Pour en finir une bonne fois avec ces salauds de propriétaires bourgeois capitalistes

Duflot continue de sévir dans l’immobilier, pendant qu’on envisage de taxer un peu plus les propriétaires.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pour en finir une bonne fois avec ces salauds de propriétaires bourgeois capitalistes

Publié le 13 septembre 2013
- A +

Ça y est, le projet de loi de la ministre du Logement Cécile Duflot (ALUR – i.e. sur l’accès au logement et un urbanisme rénové) est en débat à l’Assemblée Nationale. On se souvient que le parcours institutionnel, particulièrement cahoteux, des autres calembredaines législatives de la ministre en avait fait sourire plus d’un, et on peut donc espérer une joyeuse tranche de rigolade avec cette nouvelle tentative de la ministre d’en finir une fois pour toutes avec ces salauds de propriétaires bourgeois capitalistes.

Il faudra, cependant, se dépêcher de se lolifier les côtes, parce qu’une fois la loi votée, il ne sera plus temps de rire ou même sourire. Il n’y aura en effet rien de drôle avec ce qui attend les propriétaires français, à la suite de cette cataracte législative de mauvais goût socialiste et de bonnes intentions moralinées aux conséquences évidemment désastreuses. Les nombreux articles de presse qui relatent le contenu de la loi ne laissent aucun doute : on va avoir droit à un festival de règlementations, de contraintes et de taxes diverses.

duflot et le côté obscur de la location

Le texte prévoit ainsi de renforcer l’encadrement des loyers dans les zones dites « tendues » ; d’une part, la définition de « tendues » est si diaboliquement précise que les zones vont pouvoir se multiplier à loisir : il s’agit en effet de ces mystérieux endroits « où existe un déséquilibre marqué entre l’offre et la demande de logements ». « Marqué » étant lui-même défini comme « oh bah c’est trop grand, ou trop volatile, ou pas assez tendre pour les locataires ». Charge au pouvoir en place de moduler comme bon lui semble : les lois bien fichues, précises et compréhensibles, pour les socialistes, c’est parfaitement accessoire. De la même façon, le loyer fixé dans un nouveau bail ne pourra pas dépasser de plus de 20% un loyer médian de référence, calculé à partir des loyers pratiqués dans la zone. Les différences notables de qualité du bien, de vétusté, ou sur tout autre paramètre pertinent n’ont finalement que peu d’importance. Voilà qui incitera follement le propriétaire à tenir son bien en état impeccable.

Le reste est à l’avenant, mais il suffit de comprendre que tout y est fait pour que le propriétaire soit placé dans un couloir étroit duquel il ne pourra sortir ni par le haut, ni par le bas, ses seules options étant le recul (qui consiste à ne pas louer et revendre le bien purement et simplement) ou avancer (sur le petit sentier socialiste qu’on vient de fermement lui désigner), tout en ne s’occupant surtout pas de la guillotine qu’on a mise au bout. Mis à part quelques très gros propriétaires fonciers institutionnels qui auront les moyens (et encore !) de faire valoir les droits microscopiques qui leur restent, mettre un bien en location en France va relever à la fois du parcours du combattant et du risque majeur de faillite personnelle à plus ou moins court terme. Mais après tout, c’est le but : faut ce qu’il faut !

Comme je l’avais mentionné dans un précédent billet, il n’y a guère plus simple pour aplatir une ville que de la bombarder consciencieusement ou, alternativement, d’y instaurer ce genre de lois débiles qui imposent un déséquilibre énorme entre locataires et propriétaires en faveur des premiers. Mais là où, dans le billet de juin, je notais qu’on allait très loin dans le cocooning de locataire et le matraquage fiscal et règlementaire du propriétaire, force est de constater qu’aujourd’hui, on passe à l’étape suivante, avec l’adjonction de boosters particulièrement puissants pour propulser l’immobilier français vers de nouveaux sommets de n’importe quoi scintillant.

L’un de ces boosters est la présence d’un croustillant amendement à la loi duflotesque déposé par sept nains députés qui demande de rendre obligatoire la déclaration à la mairie de la mise en location d’un appartement meublé. En substance, si vous tentez de louer votre bien pour du tourisme, vous devrez vous déclarer. On imagine mal que ceci en reste là : l’interdiction pure et simple est au bout, ou, au moins, une volée de taxes bien dodues viendra tempérer les ardeurs locatives d’un propriétaire un peu trop malin.

Vous aviez un logement bien situé qui aurait pu être rentabilisé pendant vos propres vacances ? Raté. Fallait pas être proprio.

bulle immobilière : so far, so good

Le second booster est une évolution logique d’une de ces idées grandioses comme seuls les socialistes, ces êtres aigris pétris de jalousie et de convoitise, sont capables d’en pondre avec une régularité et une prolificité quasi-industrielle. Tout part du célèbre pipoconomiste officiel de la gauche, Thomas Piketty (dont le nom devrait plutôt être Piketou, comme on va le voir). Non content de produire des sites oueb fort rigolos et assez chargés en foutralise bullshitoïde, on se souvient de ses exactions lorsqu’il prôna la Révolution Fiscale en manipulant de la courbe sans la moindre honte. Ce Piketty avait émis l’idée parfaitement crétine, toujours dans cette « révolution fiscale » qui continue donc à faire des dégâts, que les propriétaires occupant leur logement sont favorisés par rapport à la fiscalité qui leur serait applicable s’ils donnaient leur logement en location en payant des impôts tout en devant payer des loyers pour se loger. Un peu de la même façon que sont favorisés ces salauds de cyclistes qui n’ont pas à payer la fiscalité sur l’essence qu’ils auraient eu à acheter s’ils n’avaient pas commis la coupable imprudence d’acheter un vélo au lieu d’une voiture.

Il aura fallu un peu de temps pour que cette idée parvienne jusqu’à l’une ou l’autre institution croupion de la République qui finisse par produire un rapport, mais voilà, on y est : le Conseil d’Analyse Économique (CAE) recommande d’augmenter la fiscalité sur l’immobilier, taxer (encore plus qu’actuellement) les propriétaires occupants et actualiser les valeurs locatives pour accorder la taxe foncière à la valeur effective des propriétés. Bref : on entre dans le domaine ludique et inventif de la bastonnade fiscalo-foncière qui, incidemment, ouvre tout grand les portes à d’infinies possibilités de taxations. Ainsi, j’ai évoqué le cas assez évident des cyclistes qui échappent assez honteusement aux taxes sur l’essence, mais on peut étendre le principe bien au-delà : que dire des salariés qui choisissent d’éviter de devenir patron et, ainsi, de s’enrichir et de payer l’ISF ? A n’en pas douter, il va falloir créer – par exemple – une taxe spécifique sur la fortune putative, corrélée par exemple aux capacités managériales ou à l’inventivité. Je passe sur tous les salauds de couples qui s’évitent des monceaux de dépenses et donc de TVA en mutualisant leurs déplacements, achats, vacances et j’en passe. Enfin, les enfants, qui usaient de façon assez machiavélique de leur insolvabilité pour ne pas payer d’impôts seront enfin mis à contribution, par exemple avec un prélèvement fiscal forfaitaire et libératoire sur l’argent de poche, les bonbons et les cartes pokémon.

Pour en revenir à l’immobilier, il faut avouer que les idées lumineuse de Duflot, que ne manqueront pas de décorer ces deux dernières trouvailles (la taxation supplémentaires des salauds de bourgeois propriétaires et l’interdiction d’utiliser son bien pour loger des amis touristes), poussent tous les jours l’immobilier français vers de nouvelles prairies verdoyantes de création de richesse, en augmentant exponentiellement la motivation des propriétaires à posséder, et des locataires à devenir, eux-mêmes, membres de cette caste joyeuse.

En plus, ça tombe bien, l’immobilier ne peut pas baisser, hein !
—-
Sur le web

Voir les commentaires (21)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (21)
  • Bah, franchement à ce stade je suis juste fatigué de ce gouvernement (comme je l’ai été du précédent): c’est une idée stupide, soutenue par des politiques nageant dans le n’importe-quoi idéologique, et vendue par la presse comme une excellente nouvelle.
    On en reparlera quand les dégâts commenceront à se voir, pour un énième rétropédalage.
    En attendant, j’attends les taxes sur le diesel à l’aspartame 🙂

    • Tridir « On en reparlera quand les dégâts commenceront à se voir »

      C’est là ou ce situe l’incommensurable malheur de la France, depuis 40 ans on devrait tirer au moins quelques bilans de l’interventionnisme désastreux mais il n’y a pas l’ombre d’un frémissement dans la crétinentia médiato-politique.

      Donc, non. Ceux qui justement devraient en reparler pour éviter d’autres écueils n’en feront rien du tout. Ils empileront d’autres lois pour « corriger le marché »… etc.

  • Qu’ils s’amusent avec leur taxation sur les loyers fictifs et je descends dans la rue avec la rage. Quelque chose me dit que j’y serai en nombreuse compagnie.

    • Si tu avais soutenu l’UMP, on n’en serait pas là aujourd’hui.
      Rabacher en boucle l’utopie anti-socialiste c’est bien beau, mais se faire représenter par une majorité UMP pour voter les lois c’est plus rassurant.

      • Et si l’UMP n’avait pas de facto conduit une politique socialiste à base de taxes, réglementations et autres débilités, on n’en serait pas là aujourd’hui.
        Quand on veut une politique socialiste, qui « sauve la retraite par répartition », qui accroit la dépense de l’Etat, qui « demande un juste effort aux plus riches », qui organise des « grenelle » dont ne sortent que lois et taxes, etc. on vote PS, pas UMP. Le ras-le-bol fiscal il ne date pas de Hollande.
        La seule différence sensible entre l’UMP et le PS, c’est l’agitation sécuritaire, et finalement j’aime autant le PS, de ce point de vue.
        Résultat : l’UMP a perdu le soutient des gens qui ne sont pas socialistes, sans bien sûr gagner le soutien de ceux qui le sont. Et Paf.
        Leu

      • Je ne vote déjà pas pour le PS de gauche, je ne voterai surement pas pour un PS de droite, non merci.

      • Mais tant mieux qu’on y soit, tant qu’à aller dans le mur, autant y aller franchement, plutôt que d’atermoyer, faire des demi-réformes en donnant d’un main ce qu’on prend de l’autre pour y arriver. Je reconnais que vu l’opposition rencontrée, les marges de manoeuvre de NS étaient particulièrement faibles et étroites.
        Mais maintenant allons y franco!
        Et avec Bouboulet, on est fond de cinquième, les yeux fermés.

  • Ces lois stupides,révoltantes et spoliatrices ne seront pas remise en cause, mais serviront au contraire de prétexte pour de nouvelles lois afin de corriger ce « libre » marché que fonctionne tellement mal qu’il faut renforcer l’action de l’état en créant encore plus de logements sociaux, et pour cela en taxant encore plus ces propriétaires dégoutants.

    Pour le Chili, c’était socialisme, puis dictature pour arriver enfin à la liberté … nous en avons encore pour un minimum de vingt ans !

    Tristes perspectives.

    • 20 ans de voyoucratie. 30, 40…a chaque fois, c’ est toute une génération qui est passé au lavage de cerveau, et cette génération fait des enfants….etc. La France est un pays très très très mal barrée, bientôt le monde entier va nous regarder avec une sévère inquiétude.

      • Je crois que le monde ignorera la France et son « modèle »… on n’aura même pas le mépris, juste l’indifférence.

        • Si je peux me permettre….

          Je vis a l’etranger et franchement personne n’en a rien a foutre du modele francais. Effectivement, aucun mepris,…mais une totale indifference.
          Quel est l’interet de s’interesser a un pays ridicule qui s’effondre ?
          (dixit mes collegues).

          Dans les medias, on ne parle de la France que pour reprendre les aventures ridicules de Hollande, et revenir sur l’arrogance des Francais qui savent tout mieux que les autres.

          …. en meme temps, les Francais ont democratiquement choisi un chef pour les representer. (qui se ressemble, s’assemble).

          • Ouais…. mais la moitié du pays n’a pas voté pour ce naze qui a tout de même été élu grâce aux voix de l’abstention, faudrait voir à pas l’oublier non plus.
            Alors…. doucement sur le « qui se ressemble, s’assemble » !

          • Attention, je n’ai pas voté pour ce minus. Pas d’amalgame, svp ! 😉

  • Golum est triste. Golum a une grosse envie de taper sur du ministre. Nan, Golum doit résister, c’est pas bien ça…mais pourtant Golum aurait raison, son précieux est menacé. Quand on s’attaque au précieux, Golum devient méchant, oui, il le doit. Et c’est juste cause que de défendre son bien, non ?

    • Perdu.
      En France on ne défend pas les biens, mais les personnes.
      Donc Golun doit rester gentil et laisser la ministre faire joujou avec ses jouets. Si Golin taper ministre, Golun puni comme le méchant bijoutier.

      • C’est peut être pour ça que ça coince non ? Quand avoir quelque chose peut être remis en cause du jour au lendemain, voire même rétroactivement. Je vais devenir sans pitié pour ce système communiste. Il n’aura rien de moi, et si je dois briser du locataire, du ministres ou du socialo, je vais pas me priver. Cela va même me faire du bien de sortir mes frustrations.

  • A quand la fin du rationnement du foncier constructible?A quand la fin de la sur protections des locataires indélicats,a quand la mise en place de bons logement pour les plus modestes?Bref on continue comme d’habitude les c…socialistes de gauche et de « droite »!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
photo d'une personne déguisée en Picsou
5
Sauvegarder cet article

Le Covid-19, le dérèglement climatique, la montée des dictatures et des guerres, les pénuries et l’inflation qui en résulte, tout cela est inintéressant : rétablissons l’ISF, taxons les dividendes et ces problèmes disparaîtront !

Les besoins financiers de l’État ont explosé avec le « quoi qu’il en coûte » et les divers « boucliers » anti-inflation. Les tribunes se multiplient pour réclamer d’augmenter la pression fiscale sur « les riches ».

La folie égalitaire est à la mode, se répand sur les réseaux sociaux et même dans des jou... Poursuivre la lecture

Un article de l'IREF Europe

Depuis la loi de finances pour 2018, le coefficient de revalorisation forfaitaire des valeurs locatives, qui sert notamment de base de calcul à la taxe foncière, n’est plus fixé chaque année en loi de finances initiale mais codifié à l’article 1518 bis du Code général des impôts.

Le calcul de ce coefficient revient très concrètement à indexer les valeurs locatives sur l’évolution de l’indice des prix à la consommation harmonisé (IPCH) publié au mois de novembre par l’Insee. Suivant cette formule, la r... Poursuivre la lecture

travail chomage
4
Sauvegarder cet article

Par Jacques Garello

Même si le mois de septembre a enregistré une baisse importante du taux de chômage, ce qui a enthousiasmé les médias et le gouvernement, le chômage reste un problème endémique pour la France et un échec de la politique menée par François Hollande : depuis son élection en mai 2012, le ministère du Travail a recensé 617 000 chômeurs supplémentaires en catégorie A.

Alors qu'approche l'année électorale 2017, la question du chômage, qu'il monte ou qu'il baisse selon les catégories dont on parle ou qu'on ignore, se... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles