Innovation, diversification et meilleure logistique, clés de la croissance en Amérique latine

Après une décennie de croissance relativement soutenue, l’Amérique latine aborde une zone de turbulences.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Innovation, diversification et meilleure logistique, clés de la croissance en Amérique latine

Publié le 21 octobre 2013
- A +

Par la rédaction de Contrepoints.

Selon la dernière édition des Perspectives économiques de l’Amérique latine, publiée conjointement par le Centre de développement de l’OCDE, la Commission économique des Nations Unies pour l’Amérique latine et les Caraïbes (CEPALC) et la CAF – la banque de développement de l’Amérique latine, après une décennie de croissance relativement soutenue, l’Amérique latine aborde une zone de turbulences sur fond de fléchissement des échanges, de modération du prix des matières premières et d’incertitude croissante liée à l’environnement financier extérieur.

Latin American Economic Outlook 2014Le rapport a été présenté lors du XXIIIe sommet ibéro-américain à Panama City. L’Amérique latine subit le contrecoup des piètres performances économiques de la zone euro, du ralentissement de certaines économies émergentes et des incertitudes entourant la politique monétaire et budgétaire américaine, ce qui explique ces perspectives en demi-teinte.

Pour le Secrétaire général de l’OCDE Angel Gurría, l’Amérique latine a toujours les moyens d’installer une croissance durable profitant à tous, mais le temps presse. Pour relever les nouveaux défis et profiter des opportunités découlant d’une économie mondiale toujours plus interconnectée, les pays de la région doivent doper leur compétitivité. Cela passe par une diversification de l’économie, une meilleure logistique et une progression dans la chaîne de valeur vers des activités à plus forte valeur ajoutée.

Alicia Bárcena, Secrétaire exécutive de la CEPALC, souligne qu’il faut engager des réformes pour accroître la productivité et renforcer la capacité des gouvernements à satisfaire les demandes d’une « classe moyenne émergente » tout en redoublant d’efforts pour réduire la pauvreté et les inégalités.

Selon les Perspectives économiques de l’Amérique latine, l’innovation technologique et la diversification économique sont essentielles à la relance de la productivité et à la croissance, qui demeurent relativement moins soutenues qu’ailleurs. La contribution de la région à la richesse économique mondiale est restée pratiquement inchangée (dans une fourchette de 7 à 9 % du PIB) depuis le milieu des années 1990, alors que celle des pays émergents d’Asie a plus que doublé sur la même période.

De nombreux pays d’Amérique latine continuent de tout miser sur leurs ressources naturelles : les matières premières représentent jusqu’à 60 % des exportations latino-américaines (contre 40 % au début de la dernière décennie).

Le rapport recommande aux pays de profiter de ces richesses naturelles pour poser les jalons d’une transition vers des systèmes de production davantage axés sur la technologie et le savoir. Il plaide aussi pour une diversification des exportations, notamment en faveur des services, qui offrent de meilleurs débouchés à moyen et long termes. L’approfondissement du marché régional ouvrirait également la voie à l’essor du secteur des services et à la diversification nécessaire pour prospérer.

Des investissements supplémentaires dans les infrastructures de transport et, d’une manière générale, de meilleures performances logistiques sont indispensables. La structure de production de l’Amérique latine est plus sensible à la logistique que celle des pays de l’OCDE. La part des exportations latino-américaines assujetties à des contraintes de temps est trois fois supérieure à celle observée dans les pays de l’OCDE, ce qui souligne l’importance de la logistique pour conforter les résultats économiques d’ensemble.

L’insuffisance persistante des infrastructures de transport appelle à investir de toute urgence dans les routes, les chemins de fer, les ports et les aéroports. Un investissement annuel de 5,2 % du PIB de la région dans des projets d’infrastructure permettrait à l’Amérique latine de combler son retard en la matière vis-à-vis d’autres régions émergentes, et de regagner pratiquement 2 points de PIB par an. Les leviers à actionner à court terme pour améliorer le transport des biens et des services avec les infrastructures actuelles sont nombreux, de l’intégration des politiques de logistique au renforcement de la concurrence dans le secteur, en passant par des installations de stockage modernes ou des systèmes douaniers et des procédures de certification efficients.

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • c’est un faux débat,

    INNOVATION : ce mot est une blague.

    Pour qu’un individu innove, il faut 2 caractéristiques :

    – avoir des connaissances ; pas nécessairement pointues mais étendues ; dans le domaine
    – être créatif

    Ces 2 constantes sont réunies chez les passionnés ou les vocations, qui toutes 2 n’ont pas leurs place dans les grandes entreprises (critère de sélection et stratégie RH).

    Une grande entreprise recrute souvent sur le nom de l’école dans le CV.
    Être créatif, ça ne s’apprend pas.

  • Je suis certain que la croissance se trouve ailleurs que dans l’innovation.
    Regardez la Chine, elle ne s’est développée sur aucune innovation.

    Les vrais obstacles à la croissance, c’est la loi, l’administration et l’impôt.

    Quand un pays possède aucune norme, que l’administration ne demande aucun papier, que le taxes ne matraquent pas les entreprises et les gens, que les lois ne compliquent pas la vie, alors l’économie se développe, elle se développe peut être pas comme voudrait le gouvernement, mais elle se développe, et c’est le plus important.
    Regardons ce qui s’est passé en Europe au début du XXeme siècle, peu d’impôts, peu de lois contraignantes, pas de normes, tout le monde faisait ce qu’il voulait, les gens se sentaient libres d’entreprendre, et surtout libre d’agir.
    Que se passe-t-il en Chine et en Inde, la même chose, très peu de contraintes, très peu de lois sur le travail, l’emploi est libre (pas de code du travail) et explose, et c’est très compréhensible.
    Alors arrêtons de faire des phrases et redevenons pragmatiques.
    Alors, c’est vrai, tout n’est pas rose, peu de syndicats, les gens sont exploités et nullement protégés, mais il y a de l’emploi et la place pour chacun. C’est à partir de là qu’il faut repartir et reconstruire une vraie croissance.
    Aujourd’hui la France meurt de ses lois, son administration, ses normes, et du pouvoir centralisé et omniprésent qui génère beaucoup trop d’impôts.

    • vous avez raison, l’exemple de la Chine est parlant.

      Par contre si on prend la Corée, la CITY de Londres ou les US, on est obligé de reconnaitre un certain succès lié à l’innovation.

      La croissance de la Chine est une chimère. Partant de PIB très bas, il est facile d’obtenir de bons chiffres.
      Ensuite, c’est un pays où tout restait à faire, donc facile.

      Tout à fait d’accord avec vous sur les normes, les compétences foireuses qui ont droit de vie ou de mort sur un projet ( = qualiticiens, planificateurs, amélioration continue, acheteurs….).

      D’ailleurs vous remarquerez qu’on peut assimiler ça à du communisme le plus extreme. Officiellement ce n’est pas l’état qui dicte ces normes, par contre l’état exige d’y être compliant sous peine d’être hors la loi, de ne pas avoir de permis ou dérogations….

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Nicolas Tenzer est enseignant à Sciences Po Paris, non resident senior fellow au Center for European Policy Analysis (CEPA) et blogueur de politique internationale sur Tenzer Strategics. Son dernier livre Notre guerre. Le crime et l’oubli : pour une pensée stratégique, vient de sortir aux Éditions de l’Observatoire. Ce grand entretien a été publié pour la première fois dans nos colonnes le 29 janvier dernier. Nous le republions pour donner une lumière nouvelles aux déclarations du président Macron, lequel n’a « pas exclu » l’envoi de troupes ... Poursuivre la lecture

Le Maroc est un pays dynamique, son économie est diversifiée, son système politique présente une certaine stabilité dans une région en proie à des crises à répétition. Ce pays a fait montre d’une résilience étonnante face aux chocs exogènes. La gestion remarquée de la pandémie de covid et la bonne prise en main du séisme survenu dans les environs de Marrakech sont les exemples les plus éclatants.

 

Pays dynamique

Sa diplomatie n’est pas en reste. La question du Sahara occidental, « la mère des batailles », continue à engran... Poursuivre la lecture

La nécessité de décarboner à terme notre économie, qui dépend encore à 58 % des énergies fossiles pour sa consommation d’énergie, est incontestable, pour participer à la lutte contre le réchauffement climatique, et pour des raisons géopolitiques et de souveraineté liées à notre dépendance aux importations de pétrole et de gaz, la consommation de charbon étant devenue marginale en France.

Cependant, la voie à emprunter doit être pragmatique et ne doit pas mettre en danger la politique de réindustrialisation de la France, qui suppose une... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles