OTAN : le changement, ce n’est pas pour maintenant !

En renforçant l’engagement de la France dans l’OTAN, François Hollande n’hésite pas à renier ses prises de positions vieilles de moins de 5 ans.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

OTAN : le changement, ce n’est pas pour maintenant !

Publié le 21 novembre 2013
- A +

Par le Parisien libéral.

Hollande OTANBeaucoup de Français, de l’extrême gauche mélenchonienne à l’extrême droite lepéniste, s’étaient opposés à pratiquement tous les choix de Sarkozy en matière de défense, de la guerre en Afghanistan (commencée par Jospin et Chirac) à la réintégration de la France dans le commandement intégré de l’OTAN.

Parmi tous ces Français, il y en avait un qui s’était distingué plus que les autres puisqu’il était allé jusqu’à déposer une motion de censure contre la politique du gouvernement de l’époque. Cet homme s’appelle François Hollande.

Il a dit :

L’OTAN devient le bras armé d’un bloc occidental dont la mission principale est de défendre partout ses valeurs. Une sorte de substitut à l’ONU permettant aux États-Unis de ne pas agir seuls. Cette dérive avait été, jusque-là, rejetée par la France hostile à l’idée d’un gendarme d’un monde occidental bien pensant. Elle est aujourd’hui acceptée par le Chef de l’État lorsqu’il lie, dans son discours de Washington, l’avenir de nos valeurs à celui de l’Alliance. Or, la France est bien plus qu’un pays occidental. C’est un pays européen et un pays original. Et si notre pays reste l’ami et l’allié des États-Unis, ami ne veut pas dire soumis ; et allié ne veut pas dire aligné […] Or, le Président vient de prendre, au nom de la France, deux décisions majeures sans avoir mis au clair sa stratégie et défini ses moyens correspondants. Et le risque, c’est que nous perdions sur tous les tableaux. La France en sortira minorée, l’Europe empêchée, l’Alliance Atlantique empêtrée. Voilà pourquoi le Parlement devait être saisi de ces choix. Pour les approuver ou pour les rejeter. En tout cas, pour alerter les Français.

Nous allons perdre en indépendance ce que nous ne gagnerons pas en sécurité. Nous allons être entraînés sur des terrains et des opérations où nous ne voulons pas aller. Nous allons donner un autre cours à la construction européenne qui ne sera qu’un pilier du monde occidental au lieu de constituer une capacité autonome de décision.

Il n’appartient pas au Président de la République de décider seul de notre politique étrangère et de défense. Le domaine réservé ne peut être un domaine exclusif. Et l’on ne peut pas apprendre en regardant la télévision la création d’une base navale permanente à Abu Dhabi. Je souhaite que cette motion de censure soit un exercice de vérité sur l’envoi sans condition de renforts en Afghanistan et sur l’intégration sans restriction à l’OTAN. En la votant, vous exprimerez un double refus, mais une même conception de l’indépendance de la France.

Le texte est encore disponible sur le site web du Parti Socialiste.


François Hollande (PS) devant l’Assemblée…

Voila un homme qui était un « simple député ». Depuis, il est devenu le Président de la République, et dès lors chef des armées, comme la Constitution le mentionne. Cet homme a donc les mains libres pour mettre en œuvre sa vision des choses et proposer les changements stratégiques qu’il estime juste. A-t-il par exemple demandé l’avis du parlement pour embourber la France au Mali ? A-t-il fermé la base militaire française dans le Golfe ? Et surtout, a t-il sorti la France du commandement intégré de l’OTAN ?

Apparemment pas, si on en croit ce tweet émanant du Ministère de la Défense.

 

Les invités de Frédéric Taddei à « Ce Soir Ou Jamais » de la semaine passée se demandaient d’où provenait l’impopularité record de François Hollande. C’est une question récurrente depuis plusieurs semaines. Au-delà même de l’ensemble des mesures économiques et fiscales désastreuses prises par le Président Hollande et Jean-Marc Ayrault depuis 18 mois, peut-être que l’exécutif actuel, qui décidément prouve tous les jours qu’il fait du (sous)-Sarkozy, devrait se poser des questions. Les Français ont tout simplement l’impression d’être floués par un homme qui se présentait comme étant l’opposé de l’avocat bling-bling et américanophile de Neuilly .

Quant aux commentateurs qui pensent que Hollande est faible et ne fait rien, qu’ils réalisent qu’ils sont partiellement dans l’erreur. Hollande travaille. Tous les jours, au risque de confirmer l’impression qu’ont les Français, notamment ceux de gauche et ceux qui espéraient quelque chose du PS, il consolide l’édifice de dirigisme, d’ultra-étatisme érigé depuis des décennies par la gauche et par la droite, tout en n’hésitant pas à renier des prises de positions vieilles de moins de 5 ans, que ce soit sur la réforme Fillon des retraites ou l’engagement de la France dans l’OTAN.

Du coup, effectivement, quand on est à ce point engagé dans une relation transatlantique déséquilibrée, il est difficile de refuser de se soumettre aux ordres sur l’avion du président Morales ou de rejeter l’accord FATCA.

« Étonnant », de la part d’un homme qui raillait l’atlantisme et le tropisme américain de Sarkozy. Moins, de la part d’un énarque, programmé pour prendre un max de pouvoir(s) au détriment des citoyens, et d’un ancien Young Leader. Si personne en France ne parle de l’étrangeté des choix diplomatiques du Président Hollande, nos partenaires étrangers, eux, ne s’en privent pas.

Les Français qui ont voté Hollande ont fini par comprendre pourquoi Sarkozy s’était permis de mettre en doute la crédibilité de sa parole, lors du débat du 6 mai 2012. La participation de l’armée française aux plus importantes manœuvres de l’OTAN depuis plusieurs années n’est qu’un exemple parmi d’autre.


Sur le web.

Voir les commentaires (9)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (9)
  • On ne peut taxer quelqu’un de dogmatisme et lui reprocher en même temps d’adapter sa politique aux réalités du moment quand il accède aux affaires.
    L’idée que le député Hollande se faisait de l’OTAN en 2008 était fausse à plus d’un titre mais participait de la légende urbaine de l’Allégeance colportée dans tous les milieux rétrogrades peu informés.
    Le sujet de ce billet mériterait un peu plus d’expertise qu’il n’en est montrée.

    (1) La Charte atlantique n’oblige à rien de plus que les dispositions de son article 5 (à relire peut-être). A preuve, des pays intégrés dans le commandement militaire ont signalé en 2003 qu’ils n’étaient tenus à rien d’autre, nommément le partenaire historique OTAN, Canada ; le pays-hôte des commandements militaire et civil alliés, Belgique ; le pays-hôte de toute la logistique OTAN et de stocks armement et matériel en Europe, l’Allemagne. La transformation de la France « otanisée » en soldat playmobil américain est un artifice de propagande infondé.

    (2) La participation au commandement intégré a eu pour avantage de rehausser la qualification globale des procédures de combat de haut en bas, jusqu’au niveau compagnie. Et il y en avait grandement besoin (au hasard, Uzbin).
    C’est tout le bénéfice que nous retirerons de l’expédition d’Afghanistan (où Chirac et Jospin se sont jetés de leur plein gré). La France participe donc à la Force de réaction rapide OTAN (NRF), ce qui l’oblige à maintenir le minimum vital d’effectifs et dotations prêts à l’emploi.

    Pour mémoire, l’affaire Moralès n’a rien à voir avec OTAN/pas OTAN. C’est carrément ridicule. Quant à y mettre le traité bilatéral franco-américain de coopération fiscale signé dans le cadre de l’OCDE, c’est pousser loin la « fabrication » d’arguments contre-productifs ; le secrétariat général de l’Alliance n’est peut-être même pas au courant du FATCA (auquel il manque un T pour faire sourire) !

    Si la politique intérieure du président Hollande est exécrable, on n’en peut dire autant de sa politique extérieure qui, sans être parfaite, est au moins affirmée et sur un axe clair (ça nous change). On peut bien sûr de pas être d’accord avec ses choix.
    Un peu plus de travail la prochaine fois, monsieur le PL.

    PS : la France n’est pas embourbée au Mali, ni même ensablée 🙂

  • Encore un grave sujet 🙂

    La France a toujours été dans l’OTAN. De Gaule avait claqué la porte du Commandement, pour de ridicules questions d’égo, mais la France avait toujours dû remplir ses engagements … sans avoir rien à dire.

    Hollande a joué le rôle de la piètre opposition de gauche : déblatérer tout ce qui se fait, à tout hasard.

    Bien entendu, l’OTAN re présente une force importante à faible coût : aucune armée nationale ne pourrait plus faire face au prix d’un armement complet, qui a évolué en prix depuis Napoléon, ne vous en déplaise.

    On voit d’ailleurs les pays du Bénélux aller bien plus loin, en fusionnant dès à présent une bonne partie de leurs armées, qui sont bien plus opérationnelle. Lors de la dernière tornade asiatique, les premiers sauveteurs français son arrivés en site … via des avions belges, le reste des effectifs français ayant 4 jours de retard.

    Et quand la France a dû acheminer ses troupes au Mali, c’est à bord d’avions belges, une fois encore.

    A force de crier cocorico, vous devenez encore moins opérationnels et plus ridicules.

  • OTAN en emporte le vent …

  • Vive la neutralité Française!Et vive le standard or!

  • Un peu de realisme messieurs ! Prennons un exemple concret.

    Pensez-vous vraiment que Poutine (ex-colonel du KGB, officier traitant de renseignement humain base en Allemagne de l’Est, et plusieurs fois re-elu en Russie….. ) fait dans son froc avant de negocier face a Hollande (ex-president du conseil general de Correze) ?

    Flamby doit bien trouver quelque chose pour essayer d’exister.

    Certes, il a souvent reussi a prouver qu’il en avait dans le pantalon, mais c’etait toujours liquide….

    • En même temps, les invocations emphatiques sur la fin prochaine d’Israel sont quasi quotidiennes chez les leaders iraniens. Je ne vois pas bien en quoi la phrase de Khamenei serait révélatrice ou inédite, il est coutumier du fait. Ca ressemblerait plutôt à une manoeuvre en direction du président Rohani pour l’entraver dans les négociations.

      Quand à la fermeté de Hollande sur le sujet, elle a probablement la même motivation que sa volonté de frapper Assad en septembre dernier. La France penche toujours du côté des monarchies, arabie saoudite, EAU et Qatar, les contrats juteux sont signés avec eux, et en plus ils achètent de la dette de l’état français… Hollande fait donc office de porte-parole des émirs, ceci d’autant plus volontier qu’il a une dent contre Obama suite à l’affaire syrienne.

      • Nous soignons nos clients. Cela fait aussi partie de la diplomatie. Tous les grands pays exportateurs en font autant, même contre leurs propres intérêts de long terme. C’est la realpolitik, un concept immoral porté par le camp du Bien.

  •  » quand je serai président….je vous le méttrai bien profond » ; voilà ce que l’on aurait du comprendre quand hollande faisait sa campagne électorale ; voilà ce que je comprendrais de la part des politiques à chaque élection ;

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Philippe Wodka-Gallien[1. Philippe Wodka-Gallien. Institut français d’analyse stratégique. Ancient auditeur de l’IHEDN (47è Session nationale Armement - Économie de défense). Prix Vauban 2015 pour son livre Essai nucléaire, la force de frappe française au XXIe siècle édité chez Lavauzelle. Auteur du récent ouvrage, La dissuasion nucléaire française en action, dictionnaire d’un récit national, éditions Deccopman].

Devant nous : quatre sous-marins lanceurs d’engins, deux escadrons de Rafale, un porte-avions et son groupe aérien. Côté... Poursuivre la lecture

Par Arnaud Klein.

Après 3 mois de guerre en Ukraine et d’omniprésence médiatique, les récents appels à une médiation et des négociations de paix font écho à celles entreprises dès les premières semaines du conflit. Pourtant, force est de constater que ni la Russie ni l’Ukraine ne semblent très intéressés par un retour à la table des négociations.

Pour comprendre cela, il faut bien différencier ces deux phases :

Lors de la première, les tentatives initiales étaient soit de bonne foi comme Emmanuel Macron et d’autres chefs ... Poursuivre la lecture

Les décisions de la Finlande et de la Suède de solliciter leur adhésion à l'OTAN constituent une victoire majeure pour l'alliance militaire, mais une victoire bien plus douteuse pour ces deux pays. L'OTAN a grandement besoin d'un succès en ce moment, car ni la guerre économique contre la Russie ni le conflit en Ukraine ne semblent aller dans le sens de l'Occident. Reste à savoir si l'ajout officiel de deux autres pays nordiques constituerait un réel avantage militaire pour l'OTAN, mais au moins ce serait une victoire claire en termes de relat... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles