Gauche droite, droite gauche ?

La politique contemporaine est polluée par le clivage gauche droite.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Gauche droite, droite gauche ?

Publié le 24 novembre 2013
- A +

Par Olivier Laurent, depuis la Belgique.

Gauche droiteLa politique contemporaine est devenue une sorte de parodie d’un concile de Nicée. En l’an de grâce 787 les sages chrétiens se sont réunis une énième fois pour discuter du sexe des anges. Sont-ils des garçons ? Des filles ? Comment doit-on les représenter, les saluer, les prier ?

La politique contemporaine est polluée par la disposition des politiciens dans l’hémicycle de l’assemblée constituante de 1789. Le côté de la Reine et le côté du palais-royal. Ce qui est devenu la gauche et la droite. C’est fascinant… Car ça aurait pu être littéralement l’exact opposé… Droite et gauche.

Ce que toute personne censée prendrait pour une anecdote est devenu, à l’image du sexe des anges, l’objet de rudes débats entre les personnes. On en fait des éditoriaux enflammés depuis des siècles maintenant, des débats qui n’en finissent pas sur internet.

Est-ce que votre idée est de gauche? De droite ? Un collège de savants inquisiteurs se penchent sur l’innocente idée. Qu’importe sa qualité intrinsèque. La population silencieuse attend le verdict avant de prendre une position pavlovienne.

Plus rien ne peut être débattu sans avant avoir été classé à gauche ou à droite. Des gens en font carrière, la main sur le cœur : ils seront toujours à gauche. Devant eux, d’autres seront toujours à leur droite. Et c’est reparti pour une génération… 30 ans de sexe des anges. On en vit très bien.

La gauche ou la droite ont ceci de commun… Elles ont besoin d’un ennemi. Sans cet ennemi de référence elle n’existe pas. Car la gauche n’existe pas sans une droite… Et l’inverse est tout aussi vrai.

Autre point commun : un ennemi providentiel permettra d’expliquer en temps et en heure la faillite de leur système. Car il se plante toujours leur système et il y aura donc toujours un ennemi. Cet ennemi providentiel sera le riche, le chômeur, l’étranger ou le fraudeur.

Cet ignoble individu passe son temps depuis plus de deux siècles à faire échouer avec une rigueur diabolique toute leur tentative d’un monde meilleur.

Autre caractère typiquement de gauche ou de droite, ils ne vivent jamais dans le présent. On se bat toujours pour une société future idyllique que personne ne verra jamais… Ou pour un passé idéalisé que personne n’a jamais vu. C’était mieux avant et ce sera mieux demain. Ils ne sont jamais dans le présent. D’ailleurs il est un brin malsain voire angoissant ce présent, il est trop réel. Il ne correspond en rien à l’image qu’ils s’en font.

Le pays tout entier devient leur champ de bataille. On élève des objets administratifs non identifiés pour créer cette solidarité toute de gauche ou cette sécurité toute de droite. Les citoyens en sont réduits à être une sorte de cheptel qu’on tente de voler dans l’étable du camp adverse. On crée l’angoisse d’une pauvreté provoquée par de riches étrangers capitalistes fossoyeurs de monde meilleur à gauche ou par des hordes de pauvres affamés analphabètes destructeurs de passé paradisiaque à droite.

L’ennemi justifie un état de guerre comme en 1984. Les généraux de gauche, de droite relancent l’économie. Le commerce qui normalement est l’échange consenti, devient à leur contact une guerre économique d’une violence inouïe.

Et pendant ce temps chers lecteurs vous perdez les malheureuses libertés qu’ils vous restent. Car tout ce qu’ils décident de plus, sera ce que vous déciderez de moins… Qu’ils soient de gauche ou de droite.

Le concile de Nicée se termina sur la conclusion que puisque les anges n’ont pas de corps, ils n’ont pas de sexe… un brusque sursaut de bon sens. On attend le vôtre.

Voir les commentaires (9)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (9)
  • le clivage droite gauche est effectivement nuisible. je pense néanmoins qu’il ne faut pas en arriver à dire « ni droite, ni gauche » mais plutôt « ET gauche, ET droite » : on a besoin des tempéraments libéraux et sociaux pour transformer la démocratie. Il est donc essentiel, pour moi, que des politiques de « droite » commencent à s’intéresser à la participation des citoyens à l’action publique. en faire un combat « de gauche » serait se réduire à l’hémiplégie. je développe ce point sur http://www.persopolitique.fr/544/de-gauche-et-de-droite/

  • L’hémicycle en 2D est à la base de cette observation gauche droite.
    Soit on demande a des architectes de construire une nouvelle assemblée en 3D, soit on saute le pas. Si en 1789 cette repensant était la seule possible, il est légitime d’innover ou simplement évoluer en permettant a chacun de participer?

  • Article simple et puissant.

    De plus, nous avons une belle représentation de l’hypocrisie des élus qui, avant de l’être sont adhérents de partis et une fois élus disent la main sur le coeur qu’ils administrent au nom de tous.

    Le libéralisme pour s’exprimer a besoin que soit revu l’entier du système électoral, les élus sont prisonniers de leur clientélisme.

  • De la Gauche libérale j’ai pour autant plus d’affinité avec la Droite sociale qu’avec le Front de Gauche. Ces derniers pour autant aussi populistes que celle qu’on appelle l’Extreme droite. Et pourquoi le Centre est il toujours à droite ?
    Droite… Gauche… on en rit lirsqu’on pense que ce référentiel bête et méchant de la politique a contaminé pendant plus d’un siècle les grandes démocraties occidentales.
    Ils ont ainsi pu faire perdurer l’idée fausse que le monde ne pouvait se diviser qu’en deux classes. Le Bien et le Mal. Le monde libre et la tyrannie.
    Nous mêmes lecteurs, participants à ce journal devons nous méfier d’avoir une vision simpliste et manichénne du monde, politique, économique, sociétal…
    Je dénonce ce clivage Gauche/Droite, ce clivage trop lu parmi les médias, y compris le votre,
    Liberalisme/Socialisme.
    Je crois en un monde libre respectant certains principes d’égalité.

  • en général, ceux qui veulent abolir les disctinctions entre gauche et droite fournissent les pires des totalitarismes !

    • Vous confondez la nécessité d’un débat, d’une opposition et le carcan intellectuel qu’est devenu ce gauche/droite.

    • c’est certain que si par là vous entendez être contre telle proposition tout simplement parce qu’on se positionne à gauche ou à droite, cela est complètement stupide. Là, je suis entièrement d’accord avec vous.

  • Article plaisant à lire . Impossible d’ échapper à cette propagande répétée des milliers de fois .
    Je n’ utilise plus ces termes mais Socialiste et anti Socialiste ou Thatchériste à ma connaissance il n’ existe pas officiellement en France de politiciens de cette obédience il vaut mieux pour eux s’ ils tiennent à leur siège , pour l’ instant .

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

À la chute du Mur de Berlin, nombreux furent les théoriciens qui affirmèrent que l’idéologie de gauche allait s’effondrer. Moscou, la Mecque du socialisme pendant 70 ans, redeviendrait une capitale comme une autre. Privées du soutien idéologique, logistique et financier de l’Union soviétique, les filiales du Komintern allaient s’éteindre les unes après les autres. Sans le soutien électoral des communistes, le socialisme était voué à disparaître. En France, l’effondrement du PCF actait, croyait-on, la victoire des idées libérales.

Jean-... Poursuivre la lecture

Le débat du 21 novembre sur LCI entre les trois candidats à la présidence des Républicains a été fort décevant.

Comme à son habitude, Éric Ciotti a joué la carte de la fermeté en défendant une droite « qui ne s’excuse plus d’être elle-même » ; Bruneau Retailleau s’est fait le partisan d’une droite « fière de ses valeurs avec une ligne claire sur le régalien et l’économie » ; Aurélien Pradié n’a rien trouvé de mieux que de vanter son expérience de maire et de pompier.

Dans son éditorial du journal Le Figaro des 26 et 27 novembre ... Poursuivre la lecture

« Caramba encore raté » peuvent se dire les trois candidats à la présidence des LR.

En votant la motion de censure présentée par la NUPES lors du premier 49-3 de la législature en cours, les députés RN avaient mis en difficulté les députés LR en se présentant comme les premiers opposants au macronisme. Dans un deuxième temps, le RN a réussi une passation de pouvoir sans mélodrame à la tête du parti entre Jordan Bardella et Marine Le Pen (type Fillon-Copé en 2012) tout en évitant les coups bas déshonorants pour la démocratie interne d’u... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles