Les fonds souverains : nouvelle ingérence étatique ?

Les fonds souverains n‘ont pas de raison d’être : l’État n’a pas à prendre des participations dans des entreprises.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
fonds souverains

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les fonds souverains : nouvelle ingérence étatique ?

Publié le 20 novembre 2013
- A +

Par Jean-Yves Naudet.
Un article de l’aleps.

fonds souverains

Quand l’État sort par la porte, il revient par la fenêtre. Alors que, dans de nombreux pays, les privatisations avaient réduit la taille du secteur nationalisé, voici que les entreprises à capitaux d’État font leur retour, via les fonds souverains. Nouveaux masques de l’étatisme, ils se portent bien. Mais ils évincent le secteur privé et s’ingèrent dans l’activité économique de nombreux pays étrangers. Pour quoi faire ?

Plus de 5000 milliards de dollars

Une étude publiée récemment par un bureau de conseil britannique, Preqin, vient d’apporter d’intéressantes informations sur les Fonds souverains. Ceux-ci, encore appelés SWF (Sovereign Wealth Funds), ont des avoirs qui s’élèvent à la mi-2013 à 5 380 milliards de dollars, soit presque 4 000 milliards d’euros. La progression est spectaculaire : 15% de plus en un an. Voici un acteur économique majeur, qui investit largement en actions, en obligations, mais aussi dans l’immobilier, voire même maintenant dans des hedge funds (fonds spéculatifs).

A priori, on pourrait y voir une conséquence heureuse de la mondialisation : c’est la liberté des mouvements de capitaux, des investissements. Mais ces fonds ont une particularité : ils « appartiennent à des administrations publiques », dit le FMI. Et ils investissent massivement dans des actifs étrangers, et pas seulement dans des entreprises nationales. Il ne s’agit donc pas de « nationalisations » puisque les fonds investissent essentiellement à l’étranger. Mais dans quel esprit ?

Quels critères d’investissement ?

L’État propriétaire choisit-il ses placements en fonction de critères « classiques » (perspectives de profits) ou en fonction de critères comme la volonté de se rendre maître d’une entreprise étrangère, d’un secteur stratégique ?

L’exemple de la Norvège est déjà intéressant. On pouvait penser que la Norvège allait placer ses revenus pétroliers en cherchant la meilleure rentabilité, destinée à financer les retraites. Mais le Fonds norvégien vient d’exclure cinq entreprises, au vu de critères « éthiques », parce qu’il y aurait danger pour la santé, l’environnement, la paix etc. La philosophie Verte est passée par là et la logique marchande a été laissée de côté. Mais qu’est-ce qu’une « éthique d’État » ?

Bien sûr, il y a pire que la Norvège. La plupart des fonds souverains concernent des pays pétroliers, comme Abou Dhabi, le Koweït, l’Arabie Saoudite ou le Qatar, la Libye, l’Algérie, le Venezuela. Ces pays sont peu réputés pour leur esprit démocratique ou libéral.

Quant à la Chine, elle a stocké ses excédents commerciaux dans plusieurs fonds souverains, dont le total la place en tête de tous les pays (plus de 1 500 milliards, avec la compagnie d’investissement SAFE, CIC-China Investment Corporation, NNSF-Fonds de sécurité sociale chinois, etc.).

Opacité des fonds souverains

En fait, les investissements de ces fonds souverains ont été faits pour contrôler un secteur réputé stratégique ou sensible. Lorsqu’un État cache les raisons ou les modalités de ses interventions, on peut être inquiet. Avancer masqué alimente la peur de la mainmise sur des actifs stratégiques. Un dégât collatéral grave est que cela alimente les pressions protectionnistes déjà fortes dans de nombreux pays ; l’opinion a vite fait de mettre en cause tous les investissements venus de l’étranger (qui « pilleraient » nos entreprises), alors qu’un investisseur privé, qui cherche juste une rentabilité élevée, ne présente que des avantages (il investit là où le marché l’appelle) ; un Etat étranger, lui, peut avoir bien des arrières pensées et, au minimum, risque de mal investir et de gaspiller des ressources rares.

La France n’est pas en reste

Et la France ? Sa situation est particulière. La Caisse des Dépôts, établissement public qui investit, pouvait déjà être comparée à un fonds souverain. La création en 2008 d’un fonds stratégique d’investissement (FSI), dont le but est de prendre des participations dans des entreprises, accentue encore le phénomène. 51% appartiennent à la Caisse, qui appartient elle-même à l’État, et 49% à l’Agence des participations de l’État ! L’actuel gouvernement en a rajouté une couche en créant la Banque publique d’investissement, chargée d’investir dans les entreprises françaises. On revient ainsi aux classiques « nationalisations », totales ou partielles.

En conclusion, les fonds souverains n‘ont pas de raison d’être. L’État n’a pas à prendre des participations dans des entreprises. Au mieux, il y a risque de gaspillage ; au pire, un impératif idéologique ; dans tous les cas, c’est une ingérence de l’État dans la vie économique. Que cet État soit national ou étranger ne change rien à l’affaire.


Sur le web.

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Article mal construit et peu réfléchi. Les plus gros fonds souverains sont effectivement ceux des pays pétroliers mais aussi ceux de HK et Singap. L’aspect démocratique, on se demande bien ce qu’il vient faire dans un article traitant de cela.
    Vous vous plaignez de ce que la Norvège investisse selon une éthique et vous hurlez quand un pays n’est pas démocratique. Vous voulez de l’éthique ou vous n’en voulez pas ?

    On notera également que les fonds souverains permettent de financer une partie du budget et donc diminuer l’impôt.

    Pour info, la France n’a pas de fond souverain à part des centimes par ci par là. Mais en rapport montant/population, c est ridicule.

    • «On notera également que les fonds souverains permettent de financer une partie du budget et donc diminuer l’impôt.»

      Non, du moins pas avant longtemps. 😉 D’abord, pour avoir une rente via des dividendes ou bien pour faire des plus-values, il faut investir. L’impôt ne peut baisser qu’après que le retour sur investissement soit réalisé. Généralement ça prend quelques années.

      Ensuite, soyons réaliste, une fois le retour sur investissement réalisé, les dividendes ne servent pas à baisser l’impôt, mais à financer d’autres dépenses dont la plupart sont peu légitimes.

      L’État se substitue au rôle d’investisseur de l’individu. Cela est totalement illégitime.

      L’État dépense un argent qui n’est pas le sien et n’est pas meilleur gestionnaire que nous.

      L’État se comporte avec NOTRE argent comme si on était des mineurs (quand j’étais gosse j’avais un compte bancaire, mais je ne pouvais pas le gérer, c’était le rôle de mes parents).

  • Votre article est ridicule. C’est dommage, car la conclusion est correcte.

    Il y a au moins deux logiques vertueuses à l’existence d’un fonds souverain, qui peuvent coexister :
    – mettre de côté les excédents extraordinaires provenant de l’exploitation de ressources naturelles; de façon à éviter la « malédiction du pétrole », qui condamne les grandes nations pétrolières et leurs populations à une vie de rentiers stériles, et leur économies à l’atrophie, pour cause de prix de revient prohibitifs
    – mettre de côté réellement, sans compter sur une « répartition » future et hypothétique, ce qui constituera la retraite des générations actives, dans les pays où la pyramide des âges se rétrécit; de façon à éviter d’accabler les générations suivantes avec des charges de retraites aberrantes

    La France devrait entrer dans cette deuxième logique. Mais elle ne le fait pas.
    Ses fonds « souverains » détournent une partie du produit de l’impôt vers le soutien d’activités improductives, ou médiocrement productives, et alimentent d’autres armées de fonctionnaires inféodés à un pouvoir politique tout aussi illégitime, qui n’ont aucun autre souci que de plaire à ce même pouvoir politique.
    Comme le soutien indéfini à la sidérurgie et aux charbonnages à une autre époque.

    LA « démocratie », comme le « républicainement correct » ne sont que des nuages de fumée pour masquer copinage et clientélisme, dérisoires volutes qui cachent mal une prédation médiocre et omniprésente.

    Malheur aux vaincus. Les français nés en 2050 ne parleront plus français. Ils parleront anglais, arabe, turc, chinois ou russe.
    C’est pourquoi nos enfants émigrent. Ils ne paieront ni impôts, ni cotisations sociales ni autres « contributions retraite », et se construiront un avenir dont ils choisiront eux-mêmes les grandes lignes. On ne défend pas une cause perdue.

    Sic transit gloria mundi.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Les États africains producteurs d'hydrocarbures essayent de gérer avec efficience les ressources issues de la vente des hydrocarbures. Les fonds souverains sont-ils une solution?

Par Sali Bouba Oumarou.(*)

Article publié en collaboration avec Unmondelibre.org

[caption id="attachment_97291" align="alignleft" width="300"] Nombre de fonds souverains dans le monde[/caption]

Les États africains producteurs d'hydrocarbures essayent de gérer avec efficience les ressources issues de la vente des h... Poursuivre la lecture