Tunisie : Liberté d’expression, pas de pitié et pas de grâce pour Jabeur Mejri

L’internaute Jabeur Mejri, prisonnier d’opinion en Tunisie, n’a pas bénéficié de la grâce présidentielle malgré les fortes attentes.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
FreeJabeur_S

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Tunisie : Liberté d’expression, pas de pitié et pas de grâce pour Jabeur Mejri

Publié le 11 août 2013
- A +

L’internaute Jabeur Mejri, prisonnier d’opinion en Tunisie, n’a pas bénéficié de la grâce présidentielle malgré les fortes attentes.

Par Afef Abrougui (Traduction Suzanne Lehn).

FreeJabeur S.jpg

Les usagers tunisiens de Twitter ont dit leur déception après avoir appris que l’internaute embastillé Jabeur Mejri ne bénéficierait pas de la récente grâce présidentielle à l’occasion de l’Aïd. L’an dernier, Jabeur Mejri avait été condamné à sept ans et demi de prison pour avoir publié des dessins du prophète Mahomet sur Facebook. Son ami Ghazi Beji, qui avait publié un livre satirique sous le titre « Illusion de l’Islam » sur le site web de partage de documents Scribd, s’est vu infliger par contumace le même verdict sévère. Ghazi Beji avait fui la Tunisie pour échapper aux poursuites et obtenu l’asile politique en France. Tous deux ont été déclarés coupables de « publication de matériel risquant de provoquer des dommages à l’ordre public ou aux bonnes mœurs », « propos injurieux sur les réseaux de communication publique » et « attentat à la moralité publique ».

En avril dernier, la condamnation de Mejri a été confirmée par la cour de cassation, la plus haute instance judiciaire en Tunisie. Ses avocats ont sollicité la grâce présidentielle. Mais Jabeur n’est pas inclus dans la liste des prisonniers graciés publiée le 8 août.

Le comité de soutien à Mejri et Beji a publié un communiqué :

La présidence a annoncé une grâce présidentielle pour une liste de 343 prisonniers ainsi qu’une grâce spéciale de 20 autres prisonniers mais le nom de Jabeur Mejri ne figure sur aucune de ces listes. Nous avons espéré que le président se rappellerait que lui-même, un jour a été à la place de Jabeur Mejri et refuserait de voir des prisonniers d’opinion, durant son mandat mais… malgré les promesses qui ont été faites à demi mots à sa famille, le résultat est là : Jabeur reste en prison ! Jabeur Mejri ne passera pas l’Aid avec les siens ! Même si Jabeur n’est ni un terroriste, ni un violeur, ni un criminel ! Jabeur est un jeune qui a cru en une Tunisie nouvelle et a cru avoir le droit de s’exprimer librement ! Jabeur Mejri n’aurait jamais du être en prison! (…) Après un jugement inéquitable, il est accusé pour trouble à l’ordre public pour un message sur Facebook sur une page où il avait 16 fans !

À lire également :

L’article original et plus complet (article sous licence CC by 3.0)

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • le fait qu’il n’ait pas été gracié par le président actuel qui se dit laique francophone et défenseur des droits de l’homme est encore plus révoltant ! bien sur en France ou au parlement européen il n’omettra pas de préciser à quel point il tient aux valeurs universelles et tout le bla bla bla auquel vous croirez.un président hypocrite et menteur et elu par seulement 7000 voix quelle honte . la France devrait arreter de soutenir de telles racailles

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Moins de deux ans après avoir été très violemment attaqué au couteau par un jeune exalté lors d’une conférence qu’il s’apprêtait à donner, justement sur l’importance de préserver la sécurité des écrivains, Salman Rushdie revient sur cet événement et sur les temps qui ont suivi, à travers un livre, Le couteau.

 

Une attaque ignoble

La conférence de ce 12 août 2022 n’avait même pas commencé que l’écrivain, pour lequel aucune mesure de sécurité particulière n’avait été prévue, fut la cible de la course effrénée d’un jeune illu... Poursuivre la lecture

6
Sauvegarder cet article

 

 

Le 12 décembre dernier s’est tenue une nouvelle édition de l’Assemblée des Idées, un cycle de débats bimestriel organisé à la Galerie des Fêtes de l’Hôtel de Lassay, résidence officielle de la présidente de l’Assemblée nationale, Yaël Braun-Pivet, qui préside également cette série de colloques.

Après le logement, le rôle de la France à l’international, l’intelligence artificielle ou encore la morale, la chambre basse a accueilli plusieurs dirigeants de médias pour débattre du pluralisme et de l’indépendance ... Poursuivre la lecture

Par P.-E. Ford

Jusqu’à présent, la cancel culture au pouvoir à Harvard, Stanford, Yale et consoeurs, ne suscitait guère d’émotion dans les rangs du Parti démocrate, ni dans la presse qui lui est si dévouée. Tout a changé le 5 décembre, grâce aux auditions publiques de la Commission sur l’éducation et la population active de la Chambre des représentants, présidée par la républicaine Virginia Foxx, de Caroline du nord. Ce jour là, la présidente de Harvard, Claudine Gay, son homologue de University of Pennsylvania, Liz Magill, ainsi que l... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles