L’Allemagne : plus libérale, plus riche et moins inégalitaire !

Drapeau Allemagne CC fdecomite

Les performances du « modèle allemand » surpassent celles du « modèle français » en matière de niveau de vie, d’emploi et de réduction des inégalités.

Les performances du « modèle allemand » surpassent celles du « modèle français » en matière de niveau de vie, d’emploi et de réduction des inégalités.

Par Kevan Saab.

Drapeau Allemagne CC fdecomiteOn entend souvent que la France ne devrait pas s’inspirer des réformes du marché du travail de nos voisins allemands au risque de faire « baisser les salaires » et « d’augmenter les inégalités ». Ces réformes, d’inspiration turbo-néo-libéral à n’en point douter, sont bien entendu combattues à cor et à cri par tout ce que la France compte de vaillants défenseurs de la veuve et de l’orphelin, de piponomistes reconnus et de journalistes citoyens décrivant la misère nouvelle des ouvriers trahis par ce filou de Schröder et maintenant à la merci de la méchante Merkel. Bien évidemment, par esprit de contradiction, j’ai décidé de passer les résultats des deux pays à la loupe, histoire de mettre sur papier une bonne fois pour toute la panoplie d’arguments chiffrés nécessaire pour renvoyer dans les cordes n’importe lequel de ces cuistres.

Au menu : analyse du niveau de vie, du taux de chômage, et bien-sûr des vilaines inégalités.

Les réformes structurelles allemandes ayant commencé au début des années 2000, commençons par comparer la situation initiale des deux pays à l’aune de l’an 2000 :

En l’an 2000 : Allemagne France
PIB / habitant PPP ($) 24 990 23 541
Taux de chômage (Jan 2000) 11% 10%
Coefficient de Gini 0.25 0.28

 

Première observation, en l’an 2000, la France et l’Allemagne étaient dans une situation relativement similaire. Un peu moins de chômage en France, mais un peu moins de richesse par habitant et plus d’inégalités de revenu.

Une décennie plus tard, alors que l’Allemagne s’est réformée avec l’agenda 2010 notamment, la France peine encore à prononcer les mots « flexibilité » et « compétitivité ». Observons donc les résultats.

Le niveau de vie

En 2010 Allemagne France
Revenu disponible / ménage (euros)  [D] [F] 36 640 35 220
PIB / habitant PPP ($) 39 413 35 193

 

Non seulement nos voisins gagnent toujours plus que nous, mais en plus l’écart entre le niveau de vie de l’Allemand et du Français moyen s’est creusé ! En parité de pouvoir d’achat (PPP), le PIB par habitant allemand est maintenant supérieur de près de 4000 dollars au PIB/habitant français alors que cet écart atteignait à peine 1500 dollars en 2000. Voilà encore un résultat qui n’étonnera personne quand on sait les efforts incessants de l’État français pour faire grimper le coût de la vie à grand renfort de taxes, monopoles tordus (SNCF, Sécurité Sociale, etc.) et de réglementations limitant la concurrence (taxis, pharmacies, télécommunications, etc.).

L’Emploi

En 2010 Allemagne France
Taux de chômage (Avril 2013) 5,4% 10,8%

 

Là encore, les chiffres ne laissent aucune place au baratin de nos enfumeurs nationaux. L’Allemagne a tout bonnement divisé son chômage par deux alors que dans le même temps la France a réussi l’exploit d’empirer une situation initiale déjà peu reluisante. Cerise sur le gâteau, en ce qui concerne le chômage, la tendance est clairement baissière en Allemagne et haussière en France.

Les inégalités

Si faire admettre les points 1 et 2 à votre interlocuteur relève simplement de sa franchise intellectuelle, la question des inégalités relève généralement d’une toute autre paire de manche. Alors, pour couper court à toute tergiversation, quelques chiffres valent mieux qu’un grand discours.

Allemagne

France

Coefficient de Gini (2011)

0.290

0.308

Index d’inégalité sociale, OCDE (revenus des 20% les plus riches/revenus des 20% les plus pauvres)

4.3

4.5

Revenus moyens nets ajustés des ménages les 20% les plus pauvres, OCDE

12 544 USD

12 216 USD

 

Durant ces dix dernières années, force est de constater que l’Allemagne, qui s’est « libéralisée » pendant que la France se « socialisait », affiche toujours des disparités de revenus moins fortes qu’en France avec à la clé un niveau de vie supérieur pour ses habitants les plus pauvres.

Conclusion

Encore une bérézina pour notre modèle français. Que ce soit en matière de niveau de vie, d’inégalités ou d’emploi, le résultat du match est clair : 3 – 0 en faveur de l’Allemagne.

Est-ce qu’on peut s’inspirer de nos voisins germaniques pour réformer notre pays ? Oui. Le fera-t-on ? C’est peu probable, parce que, comme vous le savez, « on ne peut pas importer » le modèle allemand comme on dit en langage énarque. Voyez-vous, nous sommes une exception économique, une véritable singularité où les lois économiques qui s’appliquent au commun des nations terrestres n’ont court. De plus, d’après François Hollande, la reprise est pour la fin de l’année, alors pourquoi donc se forcer à réformer quand la croissance est au tournant, franchement ?