Allemagne : victoire du statu quo

La large coalition qui s’annonce permettra aux élites traditionnelles de maintenir leur pouvoir et d’accélérer le centralisme européen en cours.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Allemagne : victoire du statu quo

Publié le 23 septembre 2013
- A +

La large coalition qui s’annonce permettra aux élites traditionnelles de maintenir leur pouvoir et d’accélérer le centralisme européen en cours.

Par Patrick Smets, depuis la Belgique.

Le succès électoral d’Angela Merkel est une mauvaise nouvelle pour l’Europe car il aura pour effet de prolonger la crise actuelle. La large coalition qui s’annonce permettra aux élites traditionnelles de maintenir leur pouvoir et d’accélérer le centralisme européen en cours actuellement. Si Angela Merkel a profité électoralement de sa capacité à « gérer la crise », les principaux partis allemands s’exonèrent un peu vite de leur responsabilité dans la création de ce Frankenstein économique qu’est la zone Euro.

Remarquons que le seuil électoral des 5% a joué son rôle en empêchant toute émergence d’une véritable contestation. Tous les partis qui luttent contre le centralisme – que ce soient les cyberactivistes du Parti Pirate, les libéraux du FDP, les économistes du AFD ou les libertariens du Partei der Vernunft (Parti de la Raison) – se voient privés de représentation parlementaire. Ainsi se perpétue le statu quo à Berlin comme à Bruxelles !

La crise actuelle est une crise du centralisme monétaire, qui sert à son tour de prétexte pour une fuite en avant dans le centralisme politique et économique. Afin de sortir de cette crise, la proposition du Parti Libertarien est de dépasser l’Euro, sans revenir aux monnaies nationales. Pour nous, il convient d’ouvrir le monnaie à la libre concurrence et d’instaurer un système de banques libres débarrassées du monopole de la BCE, comme le prescrivent les économistes de l’École autrichienne. Ainsi, une ou plusieurs monnaies saines feront leur apparition et s’ajusteront aux besoins de la population par les mécanismes habituels du marché. La liberté monétaire garantira un soutien efficace à l’économie, une protection contre l’inflation et une augmentation du pouvoir d’achat des ménages.

Au sein du Parti Libertarien, nous réaffirmons que les choix monétaires sont des choix politiques, et préconisons comme en toute matière plus de place aux choix des individus et plus de liberté.

Voir les commentaires (14)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (14)
  • Une mauvaise nouvelle, peut-être, mais qu’est-ce qui aurait été une bonne nouvelle ?

    • Une victoire de l’AFD par exemple :

      Alternative fur Deutschland, programme :

      « Specific goals include:

      The no-bailout clause of the Maastricht Treaty must be respected.
      Countries must be able to leave the eurozone to form alternative monetary unions or establish parallel currencies.
      Secondary market interventions by the European Central Bank should stop.
      The cost of bailouts should be borne primarily by the private sector.
      All transfer of sovereignty to the European Union must be legitimized by plebiscite. »

    • Un meilleur score de l’aile libérale, peut-être!

      • Sans être un spécialiste de la politique allemande, il me semble que le FDP a pris ces dernières années une image plus centriste que libérale, et qu’en tout cas son influence libérale sur la coalition a été aussi invisible que celle de notre propre parti libéral démocrate sur l’UDI.

  • C’était Merkel ou la gauche, je préfère Merkel, même si je ne suis pas de droite. Tout n’est pas parfait comme l’indique l’article.
    En tout cas sa réélection cloue le bec à nos journaleux, car après tout si elle est plébiscitée c’est bien pour une raison.

    • ça cloue aussi le bec à la grosse limace visqueuse de l’élysé, qui espèrait surement une victoire moins nette. il va commencer par se sentir bien seul en europe à refuser toutes réforme, et réclamer la relance par le déficit, les eurobonds, le droit de manger dans l’assiète des autres…

    • Sauf que ce qui profile est une grande coalition avec le SPD.
      Donc même clouer le bec des journalistes et de nos zélites c’est foutu

  • merkel reconduite, une mauvaise nouvelle ? quand on voit que les liberaux  » présentables  » font moins de 5%, difficiles d’imaginer que des libertariens, avec des idées de monnaie libre impossible à mettre en oeuvre auraient pu l’emporter !
    utopie quand tu nous tient !!

  • Fallait encore qu’un libertarien bebe s’inquiète de l’éviction de ses Kamarad d’Outre-Rhin ?
    Patrik Smets : prenez-vous les allemands pour des tarés ?
    Laissez donc s’exprimer les gens, plutôt que de leur tirer dessus !

  • les dirigeants de la contradiction…

    Merkel s’engage dans un mandat dont son principal chantier sera de stimuler la natalité germanique…pas mal pour une femme qui n’a pas eut d’enfant semble t-il par choix.
    Nous on a un président qui s’est battu pour le mariage pour tous, excepté pour lui.

    • l’ordure me semble avant tout être l’auteur de ce commentaire insane !
      La dénatalité ravage tous les pays développés ; il s’agit de pourvoir à une correction progressive (à ne pas confondre avec celle progressite).
      Le maintien d’un leadership et des compétences est à ce prix.

      Alternativement, la démographie de remplacement actuel s’accomplit par le ventre de femmes brimées largement sous la coupe de l’islam, sous l’irrespect de leur machos; qu’il s’agisse de Allemagne comme de la France et singulièrement l’Europe actuelle.
      Problème de culture risquant de tourner à l’inversion des civilisations ?
      Autant donc anticiper et encourager nos jeunes couples…

      Salutations peu respectueuses envers VOTRE ordure personnelle !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Alors que la France et l’Allemagne avaient trouvé mi-janvier un consensus pour inscrire à la fois le gaz et le nucléaire comme énergies dites « de transition » dans la taxonomie verte européenne, Berlin vient de faire marche arrière. L’information est tombée ce mardi sur le média Contexte confirmée ensuite par Marianne : « l'énergie nucléaire n'est pas durable et ne doit donc pas faire partie de la taxonomie » a déclaré le porte-parole du ministère allemand de l'Économie et du Climat dirigé par le Vert Robert Habeck au sein de la coalition SP... Poursuivre la lecture

Par Marc Deffrennes et Samuele Furfari[1. Hauts fonctionnaires retraités de la Commission européenne (Direction générale de l’énergie) Ingénieurs, Responsables respectivement de weCARE et de la SEII].

Une politique énergétique équilibrée doit reposer sur trois piliers :

La sécurité de l’approvisionnement. Une saine économie. La protection de l’environnement.

 

Cet équilibre est au cœur des actions de weCARE et la Société Européenne des Ingénieurs et Industriels, à savoir : promouvoir un mix énergétique fiable, abor... Poursuivre la lecture

Davantage de centralisation continentale et une « communauté politique » pour « doubler » l’Union. Le discours d’Emmanuel Macron devant le Parlement européen ce lundi a permis de dévoiler les intentions du président français vis-à-vis de l’Union européenne. Les propos ont été particulièrement français : des idées très générales sur un fond vaguement dirigiste. D’un côté, Emmanuel Macron propose une révision générale des traités, de l’autre, il envisage la création d’une « communauté politique » européenne visant à faire coopérer des nations d... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles