Que nous réserve la fin septembre ? Moscovici et boule de gomme…

Avec les élections allemandes fin septembre, on va quitter l’œil du cyclone. Moscovici ne sera pas à la hauteur.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Que nous réserve la fin septembre ? Moscovici et boule de gomme…

Publié le 12 septembre 2013
- A +

Ce petit moment d’accalmie sur les marchés boursiers, monétaires et financiers vous est offert par Angela Merkel et la Syrie. La première est actuellement fort occupée dans une campagne électorale qui s’achèvera par un vote le 22 septembre prochain. La seconde donne une occasion rêvée pour certains de se lancer dans la politique internationale, ce qui change des petites balades en Corrèze. Néanmoins, quoi qu’il arrive, les meilleures distractions ont une fin.

Sommes-nous donc dans l’œil du cyclone ? Peut-être. En tout cas, quelques éléments laissent penser que la crise, et au moins dans la zone euro, pourrait bien reprendre.

Ainsi, en France, les taux des bons du trésor à 10 ans continuent, lentement mais sûrement, de monter. On atteint à présent les 2.60%. Certes, ce n’est pas encore catastrophique, loin s’en faut : de tels taux représentent une véritable aubaine pour les services de l’État qui continuent donc d’emprunter à qui mieux-mieux.

On pourrait croire, du reste, qu’ils en profiteraient pour allonger au maximum la maturité moyenne de la dette française : lorsque les taux sont bas, mieux vaut emprunter sur des périodes longues. Mauvaise gestion, stratégie complexe qui cache des méthodes sioux ou difficulté à écouler des bons à 10 ans ? On se perd en conjectures mais le fait est qu’en réalité, loin d’augmenter, la maturité moyenne diminue ; tout se passe comme si les bons à 10 ans étaient actuellement remplacés par des bons plus courts, plus liquides sur les marchés financiers. C’est ballot, parce que cette dette coûte cher : c’est déjà le premier poste de dépense de l’État, et l’augmentation actuelle des taux, assez rapide (depuis mai, ils sont passés d’environ 1.65% à quelque chose autour de 2.60%), finit par jouer un rôle important dans le budget : eh oui, ces petits morceaux de papier qui gigotent sur les marchés, il y en a pour 46.2 milliards d’euros, tous les ans. Plus que l’éducation, les retraites ou la défense. Miam. Et une augmentation d’un petit pourcent du taux d’emprunt, c’est plusieurs milliards d’euros (entre 2 et 3) à trouver pour boucler l’année, en plus de ceux qu’il faut déjà emprunter pour le roll-over.

Il faut donc être socialiste tout droit sorti de l’ENA pour ne pas comprendre que tout frémissement des marchés dans le mauvais sens aura immédiatement des répercussions importantes sur le budget. Budget qui continuera d’être serré comme un petit Grégory dans son sac poubelle lorsqu’on découvre qu’aux nombreux indicateurs déjà catastrophiques que j’évoquais il y a quelques jours, il faut ajouter celui de la production industrielle qui continue de s’effondrer : après une chute de 1.4% en juin, elle a encore reculé de 0.6% en juillet.

Compte-tenu de ces derniers éléments, on peut légitimement se demander ce qui va se passer dans les jours qui suivront les élections allemandes.

Sur le plan pratique, on voit mal Merkel renoncer à toute rigueur financière, et lâcher complètement les élastiques une fois élue ; l’Allemagne n’a toujours aucun intérêt à fusiller l’Euro ou le laisser fusiller par une BCE laissée complètement libre de toutes ses envies manipulatrices. Il semble malgré tout difficile d’imaginer qu’il n’y aura aucune tentative de la part des institutions européennes et des pays du Sud, aux abois, de bousculer un peu la chancelière. Au pire, si elle se sent trop violentée, elle pourra toujours menacer de quitter la zone euro, stratégie qui sauverait les meubles allemands (et mettrait le feu partout ailleurs). Mais au mieux, la pression électorale étant retombée, Merkel pourrait bien s’assouplir notoirement, ce qui explique alors la multiplication discrète de petits plans de LTRO (Long Term Refinancing Operation, qui sont, en gros, des distributions de prêts à long terme par la BCE, à des conditions très bisou-compatibles, à des banques commerciales, et contre des collatéraux plus ou moins fantaisistes).

Mario à la BCE, ça va donner !Autrement dit, ce qui a eu cours depuis le début de l’année 2012 pour la BCE et un peu avant grâce à Helicopter Ben pour la Fed, va continuer aussi tôt que possible avec Mario : la distribution de liquidités est devenue indispensable pour soutenir un peu l’économie et beaucoup les banques, même si c’est totalement artificiel. Et c’est logique : d’une part, quand on a qu’un marteau financier, tous les problèmes économiques ressemblent à des clous monétaires. D’autre part, de l’aveu même de Mario, la reprise est un peu trop douce, et les évolutions récentes des conditions des marchés pourraient « affecter négativement les conditions économiques », ce qui justifie de conserver les sprinklers à billets ouverts.

Bref : comme on le voit, les indicateurs sont mauvais, les perspectives médiocres, les dirigeants enferrés dans la répétition compulsive d’opérations qui ont déjà montré leur absence totale d’effets positifs. C’est très bon signe.

moscovici est un grand sensibleHeureusement, en France, nous avons Moscovici. Et en matière de Minustre de l’Économie, c’est de la pointure, ça, madame ; on est dans la grosse artillerie, le nivellement par l’obus, l’aplanissement d’obstacle à coup de semtex : non seulement, les impôts continueront d’augmenter, mais la France aura le privilège de goûter à la fameuse taxe à 75%, assise sur les revenus de 2014 (bien sûr) mais aussi de 2013 (youpi). Et puis, quelle joie de constater que les efforts déjà consentis cette année ont trouvé si retentissant succès avec – oups – un déficit public légèrement supérieur aux prévisions, déjà mauvaises !

Bah. Malgré la grogne qui monte, malgré les rentrées fiscales qui baissent, malgré l’incompétence du gouvernement, la France ne court aucun danger. Pour les socialistes au pouvoir, les marges de manœuvre sont encore grandes.

Premièrement, les riches paieront. Il suffira pour cela d’agrandir autant que nécessaire la définition de riche. Avec l’arrivée de Hollande au pouvoir, elle avait déjà subi une solide inflation. Moscovici prouvera qu’il peut, à lui tout seul, désigner tout un rang de contribuables nouveaux, frétillants d’aises à l’idée d’intégrer le cercle auparavant fermé des riches.

Deuxièmement, ce n’est pas comme si les Français n’avaient pas – les petits coquins – de bas de laine bien garnis. Entre l’immobilier qu’ils pourront toujours revendre (oui, je sais, tous en même temps, cela ferait désordre, mais c’est sans importance, nous sommes dans le monde magique de Mosco-ouioui), les assurances-vie dodues, les comptes-épargne plus ou moins bien garnis et gérés de main de maître par la CDC (c’est-à-dire, en substance, l’État), les gouvernants savent qu’il y a beaucoup de petits tuyaux disponibles pour arroser les services publics et les dépenses sociales.

Il n’y a donc aucun souci à avoir.

Les Bronzés - JC DusseComme le remarquait avec sagacité Warren Buffet, c’est lorsque la mer se retire qu’on peut découvrir ceux qui se baignaient tout nu. En France, les finances publiques n’ont justement pas arrêté de faire baisser le niveau de la mer et on commence déjà à distinguer les ministres à poil qui courent un peu dans tous les sens.

Cependant, si Buffet avait bien noté la mécanique à l’œuvre avec son image, il a oublié un autre aspect : lorsque la mer se retire, il ne reste souvent à sa place qu’une belle bande de vase, plus ou moins épaisse. Or, tenter de courir dans une vase épaisse et collante, c’est s’assurer, à brève échéance, de beaux plantages. Et ces derniers mois, en termes de plantages, on a déjà eu notre lot.

Manque de pot, ce n’est pas fini.
—-
Sur le web

Voir les commentaires (11)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (11)
  • Attendez, malheureusement !
    Ils annoncent dans la journée 34 plans pour l’industrie . http://www.liberation.fr/politiques/2013/09/12/la-france-lance-34-plans-pour-construire-une-offre-industrielle-nouvelle_931266
    Oui oui, de la vraie planification.
    C’est pas fini non plus de ce côté là !

  • Cher H16,

    1. La durée de vie moyenne de la dette de l’Etat à ce jour est de 7ans et 11 jours. Rien que de très normal dans ce chiffre.

    2. Il n’est pas absurde de tirer – en ce moment – « court » de façon à profiter de la courbe des taux. Les dernières adjudications (BTF à 12 mois) ont été effectuées au taux de 0.20%.

    Conclusion rapide : si le montant de la dette est en lui-même intolérable, sa gestion – par l’AFT – paraît mesurée et raisonnable.

    • D’une part, il faut regarder semaine après semaine ; on descend actuellement régulièrement autour de 6 ans 350 jours, avec des remontées rapides lorsque des adjudications importantes interviennent (plus d’emprunts longs, donc).

      D’autre part, la tendance est bien au raccourcissement. Ce n’est pas exactement la tendance souhaitable.

      Enfin, en jouant habilement sur les durées et les taux, on peut « camoufler » en partie ce raccourcissement. Ce n’est pas non plus très souhaitable.

    • Les BTF ont pour objet le financement de la trésorerie déficitaire de l’Etat, les recettes entrant après les dépenses. Si la maturité globale de la dette baisse, cela ne peut signifier qu’une chose : les impôts rentrent de plus en plus mal, nécessitant d’émettre plus de titres courts. Ce n’est pas précisément un signe de bonne santé économique.

      S’il est vrai que l’AFT joue sur la maturité pour que l’évolution de la charge de la dette ne dépasse pas l’inflation, il n’en reste pas moins idiot de raccourcir la maturité lorsque les taux longs sont faibles comme actuellement. C’est au contraire le moment historique de recourir aux durées les plus longues, tant que c’est possible, avant que le marché ne reprenne le chemin de la hausse, ce qui semble bien entamé maintenant.

      Il n’est donc par certain que l’AFT gère au mieux la dette : en se cantonnant à une politique à courte vue pour satisfaire les exigences budgétaires des politiciens, l’agence semble plutôt subir les évènements que les maîtriser.

  • La dernière photo, c’est pour : « j’crois que j’vais conclure » ?

    j’aurai éviter l’allusion au petit Gregory par égard pour ses parents.

  • La comparaison au « petit Grégory » est insupportable…

  • Chouette, si on modifie la définition de « riche » je vais peut-être pouvoir adhérer au club et faire comme Normalito à l’Élysée et me gaver de filets de sole, de lotte et d’écrevisses. Si, si, il en est très friand nous assure Capital (janvier 2013).

  • Aux libéraux : il va falloir vous réveiller.

    L’UDI viens de s’abstenir sur la loi Duflot (encadrement des loyers et garantie universelle étatique).

    Quand ce pense que les libéraux ont fait alliance avec eux pour les prochaines élections, déjà que je ne voulais pas voter UDI, là il ne reste aucun choix….

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Comme écrit mon associée Simone Wapler : « La perte de pouvoir d’achat est un phénomène monétaire et politique. Le dollar n’est pas fort, il est seulement moins faible que d’autres devises. La seule monnaie « apatride » qui ne soit pas gouvernée par la politique reste l’or. »

Les médias nous content actuellement que le dollar est fort. Les autres monnaies – yen, livre, euro – achètent moins de dollars qu’auparavant, plus précisément depuis que la Fed a commencé à relever ses taux d’intérêt. Le dollar serait donc une monnaie forte. L’em... Poursuivre la lecture

Madame Lagarde, s’exprimant au nom de la BCE, a indiqué, en évoquant l’hypothèse d’un ralentissement économique : « Nous ne croyons pas que cette récession sera suffisante pour dompter l'inflation ». Fabio Panetta ajoute « Lors du calibrage » des décisions, « nous devons faire très attention à ne pas amplifier le risque d'une récession prolongée ou de provoquer une dislocation du marché ».

La BCE considère donc, d’une part, qu’un durcissement monétaire est nécessaire pour réduire l’inflation au-delà de l’effet du ralentissement de l’in... Poursuivre la lecture

Par Éric Mengus et Guillaume Plantin.

 

Le 23 septembre au Royaume-Uni, l’annonce du mini-budget et les événements qui ont suivi jusqu’à l’annonce de la démission de la Première ministre Liz Truss, le 20 octobre, ont suscité un regain d’intérêt pour le risque de « dominance budgétaire », c’est-à-dire une situation dans laquelle la banque centrale abandonne son objectif de stabilité des prix pour aider le gouvernement à financer ses déficits.

Mais dans quelle mesure cette séquence d’événements doit-elle nous pousser à... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles