Montebourg met le plan industriel entre de bonnes mains

Il a recruté de grands patrons pour faire croître le « made in France ».

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints 2013-2276 Montebourg

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Montebourg met le plan industriel entre de bonnes mains

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 18 octobre 2013
- A +

Un article de l’aleps.

imgscan contrepoints 2013-2276 MontebourgIl y a au moins au gouvernement un homme qui n’improvise pas et qui voit loin. C’est notre ministre du Redressement Productif. Arnaud Montebourg met une équipe de choc pour réaliser les 34 projets de la Nouvelle France Industrielle. C’est ce que soulignait Le Figaro le mardi 8 octobre, qui donnait les noms de quelques heureux élus : Carlos Ghon (Renault), Antoine Frérot (Véolia), Olivier Plou (Gemalto) et quelques autres belles affiches du CAC 40.

Cette initiative s’inscrit dans « le plan des investissements d’avenir » conçu par Louis Gallois, un plan doté au départ de 1,7 milliards d’euros et centré autour de 34 projets. Il va de soi que seuls de grands directeurs de très grandes entreprises peuvent savoir ce qui est bon pour l’industrie française. Les PME, les TPE : des amateurs ! Le marché : myope, il ne peut voir plus loin que le court terme !

Il y a eu dans l’histoire de la planification soviétique une période connue sous le nom de « plan des directeurs » : le Parti avait écarté de la direction du Gosplan les sovkhozes et les séides du communisme pour les remplacer par de grands ingénieurs à la tête de très grandes agglomérations industrielles : les kombinats. Galbraith, dans le Nouvel État Industriel, avait fait le parallèle avec la concentration des entreprises américaines, et se réjouissait de la perspective de convergence entre l’Est et l’Ouest. Hélas, le sort s’est acharné sur les dinosaures soviétiques et américains, c’est l’extraordinaire dynamisme de petites et moyennes entreprises qui ont poussé la croissance aux États-Unis et pas tellement dans l’industrie.

Mais, comme toujours, ce qui a échoué ailleurs va réussir en France. D’ailleurs, le but de la planification industrielle n’est-il pas « d’augmenter la part de marché de la France dans le monde », créant ainsi 45 milliards de produit et 480.000 emplois d’ici 2020 : voilà du sérieux.


Sur le web.

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • raciste, discriminatoire et imbécile.

    Moi, je voudrais des étiquettes précisant : « ceci a été réalisé par un être humain, et lui permet de vivre ».

    Si nous avions boycotté les tee shirt chinois, puis leurs productions de pous en pous soiphistiquées, ils seraient restés pauvres.

    Serions-nous devenus riches ? Evidemment non ! Quelques français auraient fait des tee hirts, mais peu se seraient vendus en raison de leur prix. Les boites d’import-export les sociétés de logistique et de distribution ne se seraient pas développées, et le consommateur aurait regardé mélancoliquement les deux tee shirts acheté au prix fort « pour faire leur année » …

    La suite ? Les chinois « pauvres » grâce à nous ne seraient pas en situation de venir en masse faire du tourisme chez nous (ils seront bientôt 2 millions/an) ni dépenser en moyenne 5.000 euros, comme une étude récente l’a prouvé.

    Montebourg est un vrai visionnaire !

  • Voir aussi Lfoundry,

    La faillite du plan

    Semi-conducteurs.

    Mais nos ENArques persévèrent dans l’erreur depuis les années 70

  • de croire que l’Etat est le mieux placé pour sélectionner les projets d’avenir car il est plus important et aurait une meilleure vision d’ensemble. Cela est exact concernant les seuls projets où la masse critique financièreest prépondérante, comme l’atome et l’espace, mais faux partout ailleurs. Et c’est à cette absurdité que l’on doit tous les plans qui ont échoué : plan Calcul, plan Machine Outil, plan Semi Conducteurs et Jessi qui –ce sont les Américains qui le disent –ont détruit l’industrie des semi conducteurs en Europe. A venir le plan Beffa annoncé par Jacques Chirac. Est caractéristique de l’incapacité de l’Etat –et de tous les États à choisir les techniques d’avenir-le plan télévision haute définition où la France et le Japon ont perdu des milliards en se lançant dans une haute définition analogique au moment où des israéliens inventaient la compression de données et la TV numérique avec quelques millions. La leçon que se refuse à comprendre Bercy, c’est que laseule façon de créer une économie forte est d’encourager le maximum d’entrepreneurs à se lancer dans l’aventure entrepreneuriale car personne, même les entrepreneurs ne savent pas quelles seront les techniques qui vont émerger et dominer dans 20 ans ou même 10 ans. Il leur faudrait également comprendre que pour cela, il est nécessaire que les créateurs d’entreprise trouvent l’argent dont ils ont besoin et que cet argent soit fourni par ceux qui le possèdent. C’est en effet la seule façon non seulement d’être sélectif mais aussi d’apporter aux jeunes entrepreneurs les réseaux et l’expérience de Business Angels qui les ont précédés dans la création de richesse et en connaissent les chausse-trappes. Confier ce rôle à des fonctionnaires distribuant l’argent public, c’est l’échec assuré

    d’actualité, le livret
    http://pratclif.com/economy/LIVRE_NOIR_ENA.pdf

    Page 36

  • Le chômage, enfant des énarques de Bercy

    Hollande lui même n’investit que dans l’immobilier…

    En 1986, Alain Madelin, alors ministre de l’Industrie, à la suggestion de l’iFRAP, propose au ministre des Finances, Edouard Balladur, d’introduire dans le Code fiscal français une disposition encourageant les investisseurs à investir dans les créations d’entreprise en leur permettant de déduire de leur revenus les pertes en capital éventuellement subies par ces investissements. A titre d’exemple, l’article 1244 du Code fiscal américain autorise jusqu’à 100.000 $ de déduction annuelle du revenu. Que va-t-il être décidé dans notre pays ? L’article 163 octodéciès, va généreusement octroyer 75. 000 francs (environ 11. 430 euros), soit 10 fois moins. Le chiffre de 100.000 $ ou € est pourtant crucial car c’est la misemoyenne d’un investisseur lorsqu’il aide une entreprise à démarrer comme Business Angels. Avec 75.000 francs, l’effet sera nul et de fait, 20 ans plus tard, l’argent collecté par les entreprises au titre du 163 octodéciès est misérable. Que s’est-il passé ? Comme le raconte un

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Notre Première ministre Élizabeth Borne, vient de faire, à l’Assemblée nationale, son discours de politique générale, et elle a dévoilé quelles sont ses priorités : le pouvoir d’achat, le travail, l’urgence environnementale, l’égalité des chances, et les difficultés du secteur de la santé, soit cinq, au total.

https://www.youtube.com/watch?v=_CzAKKIQFv4

 

Le gouvernement a donc préparé « un paquet de mesures de 20 milliards d’euros » censé atténuer les effets de l’inflation. Ce projet de loi sera soumis au Parlement ... Poursuivre la lecture

Au moment où les taux des banques centrales se mettent à remonter il convient de se pencher sur le problème de notre dette et de sa croissance incessante. Avec la crise du Covid-19 elle a fortement grimpé, Emmanuel Macron n’ayant pas hésité a soutenir l’économie « quoi qu’il en coûte ».

La dette du pays ayant maintenant dépassé le montant du PIB, il faut s’interroger pour savoir si dans le cadre de sa nouvelle mandature il va être possible de faire en sorte qu’elle n'augmente pas davantage encore dans les années à venir.

Rappelo... Poursuivre la lecture

Certains ont voulu s’étonner de l’annonce récente de suppressions d’emplois dans l’entreprise Vallourec d’origine française spécialisée dans la production des tubes en acier sans soudure.

C’est l’occasion d’expliquer une nouvelle fois comment fonctionne l’industrie : si un pays ne possède ni les matériaux de base ni le marché, c’est-à-dire les clients, la transformation, la production, l’industrie se délocalise en se rapprochant des uns ou de l’autre.

Vallourec avait besoin de minerai de fer et d’aciéries d’une part et d’autre p... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles