Mariage UDI-Modem : l’appel au respect de la démocratie interne d’Aurélien Véron

François Bayrou en meeting à Toulouse (Crédits Jackolan1, licence Creative Commons)

L’union de l’UDI et du Modem fait grincer des dents du côté du Parti Libéral Démocrate.

Une tribune d’Aurélien Véron, président du PLD.

François Bayrou en meeting à Toulouse (Crédits Jackolan1, licence Creative Commons)
François Bayrou en meeting à Toulouse (Crédits Jackolan1, licence Creative Commons)

L’UDI voulait reconstituer l’UDF en regroupant chrétiens-démocrates, radicaux, indépendants et libéraux. Après un an de confusion organisationnelle et idéologique, l’UDI peine à s’imposer sur l’échiquier politique. Affaiblie par ses rivalités de personnes, l’absence de démocratie interne et des sondages en berne, l’UDI revient donc aujourd’hui vers le Modem de François Bayrou comme nous l’avons appris dans la presse et, plus récemment, sur Twitter.

Pour le PLD, le rapprochement avec les socialistes et leurs alliés communistes est une ligne rouge à ne pas franchir. Or, François Bayrou a contribué à placer François Hollande au pouvoir le 6 mai 2012. Il a fait ce choix seul, sans solliciter ses membres, pas plus que ses cadres dont bon nombre ont vécu ce choix comme une trahison. Nous nous réjouissons du retour au centre droit de François Bayrou, mais attendons un éclaircissement de la ligne du Modem. Encore aujourd’hui, des candidats du Modem font campagne aux côtés de la gauche.

imgscan contrepoints 2013-2338 BorlooPour une UDI qui affiche son respect de la démocratie et qui revendique une nouvelle pratique de la politique, un tel virage stratégique aurait dû se préparer dans la clarté, avec l’accord de toutes les composantes. Nous espérons que Jean-Louis Borloo ne mettra pas les militants qui se battent au quotidien sur le terrain devant le fait des princes. Le PLD appelle à un débat transparent sanctionné par un vote des membres des membres de l’UDI.