Bon anniversaire la crise ! En attendant la prochaine…

Cinq ans après la faillite de Lehman Brothers, en sait-on plus sur les crises ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Bon anniversaire la crise ! En attendant la prochaine…

Publié le 17 septembre 2013
- A +

Cinq ans après la faillite de Lehman Brothers, en sait-on plus sur les crises ?

Par Guy Sorman.

Cinq ans après la faillite de Lehman Brothers, qui a contaminé le monde et interrompu un long cycle de croissance, en sait-on plus sur les crises ? Pas grand-chose que l’on ne savait déjà.

Rappelons que nul n’avait prédit cette crise (prophétiser, ce n’est pas prévoir) et nul n’est capable de dater la prochaine. Tout se passe comme si les crises étaient inhérentes à l’économie de marché : la spéculation et l’innovation étant imbriquées dans le capitalisme, des accidents de parcours semblent certainement inévitables puisque toute innovation (fut-elle technique ou financière) ne peut pas réussir et toute spéculation ne peut pas être gagnante. Ces accidents sont d’autant plus imprévisibles que nul ne parvient à en identifier la cause et que, probablement, il n’existe pas de cause unique.

Ainsi l’usage est-il de dater la crise à partir de la faillite de Lehman Brothers. Mais cette faillite n’a pas provoqué la crise, elle l’a révélée et lui a ajouté une panique psychologique, ce qu’aucun économiste n’est capable d’anticiper.

Depuis 2006, les prix de l’immobilier, base du crédit hypothécaire, stagnaient : la crise ne datait-elle pas de 2006 ? Mais, en 2006, les prix du pétrole ont augmenté, rendant le logement en banlieue moins attrayant pour les familles américaines. Le prix du pétrole ne fut-il pas à l’origine de la crise ? La combinaison des facteurs – et non une seule cause – est à l’origine de toute crise : accuser tel ou tel, les banquiers, les agences de notation ou les agents immobiliers est une quête de bouc émissaire, pas une démarche scientifique.

Les économistes classiques ont toujours accepté cette inéluctabilité des crises qu’accroît, en notre temps, la complexité des systèmes d’échange et de production : donc, nous n’avons rien appris de neuf qui faciliterait les cures préventives. Par défaut, saurons-nous mieux surmonter les crises à venir ?

Depuis cinq ans, tous les gouvernements et banques centrales ont rallié la même politique : limiter les dégâts en baissant les taux d’intérêt, insuffler un peu de relance par le déficit budgétaire, mais pas trop. Aucun gouvernement, aucune banque ne se sont aventurés dans un libéralisme strict qui aurait exigé de ne pas agir du tout, ni dans une relance keynésienne massive, tout aussi aléatoire. Les deux grandes écoles de pensée se retrouvent ainsi à égalité, chacune proclamant que si leur théorie avait été intégralement appliquée, le monde tournerait plus vite. Le débat peut continuer.

Soulignons un aspect positif de cette modération des politiques anti-crise. À la différence de 1930 et de 1974, aucun pays n’a réagi à l’excès : pas de fermeture des frontières ni de nationalisations massives comme dans les années 1930, ni création massive de monnaie comme après 1974 et hyperinflation.

Cette fois-ci, malgré la crise, d’une ampleur tout de même modérée à l’échelle de l’histoire, les grands principes de l’économie ouverte et de la stabilité monétaire ont été préservés, avec le soutien actif des pays émergents (Corée du Sud, Chine, Brésil en particulier) au statu quo libéral.

Cette modération partagée devrait susciter un futur cycle de croissance qui s’esquisse : l’esprit d’entreprise reprend le dessus. Jusqu’à la prochaine crise : s’il fallait parier, celle-ci naîtra probablement d’un déséquilibre entre les bénéfices de l’État providence et la raréfaction de son financement, une sorte de généralisation du « malheur grec ».

Pourquoi ne pas anticiper ? Les électeurs et les hommes politiques qui les représentent préfèrent récolter les avantages de l’État providence et céder à leurs successeurs les dettes qui en résulteront.


Sur le web.

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Stabilité monétaire?Ouverture?Je demande à voir!

  • C’est quoi ce torchon ? Bien sûr que l’on connait le mécanisme des crises (bulles) ! A moins que l’article soit sarcastique. Ne surtout pas se renseigner sur les théories autrichiennes

  • Comme souvent, cet article de Contrepoints est idéologiquement orienté, même si dans ce cas c’est moins flagrant.
    Quelques remarques :
    – Il est complètement faux de dire que personne n’avait anticipé la crise. De nombreux auteurs hétérodoxes (par exemple Emmanuel Todd dans Après l’Empire en 2002) ce sont inquiétés de l’exubérance du système financier. Ils n’avaient peut être pas imaginé une crise d’une telle importance, mais ils l’avaient pressentie et en avait, au moins partiellement, expliqué les mécanismes. Sauf que personne dans nos dirigeants et les médias grands publics ne les écoutait avant la crise, et guère plus aujourd’hui.
    – J’aimerais bien que l’auteur, qui estime cette crise d’une « ampleur modérée », aille un peu se confronter aux millions de personnes qu’elle a mis au chômage voire dans la misère …
    – Si le système financier (banques, agences de notation) n’est sans doute pas le seul responsable, son rôle est prépondérant. N’oublions pas qu’aux Etats-Unis, nul ne peut financer sa campagne électorale, et donc être élu, sans l’appui des banques, qui arrosent allègrement les deux principaux partis.
    – M. Sorman se réjouit de la « modération » des acteurs politiques dans le traitement de cette crise. Mais il n’y a pas lieu de parler de « modération », bien plus d’inaction. Les seuls actions des politiques ont consisté à sauver le système financier qui les a mis en place ou avec lequel ils ont des liens étroits (M. Summers, conseiller économie de M. Obama et ancien de Citigroup, MM. Draghi et Monti, anciens de Goldmans Sachs, etc.). Pour le reste (les exubérances de la finances, les parasites fiscaux, les fluctuations monétaires incontrôlées, les bulles générées par la création monétaire excessive accordée aux banques, etc.), rien n’a été fait. Dans ces conditions, je vois mal comment pourrait advenir le « futur cycle de croissance qui s’esquisse » de M. Sorman.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Tho Bishop. Un article du Mises Institute

Plus d'un mois après l'invasion de l'Ukraine par la Russie, le conflit militaire est resté un conflit régional. Si la Russie a pu fortifier ses revendications dans l'est de l'Ukraine et a progressé dans le sud, les récentes contre-offensives des Ukrainiens ont éloigné l'armée de Vladimir Poutine de Kiev. Parallèlement, les allégations de crimes de guerre commis par les forces russes pendant le conflit ont donné au président ukrainien Volodymyr Zelenskyy de nouveaux arguments dans sa campagn... Poursuivre la lecture

ukraine marchés investir à contre-courant démocratie économique
1
Sauvegarder cet article

Force est de reconnaître que, dans l’imaginaire collectif, la finance jouit d’une mauvaise réputation. Dans Le Marchand de Venise de Shakespeare déjà, Shylock fait signer un contrat usurier au marchand Antonio : en cas de défaut de paiement, le contrat autorise le créancier à prélever une livre de chair sur son débiteur. Shylock est l’archétype du financier contemporain : avide, sans scrupule et inhumain.

La finance fait surtout figure de bouc émissaire idéal pour nombre d’hommes politiques de tous bords. Pour certains, c’est même l’en... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Pour comprendre pourquoi les hommes politiques font fausse route face à la crise, il est bon de se rappeler les thèses défendues par Friedrich Hayek. Voici 10 idées-clés de l'auteur autrichien. Par David Azerrad. Un article de l'Institut Coppet.

Inspiré d’un essai de Bruce Caldwell, éditeur de The Collected Works of F. A. Hayek, dans lequel ce dernier identifie les 10 thèmes clés de la pensée de Hayek.

1.  Les récessions sont inévitables

Des alternances de périodes de croissance économique et de périodes de stagnation ou... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles