Le Haut Conseil des finances publiques menace de déclencher la règle d’or

Les dispositions de la règle d’or budgétaire pourraient-elles être déclenchées prochainement par le Haut Conseil des finances publiques ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Règle d'or

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le Haut Conseil des finances publiques menace de déclencher la règle d’or

Publié le 13 octobre 2013
- A +

Les dispositions de la règle d’or budgétaire pourraient-elles être déclenchées prochainement par le Haut Conseil des finances publiques ?

Par Magali Pernin.

Un article du site Contrelacour.fr

Règle d'orLes mois qui vont suivre vont nous permettre de juger les dispositions issues du Pacte budgétaire. Ne sont-elles que des promesses écrites visant à rassurer les marchés ou sauront-elles se montrer réellement contraignantes pour rétablir rapidement les finances publiques ?

Les nouvelles règles encadrant les finances publiques

Le Pacte budgétaire, ratifié par le Parlement français en octobre 2012 et entré en vigueur en janvier dernier, prévoit en son article 3 différents éléments devant être introduits dans le droit national:
– le principe de l’équilibre des comptes des administrations publiques
– l’équilibre des finances publiques: les Etats doivent parvenir à leur objectif budgétaire à moyen terme, c’est à dire un déficit structurel limité à 0,5% du PIB
– la création d’un Conseil budgétaire indépendant
– la mise en place d’un mécanisme de correction automatique si l’Etat s’éloigne de cet objectif.

Toutes ces dispositions, plus largement connues sous le vocable de « règle d’or », ont été introduites via une loi organique votée en novembre 2012.

Cette dernière a confié aux lois de programmation des finances publiques le soin de faire respecter la limitation du déficit structurel. Votées tous les trois ans, elles construisent en quelque sorte un « tunnel » dans lequel doivent évoluer les lois de finances votées chaque année. La dernière a été adoptée en décembre 2012 par la nouvelle majorité. C’est le Haut Conseil des finances publiques qui est chargé de veiller à sa bonne application.

Malheureusement, en plus de ne pas convaincre les membres du Haut Conseil, le budget 2014 présenté aujourd’hui par Pierre Moscovici, présente l’important défaut de trop s’écarter des objectifs fixés par la loi de programmation.

Le mécanisme de correction automatique ou la règle d’or du rabot

Dans son avis rendu public fin septembre, le Haut Conseil, garant de « l’indépendance » des prévisions budgétaires, considère que celles du gouvernement sont encore trop optimistes. Il y a fort à parier que les recommandations de la Commission européenne n’en seront que plus sévères. En effet, cette dernière est chargée, pour la première fois, de l’examen des budgets des États européens.

Surtout, le Haut Conseil souligne que « le solde structurel prévu par le projet de loi de finances s’écarte sensiblement des orientations pluriannuelles définies dans la loi de programmation«.

Or, les conseillers estiment qu’un déclenchement du mécanisme de correction est plausible « dès lors que l′écart dépasserait 0,5 point sur une année » (« écart important » au sens de la loi organique) [1].

En l’état actuel des prévisions, l’écart s’élèverait à un point en 2013 (-2,6 % du PIB contre -1,6 % dans la loi de programmation).

Tableau-PLF-LPFP

Ainsi, l’avis est sans appel:

La réalisation des prévisions du Gouvernement pour 2013 […] conduira le Haut Conseil à constater au printemps 2014 un « écart important » par rapport aux orientations pluriannuelles, déclenchant ainsi le mécanisme de correction. Sauf à reporter la date de retour à l′équilibre structurel au delà de 2016 et à modifier à cette fin la loi de programmation, le Haut Conseil note que la mise en œuvre du mécanisme de correction nécessitera de réaliser en 2015 et en 2016 des efforts plus importants que ceux prévus dans cette loi.

La faiblesse des engagements

Mise en œuvre du mécanisme de correction ou révision des objectifs ? Alors que depuis des années, les lois de programmation sont sans exception largement réécrites afin de coller à la réalité économique, l’année 2014 sera sans aucun doute l’occasion de tester le sérieux des engagements pris à la fois par la majorité et l’opposition lors du vote de la loi organique.

Mais la question semble déjà être tranchée.

Selon l’agence Reuters, le ministre des finances aurait reproché au Haut Conseil « de ne pas prendre en compte le fait que la Commission européenne ait depuis accordé deux ans de plus à la France, jusqu’en 2015, pour ramener son déficit sous 3% du PIB ».

« Il s’est passé quelque chose d’important depuis, une recommandation de la Commission européenne qui nous a donné deux années supplémentaires, sur laquelle nous nous calons »
« Il faut que chacun, au-delà d’une forme de respect du droit à laquelle nous sommes évidemment très attachés, prenne cela en compte à l’avenir et dès à présent« .

Pour Pierre Moscovici, la loi de programmation semble donc être donc d’ores et déjà caduque.

De son coté, Christian Eckert, rapporteur socialiste du Budget de l’Assemblée, a déclaré qu’aucune décision n’était prise et qu’il serait préférable d’attendre la présentation, fin 2014, d’une nouvelle loi de programmation des finances publiques « pour recoller avec la réalité« .

Sur le web

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • Ces histoires de déficit structurel et de règle d’or sont des histoires à dormir debout.

    Il n’y a qu’une règle valable pour assainir les comptes publics et limiter l’Etat : interdire le recours à la dette publique. L’Etat ne dépense que l’argent disponible recueilli par l’impôt. S’il n’a plus d’argent, l’Etat constate l’impossibilité de respecter ses engagements, interrompt ses dépenses et les politiciens ayant pris ces engagements sont envoyés au gnouf, histoire de leur apprendre le prix de la démagogie et la valeur de la parole publique.

    • La « règle d’or » permet en fait de continuer à augmenter les impôts sans diminuer les dépenses et donc de poursuivre le social-clientélisme comme si de rien n’était.

      Mais comme des élections approchent, le gouverne-ment va s’asseoir sur les régles qu’il édicte.

  • Au delà de l’incurie du gouvernement, il est assez étonnant de voir que le déficit conjoncturel est censé augmenter de 2012 à 2014, alors que selon M. Moscovici « tous les indicateurs sont au vert » ! La réduction programmée du déficit structurel ne serait donc que de la poudre aux yeux…

  • Mais oui, reportons à demain … ou aux générations futures !

    Dans ses rêves les pous fous, la France sera, fin 2015, martyrisée et avec un décifit de 3 %.

    La Belgique sortira à la même date quasi intacte de tout prélèvement, et avec un budget en équilibre.

  • Règle d’or… comme la palme à remettre à nos élus.

    Limiter le déficit à 0.5%, dit comme ça, c’est plus sérieux, mieux que 4.8% de déficit c’est vrai, en fait une entreprise qui agirait de la sorte foutrait ses dirigeants à la porte.

    La règle c’est pas de déficit du tout, pas difficile à dire non ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Nathalie MP Meyer.

Quiconque pense que l’État doit intervenir massivement dans l’économie d’un pays sera certainement enchanté d’apprendre que la France jouit du privilège ambigu d’avoir reçu l’une des plus mauvaises notes du récent rapport Fraser 2021 sur la liberté économique au regard du critère « taille de l’État ». Avec un petit score de 5/10, elle occupe le 155ème rang sur 165 pays étudiés, en proche compagnie de véritables titans de la prospérité et de la liberté comme le Venezuela ou la Libye.

Car bien sûr, toute per... Poursuivre la lecture

législatives Macron
1
Sauvegarder cet article

Par Eddie Willers.

Depuis son arrivée au gouvernement sous François Hollande, la presse n’a eu de cesse de présenter Emmanuel Macron comme un libéral. Forte de son inculture en la matière, elle pensait qu’il suffisait d’être passé par une banque d’affaires et d’avoir fait voter une loi de libéralisation de l’exploitation des autocars pour en être.

Néanmoins, les dernières semaines nous montrent que notre président fait tout pour se départir de cette étiquette. Une déclaration m’a notamment marqué ces dernières semaines, celle cr... Poursuivre la lecture

Par Nathalie MP Meyer.

Dans sa note de conjoncture du 6 octobre dernier, l’INSEE prévoyait que le taux de chômage baisserait fortement au troisième trimestre 2021, pour atteindre 7,6 % de la population active en France entière hors Mayotte après les 8 % du second trimestre. Une perspective plaisante qui fleurait bon la possibilité du plein emploi bientôt retrouvé et qui poussa immédiatement le ministre de l’Économie Bruno Le Maire à mettre en avant l’action absolument novatrice de la majorité LREM dans la renaissance économique vécue a... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles