Tunisie : Liberté d’expression, pas de pitié et pas de grâce pour Jabeur Mejri

FreeJabeur_S

L’internaute Jabeur Mejri, prisonnier d’opinion en Tunisie, n’a pas bénéficié de la grâce présidentielle malgré les fortes attentes.

L’internaute Jabeur Mejri, prisonnier d’opinion en Tunisie, n’a pas bénéficié de la grâce présidentielle malgré les fortes attentes.

Par Afef Abrougui (Traduction Suzanne Lehn).

FreeJabeur S.jpg

Les usagers tunisiens de Twitter ont dit leur déception après avoir appris que l’internaute embastillé Jabeur Mejri ne bénéficierait pas de la récente grâce présidentielle à l’occasion de l’Aïd. L’an dernier, Jabeur Mejri avait été condamné à sept ans et demi de prison pour avoir publié des dessins du prophète Mahomet sur Facebook. Son ami Ghazi Beji, qui avait publié un livre satirique sous le titre « Illusion de l’Islam » sur le site web de partage de documents Scribd, s’est vu infliger par contumace le même verdict sévère. Ghazi Beji avait fui la Tunisie pour échapper aux poursuites et obtenu l’asile politique en France. Tous deux ont été déclarés coupables de « publication de matériel risquant de provoquer des dommages à l’ordre public ou aux bonnes mœurs », « propos injurieux sur les réseaux de communication publique » et « attentat à la moralité publique ».

En avril dernier, la condamnation de Mejri a été confirmée par la cour de cassation, la plus haute instance judiciaire en Tunisie. Ses avocats ont sollicité la grâce présidentielle. Mais Jabeur n’est pas inclus dans la liste des prisonniers graciés publiée le 8 août.

Le comité de soutien à Mejri et Beji a publié un communiqué :

La présidence a annoncé une grâce présidentielle pour une liste de 343 prisonniers ainsi qu’une grâce spéciale de 20 autres prisonniers mais le nom de Jabeur Mejri ne figure sur aucune de ces listes. Nous avons espéré que le président se rappellerait que lui-même, un jour a été à la place de Jabeur Mejri et refuserait de voir des prisonniers d’opinion, durant son mandat mais… malgré les promesses qui ont été faites à demi mots à sa famille, le résultat est là : Jabeur reste en prison ! Jabeur Mejri ne passera pas l’Aid avec les siens ! Même si Jabeur n’est ni un terroriste, ni un violeur, ni un criminel ! Jabeur est un jeune qui a cru en une Tunisie nouvelle et a cru avoir le droit de s’exprimer librement ! Jabeur Mejri n’aurait jamais du être en prison! (…) Après un jugement inéquitable, il est accusé pour trouble à l’ordre public pour un message sur Facebook sur une page où il avait 16 fans !

À lire également :

L’article original et plus complet (article sous licence CC by 3.0)