Rompre avec le mythe du logement « social »

Il est temps de rompre avec le mythe du logement dit « social », qui n’est ni social, ni économique, mais politique.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints 2013-2260 logement social

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Rompre avec le mythe du logement « social »

Publié le 15 octobre 2013
- A +

Par Jacques Garello.
Un article de l’aleps.

imgscan contrepoints 2013-2260 logement socialEn matière de logement, le programme libéral consiste déjà à rompre avec le mythe du logement dit « social », qui n’est ni social, ni économique, mais politique. Il faut ensuite aplanir tous les obstacles qui se dressent aujourd’hui devant celui qui veut bâtir des logements pour les louer.

Comment construire en France ?

Pour construire, il faut des terrains constructibles, il n’y en a pas assez. Une fois le terrain acheté, il faut avoir un permis : parcours du combattant. Il faut aussi avoir accès au crédit : mais le crédit est réservé au logement social. Peut-on s’étonner de ce que la construction de logements privés est insuffisante en France ? « Tout ce qui touche au logement et à l’État est illisible, incohérent et inefficace » (Cour des comptes, 2011).

Comment construire sans terrains ?

La pénurie foncière est une vieille tradition française, elle a été organisée par les zonages ; les plans d’occupation des sols (POS, aujourd’hui devenus PLU, plans locaux d’urbanisation), les coefficients d’occupation au sol et autres fruits de la réglementation aboutissent à geler des terrains, ou à exiger des superficies considérables pour lancer la moindre construction.

Le coût du terrain représente en général une bonne moitié du coût global de la construction. Bien que créée par la volonté « d’aménagement du territoire » et le zonage, la pénurie foncière a fini par alerter nos dirigeants. Nicolas Sarkozy avait envisagé d’autoriser l’extension des bâtiments jusqu’à 30% de leur superficie actuelle ; mais pourquoi ne pas abolir les réglementations à la base de la pénurie ? François Hollande envisage de revendre les terrains appartenant à l’État, qui n’en fait rien. Malheureusement ce n’est pas pour les remettre sur le marché, mais pour les confier aux municipalités… qui feront du logement social !

Si la pénurie foncière persiste, c’est aussi que les municipalités subissent la pression des habitants de la commune, qui sont de plus en plus attachés à « la qualité de l’environnement résidentiel » et supportent mal qu’on construise à proximité de chez eux. Ils veulent préserver leur cadre de vie et créent ainsi une pénurie dont les candidats au logement vont payer le prix. Le phénomène s’est récemment généralisé et les périphéries des grandes agglomérations se bloquent ainsi progressivement : les premiers installés rendent impossible l’arrivée de nouveaux occupants. Il ne reste plus pour solution que de construire la ville sur la ville, ce qui n’est pas pour diminuer le coût de la construction.

Le Grenelle de l’environnement, dans ce domaine comme dans tant d’autres, a innové en partie pour mettre la législation française en conformité avec les normes européennes environnementales. Voilà donc apparus les « espaces naturels protégés » (ENP) et les espaces naturels sensibles (ENS) avec leur « trame verte et bleue », qui ont pour but le respect de la bio-diversité, puisqu’il faut éviter la disparition d’espèces et d’essences rares. Les ENS sont énumérés par la loi : cours d’eau, canaux, lacs, étangs, berges, dunes, landes et plages, enfin zones humides ou approchant des sources d’eau potable. On peut s’interroger pour savoir où en France il reste encore quelques mètres carrés constructibles.

Comment construire sans permis ?

L’obtention des permis est une course d’obstacles et la victoire revient toujours à l’administration, sauf, là encore, à avoir des passe-droits.

C’est un rapport du Conseil d’État en 2009 qui fait allusion au « foisonnement normatif » pour désigner le nombre de règles, de normes, qu’il faut respecter pour s’approcher du bonheur suprême : obtenir un permis de construite. Il faut naviguer entre les textes législatifs et ministériels et les diverses formalités à remplir. Par exemple, les municipalités disposent de moyens juridiques nombreux pour faire obstacle à la délivrance d’un permis : la déclaration d’utilité publique » (nommée « réserve foncière »), la ZAD (Zone d’aménagement différé), la ZAC (Zone d’aménagement concerté), le droit de préemption urbain. Le maquis législatif n’est rien par rapport à ce que l’on apprend aux guichets des mairies.

Le coût de ces démarches et réglementations, à supposer qu’elles débouchent sur un permis, a été estimé par le même rapport du Conseil d’État à 2,7% du prix total de la construction s’il s’agit d’une maison individuelle et à 3,8% pour un immeuble.

Le « Grenelle de l’environnement » a ajouté une épaisse couche de réglementation, notamment avec le DPE (le Diagnostic de Performance Énergétique) et l’application délirante du principe de précaution.

On ne saurait mieux traduire l’esprit de ces réglementations que ne le fait l’article L 110 du Code de l’urbanisme :

Afin d’aménager le cadre de vie, d’assurer sans discrimination aux populations résidentes et futures des conditions d’habitat, d’emploi, de services et de transports répondant à la diversité de ses besoins et de ses ressources, de gérer le sol de façon économe, de réduire les émissions de gaz à effet de serre, de réduire les consommations d’énergie, d’économiser les ressources fossiles, d’assurer la protection des milieux naturels et des paysages, la préservation de la biodiversité notamment par la conservation, la restauration et la création de continuités écologiques, ainsi que la sécurité et la salubrité publiques et de promouvoir l’équilibre entre les populations résidant dans les zones urbaines et rurales et de rationaliser la demande de déplacements, les collectivités publiques harmonisent, dans le respect réciproque de leur autonomie, leurs prévisions et leurs décisions d’utilisation de l’espace. Leur action en matière d’urbanisme contribue à la lutte contre le changement climatique et à l’adaptation à ce changement.

Comment construire sans crédit ?

Une forte proportion de l’épargne française, placée dans les livrets A, est drainée vers la Caisse des Dépôts et Consignations et va financer le logement social. C’est autant qui manque aux investisseurs privés, qui vont emprunter à des taux élevés tandis que les concurrents bénéficient d’une quasi-gratuité de leur financement. Par ces temps d’austérité, la restriction générale des crédits n’est pas pour encourager l’investissement dans l’immobilier locatif.

Il existe pourtant beaucoup d’aides financières à la construction, mais elles ne sont pas à l’avantage de la construction d’immeubles locatifs pour deux raisons :

  1. Ces aides se destinent essentiellement aux bailleurs publics, qui perçoivent plus de cinq fois celles dont bénéficient les bailleurs privés. Le montant global des aides s’est monté en 2000 à 58 Md€ pour le public (Plan PLUS) et 33 Md€ pour le privé (principalement avec les exonérations fiscales Scellier, qui ont été supprimées entre temps).
  2. Ces aides se font essentiellement par une réduction des coûts de production : avantages de taux, subventions, exonérations fiscales (Borloo, Besson, de Robien), primes de plan d’épargne logement. Ce sont des aides que l’on qualifie d’aides à la pierre. Elles ont pour but et pour effet de diminuer le coût de la construction. Par contraste, les aides à la personne, moins importantes globalement et surtout réservées aux occupants des HLM permettent au locataire de payer son loyer. Le choix entre les deux formes d’aide est de même nature que celui de la politique agricole commune : faut-il subventionner les producteurs de blé et abaisser son prix, ou aider les paysans en difficulté en laissant au marché le soin d’établir le prix du blé ? La solution du choix est simple : si on crée un prix artificiel, il n’y aura jamais d’équilibre entre offre et demande. En période de pénurie, le loyer ne baisse pas. Voilà pourquoi l’aide à la pierre ne résout rien, et on doit se limiter à l’aide à la personne. Le parc public gagne aujourd’hui sur les deux tableaux : le coût est largement couvert par les aides publiques (on a repéré une aide de 150.000 € pour un logement de 183.000 €), et les locataires bénéficient d’un loyer qui ne peut assurer la rentabilité d’un investisseur privé.

Cette concurrence déloyale en faveur du parc public a fait l’objet d’un recours devant la Cour Européenne de Justice déposé par l’Union Nationale de la Propriété Immobilière, en s’appuyant sur un rapport publié par l’IREF, dont j’ai été le rédacteur avec Nicolas Lecaussin. Tout est organisé pour rendre le logement privé locatif non rentable.

Être propriétaire en France aujourd’hui, est-ce rentable ? Où est l’intérêt du bailleur ? Je répondrai à ces questions la semaine prochaine.


Sur le web.

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • Dommage que cet article soit un bric à brac idéologique, et qu’il ne se base pas sur une réelle connaissance du secteur. Deux exemples d’erreurs :

    – les financements d’Etat à la construction sont aussi ouverts aux particuliers par le biais de prêts PLS distribués par les banques.

    – les aides personnelles au logements bénéficient aussi aux locataires du secteur privé. Ceux-ci représentent même la moitié des bénéficiaires ! On est loin d’une aide « réservée » aux locataires de logements sociaux.

    La seule question qui vaille, et que l’auteur de l’article n’aborde même pas, est celle du coût du logement. Compte-tenu des revenus des ménages, l’immense majorité des ceux-ci n’ont d’autre choix que de se loger en HLM car seuls ces derniers offrent des loyers bas…

    • Multiplié les normes, les obstacles, les directives, les restrictions, les passes droits, les réglementations et vous verrez que n’importe quelle activités deviendra hors de prix, c’est mécanique… Pas besoin d’expliquer pourquoi la pomme mure tombe de l’arbre….

  • En fait, il y a trois problèmes distincts dans votre article.

    1°. Les terrains à bâtir. Il est bon pour tout le monde de protéger les lacs, les rivières, les vues remarquables. Et nécessaire de grouper l’habitat, pour éviter des frais de raccordement insupportables. Mais ces plans de secteurs doivent être définis par de larges assemblées, et non par quelques satrapes clientélistes.

    2°. Les normes. Sur le plan des extensions de bâtiments, n’oublions pas à la fois qu’elles sont contraignantes pour le bâtisseur, mais représentent une sécurité pour tout le voisinage. Et une plus-value.
    Se construire une ravissante terrasse ensoleilées, pour voir le voisin la plonger dans l’ombre avec un mur de 6 mètres, c’est inadmissible. Pour les normes techniques, une bonne isolation est un placement à terme, mais on va trop loin, et tous ces gadgets ont un prix parfois excessif.

    3°. Le logement social ? Il devrait être tout simplement interdit ! Ces HLM constituent des silos à misère, des ghettos stigmatisants, attachent le serf à la glèbe (quand on en a un on n’ose plus le quitter) et coûtent, vérification faite, le double au m² d’une construction privée de même standing ! (une petite « fuite » qui n’est pas perdue pour tout le monde, et explique la passion pour la construction de HLM) Ajoutons encore la gestion prédatrice et désastreuse de ces ensembles. Tous les livreurs de mazout, par exemple, savent qu’ils doivent remplir quelques cuves privées avant de remplir celles d’une HLM et tout mettre sur la même facture !

    Supprimons donc les HLM. Ceux qui existent peuvent être vendus à leurs occupants à des conditions intéressantes, ou même à des bailleurs tentés par le « social’ (?) On voit en Angleterre, où l’opération a été menée sur une large échelle, que ces « HLM de propriétaires » s’abîment infiniment moins que les autres 🙂

    Encourageons les initiatives privées : en Belgique, les intérêts d’emprunts destinés à zcsuérir ou à entretenir ou rénover un bien immobilier, sont entièrement déductibles, sans durée de temps ou limite de montants. Le marché belge est donc bon marché, et hyper abondant (malgré une densité de population très supérieure à la France).

    Bien entendu, ces déductions sont une goutte d’eau par rapport au coût de ces fameux logement sociaux !

    Et pour les vrais pauvres, les services sociaux pourront délivrer des chèques logements calibrés sur les besoins et la misère de gens en temps réel. Rappelons q’un jeune couple impécunieux peut obtenir un logement social quasi à vie, même si les enfants quittent le nid, et que les salaires deviennent très confortables. Le chèque logement, lui, s’adapte à la réalité.

    Mais tout ceci implique du bon sens, ce qui est le cadet des soucis des aparatchicks …

    • Il n’est pas nécessaire de grouper l’habitat, allez voir au USA si ils groupe l’habitat. Il est faux de dire que la construction rural coûte plus cher que la construction urbaine. étant donné le prix des terrain c’est exactement l’inverse.

  • Le logement social est à mon avis d’abord et avant tout du logement électoral.

  • Le problème de la construction, c’est que les terrains sont trop chers. Si les terrains sont chers, aucun promoteur ne peut se positionner dessus et entamer des nouvelles constructions. Un promoteur ne va pas prendre le risque d’aller acheter un terrain plus cher que sa valeur, ensuite faire tous les travaux de construction pour un bien neuf qu’il n’est même pas sûr de vendre au juste prix par la suite une fois fini.
    Il faut baisser le prix des terrains pour booster le nombre de constructions en France.
    http://www.consortium-immobilier.fr

  • Le code de l’urbanisme démontre que le législateur n’a pas admis la supériorité du marché sur la planification centralisée.
    Il est faux que les HLM permettent un accès indiscriminé au logement: Dans mon quartier de Paris il faut être plus riche que moi pour se payer un appartement (ce que j’accepte) ou moins riche que moi pour se faire attribuer une HLM (ce que je n’accepte pas). Je suis donc victime de discrimination, et condamné à me chercher un appartement ailleurs.
    http://www.contrepoints.org/2012/02/18/69623-louvrage-de-vincent-benard-logement-crise-publique-remede-prives-gratuit-en-pdf

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
nombre cas covid hôpital
4
Sauvegarder cet article

Je suis probablement un cas isolé... mais figurez-vous que l’hystérie covid commence à me sortir par trous à PCR. J’entends covid et, soudain, « le printemps adorable a perdu son odeur ». Je me crispe, je fronce le bec, je serre les poings et je ne tarde pas à voir rouge. Deux ans que nous subissons la ritournelle de technocrates nuls en sciences, eux comme ces divers laquais qui prétendent nous enseigner les subtilités d’une médecine qui leur échappe. Au secours…

Ils ont aligné tant d’âneries et de contre-vérités en si peu de mois, po... Poursuivre la lecture

Par Donald J. Boudreaux.

Les attitudes et les opinions de la soi-disant élite d'aujourd'hui - ces formateurs d'opinion publique que Deirdre McCloskey appelle "la cléricature" - sont infantiles. La plupart des journalistes et des essayistes travaillant pour la majorité des grands médias et des entreprises de divertissement, ainsi que la plupart des professeurs et des intellectuels publics, pensent, parlent et écrivent sur la société avec la perspicacité d'un enfant de maternelle.

Cette triste vérité est masquée par la seule carac... Poursuivre la lecture

Un article de l'IREF-Europe

Le manque de logements est accusé de favoriser l’augmentation des loyers, de réduire la mobilité des actifs et d’empêcher l’éradication des logements insalubres. À dire vrai, les besoins de nouveaux logements sont incertains. Un chiffre annuel de 500 000 est régulièrement évoqué, mais jamais atteint. Il est vrai que malgré la baisse de la natalité, le besoin de résidences principales continue d’augmenter du fait notamment de la séparation des ménages, de la mise en couple tardive, du vieillissement, de l’imm... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles