Remise à plat du système fiscal ? Chiche M. Ayrault !

fardeau fiscal

La flat tax, une excellente idée pour vraiment remettre à plat efficacement le système fiscal français.

Par Philippe Robert.

The Fiscalist - François Hollande Eva Joly Taxes Impots PresidentielleVoici quelques réflexions qui me sont naturellement venues à l’esprit à la suite de l’annonce fracassante du pouvoir d’enfumer les Français, de “mettre à plat”, une fois pour toutes, la fiscalité française. En foi de quoi je vous l’annonce : bonjour les dégâts ! Voici pourquoi.

Cela a toujours été pour moi une interrogation d’ordre quasi-existentiel que d’essayer de comprendre comment il peut se faire que tant de Français, de bonne foi pour la plupart d’entre eux, aient ainsi cru trouver leur bonheur dans la durée en cédant à l’imposture socialiste.

L’article XIII de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789 stipule : “Pour l’entretien de la force publique, et pour les dépenses d’administration, une contribution commune est indispensable. Elle doit être également répartie entre tous les citoyens en raison de leurs facultés”.

A l’inverse des libéraux plaidant pour l’instauration d’un impôt à due proportion des facultés des citoyens (flat tax), dans le droit fil de l’esprit de 1789, les socialistes férus de “justice sociale” n’en conçoivent la mise en place que sous les auspices punitifs de la progressivité.

Et si les socialistes ne jurent que par la progressivité (punitive) de l’impôt, c’est par pur instinct de conservation politique consistant, pour assurer la pérennité de la Cause, à flatter le côté obscur de l’âme humaine à l’aide de sophismes dont l’apparente vérité emporte l’adhésion.

Ainsi, mon ange gardien préféré m’a-t-il récemment instruit, avec toute la candeur dont peut naturellement se prévaloir un ange gardien, de la nécessité pour les riches d’être plus imposés que les pauvres en subissant, car cela n’était que justice, la dure loi de la progressivité.

Mais les libéraux ont une bien meilleure idée : la flat tax. Soit, d’une part, 1.000.000 de revenus imposés à 10% équivalant alors à payer 100.000 au fisc et, d’autre part, soumis au même taux de 10%, un revenu modeste de 10.000 payant alors 1.000, où est donc le scandale ?

Justement ! Avec cette flat tax libérale le riche reste encore trop riche ce qui, légitimement, ne peut qu’inciter le pauvre à considérer qu’il y a là une différence scandaleuse de traitement battant en brèche la notion sacrée de justice sociale ! Une patience d’ange, vous dis-je…

Un autre jour, mon ange gardien m’avoua qu’il ne comprenait pas pourquoi on ne profitait pas plus, pour résorber le chômage des jeunes, du renouvellement des générations en obligeant les vieux (mis au rebut) à céder systématiquement leur place aux nouvelles vagues montantes.

Sur ce dernier point, sache, mon cher ange, que rien en économie n’est jamais figé au point, dans le même ordre d’idée de partage d’un gâteau immuable, de justifier les psychorigides 35 heures de Mme Aubry autoritairement imposées aux crédules Français ravis de l’aubaine !

Le mal français, hérité d’une vénération irrationnelle pour l’idéologie létale issue du mirage soviétique, semble après tant d’années commencer à trouver un début de thérapie salvatrice grâce au sursaut d’orgueil des Français eux-mêmes : les écailles leur seraient-elles enfin tombées des yeux ?