis et ses alliés ont donné à l’Iran encore plus de temps pour enrichir de l’uranium et développer son infrastructure nucléaire. Les gouvernements anglais et français devaient prendre en considération qu’une majorité écrasante d’électeurs étaient en faveur de la paix à n’importe quel prix. Le gouvernement d’Obama défie la majorité dans les deux chambres du Congrès en faveur d’un accord à tout prix avec l’Iran.

En ce qui concerne le parallèle avec la guerre du Vietnam, l’armée américaine montra sa détermination pendant la période qui précéda les accords de Paris avec une campagne de bombardements massifs et le minage du Nord du pays pour  démontrer la volonté présidentielle de forcer Hanoi à signer cet accord. Le gouvernement américain vient à Genève frais de sa déconvenue de recourir à la force pour punir la Syrie de Bachar al-Assad d’avoir utilisé des armes chimiques contre son peuple.

L’administration Nixon quitta le Vietnam dans le cadre d’une ouverture durable avec Pékin qui rééquilibra le rapport de forces au détriment de Moscou. Maintenant les États-Unis tentent une ouverture fugace avec Téhéran au détriment d’une alliance durable de nos intérêts avec Israël et l’Arabie saoudite. « Comment perdre des amis et aliéner les gens » est le titre d’un mémoire hilarant par l’auteur britannique Toby Young, mais il pourrait aussi être l’histoire de la politique étrangère de Barack Obama2.

C’est là que les différences finissent entre Genève et les accords précédents. Ce qu’ils ont en commun est que chaque accord est une trahison envers un petit pays comme la Tchécoslovaquie, le Vietnam du Sud, ou Israël dont la sécurité est garantie par les Occidentaux. Chaque accord est une victoire pour les dictatures. « Peu importe que le monde le veuille ou non », le président iranien Hassan Rouhani a déclaré dimanche : « ce chemin, si Dieu le veut, est un hommage rendu à nos martyres de la communauté scientifique nucléaire. »34 Chaque accord accrut le mépris des dictatures pour les démocraties : « Si jamais ce vieil homme stupide vient interférer encore avec son parapluie, je vais le faire tomber dans l’escalier et lui sauter sur le ventre » confia Hitler à son entourage après la visite de Chamberlain à Munich.

Et chaque affaire fut un prélude au pire. Après Munich vinrent la conquête de la Tchécoslovaquie, le pacte germano-soviétique et la Seconde Guerre mondiale. Après Paris est venue la chute Phnom Penh et de Saigon, et la sortie humiliante depuis le toit de l’ambassade. Après l’accord de Genève va émerger un nouveau Moyen-Orient chaotique où les États-Unis vont perdre leur influence sur leurs alliés.

À quoi cela va-t-il ressembler ? L’Iran va se libérer peu à peu des sanctions et se glisser dans une zone d’ambiguïté et d’ombre pour tromper ses adversaires sur ses intentions jusqu’au jour où il sera en mesure d’affirmer sa puissance nucléaire. L’Arabie Saoudite voudra agir rapidement pour acquérir une force de dissuasion nucléaire auprès d’Islamabad. Le prince milliardaire saoudien Alwaleed bin Talal l’a dit à notre journal quand il a indiscrètement commenté un arrangement avec le Pakistan. L’Égypte commence à réfléchir à se doter d’une force nucléaire tout en négociant une alliance de sécurité avec la Russie.

Quant à Israël, il ne peut pas se permettre de vivre avec un Iran nucléaire et avec un Hezbollah à sa frontière qui gagne en influence politique et militaire. Les chances qu’Israël attaque les sites nucléaires de l’Iran vont augmenter fortement après l’accord de Genève, et plus encore, les chances d’une nouvelle guerre contre le Hezbollah, l’allié de l’Iran au Liban.

Après la Seconde Guerre mondiale, les États-Unis créèrent des alliances de sécurité pour prévenir ce genre de politique étrangère indépendante qui devient rampante au Moyen-Orient. Ce système a bien fonctionné jusqu’au président Obama qui, dans sa sagesse, a décidé de le jeter aux orties. Si vous entendez des analogies avec les années trente après l’accord de Genève, c’est parce que l’Occident est dirigé par le même genre d’hommes, les parapluies en moins.


Article original titré « Worse Than Munich » et publié le 25.11 par The Wall Street Journal.

Notes du traducteur :

  1. RAF est l’acronyme anglais de la Royal Air Force
  2. Le Désastre Obama par Guy Millière aux éditions Tatamis.
  3. C’est une allusion aux assassinats ciblés de scientifiques nucléaires de haut niveau par le Mossad auxquels le général iranien Qassem Suleimani a répliqué par l’explosion d’un bus transportant des touristes israéliens près de l’aéroport de Burgas en Bulgarie le 18 juillet 2012 qui fit sept morts. La méthode est révélatrice des méthodes employés par une démocratie et par une dictature : des frappes ciblées pour Israël, des frappes aveugles pour l’Iran.
  4. Le journaliste Dexter Filkins du New Yorker a fait une enquête élogieuse sur ce chef du renseignement militaire iranien dans son numéro du 30 septembre 2013 sous le titre « The Shadow Commander ». Ce magazine est un test auprès d’un public cultivé de la politique intérieure ou extérieure de son président adoré. Pour ce chef militaire iranien qui s’est confié au journaliste américain, le maintien du régime en Syrie est vital pour le Hezbollah, le principal allié de Téhéran dans la région. Que l’on veuille ou non l’admettre en pratiquant la politique de l’autruche, l’objectif ultime de l’Iran reste la destruction de l’État hébreu quand il aura acquis la bombe nucléaire. Dans ce rapport de forces inégal, l’Iran a pour lui la ténacité et la duplicité, face à une opposition désunie et lâche qui ne pense qu’à négocier de juteux contrats commerciaux.
Voir les commentaires (28)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (28)
  • Mouais… Entre Israël et l’Iran, je vois pas qui est le plus menaçant dans la région. Une oligarchie théocratique économiquement asphyxiée soumise à un terrible embargo commercial depuis 30 ans, ou une Démocratie théocratique détenant l’arme nucléaire gouvernée par son extrême droite qui viole toutes les conventions internationales et occupe illégalement les bons trois-quarts du territoire Palestinien… La bande de Gaza ressemble à s’y méprendre aux ghettos juifs établis par les nazis pendant la guerre… Les phases d’épuration en moins. Apparemment Même les peuples sont voués à infliger les crimes dont ils ont été victimes… De toute façon j’ai beaucoup de mal à avoir de la sympathie pour ces deux théocraties qui passent leur temps à se crêper le chignon autour d’un Dieu qui ne leur à rien demander. A part de faire la paix et de fermer leur g***le.

    • J’ajouterais qu’isoler l’Iran ne rapporte rien politiquement et économiquement à nous européens. L’Iran ne nous ne menace pas outre mesure, et la signature de cet accord va forcément déboucher sur de nouveaux marchés pour les entreprises, l’Iran vivant sous perfusion depuis le durcissement de l’embargo commercial. Et laisser les autistes de la clique de Netanhyaou bouder dans leur coin. Leurs intérêts ne sont pas les nôtres… Enfin pas celle du peuple français AMHO.

    • gaza? Comparable aux ghettos juifs de la seconde guerre mondiale? Mouarf….gaza avec ses hotels de luxes, ses galeries marchandes à l’occidentale, ses étales de marché plein à craquer. Gaza fut égyptienne, a d’ailleurs une frontière commune avec l’égypte mais votre hargne va d’abord à Israel que vous affublez de théocratie d’extrême droite alors que c’est la seule démocratie du Moyen-Orient…hum hum hum. A oui j’oubliais, gaza et ses meeting et défilé militaire bras tendu vers le ciel du Hamas.

      • Ah c’est sûr que Gaza est un ilot de prospérité, avec ses jolis murs d’enceinte, son joli blocus, sa jolie densité écrasante de population au kilomètre carré (plus de 4000 hab/km2), et son joli quartier Rimel, véritable village Potemkine à journalistes et élites locales (Hamas, mafieux, et trafiquants en tous genres), qui justifie à lui seul que l’on laisse tout un peuple crever à petit feu en bouffant des cailloux. Ils ont le quartier Rimel, les égoïstes!

        • Encore une fois, le problème ne vient pas d’Israel. Lorsqu’ils se sont retirés de la bande de Gaza, les palestiniens avaient ici une occasion unique de prouver au monde qu’ils étaient capable de s’assurer un avenir. Qu’ont-ils fait? Ils ont tiré des dizaines de milliers de roquettes sur Israel au cours des 10 dernières années. Et après ils viennent se plaindre qu’Israel ferme ses frontières. Très amusant. Pour le reste , je le maintiens. Cette richesse étalée au grand jour à Gaza ne profite bien sûr qu’à une parti de la population. Mais ça cher ami c’est un problème de gouvernance. Soi dit en passant, vous restez encore bien silencieux sur le rôle de l’Égypte qui ne s’empresse pas trop d’aider leurs petits camarades.
          Pour finir, puisqu’encore vous brandissez comme un hochet ce fameux chiffre de 4000 hab/km2, aller donc comparer ce chiffre à ceux des grandes mégalopoles mondiales…juste pour voir.

          • L’Égypte a déjà du mal avec ses propres extrémistes, et sachant que l’Armée égyptienne est sous perfusion américaine, je vois pas trop ce que les égyptiens en ont à foutre des Palestiniens à l’heure actuelle.

             » Lorsqu’ils se sont retirés de la bande de Gaza, les palestiniens avaient ici une occasion unique de prouver au monde qu’ils étaient capable de s’assurer un avenir. Qu’ont-ils fait? Ils ont tiré des dizaines de milliers de roquettes sur Israel au cours des 10 dernières années »

            Comme l’on fait et le font toujours les libanais du Hezbollah. Comme à chaque fois que Tsahal fonce comme un taureau dans une crèche et dégomme quelques tarés de la kalash, puis repart en laissant le soin aux locaux de reconstruire quelques chose. Mais comme c’est toujours la dèche après une guerre, ce sont ces mêmes tarés, subventionnés grassement par la Syrie, l’Iran, Quatar & Cie, qui financent les reconstruction et achètent du kamikaze pour le futur. Je ne cherche pas à exempter le Hamas, Hezbollah et leurs cliques de fanatiques religieux des agressions dont ils sont responsables, seulement la solution d’envoyer les blindés et les bulldozer à chaque fois par Israël est juste risible… Quand au problème de gouvernance, les autorités Palestiniennes sont autant responsables que les autorités Israéliennes à ce sujet: La Palestine est de fait occupée et déchirée en deux, avec comme unique ouverture sur le commerce extérieur la frontièrer égyptienne (pays toujours plongé en pleine crise) ou bien la mer (mais soumis à un blocus de la marine Israélienne).
            Mais il ne sert pas vraiment à grand chose de débattre comme des autistes qui campent et qui camperont toujours sur leurs positions à ce sujet. Je considère que ces accords sont un premier pas positif, reste à savoir si l’Iran jouera le jeu.

          • Tiens checkmate, voici quand même un avis beaucoup plus équilibré de votre part. Pour la petite histoire, Gaza avant la guerre de 6 jours était égyptienne. Au moment des accord de camp David, Israel a bien voulu rétrocéder gaza à l’Egypte qui n’en a pas voulu. Le problème, voyez vous, c’est que les palestiniens sont considérés par les autres arabes comme des romanos et des foutteurs de m. (À tort ou à raison). Ils sont cependant bien pratiques pour emmerder Israel. Alors que des mouvements de populations bien plus important (je pense à l’Inde et au Pakistan par exemple à peu près à la même époque) ont pu avec le temps être amorti et ces populations intégrées, il n’en a rien été avec les palestiniens qui vivent encore aujourd’hui dans des camps. Cela a été sciemment voulu par les puissances arabes d’où ces perpétuelles demandes de droit au retour des descendants de 1.5 millions de palestiniens qui ont fui en 1948. Inapplicable, impraticable et qui témoignent surtout de la volonté des palestiniens et des puissances les soutenant de ne pas négocier.

  • Non mais franchement , comparer cet accord à ceux de Munich, je pouffe de rire. L’Iran n’a prévu d’envahir personne et n’a pas annexé d’autres pays pour le moment tel l’Anschluss.
    Ca sert à quoi de jouer aux « tough guys » avec l’Iran, c’est assez pathétique. Vous ne trouvez pas que faire du commerce c’est mieux que de montrer ses gros bras? Vous ne pensez pas que la levée des sanctions financières est une bouffée d’oxygène pour la population irannienne?
    La menace irannienne est exagéré, on sait très bien que les néo-cons sont encore de sortie pour donner de nouveaux contrats d’armement à l’industrie militaire, il faut bien trouver un substitut aux conflits irakiens et afghans bientôt finis.
    Les Etats-Unis ont úne grande part de responsabilité dans la déstabilisation du Proche et Moyen-Orient, peut-être davantage que l’Iran, et franchement s’allier avec l’Arabie Saoudite et le Pakistan il faudra m’expliquer quelle est la différence entre ces régimes et la république islamique. Le premier est un Etat davantage totalitaire et le second une poudrière infestée de terroristes.
    Jouer les matamores ne grandit pas les libéraux.

  • La comparaison avec les accords de Munich n’est pas pertinente, comme souvent dans ce genre de resucée du passé.
    Quand des sanctions internationales sévères rendent la vie infernale à une nation, il faut savoir en utiliser un jour le levier, sinon c’est une pure démonstration de force.
    L’accord de Genève tire enfin sur le levier ; les termes de l’accord sont acceptables dès lors que l’AIEA a libre pratique de ses équipes en Iran.

  • J’ai du mal à considérer les Américains en parangons de vertu, chantres de la paix-dans-le-monde, altruistes à outrance ou protecteurs du Tiers-Monde.
    Ces gens-là feraient mieux de s’occuper de leurs brouettées d’indigents avant de pleurer sur le sort funeste de ce petit-peuple-qui-a-tant-souffert, mais qui possède, lui, la bombe atomique et se permet de guerroyer quand il veut, où il veut, contre qui il veut, sans craindre la moindre critique.
    Monsieur l’Américain dénonce un mauvais accord. C’est peut-être le cas pour la stabilité du Moyen-Orient, et Israël a peut-être de bonnes raisons de s’en alarmer. Soit, c’est concevable.
    Mais économiquement?
    Lorsque Monsieur Obama a intimé l’ordre à ses « alliés » de punir un pays qui ne leur a rien fait et d’observer un strict embargo contre ces horribles barbus, messieurs Hollande, Fabius et consorts se sont empressés d’obéir à un si généreux maïtre, le petit doigt sur la couture du pantalon.
    Cette affaire nous a coûté des sous, a jeté à la rue bon nombre d’ouvriers français en nous fermant d’innombrables marchés juteux chez des gens réputés bons clients et excellents payeurs.
    Quelques naïfs se réjouissent que Peugeot, par exemple, pourra récupérer ses parts de marché abandonnées sur l’autel de la Solidarité Atlantique.
    Rien n’est moins sûr.
    Il suffit de voir à quel point Chevrolet a posé quelques solides jalons chez les vilains Perses, pendant que PSA faisait ses valises, pour comprendre que la politique étrangère américaine n’a de moralité qu’à l’aune des profits commerciaux.

  • En plus l’auteur ne connais pas l’histoire… En 1938 la France et l’Angleterre étaient beaucoup plus puissante militairement que le 3ème Reich.
    Know your facts stupid.

  • Quelle est la puissance régionale qui possède des dizaines de tètes nucléaires?
    Quelle est la puissance régionale qui possède des armes chimiques?
    Quelle est la puissance régionale qui pratique un apartheid envers certains de ses citoyens?
    Quelle est la puissance régionale qui pratique l’assassinat ciblé de ses opposants?
    Quelle est la puissance régionale qui possède des agents au plus haut niveau dans des dizaines de pays?
    Poser ces questions, c’est malheureusement parler d’Israël.
    J’ajouterai que l’époque est loin ou mon père et moi, en bons juifs sionistes, nous donnions des sous à ce pays.
    Aujourd’hui, ce pays ne mérite plus que notre indifférence désabusée.
    Quant aux manoeuvres pour nous faire passer l’Iran pour une menace, non merci. On a déja donné avec l’Irak et ses armes de destruction massive.

    • Surtout qu’intervenir en Iran, pays à la géographie très montagneuse sera autre chose que d’intervenir dans un pays de plaine semi-désertique. Bonne chance a celui qui enverrais ses forces terrestres en Iran.

    • Question1: sauf qu’israel n’a jamais menacé de manière ouverte et répétée ses voisins de génocide. L’inverse par contre….
      Question 2: la Syrie, l’Irak en son temps, l’Iran. 2 de ces pays l’ont déjà utilisée sur leur population respective.
      Question 3: pipo. Les arabes d’israel sont des citoyens à part entière et possèdent quelques menues provilèges que leurs concitoyens de confession juive n’ont pas.
      Question 4: parceque les autres ne le font pas ? Mort de rire. Soit dit en passant ces fameux opposants ne sont pas que des opposants politiques mais des terroristes qui s’attaquent en priorité aux civils.
      Question 5′ cf 4. Vous étes d’une naiveté confondante.

      Quant à l’Iran, il n’y a qu’à regarder leur politique étrangère depuis 40 ans pour se convaincre du contraire…..

  • Cette vision assez sommaire de l’économie pourrait être formulée ainsi : « Si ça bouge, sanctionnez-le. Si ça continue à bouger, bombardez-le. Si ça s’arrête de bouger, reconstruisez-le ».

  • Israël n’a plus aucun crédit, et à jouer les enragés, ce pays finira bien par devoir subir la guerre qu’il sème de ses voeux.
    D’ici-là un contrôle de ses armes est indispensable si Israël veut être réintégré dans la cour des pays dits démocratiques.
    Quand un pays comme l’a fait Israël utilise des armes interdites contre des civils, n’hésite pas à stériliser une partie de sa propre population et, last but not least, s’inscrit comme le champion du monde du false flag, comment encore le soutenir?

    • Contrôle des armes d’un pays souverain? Mort de rire. Si vous voulez contrôler leurs armes, il faudra d’abord leur faire la guerre…bonne chance avec ça. Je serais curieux de savoir où ce que vous avez bien pu aller chercher ses âneries de stérilisation forcée et d’utilisation d’arme interdite. Ça doit être sans doute sur le site du Hamas.
      Je terminerai par une remarque générale. Sur un site qui se prétend libéral, je trouve qu’il y a pas mal de monde pour étaler sa haine du juif, parceque c’est bien de cela dont il s’agit, et pas beaucoup pour remettre les pendules à l’heure. Il est certains que les israéliens ne sont pas des saints mais ils sont certainement très loin des monstres de l’image qu’une certaine propagande essaie de leur donner; propagande masquant bien mal d’ailleurs la monstruosité bien réel de leurs adversaires.

      • Et c’est r’parti, critiquer Israël revient à faire de l’antisémitisme, courageusement planqués derrière la communauté juive, les sionistes sont irréprochables, même leurs opérations false flag sont de la légende urbaine…
        Dommage pour les populations civiles israéliennes, mais après tout, c’est leur choix démocratique, non?

        • J’accorderais quelques crédits à vos critiques si elle n’étaient pas aussi outrancières et surtout SURTOUT à sens unique. Et ces opérations false flag dont vous parlez, vous croyez que les autres pays ne le font pas? Si vous trouvez cela moralement discutable, ce que je peux comprendre au demeurant, et bien dénoncer le aussi chez les autres. Vous gagnerez ainsi en crédibilité et vous évitera certains qualificatifs que vous pensez injustes ou mal appropriés.

      • J’aimerais, quant-à moi, mettre un bémol à l’orphéon de Mr. Agamemnon.
        Il ne s’agit pas ici d’étaler sa haine ou son amour pour tel ou tel autre, il s’agit d’étayer ses convictions par des faits vérifiables et indiscutables, le point de vue de chacun pouvant être soutenu sans besoin de rajouter des inepties.
        Lorsque Mr.Miloo pose des questions, peut-être orientées mais légitimes, il vaut mieux tenter d’y répondre à la lumière des faits.
        A la Question 1, Monsieur Agamemnon répond qu’Israël n’a jamais menacé personne, à l’inverse d’un Iran génocidaire, et à la Question 3 il nous assure que les Arabes d’Israël sont des citoyens privilégiés.
        Je donnerai mon opinion sur ces deux points:
        Mahmoud Ahmadinejad, dans quelques discours qui ont apporté la controverse, a appelé à la disparition de l’Etat d’Israël. C’est une position politique qui doit être discutée comme telle ou ignorée. A aucun moment le président iranien n’a souhaité l’anéantissement du peuple Juif. Jamais il n’a appelé à l’extermination des Juifs ou même à leur persécution.
        Par contre, je crois bien avoir entendu à maintes reprises Mr. Avigdor Liberman, Ministre des Affaires Etrangères d’Israël, vouloir anéantir le Hamas en détruisant Gaza par une bombe atomique , »traiter le problème du Hamas comme les Américains ont fait au Japon », et expulser les Arabes d’Israël à l’exception de ceux qui montreront un lien solide et une totale loyauté envers l’état hébreu, ainsi que Mr. Netanyahu souhaiter voir le judaïsme inscrit en lettres d’or dans la constitution israelienne, ce qui ferait peu de cas des Musulmans, mais aussi des quelques Chrétiens qui persistent à vouloir vivre en Terre Sainte.
        Monsieur Agamemnon, ne voyez pas dans mes propos une quelconque attaque personnelle; je pense qu’il convient seulement de rétablir quelques faits.
        Si j’ai dit des bêtises, faites-le moi savoir par une contradiction étayée, je ferai alors amende honorable.

        • Cher Lepoilux,

          Sans animosité aucune, cette fameuse déclaration d’Ahmanidejad est l’arbre qui cache la forêt. Si il n’en avait fait qu’une on aurait pu à la limite, compte tenu des possibles traductions du perse, avoir des doutes. Malheureusement, il a de manière répété et ostentatoire fait montre de son hostilité (et c’est un doux euphémisme) envers Israel. J’ajouterais qu’il n’a fait qu’exprimer ici la ligne politique du conseil supérieur de la révolution islamique, véritable organe dirigeant de l’Iran. Il ne faudrait pas oublier non plus que l’Iran de facto fait la guerre à Israel par l’entremise du Hezbollah. Quant à imaginer que la disparition d’Israel en tant qu’entité politique ne se ferrait pas sans l’extermination, l’expulsion ou la soumission des juifs relève du délire.
          Quant aux déclaration de certains politiques israéliens, elles n’engagent qu’eux mêmes. Qu’ils aient eux aussi des poussées de délires extrémistes est inévitable compte tenu du contexte dans lequel ils vivent. Notons au passage que ces déclarations n’ont jamais été suivi d’effet tout simplement parceque la société israélienne a des gardes fous puissants. Garde fous inexistant dans les sociétés musulmanes, où de manières quotidiennes tous les grands organes de presses, les politiques et les religieux font étalages de leur antisémitisme bien cracra que n’auraient pas renié les nazis. Un dernier commentaire sur ces déclarations inscrivant la judéité de l’état israélien dans la constitution: si cela peut nous paraitre saugrenue, un musulman par exemple n’aurait aucun problème à voir l’Islam inscrit dans la constitution de son pays. C’est d’ailleurs de facto le cas de quasiment tous les pays musulmans dont leur corpus de loi est basé partiellement ou complètement sur la charia.
          Pour finir, je me demande comment les chinois, les russes ou voir dans une moindre mesure les indiens auraient traité le problème palestinien. Poser la question c’est quelque part y répondre. Personnellement, je pense qu’il n’y aurait plus depuis longtemps de problème palestinien.

          • « étaler sa haine du juif »…cher Agamemnon vous êtes ridicule.
            Vous devriez avoir honte d’utiliser l’argument de l’antisémitisme pour répondre aux critiques concernant Israël.
            C’est un excellent outil rhétorique mais ça n’est pas à votre honneur, et je ne pense pas que cela fasse avancer vos arguments.

          • @ Miloo…

            Honte ? Certainement pas. Pourquoi devrais-je avoir honte de dénoncer ce qui va bien au-delà d’une simple critique mais qui s’apparente plus à un procès à charge. Je n’ai vu personne dénoncer ici les violations infiniment plus graves des droits de l’homme par les mollahs iraniens. Je n’ai entendu personne parler du sort des minorités religieuses ou ethniques dans ce pays. Il semblerait normal qu’on s’inquiète que ce pays qui base sa politique étrangère sur le racket, le chantage et le terrorisme possède un jour la bombe atomique. Je n’ai pas oublié les attentats du Drakkar et ceux sur notre territoire métropolitain, je n’ai pas oublié non plus nos otages au Liban dont l’un est malheureusement rentré en France entre 4 planches. Que penser d’un pays qui envoie ses propres enfants sans arme à travers des champs de mines. Même les nazis pendant la Seconde Guerre Mondiale alors qu’ils étaient acculés n’en sont pas venus à de telles extrémités. Les gamins qu’ils envoyaient au casse pipe avaient eux au moins de quoi se défendre.
            Alors que vous montiez sur vos grands chevaux, je n’en ai cure. Peut-être n’êtes vous pas antisémite, peu importe, mais une chose pour moi est certaine. A faire un choix entre Israel ou l’Iran, puisque visiblement nous ne pouvons y échapper, je préfère, et de loin, avoir comme interlocuteur Israel en position de force que l’Iran.

  • Vous savez on dénonce tous les crimes perpétrés par le régime Chinois, cela ne nous empêche pas de tous écrire ces lignes sur des ordinateurs dont les trois quarts des composants sont fabriqués là bas par des ouvriers qui bossent comme des esclaves… Le « droit de l’hommisme » est une chose amusante mais puérile, et quand on voit les récentes prises de position du gouvernement Chinois (http://h16free.com/2013/11/22/27369-vers-une-nouvelle-revolution-chinoise), il est clair que l’ouverture économique va sans doute faire beaucoup plus en faveur de la liberté et de la paix que les velléités et injectives de saintes nitouches outrecuidées des zentils gouvernements daimeaukratikes envers l’Iran.

    • Peut-être avez-vous raison, en tout cas je le souhaite. Pour la Chine, ils sont dans le même état d’esprit que les européens au 19 et début du 20e siècle. Dynamique, entreprenant, sûr d’eux…et terriblement nationalistes. On sait tous où cela a mené. Leur petit jeu autour des iles senkaku est terriblement dangereux et pour 2 raisons: l’étroitesse du territoire et la marine japonaise. On n’en parle pas beaucoup mais le Japon st peut-être un des seuls pays au monde à pouvoir se farcir un ou voir même 2 porte-avions américains et leurs escadres. Ils peuvent aussi du jour au lendemain construire environ 3000 têtes nucléaires (ils possèdent les plus gros stocks de plutonium de la planète).

  • Dans une interview au quotidien britannique « The Financial Times », le nouveau président iranien a exclu « à 100 % » un démantèlement des installations nucléaires.

    juste après que le Monde a qualifié en ces termes : « Accord historique sur le nucléaire iranien ».

    La clairvoyance du journal emblématique de la France est sidérante.

    L’Iran se moque des six et a raison de le faire comme Hitler vis-à-vis de Chamberlain.

  • Désolée pour l’auteur, mais comment l’Iran peut-il vivre avec un voisin aussi agité du bocal qu’Israel, et qui lui détient l’arme nucléaire en toute illégalité ?

    Sans compter que l’Iran ne souhaite sans doute, comme la plupart des pays, que de disposer du nucléaire civil.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Lina Kennouche. Un article de The Conversation.

À l’heure où la prise de conscience du déclin relatif de la puissance des États-Unis s’impose peu à peu, les acteurs régionaux du Moyen-Orient s’apprêtent à remplir le vide stratégique laissé par le départ des forces américaines.

Deux facteurs majeurs ont contribué au recul des États-Unis dans la région.

D’un côté, la rivalité de puissance engagée entre Washington et Pékin s’est exacerbée ces dernières années. Depuis 2008 et l’annonce du pivot vers l’Asie par Barack Obam... Poursuivre la lecture

Par Natasha Lindstaedt, University of Essex. Un article de The Conversation

Ils encerclent désormais Kaboul et négocient avec le gouvernement du président Ashraf Ghani une transition pacifique du pouvoir. Leur emprise sur le pays est désormais quasi totale. Leur victoire éclair intervient à peine un mois après le retrait des troupes américaines.

Au cours des vingt dernières années, les États-Unis ont déversé des milliers de milliards de dollars sur l’Afghanistan pour chasser les talibans. Cet effort financier col... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Ran Porat. Un article de The Conversation

Le 36ᵉ gouvernement de l’histoire d’Israël vient d’être approuvé, avec la plus faible des marges, par 60 députés de la Knesset contre 59.

Le nouveau Premier ministre est le chef du parti national-religieux Yamina, Naftali Bennett. Cet ancien commandant d’une unité d’élite de l’armée, très religieux et entrepreneur à succès dans le domaine des technologies de pointe a été contraint de former un gouvernement d’union avec le centriste Yaïr Lapid, chef du deuxième plus grand parti d’Isra... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles