François Hollande, vrai menteur ou mauvais menteur ?

Pinocchio par Enrico Mazzanti (Libre de droits)

Un être gauche tel que François Hollande ne peut foncièrement pas devenir un vrai menteur. Ce qui ne l’empêche pas de mentir.

Un être gauche tel que François Hollande ne peut foncièrement pas devenir un vrai menteur. Ce qui ne l’empêche pas de mentir.

Par Nadine Guyot-Touzeau, coach et profiler.

Introduction de Thibault Doidy de Kerguelen : ces temps-ci, rares sont les Français qui doutent un instant que leur Président soit un menteur. Entre la pause fiscale de 2014 qui débutera en 2015 si les poules ont des dents, les « rebelles » syriens qui ne sont pas des djihadistes bien que 300 combattants de nationalité française y soient, le changement qui ne change pas vraiment, la relance des entreprises qui passe par un nouvel impôt sur l’excédent brut d’exploitation, les économies qui ne sont qu’une réduction de l’augmentation de la dépense, les 9 Français sur 10 qui ne devaient être touchés par l’augmentation de la fiscalité, la présidence « irréprochable » qui organise un réunion de travail à Marseille avec deux élus mis en examen pour escroquerie, détournement de fonds et association de malfaiteurs, un Ministre convaincu de fraude fiscale et de mensonge, etc. Pourtant, Nadine est formelle. Si notre bon Président est probablement mauvais en tout, il l’est aussi… en mensonge !

J’ai « délecté » un article dans L’Express dernièrement, dont la prose élégante et délicate a éveillé délicieusement tous mes sens, tant les mots choisis faisaient danser mon papier virtuel s’imaginant être invité dans les antres de Madame De Sévigné. L’inspiration m’est venue (surtout en réutilisant les noms donnés à François Hollande) et j’en remercie cet excellent journaliste sous le pseudo de « Bongodi ».

Cette plume aiguisée a suggéré au faible d’apprendre à mentir. Quelle idée que d’inspirer un si vilain comportement qui ne saurait donner de bons résultats. Bien que nous mentions tous un peu avec des galanteries, séductions et autres attitudes valorisantes sans excès, le mensonge n’est jamais récompensé sur les bases des valeurs. Et je suis adepte que la vérité sort toujours un jour ou l’autre.
Pour revenir à notre personnage burlesque, s’il n’a d’effet que de nous faire rire (jaune trop souvent !) avec ses facéties, que n’importe quel humoriste n’aurait pu même songer les mettant ainsi en chômage d’imagination, il n’est point affuté pour éveiller son esprit à quelque truchement que ce soit, dont le mensonge.

La question en effet se pose : qui peut se prévaloir de devenir menteur patenté ?

Mon opinion est que le mensonge ne s’acquiert en aucun cas, même avec un travail, sur certains profils. Et le Sieur François en est l’exemple type de par son profil. En effet, certains de ses traits de caractère permettent de contrecarrer ces éventuelles acquisitions comportementales.

Un être gentil, gauche, limite naïf, naturel et spontané, tel que le Roi François, ne peut foncièrement pas devenir un vrai menteur. Ce qui ne l’empêche pas de mentir ; toutefois ses mensonges seront bénins, enfantins ou sans grandes incidences, sachant qu’ils seront décelables par toute personne le connaissant bien, sans être un grand comportementaliste et/ou profiler. D’ailleurs, au moindre doute exprimé, ou suite à un tout petit questionnement contradictoire, notre Roi révélera très vite la vérité, plus exactement, sa vérité. Puisque diantre, François le fourbe peut croire en son histoire selon la compréhension ou la croyance qu’il en a ! N’en riez point, c’est tout à fait probable de sa part.

Si certains profils ne peuvent devenir de vrais menteurs, d’autres si.

Il est en effet possible d’apprendre à devenir un artificier du mensonge. Les résultats pourraient être impressionnants et, peut-être même, proches du menteur né, avec des difficultés à déceler des expressions ou micro expressions relatives au dit mensonge. Cette capacité présuppose que le profil est prédisposé à devenir menteur, à savoir, qu’il a un potentiel qui était, soit refoulé, soit à révéler.

Ainsi, certains profils sont aptes à mentir plus facilement que d’autres et il est même culturel, ainsi que l’évoque le journaliste, d’user de mensonge dans certaines professions telle que la politique… Ce qui ne peut correspondre à tout un chacun.

Le résultat obtenu face à un mensonge, surtout non décelé et, sur des profils de personnes peu sensibles, loyales, franches, rarement engagées, peut procurer une adrénaline positive et un tel plaisir des suites, et de l’issue, et du succès, que la personne cherchera à améliorer son « mensonge ». Cette montée pyramidale peut créer un manipulateur.

Alors François le Fourbe, peut-il mentir comme un pro ?

Manifestement non, sauf par omission ou naïveté, par peur de mécontenter ou pour se valoriser et rechercher la reconnaissance. Le corps ne mentant jamais, sur un profil comme celui du Roi François, il sera vite trahi dans sa gestuelle, ce qui est nettement moins évident sur un vrai menteur, et encore moins facile à déceler sur un menteur-né.

Si vous souhaitez apprendre à déceler le mensonge notamment avec les techniques du référent en comportement mondialement reconnu qu’est le Ph.D Paul Ekman, je suis à votre disposition pour toute formation.


Sur le web.