Complémentaires santé : une nouvelle pompe pour les finances de syndicats

Après le scandale des pots de vin du patronat, des comités d’entreprises, des emplois fictifs dans les administrations et l’Éducation nationale, voici venu celui des complémentaires santé.

Par Thibault Doidy de Kerguelen.

Nicolas PerruchotVous souvenez vous du rapport Perruchot ? Sur mon site j’avais alors salué l’hebdomadaire Le Point (une fois n’est pas coutume) pour avoir osé le publier (rapport interdit de diffusion pendant 25 ans, comme un document « secret défense »). Si le lien sur la page du Point ne fonctionnait plus, laissez nous votre adresse courriel via le formulaire de contact de Ma Vie Mon Argent, nous vous le ferons parvenir en format pdf. Un député avait osé braver l’omerta sur le financement des syndicats. Il en a perdu son siège et son travail a été, à l’unanimité des députés, classé interdit de diffusion, puis, classé vertical. Un exemple de plus, s’il en fallait, du déni total de l’État de droit en France….

Vous avez très probablement suivi les péripéties des CE d’Air France, d’EDF, de la RATP, de la SNCF, etc. Vous savez très probablement que 30M€ par an sont détournés de la formation professionnelle au profit des syndicats…

Vous avez très probablement suivi le procès UIMM et l’aveu des dirigeants de la branche métallurgie du patronat concernant les millions d’euros versés aux syndicats et les pots de vin à leurs dirigeants…

Eh bien dites vous que cela n’est pas terminé et que, comme je l’avais déjà laissé supposé, Marisol Touraine prépare le contournement de la décision du Conseil constitutionnel pour rétablir le financement occulte des syndicats par le biais de l’obligation faite aux entreprises de souscrire une complémentaire santé…


Sur le web