Faut-il condamner les « jobs à la con » ?

Un article de l’anthropologue David Graeber, figure du mouvement Occupy Wall Street, qui stigmatise les « Bullshit Jobs » a connu un certain succès. Que faut-il en penser ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Faut-il condamner les « jobs à la con » ?

Publié le 24 octobre 2013
- A +

Par Fabrice Houzé.

Strike_3_SPREADSforWEB63En août dernier, David Graeber, anthropologue à la London School of Economics, a publié un article intitulé « On the Phenomenon of Bullshit Jobs » qui a reçu un succès certain en étant consulté 170 000 fois en moins d’une semaine, puis relayé par la presse française, notamment par Libération ou Slate.

À mon sens, Graeber passe à côté du cœur du sujet : le sens que nous cherchons dans le  travail, en s’attaquant à une catégorie particulière mais large, le secteur des services. Avec ses cols blancs armés d’un téléphone, d’Excel, de Powerpoint et d’Outlook (finance, juridique, administrations, relations publiques, télémarketing), mais aussi ses emplois non qualifiés (livreur de pizza, toiletteur pour chien). Pourtant le mineur trouve-t-il tellement plus de sens à son travail sous prétexte qu’il charrie des blocs de pierre bien concrets ? Plus radical, comme nous l’examinerons : aujourd’hui est-il réellement davantage nécessaire que les services précités ?

Dans son article, Graeber confirme la prédiction de John Maynard Keynes selon laquelle à notre époque, la technologie permettrait théoriquement aux pays les plus avancés de se contenter d’une semaine de travail de 15 heures. Or ce n’est – j’en témoigne – pas le cas. Ce constat le conduit à conclure à l’existence massive de bullshit jobs, c’est-à-dire de métiers qui ne servent à rien d’autre qu’à occuper les gens. Au fait que cela puisse sembler contre-intuitif dans le système capitaliste de recherche du profit maximum, il répond par un autre argument : les détenteurs d’un bullshit job, marketeurs, financiers ou juristes, avouent eux-mêmes la vacuité de leur travail.

La réponse des capitalistes à cet article ne s’est pas faite attendre. The Economist explique ainsi sans détour :

Au cours du siècle dernier, l’économie mondiale s’est progressivement complexifiée. Les biens qui sont produits sont plus complexes, la chaîne de fabrication utilisée pour les produire est plus complexe, le système qui consiste à les marketer, les vendre et les distribuer est plus complexe, les moyens de financement de tout ce système sont plus complexes, et ainsi de suite. Cette complexité est ce qui fait notre richesse. Mais c’est extrêmement douloureux à manager.

Ainsi la multiplication des emplois administratifs et managériaux est une conséquence directe de la poursuite d’une division du travail de plus en plus fine, inaugurée au début du siècle par Ford dans ses ateliers automobiles.

Et ce n’est pas parce qu’un salarié ne perçoit pas le sens de son travail pris isolément, que celui-ci n’en possède pas dans la chaîne de création de valeur.

Par exemple, un ouvrier qui visse sans cesse le même écrou ne trouverait sans doute aucun sens à son travail s’il ne voyait pas le reste de la chaîne de production et la voiture qui en sort au bout. Malheureusement, bien que la psychologie ait souligné que l’artisanat, où un objet est fabriqué de A à Z, procure une plus grande satisfaction intellectuelle, il ne permet pas une production de masse. Alors, aussi ennuyeux que soit de brasser du papier, cela est nécessaire au fonctionnement du système. Ajoutons que les jobs du monde moins complexe d’il y a 50 ans étaient nettement plus déplaisants, plus répétitifs, et souvent plus physiques. Insistons que ce ne sont pas les Chinois qui nous ont débarrassé de ces tâches. Dans le monde pris dans son ensemble, la part des ouvriers et des industries manufacturières a drastiquement baissé depuis 50 ans.

En sus de remettre en cause les emplois administratifs, Graeber interroge la pertinence de nombreux services :

l’ensemble des services (toiletteur pour chiens, livreur de pizzas) qui existe uniquement car chacun d’entre nous passe tant de temps dans son propre travail.

Que répliquer, sinon que, de toute évidence, il ne prend pas en compte le rôle central de la division du travail entre personnes de qualifications très variées dans la production des richesses d’aujourd’hui ?

En revanche, Graeber, professeur lui-même, insiste sur l’utilité majeure des professeurs, dont « la disparition placerait le monde en difficulté », contrairement à celle des détenteurs de bullshit jobs. Pourtant, le cours magistral traditionnel a du plomb dans l’aile depuis que les nouvelles technologies, en particulier l’arrivée des MOOC (massive open online course), permettent aux plus grandes universités de mettre en ligne des cours méticuleusement préparés une fois pour toutes ou presque. Pour un enseignement de même qualité, nombre de professeurs risquent de devenir de simples assistants des cours sur ordinateurs, tandis que d’autres deviendront de véritables stars, comme ce professeur sud-coréen qui gagne des millions. D’ailleurs, en France, enseigner l’économie, grande absente des programmes du collège et lycée, permettrait justement à chacun de mieux percevoir comment s’articulent entre eux les secteurs économiques, dont la finance.

À l’inverse, Graeber, assiégé à la London School par la City et sa horde de financiers, ne comprend pas en quoi « l’humanité souffrirait » si tous les dirigeants de private equity (investissement dans les sociétés non cotées en bourse) disparaissaient. C’est parce qu’il oublie que de telles personnes, à l’instar de Peter Thiel qui a investi dans Facebook, créent des emplois, 4000 en l’occurrence et beaucoup plus indirectement. Des emplois qu’on ne peut vraiment pas qualifier d’inutiles puisque l’article de Graeber, indispensable anthropologue, a été liké 59 690 fois sur Facebook à cette heure.

De même, Graeber débarrasserait volontiers l’humanité des huissiers de justice. Pas vous ? Grave erreur ! Comme chaque maillon du système, l’huissier de justice est indispensable : sans la menace d’une saisie, personne ne se préoccuperait de rembourser ses emprunts bancaires. L’huissier est à l’emprunt ce que la sanction est à la loi : sans huissier, le principe même du crédit bancaire serait mis à mal… Ce serait d’ailleurs une belle manière de mettre fin au crédit à la consommation, et donc à l’industrie des voitures, achetées à crédit trois fois sur quatre et fabriquées par les seuls « vrais travailleurs » selon Graeber.

Il semble que Graeber, tout anthropologue qu’il est, soit aveugle aux désirs de ses contemporains occidentaux, à savoir, nous dit Slate, une vie ultra-contrôlée et aseptisée dans laquelle sécurité et principe de précaution sont les maîtres-mots.

C’est pourquoi l’industriel doit embaucher un service juridique lui expliquant de porter la mention « ce sac n’est pas un jouet » sur tous ses emballages.

C’est pourquoi lorsqu’un enfant meurt, une nouvelle norme visant les ascenseurs entre en vigueur, pour un coût astronomique de huit milliards d’euros.

C’est aussi pourquoi une assurance est proposée à l’achat d’à peu près n’importe quoi.

Et c’est donc pourquoi une armée de détenteurs de bullshit jobs – analystes, certificateurs, responsables de suivi, contrôleurs de qualité –- s’occupe de gérer cette avalanche de règlements, procédures et rapports d’activité. Une société hyper-craintive a donc un hyper-coût.

Finalement, Graeber soutient que les bullshit jobs font partie d’un système qui maintient au pouvoir le capital financier :

La classe dirigeante s’est rendue compte qu’une population heureuse et productive avec du temps libre était un danger mortel.

Bref, l’auteur de The Democracy Project: A History, a Crisis, a Movement nous offre en fait de démocratie un bel exemple de démagogie : si vous avez un bullshit job plutôt que davantage de loisirs, c’est à cause du capital financier au pouvoir. En réalité, ce n’est pas la disparition des bullshit jobs organisationnels qui nous guette, mais précisément l’inverse, la disparition des « vrais travailleurs » : des employés peu qualifiés comme les ouvriers d’usine avec la robotisation croissante, les caissières avec les caisses en libre-service, les conducteurs de poids lourds avec la mise au point de la conduite automatique par Scania ; mais aussi des employés qualifiés comme les traducteurs, les professeurs magistraux avec les MOOC, les médecins de ville avec les programmes issus de l’intelligence artificielle effectuant de meilleurs diagnostics à moindre coût.

Alors, si les soi-disant bullshit jobs sont nécessaires, n’y a-t-il vraiment rien à faire pour réduire notre temps de travail ?

D’abord, la baisse du temps de travail est indéniable et continue depuis 50 ans en France. Actuellement, elle est d’ailleurs identique en Allemagne, même sans le dispositif rigide des 35 heures.

Ensuite, il serait peut-être temps de mettre un terme au culte managérial du présentéisme qui prévaut encore aujourd’hui, héritage d’une époque où le travail était davantage proportionnel au temps passé. Accomplir son travail plus vite que prévu n’apporte pour récompense que d’en recevoir davantage, et la lointaine perspective d’une incertaine promotion. De toute évidence ce n’est pas une grosse incitation à la productivité… Les entreprises de nouvelles technologies comme Google, sont très souvent également à la pointe de l’innovation sociale, mais aussi d’autres comme SEMCO. Il s’agit de propager ces bonnes pratiques.

Quant à l’inflation réglementaire, elle a pour partie une visée politique d’immédiateté et de visibilité de l’action qui se révèle souvent inefficace, voire nuisible comme l’empilement des mesures fiscales ou des normes de construction. C’est aussi par exemple le cas de la nouvelle réglementation financière qui a répondu à la crise en imposant une diminution des risques des banques et assureurs à contretemps du cycle économique, mais cela mériterait un autre article. Mettre fin à l’hyper-réglementation passe par des changements institutionnels radicaux comme interdire – non pas le cumul de mandats tout à fait anecdotique – mais le renouvellement des mandats. Sans réélection possible, plus de mesure démagogique.

Au-delà de ces propositions, je suis profondément convaincu que dans notre société avancée, il est réellement possible de moins travailler : il suffit de moins dépenser. Malgré un triplement de la consommation ces 50 dernières années, le sentiment de bonheur n’a pas progressé significativement dans nos pays. Ceci signifie qu’en moyenne nous dilapidons les deux tiers de notre revenu disponible en bullshit consommation, et donc que les deux tiers d’entre nous, occupés à produire cette consommation, exercent des bullshit jobs !

Examinons par exemple le secteur sacralisé de la médecine : implant capillaire à un euro le cheveu, blanchiment des dents à renouveler sans cesse, et autres ravalements de façade. Tous ces traitements sont les symptômes d’une société plus soucieuse de son apparence que de sens, une société qui remplit son vide existentiel en imaginant de nouveaux besoins superficiels toujours plus nombreux.

Les bullshit jobs ne sont donc pas ceux des contrôleurs et les consultants, mais constituent des secteurs entiers de l’économie (y compris leurs contrôleurs et consultants spécifiques !). Pensez par exemple aux droits télévisuels du football : 22 joueurs, au milieu de stades monumentaux que des ouvriers ont bâtis, des cameramen, preneurs de son, monteurs, des mineurs pour extraire toutes les matières premières de toutes ces installations, une régie publicitaire, des millions de spectateurs assis devant leur télévision, qui financent tout cela précisément en achetant le plus grand écran plat possible et le canapé le plus design. Tout ce monde occupé ne serait-il pas plus heureux à jouer au football en vrai, ou tout autre loisir concret ?

Cet exemple est représentatif de nos loisirs actuels sur écrans que des industries entières alimentent en contenu : sport, films, séries, jeux vidéo, news, etc. Nous passons 5 heures par jour sur toujours plus d’écrans de toutes les tailles, du smartphone au home cinéma en passant par la tablette, sans compter le temps passé au travail.

Bref, nous nous coupons peu à peu du réel, Matrix n’est plus très loin.

Pourtant, comme les travailleurs au crépuscule de leur vie le confient à regret à cette assistante en soins palliatifs, la source de notre bonheur est bien dans le réel : travailler moins dur, accomplir ses rêves, ou encore exprimer ses sentiments à ses proches.

Voir les commentaires (16)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (16)
  • C’est clair qu’il y a une vraie tendance à remplacer les métiers stratégiques par des machines. Ce qui veut dire qu’on cherche à déposséder les hommes de leurs qualités/talents, et par la-même, leur faire perdre leur pouvoir.

    Si tous les futurs métiers consistent à maintenir des machines intelligentes en état de marche, alors chaque job sera un job d’esclave d’une machine, plus personne ne pourra avoir de l’importance, la classe dirigeante sera donc à l’abri de personnalités influentes dissidentes.

    Et oui aussi pour la complexification voulue de la vie, c’est surement fait pour occuper une population qui pourrait être dangereuse si elle avait du temps. Sans compter que ça créé des emplois pour des gens qui seraient au chômage sinon.

    Et sachant qu’il y aura de plus en plus de machines, il en devient donc certain qu’il y aura d’autant plus de ces bullshit jobs pour occuper ceux qui perdront leur job.

    Vive le progrès.

    • je nuancerais votre propos, on ne met pas en place – systematiquement – des outils pour remplacer et déposséder les hommes.

      Je m’aperçois qu’on met souvent en place des outils pour palier à l’incompétence de certains.

  • Et comment ne pas mentionner Pascal qui, dans ses Pensée sur le Divertissement, remarquait que c’est surtout par peur de la mort que l’on s’occupe jusqu’à en oublier de vivre.

  • « Représentez-vous les conséquences de la bureaucratisation et de la rationalisation généralisées dont nous voyons aujourd’hui les prémisses. Dans les entreprises privées de la grande industrie aussi bien que dans toutes les entreprises économiques dotées d’une organisation moderne, la « calculabilité », le calcul rationnel, se retrouve aujourd’hui à tous les niveaux. Il fait de chaque travailleur un rouage de cette machine et le destine de plus en plus à se sentir tel en son for intérieur et à ne plus se poser qu’une seule question, celle de savoir si ce petit rouage peut en devenir un plus grand. (…) La question qui nous préoccupe n’est pas de savoir comment on peut changer quelque chose à cette évolution, car c’est impossible, mais d’en déterminer les conséquences  »
    ( max weber)
    Des développements très intéressants et « prémonitoires » dans le site suivant:
    http://temporel.fr/La-cage-de-Weber
    On peut ne pas aimer les critiques « marxiennes », trop centrées sur la bourgeoisie industrielle du 19e siècle.
    Celles de Weber sont difficilement contestables
    OUI, il faut condamner les « bullshit jobs » comme symptôme; le « libéralisme » à l’ancienne, dans lequel la notion « d’homme libre » était prépondérante, est mort; « l’ultra libéralisme » ou « néo libéralisme » est un nihilisme collectiviste et holistique mortifère.
    Il ne peut, provisoirement, convenir, qu’à des bobos gavés qui recherchent , même athées, une sotériologie, une doctrine du salut personnel, à travers une ascèse crypto calviniste matinée d’orientalisme plus ou moins bouddhiste: il en découle diverses conduites et réglementations austères et mystiques, un hygiénisme prohibitioniste, ….bref, tout ce que d’authentiques libéraux et libertariens condamnent.

    • Je n’ai absolument rien compris à ce charabia 😀

      Si le marché a créé les jobs de consultants et d’avocats, peu importe l’estime que l’on porte à ces professions, c’est bien qu’elles répondent à un besoin.

      Je ne vois pas ce qu’il y a de condamnable là dedans.

      Cela m’étonnerait fort que les lecteurs de Contrepoints soient tous ouvriers ou artisans. Et pourtant, j’imagine que comme moi, bon nombre d’entre eux trouvent du Sens dans leur travail, et trouvent une utilité économique satisfaisante pour dégager des profits.

      A partir de là, la réponse est pour moi claire. Il ne faut pas condamner les bullshit jobs. Tant que quelqu’un paie, et se trouve content du service apporté, qui a besoin de fourrer son nez dans ce contrat pour dire ce qui est « bien » ou « mal » ?

      • Moi je suis informaticien, je passe ma journée a fabriquer des trucs virtuels… pour que mes clients puissent réaliser plus de taches avec la même quantité de travail. Aucun ne se plaint d’en avoir trop, et se lamente plutot de ne pas pouvoir en faire plus. C’est la que j’interviens 🙂

      • Ce que vous décrivez serait vrai si nous vivions dans un monde libérale. Hors ce n’est pas le cas loin de là. Donc il existe effectivement des « Bullshit jobs », des emploies parfaitement inutile qui ne répondent qu’à un seul besoin : l’adaptation à l’agression étatique. Il s’agit d’une perte net, d’une immense déperdition d’énergie et de richesse. Oui ces emploies sont inutile et oui ces millions d’individu seraient infiniment (littéralement) plus productif si leur talents, leur énergie étaient utilisés à créer véritablement de la richesse.

    • Le marxisme traite l’emploi comme une fin en soi, alors que le libéralisme le considère comme un moyen – que l’on est libre d’utiliser pour poursuivre ses propres fins ou pas.

      Les exploiteurs ne sont pas ceux que l’on croit 😉

  • « une société qui remplit son vide existentiel en imaginant de nouveaux besoins superficiels toujours plus nombreux »

    L’expérience nous apprend à nous méfier de ceux qui prétendent distinguer l’utile du superflu à la place et aux dépens d’autrui.

    « D’abord, la baisse du temps de travail est indéniable et continue depuis 50 ans en France. »

    Encore et toujours la même confusion entre emploi et travail ! Le temps d’emploi officiel a peut-être baissé, mais cela ne concerne en rien le temps de travail effectif qui pourrait être triplé ou quadruplé, à population, connaissances et productivité égales, sans que ce soit suffisant pour satisfaire les besoins de la population.

    Sous l’effet du socialisme qui les étreint avec acharnement, nos sociétés abandonnent « en jachère » d’immenses champs potentiels de travail et laissent autant de besoins désespérément insatisfaits. Pas la peine de chercher ailleurs l’origine des difficultés économiques et sociales récurrentes dans lesquelles nous nous débattons ! Eh oui, travailler, créer des richesses, c’est d’abord se mettre en situation de rendre service pour être accepté dans le processus d’échange volontaire, avant d’avoir commencé à produire le moindre bien ou service. Le travail, c’est d’abord « vouloir faire » pour autrui avant de « savoir faire » soi-même. Le travail est l’expression de la véritable solidarité, le contraire de la solidarité socialiste mensongère, piètre tentative de justification du crime de vol perpétré en permanence par l’Etat providentiel obèse.

    Quant à la pensée du Greaber dont il est question, il s’agit d’un des derniers soubresauts de l’idéologie socialiste moribonde, qui a cru pouvoir faire de la prétendue classe ouvrière exploitée l’alpha et l’oméga de la pensée économique, alors qu’il s’agit d’un phénomène économiquement marginal en voie d’extinction, la part de l’industrie dans le total des richesses produites régressant inexorablement vers le niveau de l’agriculture dans le PIB des pays développés, quelque part sous 5%.

  • Tout cela a été défini avec une concision exemplaire par l’adage : « il n’y a pas de sot métier, il n’y a que de sottes gens » !

    Analysons et comparons

    – ma mignonne, avant d’entrer à l’Université, décide de s’offrir une année sabbatique. Elle a juste de quoi se payer un avion pour Sydney et tenir 8 jours. Un beau défi à 18 ans tout juste. Après deux jours, elle preste une journée test dans un grand restaurant et est engagée « en salle ». Après un mois, elle est en charge de toute l’organisation de ce personnel, (10 personnes), et de leur gestion. Après 3 mois, on lui confie la gérance de l’établissement … Oui, être serveuse est un « boulot de merde », mais quand on apprend à vivre seule, à se trouver un chouette logement, à gagner son pain sans aucune aide quelconque, le tout dans une langue étrangère, et qu’on fait une expérience complète de gestion, le tout en s’amusant beaucoup, cela vaut bien une année d’Université.

    – autre cas, j’audite une micro société qui fait tout de même 10 millions de chiffre d’affaire : elle vend partout dans le monde 4 équipements médicaux (table de gynéco et autres trucs), tous référencés pour l’informatique. Une seule secrétaire, qui est là depuis 20 ans. Elle tape une commande : « 12 XYZ)204, 9 RTP42 etc ». Je lui demande soudain : « vous savez ce que c’est, des XYZ 204 ?  » Réponse : « oui, ça coûte autant ». J’insiste : « oui, mais cela ressemble à quoi » ? Elle a haussé les épaules, elle s’en fout ! Pour tout le monde, elle a un « beau boulot » 🙂

    • Non, serveuse n’est pas un « boulot de merde »
      Maillon d’une chaîne bureaucratique, rédacteur de papiers et évaluations et divers process que personne ne peut appliquer: ça, ce sont, à titre d’exemple, des boulots de merde
      Toute bureaucratie, privée ou publique, met en avant les petits et grands chefs pervers, ratés revanchards, sadiques etc…
      demandez à ceux qui travaillent pour ou sous les ordres de tels individus, ce qu’ils en pensent!
      Demandez au travailleur indépendant, du petit artisan jusqu’au gros médecin ou avocat ou architecte, ce qu’ils pensent des contraintes papelardesques sécrétées par les administrations ou les « grosses boîtes »: voilà précisément des personnes exerçant a priori des « no bullshit jobs » qui se sentent obligé de consacrer un temps croissant à un « bullshit job ».

  • les jobs à la con ont souvent autorités sur les autres…certifications, normes, audits, planification… très souvent hors des réalités de ce qu’ils prétendent encadrer et être les garants.

    Le service qualité de Findus doit peser plusieurs millions en chiffre d’affaire, cela empêche t-il de laisser sortir des produits où on sait pas ce qu’il y a dedans.

  • L’autre jour j’étais au rayon droguerie du supermarché : je cherchais de l’eau de javel en bidon.Je tourne dans le rayon et je commence a m’énerver : la ya les savons, la les soudes, la les javels, la les acides… Je me disais : il y a 50 ans dans ce rayon yavais 5 produits. Aujourd’hui il y en a 500. on ne me vends plus de la javel, on me vend « la solution brillance parfumée au pin », ici c’est un secret de jeunesse a l’huile d’olive, la c’est une dosette concentrée a la force herculéenne. Illisible le rayon.
    Ah j’ai quand même fini par trouver les 5 litres de javel, environ 10 fois moins cher que l’équivalent minidose/maxi-résultat en berlingot de la tête de gondole.
    Ca manque clairement pas de bullshit jobs, tout ça!…

  • Est-ce que je suis le seul à constater que le seul job à la con recensé par cet article est celui de David Graeber ?

  • Il me semble clair que, suivant sa vision du monde, on n’étiquette pas « bullshit » les mêmes types de job. Tout job est même « à la con », par définition, pour certains. Dans la mesure où nous ne pourrons pas maintenir bien plus longtemps la folle et délétère allure consumériste à laquelle nos sociétés occidentales ont invité le reste du monde, fort à parier que vont se déplacer les lignes de la connerie, et les jobs qui vont avec. Du footeux, de l’anthropologue, du consultant ou de l’artisan, qui sera alors considéré comme le moins con?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Si on devait s’en tenir à la communication du gouvernement, il n’y aurait que deux camps aux élections législatives, le Bien, incarné par la majorité présidentielle, et le Mal, incarné par l’équipe de Jean-Luc Mélenchon. Toutes les autres factions politiques semblent avoir disparu dans le vortex médiatique, comme absorbées par ce nouvel affrontement manichéen où, une fois de plus, le président de la République se propose de sauver la France des griffes du populisme, du chaos, de l’irrationalité et de l’extrémisme (barrez la mention inutile).<... Poursuivre la lecture

L’hôpital ? Suradministré ? La France entière l’est et pas d’hier et le positionnement très à gauche du président ne laisse rien augurer d’encourageant. Un fonctionnaire supplémentaire implique trois chômeurs de plus dans le secteur privé, selon le calcul de l’infaillible Charles Gave et j’apprends que le taux de croissance de la France bénéficie du nombre d’agents d’État, selon un énième arrangement avec les statistiques.

Au-delà d’un certain seuil largement dépassé, tout impôt supplémentaire implique travail dissimulé, chômage et exi... Poursuivre la lecture

fonctionnaires démocratie malade
0
Sauvegarder cet article

L’élection présidentielle est finie depuis le 24 avril et le Conseil constitutionnel a officialisé les résultats du second tour avec la victoire d’Emmanuel Macron, comptabilisant 58,55 % des suffrages exprimés. Pour autant, loin d’être une victoire éclatante qui exprimerait le ralliement des citoyens français à son programme, le résultat du second tour à de quoi inquiéter.

En effet, en tenant compte non pas des suffrages exprimés mais des inscrits, Emmanuel Macron fait 38,52 % avec une abstention (abstention stricto sensu + votes nuls ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles