« Crise, Dépression, New Deal, Guerre » de Florin Aftalion

Alors que nous nous enfonçons dans la crise, tirer les bonnes leçons des expériences passées est essentiel. Dans Crise, Dépression, New Deal, Guerre, c’est ce que propose Florin Aftalion pour le New Deal.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Crise, Dépression, New Deal, Guerre

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

« Crise, Dépression, New Deal, Guerre » de Florin Aftalion

Publié le 28 octobre 2013
- A +

Que ne dit-on sur Franklin Roosevelt, ce héros, ce sauveur, cette légende qui, grâce à son New Deal, aurait assuré les bienfaits de l’humanité ? Mais connait-on seulement bien l’histoire, les faits, les chiffres, ou s’en tient-on uniquement à ce que l’on croit avoir entendu dire ?

C’est à ce titre que Crise, Dépression, New Deal, Guerre de Florin Aflation m’a tout de suite attiré et que j’avais hâte de le lire.

Rien de tel que de s’intéresser à l’époque pour chercher à savoir ce qu’il s’est vraiment passé, quels ont pu être les véritables enchaînements et faire ainsi tomber les mythes, avec toutes les conséquences qu’ils traînent derrière eux.

Les origines de la Grande Dépression

Cet ouvrage est très instructif, relatant de manière précise et ordonnée, en se basant à la fois sur les faits et des données chiffrées, les grandes étapes qui ont mené à la Grande Crise.

Explications monétaires, retour sur la prospérité des années folles et les causes du krach de 1929 (qui n’est qu’une conséquence aggravante de la crise et non sa cause), fausses pistes et ressorts de la Grande Dépression en Amérique sous les années Hoover. Mesures inadéquates, série de paniques bancaires, masse monétaire insuffisante, inertie de la Fed, populismeprotectionnisme destructeur, contagion, déflation ; toutes les explications sont là. Avec leurs enchaînements imparables, que l’on est mieux à même de comprendre aujourd’hui. Sans pour autant qu’on en ait forcément, hélas, retenu toutes les leçons.

D’où l’importance de l’ouvrage dans le cadre de la crise actuelle.

Fondamental. Et, en même temps, un essai d’une grande honnêteté intellectuelle, puisque Florin Aftalion montre bien, à chaque fois, où résident les points éventuels de divergence dans les analyses, en se gardant de trancher de manière catégorique.

À lire d’urgence par tous les grands décideurs de la planète, s’ils pouvaient en retenir les leçons essentielles. Mais aussi par tout un chacun, désireux de mieux comprendre les mécanismes de base du fonctionnement de nos économies et des ressorts de la crise.

L’échec du New Deal

C’est donc en pleine crise et à l’arrivée au pouvoir de Franklin Roosevelt qu’apparaît le New Deal et sa NIRA (National Industrial Recovery Act), qui consista en une série de mesures pour la plupart à la fois dogmatiques (dans une atmosphère générale qui fait étrangement penser à celle du roman La Grève : Atlas Shrugged d’Ayn Rand) et décousus (mais aussi et surtout anti-concurrentielles et autoritaires), que même l’éminent J.M. Keynes, déjà considéré comme le plus grand économiste de son époque, contestait.

Son échec fut patent et elle fut déclarée inconstitutionnelle en mai 1935, comme le furent, par la suite d’autres plans douteux du New Deal, notamment l’AAA (Agricultural Adjustement Administration).

Ce fut, en réalité, la sortie de l’étalon-or, décision prise pour des raisons indirectes, qui favorisa l’expansion de la masse monétaire, et donc la reprise économique, s’ajoutant aux abondantes fuites des capitaux d’Europe vers les États-Unis suite à l’arrivée au pouvoir d’Adolf Hitler et les craintes que celle-ci suscitait.

Mais l’incertitude institutionnelle inhérente au New Deal ne permit pas une reprise vigoureuse et amena même une nouvelle dépression en 1937.

En définitive, le New Deal, série de mesures économiques sans véritable cohérence, fut abandonné, laissant place à une économie de guerre tirée par les dépenses militaires (avec des effets à la fois keynésiens et monétaires), puis une reprise plus durable et profonde, grâce à la politique économique menée par Harry Truman après-guerre.

Les leçons de la Grande Dépression

La conclusion de l’ouvrage est particulièrement intéressante et instructive, puisque Florin Aftalion montre toutes les leçons à tirer de cette Grande Dépression, dont la dimension monétaire semble avoir été partiellement retenue, même si l’on peut douter des orientations actuelles (Ben Bernanke, l’ancien président de la Réserve Fédérale des États-Unis, était pourtant un spécialiste de la Grande Dépression), contrairement aux autres grandes leçons, qui n’ont hélas pas été intégrées. D’où des erreurs fondamentales qui sont encore commises actuellement et mériteraient pourtant toute l’attention de nos décideurs, pour éviter de sombrer dans les mêmes maux.

À lire d’urgence, donc. Pour ceux qui veulent comprendre la Grande Crise des années 20-30 et ceux qui souhaitent mieux analyser celle qui mine l’économie mondiale aujourd’hui.

— Florin Aftalion, Crise, Dépression, New Deal, Guerre, Economica, mai 2012, 144 pages.

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Karl Eychenne.

N’est ce pas un peu excessif ? Une simple annonce, évoquant une signature probable à une date inconnue d’un pre-deal (entre les États–Unis et la Chine) aux contours encore incertains, et déjà près de 8 % de hausse des marchés d’actions.

Pourtant, il y a un mois à peine, la Terre avait de nouveau tremblé : les indicateurs de confiance les plus surveillés au monde avaient franchi un nouveau cap critique, anticipant un ralentissement important de la croissance économique.

La stratégie de la mouche ?

Désorm... Poursuivre la lecture

Par Corentin de Salle.

En 2007, quand explosa la terrible crise financière de 2007 qui a secoué toute la planète, tous les index accusateurs se sont pointés en direction du capitalisme. La lecture majoritaire qui en a été faite est la suivante : la crise de 2007-2009 prouve, comme la crise de 1929, l’instabilité du capitalisme. En réalité, nous dit l’économiste français Pascal Salin, il y a un point commun intéressant à ces deux crises - un point qui n’a rien à voir avec le capitalisme et tout à voir avec l’État...

https://youtu... Poursuivre la lecture

Par Pierre-Guy Veer.

Alexandria Ocasio-Cortez est la nouvelle star montante du Parti démocrate et la nouvelle coqueluche des médias. Peu importe si la quasi-totalité de ses idées sont saugrenues, n’ont aucun sens ou sont carrément destructrices (ou les trois à la fois) : son énergie débordante semble très contagieuse pour beaucoup.

Prenez en exemple sa politique phare : un New Deal vert. À l’instar de l’infâme programme de Franklin Delano Roosevelt, Cortez propose une expansion sans précédent du gouvernement fédéral afin, espère... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles