La fermeture des commerces de Saint-Denis : quelques précisions

Contrairement à ce qu’annoncent les titres de la presse, il n’y a pas de couvre-feu dans le centre ville de Saint-Denis.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
rue_pietonne_Saint-Denis_93

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La fermeture des commerces de Saint-Denis : quelques précisions

Publié le 24 août 2013
- A +

Contrairement à ce qu’annoncent les titres de la presse, il n’y a pas de couvre-feu dans le centre ville de Saint-Denis.

Par Roseline Letteron.

Qu’il s’agisse de Libération ou du Monde,  les journaux titrent sur le « couvre-feu » imposé par décision administrative à soixante-dix commerçants du centre ville de Saint-Denis. Disons le franchement, il ne s’agit, en aucun cas, d’un couvre-feu. Par définition, celui-ci interdit la circulation à partir d’une certaine heure. La loi du 14 mars 2011 (Loppsi 2) autorise ainsi les préfets à prendre un arrêté de couvre-feu visant les mineurs de plus de treize ans, entre 23 h et 6 h, dès lors qu’ils sont exposés à « un risque manifeste pour leur santé, leur sécurité, leur éducation ou leur moralité« . Dans un couvre feu, c’est donc la liberté de circulation qui est en cause, en l’occurrence celle des mineurs.

À Saint-Denis, le maire a pris un arrêté interdisant l’ouverture nocturne de certains commerces. Il ne s’agit pas de porter atteinte à la liberté de circulation mais à celle du commerce. Tous les habitants de Saint Denis peuvent circuler librement le soir, ils peuvent se rendre dans les bars et les restaurants. Les commerces fermés sont essentiellement des épiceries ou d’autres commerces dont l’activité nocturne consiste essentiellement à vendre de l’alcool.

Mesure de police générale

Si les deux mesures ont des finalités entièrement différentes, elles s’analysent toutes deux comme des mesures de police générale destinées à garantir l’ordre public. Pour ce qui est du « couvre-feu » des mineurs, la légalité de la pratique ne fait aucun doute, puisqu’elle est désormais autorisée par la loi. Le Conseil constitutionnel l’a d’ailleurs confirmée dans sa décision du 10 mars 2011, alors même que la liberté de circulation, attachée au principe de sûreté, fait l’objet d’une protection plus rigoureuse que la liberté du commerce et de l’industrie.

En ce qui concerne la fermeture nocturne des magasins dionysiens, la légalité de la mesure ne fait guère de doute. La compétence du maire est évidente, puisqu’il dispose précisément du pouvoir de police générale sur le territoire de sa commune. Sur le fond, il convient cependant d’observer que le juge administratif exerce, depuis le célèbre arrêt Benjamin de 1933, un contrôle dit maximum sur les mesures de police prises par le maire. Ce même contrôle maximum avait d’ailleurs été effectué par le Conseil d’État en matière de couvre-feu des mineurs, à l’époque où cette procédure avait été mise en œuvre par les élus locaux, avant que la Loppsi ne transfère aux préfet la compétence dans ce domaine. Dans sa décision Ville d’Étampes du 27 juillet 2002, le Conseil d’État pose ainsi trois conditions cumulatives à la légalité des ces couvre-feu, et ces trois conditions peuvent parfaitement être adaptées en matière d’atteinte à la liberté du commerce et de l’industrie.

Absence d’interdiction générale et absolue

La première condition est négative. Le maire ne peut pas interdire de manière générale et absolue l’exercice de la liberté en cause. En l’espèce, il est clair que seuls certains commerces sont concernés par une fermeture qui ne vise que la période nocturne. Certains peuvent ouvrir le soir, d’autres ne peuvent pas, mais exercent librement leur activité durant le reste de la journée. Il est donc impossible de considérer la mesure du maire comme emportant une interdiction générale et absolue.

« Circonstances locales particulières« 

La seconde condition porte sur l’existence de « circonstances locales particulières« , c’est-à-dire l’existence de risques spécifiques dans les quartiers concernés par l’interdiction. En l’espèce, l’interdiction d’ouverture ne porte que sur le quartier de la gare, connu pour accueillir certains trafics, et d’ailleurs classé en « zone de sécurité prioritaire« . Ce classement révèle, à lui seul, l’existence de ces « circonstances locales particulières« .

Proportionnalité de la mesure

La troisième condition, peut-être la plus délicate à évaluer, est la proportionnalité de la mesure prise par le maire. Elle doit être nécessaire à l’ordre public, et adaptée à l’objectif qu’elle poursuit. En l’espèce, il s’agit de rétablir l’ordre, et la commune fait état de nombreuses plaintes de riverains excédés par le fait que leur quartier soit devenu le lieu de rencontre de tous ceux qui souhaitent acheter de l’alcool et s’intoxiquer aussi rapidement que possible. Dans ces conditions, il y a assez peu de chances qu’un juge estime la mesure excessive.

Reste évidemment qu’une telle mesure pourrait être considérée comme excessive dans d’autres communes, par exemple dans une ville résidentielle dépourvue de quartiers sensibles, ou dans une zone rurale dépourvue de commerces.


Sur le web.

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • ca commence à me gonfler ces reprises de justification des mesures attentatoires aux liberté par Mme Letteron. Je veux bien que Contrepoints reprenne ses articles, comme ceux de n’importe qui, quand ils sont pertinents, mais franchement, là ???
    Sur le fond : toute agglomération bien organisée dispose de son quartier « mal famé » (prostitution / stupéfiant) , c’est nécessaire et parfaitement sain

    • « Sur le fond : toute agglomération bien organisée dispose de son quartier « mal famé » (prostitution / stupéfiant) , c’est nécessaire et parfaitement sain »

      Si c’est tant le pied que ça, pourquoi tu n’y vis pas?

  • C’est la solution de facilité qui comme toujours est privilégiés. Le problème n’est pas lié à l’ouverture des commerce mais à l’attitude des clients. Fermer les commerces parce que les clients ont des comportement répréhensible est parfaitement stupide. C’est comme si on fermait les tronçons de routes sur lesquels il y aurai trop d’accidents. Si les riverains portent plaintes contre certaines nuisances la police doit intervenir pour faire cesser ces nuisances en agissant sur les fauteurs de troubles et pas sur des phénomènes périphériques.

  • Madame Letteron, vous dites évidemment le Droit, avec un recul et une pertinence réconfortantes pour ceux qui partagent votre formation.

    Mais qui s’intéresse encore au Droit ? 🙂

    Ce qui compte, ce sont les glapissements, la mobilisation, l’agitation médiatique …

    Les français veulent des « solutions », mais rejettent les plus élémentaires.

  • Cela ne tiendrai qu’a moi, les fonctionnaires zélés qui osent prendre ce genre de décisions inacceptables se retrouveraient fissa sous les verrous.

  • Je ne comprends pas les râleurs, c’est un article très éclairant. Merci Mme Letteron

  • Je crois que mme Letteron se trompe dans son analyse. En fait les commerces ne sont pas « nuisibles », c’est bien les clients qui posent problème. Donc c’est aux forces de l’ordre à juguler la violence et à l’éradiquer. Tout ce qu’elles sont bien incapables de faire, faute d’ordres clairs et de soutient de la justice.
    L’interdiction de la vente d’alcool pointe son nez, comme dans certains pays… Et on trouvera des bonnes âmes pour crier haut et fort que c’est une mesure de salubrité publique… En fait comme par hasard cela va dans le sens de l’islamisation rampante.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par Jean-Baptiste Noé.

L'amer Picon d'Algérie

Le Picon nous renvoie à une page coloniale de l'histoire de France, celle où l'Algérie était intégrée au territoire national et où les soldats mouraient de dysenterie et d'eau contaminée. Dans le désert saharien, la soif est une contrainte perpétuelle et les eaux sont très souvent impropres et tuent les corps en transportant de nombreuses maladies. Envoyé en Algérie au début des années 1830, Gaétan Picon découvre le paludisme et les fièvres qui rongent de nombreux soldats.

Lui aussi ... Poursuivre la lecture

football
7
Sauvegarder cet article

Malgré les tentatives d'étouffement médiatique de la part du gouvernement et de la presse elle-même, les dérapages folkloriques de la Ligue des Champions à Saint-Denis le 28 mai dernier continuent de faire des petits grumeaux dans la politique française.

Ce samedi là, on s'en rappelle, avait eu lieu une interaction citoyenne, festive et musclée entre des supporters et des jeunes locaux, espiègles riverains probablement déçus de ne pouvoir assister à ce petit moment footballistique et familial. La police du cru avait sainement agi en ga... Poursuivre la lecture

Par Nathalie MP Meyer.

Ça y est, ça le reprend ! Comme lors de son hommage à Samuel Paty, cet enseignant décapité pour avoir utilisé des caricatures du prophète Mahomet lors d'un cours sur la liberté d’expression, Emmanuel Macron nous refait le coup du grand Président de la République totalement commis à la promotion de l'esprit des Lumières et à la défense de la liberté qu'il place volontiers "au-dessus de tout" dans ses discours :

"C'est notre choix, depuis plusieurs siècles, de mettre la dignité humaine, la paix, le respect d... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles