De nouvelles mesures annoncées contre le vin

Alors que les vendanges s’annoncent assez moyennes cette année, le danger pour les viticulteurs ne vient pas de la météo mais de l’État.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints 2013-2220 vins

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

De nouvelles mesures annoncées contre le vin

Publié le 3 octobre 2013
- A +

Alors que les vendanges s’annoncent assez moyennes cette année, le danger pour les viticulteurs ne vient pas de la météo mais de l’État.

Par Jean-Baptiste Noé.

Les vendanges commencent ou ont déjà commencé dans les vignobles de France, avec un millésime 2013 qui s’annonce difficile. Le printemps fut pluvieux et humide, l’été guère ensoleillé, le botrytis a contaminé certaines appellations, et la grêle et les orages en ont détruit d’autres. Une petite vendange ne signifie pas un petit millésime. Les vins seront peut-être très bons, tout dépend du talent de chaque vigneron. Nous aurons les réponses dans les dégustations des prochains primeurs et lors des concours de l’année prochaine.

Le plus inquiétant ne vient pas du ciel, mais de l’État. Le gouvernement envisage de nouveau de réglementer et de taxer la filière viticole, deuxième filière exportatrice de France, qui fournit 500 000 emplois, et qui illustre au mieux notre culture. Cinq mesures particulièrement vicieuses sont à l’étude :

1/ Interdiction de parler du vin sur internet ;

2/ Interdiction de parler positivement du vin dans les médias ;

3/ Taxation du vin au nom de la santé publique ;

4/ Radicalisation du message sanitaire ;

5/ Durcissement des mentions sanitaires sur les étiquettes.

Vous avez bien lu. Ces mesures sont ahurissantes. Le gouvernement souhaite légaliser la consommation de cannabis et de certaines drogues, mais il veut interdire de parler du vin. Les vignerons et les œnophiles se mobilisent depuis quelques jours pour empêcher ce diktat sanitaire, et cette atteinte inadmissible contre la culture de notre peuple.

C’est véritablement cela qui est en jeu. Certes il y a les conséquences économiques de ces mesures, mais il y a surtout les conséquences culturelles et historiques. Comment peut-on en arriver à nier les racines culturelles de la France en cherchant à éradiquer le vin de ses paysages et de son histoire ? L’attaque est beaucoup plus grave et beaucoup plus profonde qu’il n’y paraît. Cela rejoint l’intrusion de l’idéologie du genre à l’école, la destruction des programmes d’histoire : c’est la volonté d’éradiquer une culture et de la remplacer par une idéologie technocratique.

Pour plus d’informations sur ces mesures dangereuses, vous pouvez consulter le site « ce qui va vraiment saouler les Français« .
—-
Sur le web

Voir les commentaires (14)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (14)
  • le gouvernement suivrait t’il les idées malsaines de pascal lamy ? celui ci aurait dit que les français devraient s’habituer à boire du vin australien ou chinois car il n’était plus possible de continuer à subventionner les agriculteurs et viticulteurs français ;je savais que nous avions des dirigeants cons comme des balaies mais là ça touche le fond ; il faut gicler ces gens là de notre france , ils vont complêtement la détruire ;

  • « Le gouvernement souhaite légaliser la consommation de cannabis et de certaines drogues, »
    Le gouvernement ne « souhaite pas seulement les légaliser » – ce qui ne me choquerait pas particulièrement, par réalisme – le gouvernement finance, avec NOS IMPOTS, une association qui publie un espèce de « que choisir » avec des « tests de dégustation » décrivant précisément les vertus des différents « trips ».

    L’augmentation des taxes sur le vin dégagera des ressources qui permettront probablement d’améliorer ces tests comparatifs.

  • Interdisons aussi les étiquettes, et remplaçons-les par une mention unique : « vinasse dangereuse ».

  • Bof, il suffit de supprimer « VIN » et le remplacer par Pinard, par exemple ; il faut être pinard à la redresse…

  • C’est triste, en effet ! Mais vaut-il encore la peine de discutailler avec les crapules du gouvernement français , qui n’en font qu’à leur tête et ne défendent principalement, que les intérêts des lobbies immondes ?

    Il y a actuellement, en France, une candidate à la présidentielle, qui, quoi qu’on puisse en penser, semble encore avoir pleinement la tête, sur les épaules.

    A partir de là, il appartient à chacun; viticulteurs, pêcheurs, agriculteurs, parents de familles normales, sidérurgistes entubés, retraités spoliés, victimes de violences d’immigrés, propriétaires de biens souillés par des Roms, etc… etc… de ne plus se laisser « fistiner » par l’UMP & le PS. (UMPS)

    Et aussi, de laisser les préjugés au placard, après avoir privilégié, la… mémoire. Sinon, à rien ne sert de se plaindre indéfiniment.

    A bon entendeur !

  • Interdiction de parler du vin ? WTF c’est quoi leur justification ??

  • Et quand l’Etat obligera t il les viticulteurs à ne pas utiliser pus de 3 insecticides sur une récolte? Vous n’en parlez pas!
    Le record enregistré cette année semblerait être en faveur du bordeaux « Mouton Cadet » avec 13 différents insecticides dont 4 seraient interdits en France!!!
    Buvez du vin, c’est bon pour le médecin!!

  • Lamentable !! Si ils veulent plaisir aux islamistes ils ne s’y prendraient pas autrement…Comment voulez-vous avoir un pays sain et prospère quand ILS sabordent, saccagent, détruisent les racines de la France !!

    • on a fait bien pire:

      les écologistes ont prétendu, dans les années 80, que les nitrates étaient dangereux pour l’homme, et surtout le nourrisson ( vous ne voudriez tout de mème pas maltraiter un nourisson ? )
      le gouvernement lalonde ( ministre de l’écologie ) à alors fait passer des lois qui obligaient les eleveurs a mettre leur batiments d’exploitation aux normes, pour pas que des nitrates contenus dans les lisiers et autres engrais de ferme ne se retrouve dans la nature ! ( encore heureux qu’ils n’ai pas interdit les vaches de sortir, ouf ) .
      20 ans aprés cela, la moitié des fermes d’elevage ont disparut, et seul celles qui utilisaient des methode industrielles ( hors sol ) subsistent. aujourdhui, l’elevage français est dans une position catastrophique: fortement concurencé par les pays etrangers qui n’ont rien mis au normes eux, la filière tout entière est manacé de disparaitre: les abatoires et aussi les equarissages licencient, les eleveurs se sont endettés pour rien, puisque les scientifiques ont finit par dire ( mais on en a jamais entendu parler à la TV ) que les nitrates n’avaient aucun inconvenient pour la santé des gens. ils travaillent comme des cons au pays des 35 heures, et tout le monde se fout de leur geule, a ces pauvre moujik des temps modernes.

  • N’étant pas français je n’arrive pas à croire que l’un des pays leader dans l’œnologie puisse avoir de tels plans.
    Est-ce un canular?

    • Ils sont fous
      On est gouvernés par une équipe de Charles X…

      Et on va droit vers un Azincourt économique (politiquement nous sommes déjà la risée du monde).

  • Mettre en lien le site cequivavraimentsaoulerlesfrancais.com, je dirais pourquoi pas, après tout c’est le sujet de l’article… par contre si on parle d’INFORMATION il me parait plus judicieux d’orienter vers le Plan gouvernemental officiel de la MILDT ( http://www.drogues.gouv.fr/site-professionnel/la-mildt/plan-gouvernemental/plan-gouvernemental-2013-2017/ ),… non ? Ô surprise ! ces mesures n’apparaissent nulle part…

    Je crois qu’il faut à un moment bien reconnaître que n’importe où France, tout est toujours prétexte à picoler, et pour être tout à fait honnête, je ne suis pas le dernier pour ça. J’aime le vin en général mais franchement, je trouve qu’on a souvent vite fait de se défendre d’une consommation excessive (disons, plus de 2 verres par jour) derrière le prétexte que « c’est bon pour la santé. »

  • Comme dans bien d autre domaine , ce n est pas forcement la concurrence qui tue notre savoir faire mais l’état. On saborde le travail, par une poignée d’incompétents ,idiots bêtes, imbeciles , kol boet …. Qu’ ils ne fassent rien, on fera mieux . Il n y a plus d espérance, la guillotine est de rigueur.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
impôts de production bruno le maire
9
Sauvegarder cet article

Mardi 26 juillet 2022, l’Assemblée nationale n’a pas pu trouver un accord pour voter la Loi de finance rectificative. En clair, un texte qui avalise que la loi de finance initiale a dérapé et que donc le déficit sera revu à la hausse. La Loi pouvoir d’achat ayant été votée par les députés, l’adoption de la PLFR bute sur le dossier de la renationalisation d’EDF (une bricole à 9,7 milliards d'euros qui viendra s’ajouter à un océan de dettes de 2900 milliards).

« Débats interminables », « pure politique politicienne », s’agace le ministre... Poursuivre la lecture

Prix des carburants
4
Sauvegarder cet article

Lors de son allocution du 14 Juillet, le Président de la République fût comme à l’accoutumée excellent dans son analyse. En déclarant que « la France essuie les conséquences de la guerre en Ukraine, notamment sur les prix de l’énergie », on peut toutefois lui reprocher de ne pas avoir suffisamment insisté sur les causes profondes de la crise énergétique apparue à l’été 2021. Cette dernière repose principalement sur une rupture structurelle offre/demande dont les sources remontent à 2015. Un problème évident dès 2018 et sur lequel je me suis e... Poursuivre la lecture

Par la rédaction de Contrepoints.

 

Alors que le gouvernement envisage de prolonger certaines dispositions liées à l’état d’urgence sanitaire, une enquête réalisée du 22 au 23 juin par BVA révèle qu’un Français sur deux aurait mal vécu les deux années de crise covid, et critiquerait la gestion politique qui en aurait été faite.

Toujours selon ce sondage BVA, trois quarts des Français interrogés (77 %) estiment que les mesures sanitaires ont été trop lourdes à l’endroit des jeunes, et 53 % pensent que la réduction des... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles