Concurrence : se battre à armes égales

L’État n’a pas besoin de gérer la concurrence, ni de décider combien d’entreprises exactement devraient survivre dans un marché. L’exemple du marché des télécoms canadiens.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Concurrence : se battre à armes égales

Publié le 1 août 2013
- A +

L’État n’a pas besoin de gérer la concurrence, ni de décider combien d’entreprises exactement devraient survivre dans un marché. L’exemple du marché des télécoms canadiens.

Par Michel Kelly-Gagnon, depuis Montréal, Québec.

Les gens d’affaires peuvent être naturellement réfractaires à la concurrence, et auront tendance à se coaliser pour l’éviter. Déjà en 1776, l’Écossais Adam Smith expliquait ce phénomène dans son œuvre The Wealth of Nations. Il expliquait (je paraphrase) que les gens d’affaires qui se voient protégés de la concurrence en raison d’une réglementation étatique peuvent alors en profiter pour « conspirer contre le public ».

À première vue, en voyant la réaction des dirigeants des trois principales compagnies de télécoms au Canada (Bell, Telus, Rogers) à la possible entrée de Verizon dans le marché canadien, on pourrait croire qu’il s’agit d’une autre manifestation de ce phénomène. Ces gros joueurs donnent l’impression de vouloir préserver leurs parts de marché en incitant le gouvernement à mettre des bâtons dans les roues d’éventuels concurrents.

Mais, en fait, il n’en est rien. Dans la situation actuelle, le gouvernement offrirait des avantages indus à Verizon, notamment en regard à l’obtention de fréquences de communications sans fil, et de l’utilisation du réseau déjà en place au pays. Or, Verizon est une multinationale étrangère bien plus imposante que les télécoms canadiennes. Rien ne justifie qu’elle profite d’avantages habituellement octroyés à de jeunes entreprises, encore que, même dans ce cas, l’octroi de tels avantages est discutable.

Les règles devraient être les mêmes pour tous. Sinon, cela équivaut à accorder une subvention implicite à une grande société étrangère, au détriment des entreprises canadiennes.

En ce sens, Darren Entwistle, PDG de Telus, a tout à fait raison lorsqu’il affirme que: « Tout ce que nous demandons, c’est de ne pas être punis. Si nous devons nous battre contre des concurrents étrangers comme Verizon, nous croyons avoir gagné le droit de concourir à armes égales, en vertu de tous les investissements que nous avons faits dans ce pays. » (The Globe and Mail, 18 juillet 2013, traduction libre)

Le gouvernement peut bien sûr ouvrir le marché à la concurrence étrangère. Je dirais même qu’il s’agit en principe d’une bonne chose. Mais il peut le faire tout en laissant la concurrence et les forces du marché agir, sans avantager quiconque. Il n’a pas besoin de microgérer la concurrence, ni de décider combien d’entreprises exactement devraient survivre dans le marché.

Il faut comprendre que la concurrence n’est pas basée sur l’existence ou non d’un nombre fixe de compétiteurs, mais qu’elle est la résultante d’un processus.

Par ailleurs, contrairement à ce que certains véhiculent, le marché canadien des télécoms n’est pas si différent – ou moins concurrentiel – qu’ailleurs dans le monde. En effet, sur 21 pays développés, 10 d’entre eux ont des marchés où trois acteurs ou moins se font concurrence, selon les chiffres de Bank of America Merrill Lynch publiés dans le National Post. Dans ce contexte, on comprend difficilement pourquoi le gouvernement Harper fait carrément du fétichisme sur le fait d’avoir au moins quatre entreprises de télécommunications actives dans chacun des principaux marchés du Canada.

Le Canada ne fait pas si mauvaise figure qu’on le croit pour ce qui est de la facture de cellulaire. Un rapport sur l’industrie des communications publié par l’OCDE en 2011 montrait que pour quatre scénarios d’utilisation sur six, les prix étaient moins élevés au Canada qu’aux États-Unis, même s’ils demeuraient par ailleurs en moyenne un peu plus élevés que la moyenne de l’OCDE.

Pour toutes ces raisons, la position des dirigeants de Bell, Telus et Rogers est fort honorable. Ils ne tentent pas d’empêcher l’entrée de Verizon sur le marché canadien, mais demandent seulement que celle-ci le fasse, le cas échéant, sans bénéficier de privilèges ou avantages particuliers conférés arbitrairement par le gouvernement fédéral.


Sur le web.

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Cela fait pas mal d'années voire de décennies que la liberté d'expression passe un mauvais quart d'heure et subit des atteintes, des restrictions.

D'abord avec les lois qui instituent des délits d'opinion, comme la loi Pleven sur les propos discriminatoires à raison de la religion ou de la race, la loi Gayssot qui pénalise le stupide négationnisme des chambres à gaz donnant ainsi une tribune judiciaire à ses méchants adeptes, les lois mémorielles qui veulent écrire l'histoire, la loi Taubira sur la traite esclavagiste limitée au trafic... Poursuivre la lecture

L’expatriation est un phénomène de plus en plus courant dans un environnement mondialisé. Cette tendance est particulièrement présente chez les jeunes générations. Dans le cas de la France, ce sont plus de 2,5 millions de Français qui vivent à l’étranger.

Quelles sont les raisons de cette expatriation ? Où vont-ils ? Quels sont leurs profils ?

Si les profils des expatriés français sont variés, on constate que certaines tendances se dessinent.

Des expatriés français réputés pour le travail

Selon le site internations : « 56... Poursuivre la lecture

Par Emmanuel Rincón.

Interrogé sur la meilleure façon de lutter contre les monopoles dans sa série de documentaires intitulée Free to Choose, Milton Friedman a eu une réponse ferme : le marché libre. Certains de ses invités avaient d'autres positions et soutenaient que l'intervention de l'État était nécessaire, mais Friedman n'y croyait pas.

L'affaire Netflix a donné raison à Friedman, une fois de plus

Mercredi 20 avril, les actions de Netflix ont connu une chute impressionnante de 36 %. Les communiqués de presse conventionnels ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles