À vot’ bon coeur : la mendicité et les libertés

Aux États-Unis comme en France, l’interdiction de la mendicité est considérée comme une atteinte à la liberté des personnes par la justice. Mais pas pour les mêmes raisons.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Mendicité

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

À vot’ bon coeur : la mendicité et les libertés

Publié le 21 août 2013
- A +

Aux États-Unis comme en France, l’interdiction de la mendicité est considérée comme une atteinte à la liberté des personnes par la justice. Mais pas pour les mêmes raisons.

Par Roseline Letteron.

Dans son excellent blog consacré au droit américain, Pascal Mbongo commente une intéressante décision rendue par la Cour d’appel fédérale pour le 6è circuit, le 14 août 2013. La question posée est celle de la constitutionnalité d’une législation de l’État du Michigan, remontant à 1929, selon laquelle toute personne prise en train de mendier peut être condamnée à une peine de prison inférieure ou égale à quatre-vingt-dix jours et/ou à une amende inférieure ou égale à cinq cents dollars.

Deux SDF, James Speet et Ernest Sims, ont été jugés par les tribunaux de Grand Rapids. Le premier arborait une pancarte ainsi rédigée : « Cold and Hungry. God Bless« . N’ayant pu s’acquitter d’une amende de cent quatre-vingt dix-huit dollars, il a été condamné, en janvier 2011, à quatre jours de prison. Le second sollicitait les passants pour pouvoir acheter un ticket de bus, et il fut condamné à cent dollars d’amende en juillet 2011. En dépit de leur extrême banalité, ces faits méritent d’être rappelés, car ils permettent de s’assurer que les deux SDF ne mendiaient pas de manière agressive, en usant de l’intimidation à l’égard des passants. Ils se bornaient, tout simplement, à solliciter leur aide.

Liberté d’expression

Pour une fois, circonstance particulièrement remarquable, des lawyers américains se sont intéressés à ces affaires sans attendre de gratification financière de la part de leurs clients. S’ils n’ont pas gagné beaucoup d’argent, ils ont tout de même beaucoup gagné en notoriété, car ils ont obtenu que le juge déclare l’inconstitutionnalité de la législation du Michigan. Pour la Cour, la loi porte atteinte au Premier Amendement de la Constitution fédérale, c’est-à-dire à la liberté d’expression. En d’autres termes, la mendicité est protégée par le Premier Amendement.

Observons d’emblée que cette décision rendue par une Cour d’appel sera peut être déférée à la Cour Suprême, et que la pérennité de cette jurisprudence n’est pas tout à fait assurée. Elle semble cependant parfaitement conforme à la jurisprudence américaine. Dans une décision Village of Schaumburg v. Citizens for a Better Environment, la Cour Suprême a, en effet, déjà déclaré inconstitutionnel un règlement municipal interdisant aux organisation caritatives de quêter sur la voie publique si la recette n’était pas affectée, à plus de 75%, à des activités charitables. Et déjà, la Cour s’appuyait sur le Premier Amendement, l’appel à la générosité publique s’inscrivant « dans l’ordre de la communication ou de l’information, dans l’ordre de la diffusion et de la propagation de points de vue et d’idées, dans l’ordre de la promotion de causes spécifiques (…)« . Dès lors que l’appel à la générosité relève de la liberté d’expression, pourquoi distinguerait-on entre celui effectué par une association de droit privé et celui émanant d’une personne seule ?

Des paroles ou des actes ?

A priori, cette jurisprudence semble séduisante, car très protectrice des droits des personnes. Elle implique cependant une définition restrictive de la notion de mendicité, réduite à l’expression d’une demande et non pas à sa finalité. Car la finalité de la mendicité n’est pas d’exprimer un besoin, c’est d’en obtenir la satisfaction avec de l’argent, de la nourriture, un gite ou encore un travail comme le demandait M. Sims. La mendicité ne relève malheureusement pas de l’ordre du discours, au même titre que la liberté d’exprimer son opinion dans un journal ou celle de manifester. Elle relève surtout d’une activité matérielle qui consiste à obtenir une prestation en argent ou en nature.

La comparaison avec le droit français révèle une approche totalement différente de la mendicité. Contrairement à l’État du Michigan, notre système juridique a, depuis 1994, renoncé à la considérer, en soi, comme une forme de délinquance. L’ordonnance de Jean II le Bon de 1351 ordonnait certes à « tous ceux qui ne veulent exposer leur corps à faire aucune besogne » de se mettre au travail ou de quitter la ville de Paris. Ceux qui refusaient de se plier à l’injonction étaient emprisonnés, puis mis au pilori et marqués au fer rouge en cas de récidive. Cette manière quelque peu brutale de traiter le problème de la mendicité a heureusement disparu. Ne subsiste aujourd’hui de cette perception pénale de la mendicité que les article 225-12-5 et 312-12-1 du code pénal, le premier interdisant l’exploitation de la mendicité d’autrui, et le second la mendicité agressive.

Mendicité et ordre public

À l’approche pénale a succédé une approche d’ordre public. Les maires utilisent leur pouvoir de police générale pour réglementer, voire interdire, l’activité des mendiants sur tout ou partie du territoire de leur commune (article L 2212-2 du code général des collectivités territoriales). Comme toute mesure de police, et conformément à la célèbre jurisprudence Benjamin de 1933, ces décisions font l’objet d’un contrôle maximum. Cela signifie que le juge vérifie si la mesure de police prise par le maire est strictement proportionnée à la gravité du trouble à l’ordre public qu’il s’agit de prévenir. C’est ainsi qu’il va apprécier si la tranquillité publique ne pouvait pas être assurée par d’autres moyens, moins agressifs pour les libertés.

La mendicité relève donc de la police administrative, et la Cour administrative de Douai reconnaît ainsi, dans une décision du 13 novembre 2008, « les risques d’atteinte à l’ordre public liées à la pratique de la mendicité« . Mais c’est pour en déduire aussi que l’arrêté du maire de Boulogne-sur-mer interdisant la mendicité sur l’ensemble de la ville, pour une durée de six mois, porte une atteinte excessive aux libertés individuelle. Il en est de même de l’arrêté du maire de Tarbes interdisant « le maintien en position allongée » des personnes se livrant à la mendicité. La Cour administrative de Bordeaux, saisie en 2003, précise, non sans malice, qu' »il ne ressort pas des pièces du dossier que l’éventualité des troubles occasionnés par cette attitude présentait un degré de gravité tel que son interdiction s’avérait nécessaire« . À l’inverse, le Conseil d’État, dans un arrêt Lecomte du 9 juillet 2003, considère comme licite l’arrêté interdisant la mendicité dans certaines rues d’un centre-ville, et seulement durant la période estivale.

La jurisprudence relative à la mendicité est aujourd’hui relativement abondante, car les élus locaux, ont eu tendance, ces dernières années, à multiplier ces « arrêtés anti-mendicité », au nom d’une préoccupation sécuritaire de plus en plus affirmée. Elle a au moins permis au juge administratif de définir un cadre juridique à cette pratique, en rappelant que l’interdiction de la mendicité, même limitée à certains lieux, même limitée dans le temps, constitue toujours une atteinte à la liberté des personnes.

Mais de quelle liberté s’agit-il ? Pas la liberté d’expression, et c’est ce qui sépare notre droit du système américain. Le juge administratif français n’a jamais considéré la mendicité comme relevant de la liberté d’expression, mais bien davantage de la liberté de circulation. La différence n’est pas anodine, même si elle permet un contrôle juridictionnel assez comparable. Pour le droit américain, la mendicité se définit d’abord par le discours de celui qui la pratique. Pour le droit français, elle se définit par l’acte de sollicitation envers un tiers, sollicitation qui s’exerce sur la voie publique, dans les lieux de passage. Autrement dit, le droit américain s’intéresse aux droits des mendiants, le droit français protège les personnes sollicitées.


Sur le web.

Voir les commentaires (9)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (9)
  • « un règlement municipal interdisant aux organisation caritatives de quêter sur la voie publique si la recette n’était pas affectée, à plus de 75%, à des activités charitables »

    …Activités dûment listées préalablement par lesdits services municipaux, j’imagine. Et dont ferait partie l’organisation politique majoritaire du coin, évidemment.

    Si on laissait la bureaucratie nous imposer n’importe quoi, les mendiants devraient s’enregistrer et prendre licence pour immatriculer des associations caritatives mono-personnelles les auto-employant suivant les horaires administrativement définis…

     » la finalité de la mendicité n’est pas d’exprimer un besoin, c’est d’en obtenir la satisfaction avec de l’argent, de la nourriture, un gite ou encore un travail comme le demandait M. Sims. La mendicité ne relève malheureusement pas de l’ordre du discours, au même titre que la liberté d’exprimer son opinion dans un journal ou celle de manifester. Elle relève surtout d’une activité matérielle qui consiste à obtenir une prestation en argent ou en nature. »

    Eh bien moi je me réjouis de la décision de protéger des échanges par la liberté d’expression et d’opinion, car tout échange est surtout transmission d’information, à la base. Les prix sont des signaux qui incitent ou non à entreprendre telle ou telle action.

    Et dans ce monde où le paiement consiste de plus en plus à changer quelques bits dans des ordinateurs, et où la valeur des unités de compte utilisées est déterminée d’abord par l’opinion de ceux qui les détiennent et se les échangent, la liberté d’expression devient une liberté de commercer, et la liberté d’opinion devient une liberté de redéfinir le cadre de règles qui le régit.

    Il s’agit simplement d’étendre un peu plus encore ce que l’on entend par « s’exprimer ».

  • La prostitution n’est pas interdite, mais bien le racolage.
    Ce devrait être pareil pour la mendicité,certains mendiants étant aussi harcelant que des mouches.

    Personne ne s’est jamais plaint du brave mendiant à poste fixe, qu’on voyait chaque jour et auquel parfois, en plus un sou, on offrait une petite papote. Mais la donne a changé avec l’afflux des roms, leurs gosses misérables (souvent loués à des familles pauvres restées au pays), leurs pick pockets …

    En certains quartiers commerçants, leur densité est devenue telle qu’elle a fait fuir la clientèle. Est-ce sans solution ? Non, elle est dans la Loi !

    Aucun européen ne peut s’établir dans un autre pays de l’UE sans justifier de moyens d’existence suffisant pour lui et sa famille : si cette loi était simplement appliquée, il serait incompatible de séjourner en France et de mendier.

    Trop simple pour les cafouilleux qui nous gouvernent ?

    • Les pick pockets ne mendient pas, il ne sont absolument pas concerné par la législation sur la mendicité, et le vol est puni déjà par la loi.

      Les libertés d’expression et de circulation sont des droits pour tous les individus. Apparemment il n’y a pas que ceux qui nous gouvernent qui ne le comprennent pas …

      • € François.

        Vous faites dans l’angélisme et ne connaissez rien au pic-pockets, sauf ceux qu’on vous présente à la télé, avec leur journal « avale portable »

        Dans la pratique, l’opération mendicité se fait en deux temps : une femme en haillons, assise sur le trottoir, si possible avec un ou deux gosses de location (ça rapporte bien mieux). Arrive le passant au coeur tendre : il sort l’argent de sa poche droite, ou un porte monnaie de son sac : le comparse sait où se trouve l’argent. Il n’a plus qu’à suivre le bon samaritain, et à le plumer quelques mètres plus loin !

        Observez, tôt le matin, la mise en place du disposition : ce sont souvent de grosses bagnoles qui amènent plusieurs femmes et enfants, et les détrousseurs assortis. Tout cela n’a rien de spontané, c’est parfaitement organisé et très lucratif !

  • « Autrement dit, le droit américain s’intéresse aux droits des mendiants, le droit français protège les personnes sollicitées. »

    Le droit américain s’intéresse non pas aux droits des mendiants mais au droit de mendier.

    Voila toute la différence avec le droit français.

    Dans son principe, le contrôle de proportionnalité à l’atteinte à l’ordre public est tout à fait justifiable.

    Le problème réside dans l’appréciation qu’en font les tribunaux administratifs et le Conseil d’ État.
    Rarement caractérisée, l’atteinte à l’ordre public est pourtant régulièrement constatée sans que personne ne prenne jamais l’initiative de définir la mendicité. Les hésitations des Droits français et américain montrent bien que ce n’est pas chose si aisée.

  • Comme le disais un vieux sage:
    La mendicité est interdite, mais la charité ne l’est pas !!!

  • L’article n’insiste pas sur une autre grosse différence entre les deux pays : aux USA mendier est protégé par une jurisprudence constitutionnelle, en France il s’agit d’une jurisprudence administrative.

    Il n’y a pas de droit de mendier ici : c’est juste que les maires ne sont pas compétent pour interdire la mendicité. Autrement dit si une loi interdit la mendicité, ou donne explicitement aux maires le pouvoir de le faire, le conseil d’Etat ne pourrait rien y redire.

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Par  Jonathan Ayling.

Le spectre du terrorisme est présent partout en Occident (et bien au-delà) mais en raison de notre passé récent en Nouvelle-Zélande, cette menace joue sur notre esprit de manière unique.

Le 15 mars 2019, 51 fidèles musulmans ont été tués par un terroriste australien solitaire, inspiré en partie par les actions du Norvégien Anders Behring Breivik. Plus explicitement cependant, comme le note Foreign Policy, ce sont des idées françaises (notamment celles de Renaud Camus) qui ont inspiré à Brenton Tarrant cette... Poursuivre la lecture

Dans un article publié le 30 janvier 2020 : « On peut rire de tout… mais pas avec la loi Avia ! » titre clin d’œil à la phrase de l’inénarrable Pierre Desproges : « On peut rire de tout, mais pas avec n’importe qui ! », j’évoquais la problématique de la censure algorithmique augmentée prévisible et inhérente à cette la loi. Je m’interrogeais sur la suite et « plaisantais » sur une prévisible censure augmentée des réseaux sociaux en faisant référence à la phrase culte de Coluche : « je ne suis pas raciste mon chien est noir ! » qui moque natur... Poursuivre la lecture

Il y a 8 ans a eu lieu l'attentat contre Charlie Hebdo. En réaction à celui-ci des manifestations de soutien à la liberté d’expression avaient été organisées. L’expression « Je suis Charlie » comme slogan de soutien au journal satirique est restée dans l’opinion publique.

Huit années plus tard, un sondage IFOP interroge la population française : l’esprit Charlie est-il encore présent ? Dans l’absolu, il existe toujours mais la jeunesse et la gauche radicale l’ont de moins de moins.

 

Un « esprit Charlie » majoritaire ma... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles