A-t-on encore le droit de critiquer la République socialiste ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

A-t-on encore le droit de critiquer la République socialiste ?

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 14 novembre 2013
- A +

Par le Parisien libéral.

Les opposants à Hollande dans leur ensemble sont confrontés à un propos que les libéraux connaissent bien depuis des années : la France, tu l’aimes ou tu la quitte. En effet, les libéraux se voient souvent rétorquer à leurs critiques du fonctionnement de la France, au niveau étatique, que s’ils ne sont pas contents, ils n’ont qu’à partir. Or, avez vous remarqué comme le pouvoir actuel qualifie ses opposants d’anti-Républicains, voire d’anti-Français, et de factieux ?

 

Comment en sommes nous arrivés la ? C’est très simple : les anti-socialistes ont fait trois erreurs :

  • l’amalgame entre France, nation, État et République,
  • l’acceptation du concept de valeurs républicaines,
  • la constatation, sans réaction, de la confiscation du concept de « république » par la gauche socialiste et communiste.

Or, la France, la nation, l’État et la République sont quatre notions qui n’ont rien à voir. Du point de vue de l’héritage historique, la France en tant que pays doit bien plus à 700 ou 800 ans de monarchie et de chrétienté (avec tout ce que cela a eu de positif et de négatif) qu’aux républiques. D’ailleurs, même la Vème République est souvent qualifiée de monarchiste, surtout si on tient compte de cette déviance qu’est l’élection du Président de la république au suffrage universel direct.

Ensuite, que veut dire le fait de laisser sous-entendre que le corpus de valeurs républicaines (à définir) maintient la France dans le camp du bien depuis 1918 ? Que la Belgique, le Royaume Uni ou l’Espagne sont des dictatures ?

Personne ne sait ce qu’est un parti républicain (au sens PS du terme) ou ce que sont les valeurs républicaines.

En revanche, rappelons-nous simplement du fait que :

imgscan contrepoints 2013-2368 critique fusilléSimplement, ce qui va se passer maintenant, c’est un déluge de lois et de décrets qui vont brimer la liberté d’expression. Le jour où il sera devenu criminel de critiquer Hollande et Ayrault, il sera trop tard. Ce jour est plus proche de nous que nous le croyons : personne n’a réagi aux arrestations préventives qui, selon l’extrême-droite, sont survenues sur les Champs-Élysées le 11 novembre. Or, la République, théoriquement, c’est aussi ça : accorder les mêmes droits à tous, y compris aux opposants au régime.

Dans cet univers d’anti libéralisme forcené et d’idolatrie du régime républicain et socialiste, il demeure quand même une grande fenêtre ouverte sur un ciel bleu : internet. Que Hollande et Ayrault ne comprennent pas la nature des révoltes 2.0, selon L’Opinion, est finalement réjouissant.

C’est Contrepoints qui le disait il y a quelques semaines : les révoltes ne sont pas prêtes de s’éteindre. C’est la que la nouvelle Res-Publica a choisi de se développer : sur la nouvelle agora, puisque les partis politiques bipolarisés UMPS et les deux Fronts, la presse, les syndicats et autres corps intermédiaires issus de 1945 sont tous moribonds.


Sur le web.

Lire aussi : Les deux Républiques françaises

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • Ils sont dans le déni le plus total.

    Entendu du ministre Le Foll au sujet des manifestants divers : « ces gens la n’ont pas compris qu’il y avait eu une élection, ils n’acceptent pas le résultat » (sic).

    Depuis quelques jours il y a une accélération grossière d’un mouvement anti FN dans tous les médias, tout comme les sujets avec des fausses interrogations telles que « La france est-elle un pays raciste ? ».
    C’est également un défilé de personnalités UMP qui ont été conviées à faire acte de contrition et bien dire que UMP et FN ce n’est pas pareil, et le pire c’est qu’ils le font.

    Tout cela est insultant et méprisant.

    Au sujet du FN (parti que je range sur la même étagère que PS, FDG ou UMP), mais qui représente un pourcentage important de la population française, beaucoup plus que les FDG ou EELV.
    Pourtant, les élus de divers bords insultent allègrement les électeurs frontistes, ces mêmes élus seraient bien avisés d’observer le renouvellement des adhérents et cadres du FN, c’est un parti en pleine mutation et tout à fait respectable.

    Au sujet du racisme, la aussi les insultes ça va 5 minutes, ainsi la france serait un pays de racistes, au prétexte que quelques demeurés et un journal débile sont sortis du cadre au sujet de Taubira.
    On prend les réactions d’un ramassis d’imbéciles et on en fait un mode de pensé « made in france », un peu facile.
    Je demande de facto à Mme Taubira, M. Hayrault et tous les élus qui osent insulter les français aux seules fins politiques, de bien vouloir s’excuser auprès du peuple qu’ils sont censé servir et représenter.
    Même s’il ne peut pas avoir de règle d’équivalence en la matière, il sera rappelé à l’attention de Mme Taubira l’affaire du mur des cons, pour laquelle elle a fait preuve d’une accommodante ouverture d’esprit, estimant fort opportunément que tout cela n’était que potache… pourtant des gens ont bel et bien été insultés, ostracisés, qui plus est par le syndicat de la magistrature.
    L’émotion ne saurait être à géométrie variable, Mme Taubira…

    Au sujet des élus en place et de leurs opposants, il y a consensus, ils sont tous effrayés par la tournure des évènements, que Hollande fasse voter des lois liberticides donnant statut particulier à la représentation d’un élu en exercice, leurs successeurs se satisferont de ces règles.

    Tous ces gens sont méprisants et insultants, servit par une presse de connivence, ils s’accrochent à leurs avantages comme des arapèdes à un rocher, ils n’entendent rien lâcher, le pouvoir socialiste en place ira plus loin encore et dévoilera ce que nous connaissons tous de cette idéologie, à savoir que ce qui ne vient plus spontanément à eux, ils le prennent par la contrainte, force lois liberticides et taxations sauvages.

    • @ Patronus: +1

    • Toujours la même ficelle socialiste : une menace fasciste imaginaire. Ca occupe tous les cons quue ça fait sortir du bois.

      « ces gens la n’ont pas compris qu’il y avait eu une élection, ils n’acceptent pas le résultat »

      Un journaleux qui aurait des couilles lui aurait rappelé que Molle Glande est le présigland le plus mal élu de la V° Ripoublique.

  • La critique, la réaction à la critique, l’agressivité, les démonstrations de virilité… je ne crois pas que ça soit une maladie des socialistes, ni même des gouvernements puisqu’on la retrouve dans toute la classe politique et à tout moment désormais. Tout ceci me semble tenir plutôt de la structure médiatique : non pas d’un déni de liberté d’expression de la part des politiques mais d’une habitude du monopole d’expression par le mass-media (ou disons que ce déni n’est qu’une conséquence, puisque les hommes politiques sont de plus en plus des employés du mass-media).
    Bien entendu cela se traduit bel et bien, pour certains, par des conséquences matérielles et ne se cantonne pas à du spectacle, mais je pense qu’il faut choisir ses révoltes. De toutes façons j’ai l’impression que le mimétisme du mass-media par le web ne génère tout de même pas la même signification : l’augmentation de ce bruit politique ne me semble que faire tomber les masques.

    A côté de ça les politiques se mettent au diapason de la référence à la décadence, aux pertes de valeur etc. Ils sont vains, mais je trouve la dénonciation de leur vacuité de plus en plus vaine elle-même. Alors oui, nous allons sans doute avoir de plus en plus voir le spectacle de la virilité être joué par les politiques… il n’y a pas grand chose à y faire, ou, plutôt, y répondre sur le champs de la médiatisation de la virilité ne me semble pas très constructif.
    Commençons par demander la fin des subventions à la presse (quand bien même l’état demanderait à Google de les payer), la fin des licences télévisuelles (ou laissons les fréquences libres, peu importe) et des exclusivité de diffusion… ça ne règlerait pas le problème mais ça le clarifierait sans doute et les politiques trouveraient plus de rentabilité à faire autre chose que de casser les pieds à tout le monde.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le déclin des organisations s’étale souvent sur de longues périodes, ce qui contribue à rendre sa perception difficile. Mais il arrive qu’un événement particulier le rende évident aux yeux de tous. Cet événement n’est pas nécessairement important, mais sans qu’on sache vraiment pourquoi, il cristallise tout ce qui était en germe depuis longtemps. Pour le Parti socialiste, alors au pouvoir, il semble bien que cet événement soit la gestion calamiteuse de la décision par le groupe ArcelorMittal d’arrêter les hauts fourneaux de Florange en 2012.<... Poursuivre la lecture

Par Robby Soave. Un article de Reason

Jack Dorsey a démissionné de son poste de PDG de Twitter, après avoir occupé divers rôles de direction au sein de l'entreprise depuis sa création en 2007.

Il explique dans un communiqué :

J'ai décidé de quitter Twitter car je pense que l'entreprise est prête à tourner la page de ses fondateurs.

Si Facebook a attiré beaucoup plus d'attention ces derniers mois, en raison d'inquiétudes généralisées - dont certaines étaient exagérées - selon lesquelles le site propagerait la hain... Poursuivre la lecture

Par Brad Polumbo. Un article de Foundation of Economic Education

Si vous avez besoin du rappel de l'importance de la liberté d'expression, il vous suffit de regarder de l'autre côté de la mer. Le Royaume-Uni, qui ne dispose pas d'un premier amendement contrairement aux États-Unis, a lentement vu le droit à la liberté d'expression des citoyens s'éroder - et pourrait bientôt commencer à emprisonner des personnes pour avoir été des trolls sur Internet.

Il s'agit d'un projet de loi intitulé "Online Safety Bill", qui vise à punir les... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles