Oppression dans les pays du Golfe

Les démocrates et les libéraux opprimés au Bahreïn ou en Arabie saoudite n’ont pas grand chose à attendre de l’occident.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Barhein

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Oppression dans les pays du Golfe

Publié le 16 août 2013
- A +

Les démocrates et les libéraux opprimés au Bahreïn ou en Arabie saoudite n’ont pas grand chose à attendre de l’occident.

Par Emmanuel Martin.

Les chancelleries occidentales ont – enfin – vivement condamné la répression brutale à l’encontre des partisans des Frères musulmans en Égypte par une armée qui, chaque jour, montre toujours davantage son vrai visage d’oppresseur anti-démocratique. Elles ont été moins émues, semble-t-il, par l’oppression qui règne dans les monarchies du Golfe.

Au Bahreïn, où le voisin saoudien était venu « remettre de l’ordre » au printemps 2011 en envoyant des chars contre les manifestants opposés au régime de Manama, le roi ne s’embarrasse plus. Début août ce dernier a adopté deux décrets durcissant les lois anti-manifestations. Sit-in, défilés et manifestations sont désormais interdits dans la capitale Manama. Par ailleurs, les parents peuvent désormais risquer la prison si leurs enfants mineurs prennent part à des manifestations. Les habitants ont réagi en organisant des sit-ins devant chez eux.

Les manifestations en faveur de la démocratie, émanant très largement de la part de la majorité chiite écartée du pouvoir et des affaires par la minorité sunnite, se veulent pacifiques, à l’image des manifestations pro-démocratiques qui avaient eu lieu en Égypte pour faire tomber Moubarak et ensuite Morsi. Le 14 août les manifestants du mouvement tamarrod (rébellion) local entendaient fêter les deux ans et demi de lutte contre un pouvoir sourd à leurs demandes de réforme vers une monarchie constitutionnelle.

L’ONU a bien sûr récemment demandé au petit Royaume de « respecter ses obligations internationales en matière de droits de l’homme, y compris celles concernant la liberté d’expression et de rassemblement pacifique ». La porte-parole adjointe du Département d’État Marie Harf a même pu évoquer le fait que les États-Unis « soutenaient le droit de se rassembler pacifiquement et le droit à la liberté d’expression, y compris à Bahreïn ».

Mais le petit Royaume accueille le port d’attache de la cinquième flotte américaine, un instrument essentiel de la géostratégie américaine contre l’Iran dans le Golfe. Il y a ainsi peu de chances que les États-Unis prennent le risque de froisser le pouvoir bahreïni et ce, d’autant plus si c’est pour soutenir des manifestants chiites (potentiellement pro-iraniens, même s’ils sont arabes et non perses). Les grands principes s’effacent devant la Realpolitik.

En Arabie saoudite, autre grand allié de l’occident, on condamne en 2013 les activistes libéraux à 600 coups de fouet. La raison de ce châtiment sorti tout droit d’un mauvais roman médiéval, assorti tout de même d’une peine de 7 ans de prison ? Avoir osé demander la liberté religieuse.

Voilà le sort réservé, selon son avocat, à Raef Badawi, l’un des co-fondateurs du réseau libéral saoudien. Le juge a demandé la fermeture du site du réseau. Le 7 mai 2012, le réseau avait lancé le « jour du libéralisme », poussant l’idée qu’il faut mettre un terme à l’emprise de la religion sur la politique du pays. Visiblement, l’accusation d’apostasie n’a pas été retenue à l’encontre du courageux Badawi. Elle aurait permis de purement et simplement décapiter ce « libéral » se battant pour l’État de droit.

Là aussi l’occident n’a pas spécialement donné de la voix, comme dans le cas de tous les autres activistes libéraux d’ailleurs, pour dénoncer le fanatisme orthodoxe et demander l’État de droit.

Il faut dire qu’en la matière, les grandes démocraties occidentales n’ont pas beaucoup de leçons de morale à donner. Comme le rappelait récemment le président sénégalais à Barack Obama, le Sénégal n’a plus la peine de mort depuis quelques années, contrairement… aux États-Unis. De Guantanamo aux activités d’espionnage de la NSA, en passant par une guerre en Irak lancée sur un mensonge éhonté, Washington n’a effectivement pas un bilan très glorieux en matière d’État de droit. La « patrie des droits de l’homme » n’est pas en reste, elle qui soutient traditionnellement les grands autocrates d’Afrique, par intérêts géostratégiques là aussi.

On le voit : les démocrates et les libéraux du Golfe qui manifestent devant les ambassades occidentales n’ont en réalité pas grand chose à attendre de l’occident.


Sur le web.

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • israêl n’est pas une théocratie.

  • Tres bonne remarque de Theo31 : Israel n’est pas une theocratie ! C’est une democratie avec elections, partis politiques et liberte d’opinion (directement copiee sur les modeles occidentaux en 1948).

    A l’inverse, il est vrai qu’une bonne partie des pays arabes de la region sont des monarchies presque absolues, ou des semblant de democraties. La Tunisie ou l’Afghanistan sont des Republiques democratiques, mais la loi est basee sur l’application de la Charia (interdiction d’aller contre les textes du Coran).

    Rappelons enfin que l’Union europeenne a clairement decrit l’Islam comme incompatible avec les valeurs de democratie telles que nous les comprenons en Occident.

    Il ne s’agit pas ici d’un jugement de valeur, mais d’une description faisant etat d’une culture differente.

  • Complètement loufoque !

    La première phrase est digne du bêtisier 2013.

  • L’auteur ne connait rien, je suis certain qu’il n’a jamais été au Bahrein, il ne sait pas qui sont les terroristes qui cherche à troubler le pays.

    Les dits  »manifestants » sont une poignée, ils n’ont jamais dépassés 2000 personnes et étaient presque tous étrangers (pour la plupart rentré en Iran à présent) et il n’ont rien de pacifistes,n il pose régulièrement des bombes.

    Au Bahein les opposant ont eu le droit de bloquer une place et d’être dans une tente plus de 70 jours à un peu plus d’un millier en générale.

    En France les tentes des opposants sont évacué dans la nuit quand ce sont des opposants au régime et on voit bien le 24 mars ce qu’il arrive quand le peuple cherche à occuper les Champs Elysée (si vous me dites que ce n’est pas le peuple alors ça l’est encore moins pour le Bahrein ou il y avait une proportion bien plus petite de la population et pour le risque contrairement au Bahrein, le printemps français n’a jamais rien détruit encore moins tué).

    Pour finir, un peu de desintox, il y a plus de sunnites que de chiites au Bahreïn, le chiffre de 70% c’est le nombre de chiite présent sur le territoire par rapport au nationaux, c’est tout de même une manipulation de première.

    Le Bahrein est le pays le plus libre de la région et de loin, déjà on a vue au Koweit avec les élections comment  »l’opposition » que la presse occidentale présente comme  »le peuple » à chuté, je vous garantit qu’au Bahrein ce sera bien pire.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Mesdames et messieurs les Français, vous avez les félicitations de Antonio Luis Santos da Costa, de Pedro Sánchez Pérez-Castejón et d’Olaf Scholz, et vous ne serez donc pas sanctionnés par Ursula von der Leyen comme de simples pays africains.

Dans un mouvement tout à fait inédit sur le plan diplomatique, les chefs des gouvernements socialistes du Portugal, de l’Espagne et de l’Allemagne ont exercé leur « devoir d’ingérence » en intervenant dans les élections démocratiques d’un autre pays de l’Union Européenne (UE), et pas des moindres,... Poursuivre la lecture

droit des étrangers
1
Sauvegarder cet article

Par Robert E. Wright.

Vous entendez souvent cette question lors de réceptions et de dîners chics, chez le coiffeur et dans la salle de repos du bureau. Pourquoi les habitants de X ne se révoltent-ils pas tout simplement et ne remplacent-ils pas leur méchant ou "cupide" dirigeant Y ?

Pourquoi pas, en effet ? De toute évidence, malgré les exactions de Y, les coûts attendus de la rébellion doivent dépasser ses bénéfices attendus.

Un peuple n'a pas d'intérêts homogènes

Le peuple n'a nulle part des intérêts homogènes. Certains... Poursuivre la lecture

Par Frédérique Berrod  et Birte Wassenberg. Un article de The Conversation

 

L’attaque de l’Ukraine par la Russie dans la nuit du 24 février 2022 a provoqué un séisme géopolitique mondial. Le Conseil de l’Europe n’en sort pas indemne : pour la première fois, il a expulsé l’un de ses États parties, la Russie, parce que la maison commune européenne ne peut pas comprendre en son sein un État attaquant sans raison l’intégrité territoriale de son voisin, qui plus est dans des conditions dramatiquement incompatibles avec la prote... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles