Y a-t-il un droit à la syndicalisation ?

Il n’existe pas de droit à être syndiqué parce que la syndicalisation implique toujours l’usage de la violence, physique ou légale.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints 2013340 mamouth syndical

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Y a-t-il un droit à la syndicalisation ?

Publié le 14 octobre 2013
- A +

L’Institut Coppet vous propose depuis cet été, en partenariat avec Contrepoints, l’anthologie des trente textes libertariens de Robert Wenzel traduite en français. Robert Wenzel est un économiste américain éditeur du site Economic Policy Journal et connu pour son adhésion aux thèses autrichiennes en économie. Cette anthologie regroupe une trentaine de textes qui s’inscrivent quasi-exclusivement dans le courant autrichien et plus généralement dans la pensée libertarienne. Le but principal de cet ensemble bibliographique de très grande qualité est de former au raisonnement libertarien, notamment économique, toute personne qui souhaiterait en découvrir plus sur cette pensée.

Lire aussi les premiers textes de l’anthologie.


Résumé : Il n’existe pas de droit à être syndiqué parce que la syndicalisation implique toujours l’usage de la violence, soit la violence physique, soit la menace de la violence physique, soit la violence légale, qui contraint les patrons à se soumettre. Le syndicalisme c’est l’affirmation d’un droit du plus fort, c’est-à-dire un faux droit.


Par Walter Block. Traduit par Emmanuel Laurent, Institut Coppet

imgscan contrepoints 2013340 mamouth syndicalWalter Block est le titulaire de la chaire d’économie de Harold E. Wirth à l’Université Loyola, senior fellow du Mises Institute, et chroniqueur régulier pour LewRockwell.com.

Je réfute catégoriquement l’idée qu’il existerait quelque chose comme un « droit de se syndiquer », ou que la syndicalisation impliquerait un droit de s’associer librement. Oui, théoriquement, une organisation du travail pourrait décider d’un arrêt de travail en masse pour obtenir un résultat. Ce serait en effet une implication de la loi de la libre association.

Mais chaque syndicat avec lequel je suis familier, se réserve le droit d’employer la violence contre les travailleurs en concurrence, par exemple les briseurs de grèves, que ce soit à la manière « col bleu » en se battant physiquement contre eux, ou à la manière « col blanc », en obtenant l’adoption de lois obligeant les employeurs à traiter avec eux, et non avec les briseurs de grèves. (Quelqu’un connaît-il un exemple contraire ? Si vous connaissez un, je serais heureux d’en entendre parler. J’ai cru à un moment en trouver un, l’Association du travail chrétien au Canada, mais après un entretien avec eux, je peux dire que, même s’ils évitent l’agression des « cols bleus », ils soutiennent la version « col blanc »).

Pourtant il y a des syndicats qui ne sont pas réellement engagés dans l’initiation de la violence. En outre, il y a même des gens associés depuis de nombreuses années avec les syndicats qui n’ont jamais été témoins d’une réelle flambée de violences.

Permettez-moi de préciser ma position. Je ne parle pas ici de la violence brute seulement, mais plutôt de « la violence, ou la menace de violence ». Je soutiens que, souvent, aucune violence réelle n’est nécessaire, du moins dans le syndicalisme tel qu’il est pratiqué aux États-Unis et au Canada.

Le fisc ne s’est probablement jamais engagé dans l’utilisation réelle de la violence physique de toute son histoire. (Il est principalement composé de geeks, et non de gens physiquement agressifs). C’est parce qu’il s’appuie sur les tribunaux et la police de l’État fédéral qu’il dispose du pouvoir suffisant. Mais il serait superficiel d’affirmer que le fisc ne s’engage pas dans « la violence ou la menace de violence ». Cela est également vrai pour le policier d’État qui vous arrête et vous donne un P.V. Ils sont entraînés à être extrêmement polis. Pourtant, « la violence ou la menace de violence » imprègne l’ensemble de leur relation avec vous.

Je ne nie pas, d’ailleurs, que parfois la direction s’engage également à « la violence ou la menace de violence ». Mon seul argument est qu’il est possible de signaler de nombreux cas où ils ne le font pas, alors que la même chose est impossible pour le mouvement syndical, au moins dans les pays dont je parle.

À mon avis, la menace émanant des syndicats est objective et non subjective. C’est la menace, à l’époque des cols bleus, qu’un travailleur en concurrence, un « briseur de grève », soit roué de coups s’il essaye de franchir un piquet de grève, et, de nos jours avec les « cols blancs », qu’un employeur qui renvoie un membre du syndicat en grève, en lui substituant un travailleur remplaçant de manière permanente, se retrouve en violation de plusieurs lois du travail. (Pourquoi, d’ailleurs, n’est-il pas « discriminatoire » et « odieux » de décrire les travailleurs prêts à accepter un salaire moindre, et à concurrencer la main-d’œuvre syndiquée, comme des « briseurs de grèves » ? Ne faudrait-il pas mettre cela sur un pied d’égalité avec l’emploi du mot « nègre » pour les Noirs, ou du mot « youpin » pour les juifs ?)

Supposons qu’un petit homme maigrichon dévalise un grand costaud joueur de football, et lui réclame son argent en le menaçant que s’il ne se soustrait pas à sa demande, il lui bottera le derrière. C’est ce que j’appelle une menace objective, et je ne me soucie pas de la réaction du footballeur face à cette situation humoristique. Deuxième scénario. Le même que le premier, mais cette fois, le petit homme maigrichon sort un pistolet et menace de tirer sur le grand costaud à moins qu’il ne lui remette son argent.

Maintenant, il y a deux sortes de grands costauds. Le premier va se sentir menacé et va remettre son argent. Le second va attaquer le petit gars (en légitime défense, je pense). Peut-être qu’il se sent omnipotent. Peut-être qu’il est vêtu d’un gilet pare-balles. Cela n’a pas d’importance. La menace est une menace, quelle que soit la réaction du grand gars, indépendamment de sa réponse psychologique intérieure.

Revenons maintenant aux relations patrons-syndicats. Le syndicat menace objectivement les briseurs de grève, et les employeurs qui les embauchent. Cela, de nos jours, est purement une question de droit, et non de sentiments psychologiques de la part de quiconque. En revanche, si on ne peut pas nier que parfois les employeurs initient la violence contre les travailleurs, ils ne le font pas nécessairement en tant qu’employeurs. (Toutefois, souvent, ce type de violence est de la légitime défense.)

Cela est similaire à ce que j’ai dit sur le proxénète dans mon livre Défendre les indéfendables. À cet effet, je ne me soucie pas de savoir si chaque proxénète a en effet initié la violence. Il importe peu qu’ils le fassent ou non. Ce n’est pas une caractéristique nécessaire pour être proxénète. Même s’il n’y a eu aucun proxénète non-violent dans l’histoire, nous pouvons malgré tout en imaginer un. Même si tous les employeurs ont toujours initié la violence contre les employés, encore une fois, on peut imaginer des employeurs qui ne le font pas. Toutefois, de manière très contrastée, à cause de la législation du travail qu’ils défendent, nous ne pouvons pas imaginer des travailleurs syndiqués qui ne menacent pas du recours à la violence.

Murray N. Rothbard a été vigoureusement combattu par les syndicats. Cela pour deux raisons. Tout d’abord, en tant que théoricien libertarien, parce que le mouvement syndical menaçait nécessairement d’utiliser la violence (voir L’Homme, l’économie et l’État, pp. 620-632). Deuxièmement, à cause des dommages corporels dont sa famille a personnellement souffert (voir Raimondo, Justin. 2000. An Enemy of the State: The Life of Murray N. Rothbard. Amherst N.Y. : Prometheus Books, pp 59-61).

Nous ne devons jamais succomber au chant des sirènes de la brutalité des syndicats.

Voir les commentaires (10)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (10)
  • Il y a un droit à la syndicalisation, qui est tout simplement le droit de s’associer librement. Le refuser, c’est nier la liberté. Par contre, on peut contester les pratiques syndicales, les monopoles qui peuvent être accordés à certains syndicats ( comme le monopole de négociation). Ce texte est donc à tout le moins maladroit.

  • Calmos l’ami. Une telle rage pour si peu… c’est pas raisonnable, vous allez nous faire un AVC.
    En tout cas, pas la peine d’injurier les gens pour exprimer votre désaccord avec eux. Pas la peine d’hurler à la censure, d’accumuler les termes dépréciateurs et outranciers, c’en est presque risible. Essayez juste de discuter…

  • D’autant que cet article participe d’une anthologie de 30 textes libertariens concoctée par Robert Wenzel. Nous n’avons pas choisi le contenu, ni l’orientation générale, nous ne faisons que proposer les textes aux lecteurs qui se feront leur propre opinion. C’est l’intérêt d’avoir les différents arguments des auteurs libéraux et libertariens : permettre la réflexion et ainsi favoriser une meilleure compréhension des sujets abordés. Si vous êtes en désaccord avec le contenu, pas la peine d’en devenir hystérique et de rejeter la faute sur l’institut et les traducteurs…

  • Il y a un débat entre les libéraux sur cette question. Bastiat par exemple était d’un avis différent. Les textes que nous traduisons n’engagent que leurs auteurs. Nous donnons à lire et chacun se fait son jugement. Pas de débat honnête si les textes ne sont pas disponibles ou non traduits.

    • Contrepoints >> MESSAGE MODÉRÉ
      Les insultes gratuites ont été supprimées.
      DERNIER AVERTISSEMENT : si vous n’êtes pas capable à l’avenir d’exprimer votre désaccord sans insultes, vous irez les exprimer ailleurs.

      ——

      Diriez vous que, sous prétexte que quelques tarés croient encore que la terre et plate, sa rotondité fait débat ? Non. Le droit d’association est UNANIMEMENT reconnu.

      Seuls les régimes totalitaires interdisent les syndicats.

      Sans droit d’association, votre institut ne pourrait meme pas exister.

      • Vous confondez droit d’association et droit de terroriser ou de menacer les autres (syndicats) !!! Le droit d’association est une liberté fondamentale que l’article ne remet pas en question. En plus vous tentez d’argumenter avec un vieux sophisme : tout le monde est d’accord avec moi donc j’ai raison… pitoyable.

  • J’ai remarqué une problème dans l’avant dernier paragraphe. Lorsque L’Homme, l’Économie et l’État de Murray N. Rothbard est cité, il y a un lien vers le tome 1 de l’édition française sur Amazon.fr alors que le passage auquel Walter Block fait référence est contenu dans le tome 3, et les numéros de page (pp. 620-632) correspondent à une édition anglaise. Avec corrections, ça donne ceci : « L’Homme, l’Économie et l’État, tome 3, pp. 64-77 ».

  • Il y a une erreur dans le premier paragraphe: « that unionization is akin, or, worse, an implication of, the right to freely associate » a été traduit « que la syndicalisation impliquerait un droit de s’associer librement ».

    ABA⇒BB⇒A

    FFVV
    FVVF
    VFFV
    VVVV

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
1
Sauvegarder cet article

Par Thomas Renault.

Le taux de syndicalisation correspond au rapport du nombre de salariés membres d'un syndicat sur le nombre total de salariés. Si l'on observe l'ensemble des pays membres de l'OCDE, la France est le deuxième pays avec le plus bas taux de syndicalisation, juste devant la Turquie, avec un taux de syndicalisation de seulement 7,8 % (voir graphique plus bas).

Taux de syndiqués et taux de chômage

En théorie, on pourrait alors se dire qu'un taux bas de syndicalisation devrait être synonyme de davantage de flexibilit... Poursuivre la lecture

Par Nicolas Marques.

C’est la loi du 11 février 1994, dite Loi Madelin, qui a permis aux travailleurs non-salariés non agricoles (TNS) de bénéficier de compléments de pensions de retraite par capitalisation.

C’était la loi du 25 mars 1997, dite Loi Thomas, qui proposait de créer les plans d’épargne retraite.

C’est aussi la loi du 21 août 2003, dite Loi Fillon, qui a instauré le Plan d’épargne retraite populaire (PERP), le Plan d’épargne pour la retraite collectif (PERCO) ou l’Etablissement de retraite additionnelle de la ... Poursuivre la lecture

Par Dominique Andolfatto et Dominique Labbé. Un article de The Conversation

Les élections départementales et régionales de 2021 ont été marquées par une abstention massive que les commentateurs ont expliquée par l’absence d’enjeux clairs, l’émiettement des listes, le flou des programmes, les inégalités sociales ou le désintérêt des jeunes et, bien sûr, par la crise sanitaire…

En revanche, on a généralement ignoré l’anomie – soit le déclin des formes de régulation et des valeurs collectives – qui frappe la société française. Les... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles