Le « jour de libération fiscale » a-t-il un sens ?

Une réponse à la critique du « jour de libération fiscale » par Le Monde, qui estime qu’il s’agit d’un indicateur biaisé.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le « jour de libération fiscale » a-t-il un sens ?

Publié le 28 juillet 2013
- A +

Voici une réponse à la critique du « jour de libération fiscale » par Samuel Laurent et Jonathan Parienté, journalistes au Monde, qui estiment qu’il s’agit d’un indicateur biaisé et se demandent si l’expression « travailler pour l’État » a un sens.

Il est bien entendu que l’Impôt sur le Revenu est un impôt direct, que la Taxe sur la Valeur Ajoutée (TVA) est un impôt indirect qui frappe la consommation et que les cotisations d’assurance maladie sont des cotisations. Là-dessus, point de débat : ces différents prélèvements obligatoires revêtent des formes différentes – l’assiette, le taux et le mode de calcul. En revanche, ils ont ceci en commun d’être obligatoires et de donner lieu – au moins en théorie – à une contrepartie, des services que l’État est supposé nous rendre.

Or, une des critiques adressées par MM. Laurent et Parienté au jour de libération fiscale, c’est qu’il amalgame les prélèvements destinés à « financer l’État au sens propre » et ceux qui sont redistribués aux contribuables sous forme de prestations sociales ou de subventions. Les auteurs établissent donc une distinction entre les prélèvements qui donnent droit à des services (assurance santé, retraite…) et un autre type de prélèvements qui – manifestement – ne donneraient lieu à aucune contrepartie.

C’est naturellement purement fictif. Lorsque vous payez vos impôts pour « financer l’État au sens propre », vous bénéficiez – au moins en principe – d’un certain nombre de services en contrepartie : police, justice, armée, infrastructures etc.

Très simplement, lorsque votre impôt sur le revenu sert à payer le salaire d’un fonctionnaire de police, c’est bien d’une dépense socialisée qu’il s’agit et c’est une dépense que vous acceptez parce que, précisément, elle donne lieu à une contrepartie : vous disposez d’une police pour vous protéger. De manière parfaitement symétrique, lorsque votre salaire est ponctionné de cotisations à l’assurance maladie, c’est également une dépense socialisée qui vous donne lieu à une contrepartie : des remboursements de votre caisse d’assurance maladie.

Pour être tout à fait clair, un État dont les impôts ne donnent lieu à aucune contrepartie est une dictature ou le règne personnel d’un monarque absolu – ce qui revient à peu près au même.

Reste à traiter l’aspect distributif. C’est ce qui arrive lorsque vous vous acquittez d’un impôt sans être le bénéficiaire de la contrepartie. Cela peut prendre la forme de transferts financiers (le RSA ou notre système de retraite par répartition par exemple) mais pas seulement : les fonctionnaires de police payés avec votre impôt sur le revenu protègent aussi celles et ceux d’entre nous qui ne paient pas cet impôt. C’est donc aussi une forme de redistribution ; une redistribution en nature.

Bref, appelez-les impôts, taxes ou cotisations, au-delà de la forme, ça ne change pas grand-chose à l’affaire : ce sont tous des prélèvements obligatoires qui sont réputés financer des services que l’État nous rend.

Ce que le jour de libération fiscale cherche à mesurer, c’est la part de nos revenus réels qui est effectivement socialisée ou, si vous préférez, le coût des services que nous impose l’État.


Sur le web.

Voir les commentaires (9)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (9)
  • Merci de votre réponse claire et précise … au delà cet article du monde que j’ai lu également , les commentaires de certains lecteurs est effarant : le lavage de cerveaux depuis le plus jeune âge a bien fonctionné
    Cela signifie surtout que beaucoup de nos concitoyens ne payant peu ou pas d’impôts directs ne savent tout simplement pas à quoi ils servent voire ne s’en soucient guère …. la phrase typique en l’occurence étant le fameux « la sécu c »est gratuit  » .

    • +1 mais -1 pour vous être fait du mal en lisant Le Monde 🙂

      • Moi aussi je l’ai lu dans la nouvelle Pravda. Mais ça ne me fait plus mal 😉
        De toute façon le titre de l’article était déjà biaisé et quand je vois la signature de Laurent ou Parienté, je lis en diagonale les âneries qu’ils balancent, toujours très orientées, partiales, mensongères, de mauvaise foi et en plus mal agencées, et je vais rigoler en lisant les commentaires.
        J’ai aussi arrêté mon abonnement à la Pravda, c’est très bon.

    • Nos concitoyens estiment qu’ils ne payent pas ou peu d’impôts…

      s’ils se rendaient compte que tout ce qu’ils achètent comportent au minimum 20% de TVA (et ne parlons pas de CSG et CRDS bientôt à 20% aussi… tiens, ça rappelle la flat tax tout ça ; mais d’autres impôts se surrajoutent sur cette flat tax)…
      S’ils comptaient vraiment tous les impôts qu’ils payent, ils seraient conscients qu’ils en payent beaucoup.

      Mais la France est la championne des impôts indirects : l’Etat nous pique nos sous de façon caché… et ça marche !!!!

  • Il existe une méthode simple pour savoir au bénéfice de qui on paye le torrents d’impôts, taxes, droits, frais, tarifs, contributions, cotisations… Il suffit de se demander de quel côté du fusil on se situe. Si nous pouvons observer avec minutie la bouche du canon, il y a une probabilité non négligeable que les prélèvements obligatoires ne nous sont pas destinés !

    Trêve de fariboles, la sécu au sens large, comme n’importe quel monopole obligatoire, n’est qu’une excroissance communiste de l’Etat. La sécu, ça a toujours été, c’est et ce sera toujours l’Etat socialiste obèse.

    Tout le reste n’est que littérature de gare produite par de pseudo-experts, des trafiquants d’idéologie, complices grassement rémunérés servant la soupe au pouvoir (ils ne connaissent pas la crise), pour enfumer le gogo lecteur de l’Immonde. Signe des temps, il paraîtrait qu’il n’y a plus beaucoup de volontaires acceptant de sacrifier quotidiennement leurs neurones.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

C’est désespérant de constater une fois de plus cette démagogie électorale de notre ex-futur président de la République. La France croule sous les dettes, l’inflation explose, le déficit se creuse et nos super politiques ne trouvent rien de mieux à proposer que de taper sur les entrepreneurs. Ces cochons de payeurs, pour peu qu’ils arrivent à faire des résultats, sont priés de les distribuer aux pauvres salariés-exploités-damnés de la Terre.

J’ai connu des périodes difficiles avec huissier devant la porte et vente forcée de ma maison. ... Poursuivre la lecture

Cette fois-ci, c’est vraiment parti : avant-hier, j’ai reçu le premier tract électoral de la présidentielle 2022 dans ma boîte aux lettres ! C’était un petit mot de notre insoumis national Jean-Luc Mélenchon. Enfin, insoumis… À la façon particulière des politiciens incrustés depuis toujours dans le système. Il fut quand même vingt ans sénateur, ministre de Lionel Jospin (PS), député européen pendant huit ans, et il est actuellement député français depuis 2017. Mais bref. J’avais cinq minutes, j’ai lu.

Et puis il ne faudrait pas oublier... Poursuivre la lecture

Après Miss France, Mister France ! Logique. On est pour l’égalité homme femme ou on ne l’est pas. En 2017, Emmanuel Macron avait remporté le titre haut la main. Depuis l’Élysée qu’il occupait depuis peu, il avait brillamment dominé de toute la hauteur de sa pensée complexe le féroce entretien de culture générale que lui avait infligé un Laurent Delahousse plus irrévérencieux que jamais. Cette année, un candidat s’impose à l’évidence dans la compétition. Je veux bien sûr parler de notre fabuleux ministre de l’Économie Bruno Le Maire !

J... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles