Burger King a faim et veut manger Quick

La CDC négocie la vente de Quick à Burger King… afin de libérer des fonds pour Peugeot ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Burger King a faim et veut manger Quick

Publié le 24 octobre 2013
- A +

Par Thibault Doidy de Kerguelen.

Burger King

Le groupe américain Burger King, numéro deux mondial du hamburger et éternel challenger de McDonald’s, est en train de préparer son retour massif sur le territoire français après 15 ans d’absence. Cela, nous le savions déjà : l’ouverture récente d’un premier Burger King à l’aéroport Marseille Provence en décembre 2012, puis d’un deuxième sur l’aire d’autoroute Reims Sud en juillet dernier et enfin l’annonce de l’inauguration d’un troisième restaurant en décembre prochain à Paris, gare Saint Lazare en étaient les prémisses.

Racheter Quick, c’est mettre la main sur 324 restaurants d’un coup !

Mais ce que nous apprenions hier, c’est que la stratégie du groupe n’est pas de s’implanter, secteur après secteur, en développant une franchise sur le modèle existant dans les autres pays du monde. Le numéro deux mondial a décidé de « manger » le numéro deux français et de mettre la main sur ses 324 restaurants existants !

Les négociations avec la CDC durent depuis des semaines

Les négociations durent depuis plusieurs semaines avec la Caisse des Dépôts et Consignation, le capital de la société étant détenu à 94% par CDC Investissements. Une vente qui arrangerait bien l’État, dont la filiale CDC Investissements libérerait ainsi des fonds en vue d’autres investissements comme Peugeot (?) par exemple, et arrangerait bien Burger King. En effet, en faisant l’acquisition de Quick, dont la plupart des restaurants sont idéalement situés à proximité de grandes zones commerciales et des restaurants de McDonald’s, Burger King peut d’un seul coup reprendre sa place de challenger sur le plus gros marché européen du hamburger.

Burger King a changé de dimension

Burger King, dans les années 90, exploitait une quarantaine de restaurants en France. Il s’était alors retiré, estimant ne pas avoir les moyens alors de contrer efficacement son concurrent McDonald’s. Aujourd’hui, la configuration est radicalement différente. Burger King, société cotée à la Bourse de New-York (à l’époque elle appartenait à Pillsbury) mise désormais sur l’international pour développer ses ventes. L’enseigne est présente en Allemagne, en Suisse, en Autriche et en Espagne. Outre de retrouver sa place de numéro 2 sur le marché français, la reprise de Quick lui permettrait, d’entrer sur les marchés belge (pays d’origine de Quick) et russe.

Fini, le « hallal » ?

En France, le retour de Burger King fera des heureux, les nostalgiques du célèbre Whopper (hamburger) au gout inimitable de feu de bois, et des malheureux, la « diversité » hallal n’étant pas dans l’offre du géant américain.


Sur le web.

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Que ce soit McDonald’s ou Burger King ou d’autres fast-foods comme Freshness Burger, ils vendent tous de la merde à éviter à tout prix ( http://jacqueshenry.wordpress.com/2013/10/22/dans-la-rubrique-malbouffe-fructose-et-chicken-nuggets/ ) mais que la CDC réalise des profits en vendant Quick, pas d’objection encore que le gouvernement n’est pas très compétent en la matière …

    • J’adorerais connaitre les petits a coté de ce genre de transaction ou une bande de politiques et de fonctionnaires ont droit de vie ou de mort sur des transactions en montagnes d’argent qui n’est pas le leur. Leurs traitements n’approcherons jamais même de loin lesdits montants, fort a parier que ca va pas sentir très bon dans la cuisine…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Nathalie MP.

Il y a quelques mois, je vous racontais comment, de FO à la confédération paysanne de José Bové sans oublier Jean-Luc Mélenchon, toute la planète anti-capitaliste habituellement prompte à vilipender le géant américain du fast-food s’était mobilisée pour sauver un restaurant McDonald’s de Marseille en grande difficulté que son propriétaire voulait céder à un repreneur. Or l’histoire rebondit ces jours-ci et confirme amplement que les chefs d’entreprise pris à la gorge par une bonne intersyndicale bien politisée n’ont qu’un... Poursuivre la lecture

Par Nathalie MP.

Drame absolu dans les quartiers nord de Marseille ! Pas une nouvelle fusillade — événement somme toute banal — mais un McDo bien mal en point qui risque de disparaître.

Curieusement, de la CGT à Mélenchon et de SUD à la Confédération paysanne de José Bové, toute la planète écolo, anti-capitaliste et alter-mondialiste habituellement prompte à vilipender le géant américain du fast-food, quitte à vandaliser ses enseignes à l’occasion, se mobilise pour « sauver » le restaurant.

Ce n’est... Poursuivre la lecture

Par Jean-Yves Naudet. Un article de l'Iref-Europe

Dans cette période où l’on nous annonce que le changement est en marche, il y a des domaines où rien ne change, si l'on veut bien dépasser les apparences. C’est le cas du Livret A et plus généralement de l’épargne administrée.

Certes, il est question -cela se décidera bientôt- que le taux de rémunération du Livret A, bloqué à 0,75% depuis deux ans, soit augmenté au 1er août de 0,25%, pour passer à 1,0%. Voilà, parait-il, une bonne nouvelle pour « le placement préféré des Français... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles