Les barrières douanières, cause principale de la guerre de Sécession

La Guerre de Sécession commença à cause d’une pression de plus en plus forte pour mettre en place des taxes protectionnistes et favoriser les intérêts du commerce nordiste.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les barrières douanières, cause principale de la guerre de Sécession

Publié le 23 juillet 2013
- A +

La Guerre de Sécession commença à cause d’une pression de plus en plus forte pour mettre en place des taxes protectionnistes et favoriser les intérêts du commerce nordiste.

Par David John Marotta et Megan Russell, États-Unis.

Bien qu’ils se soient opposés à des frais de douanes permanents, l’opportunisme politique poussa les Pères Fondateurs à voter la première barrière douanière des États-Unis, en dépit d’une économie saine. Pendant 72 ans, les groupements d’intérêts du Nord utilisèrent ces barrières douanières afin d’exploiter le Sud à leur bénéfice. Finalement, en 1861, l’asservissement à ces droits à l’importation déclencha la Guerre de Sécession.

En plus de générer des revenus, une taxe douanière limite la capacité des étrangers à vendre dans le marché domestique. Une marchandise étrangère, bon marché ou de bonne qualité, concurrence dangereusement une marchandise locale, chère ou de mauvaise qualité. Mais quand cette taxe fait augmenter le prix de la marchandise étrangère, elle donne à la locale un avantage sur le prix. Le taux de la taxe dépend de l’industrie.

Si la barrière douanière est assez élevée, même une entreprise locale inefficace peut concurrencer une entreprise étrangère très supérieure. C’est le consommateur qui paye cette taxe in fine et les producteurs qui en bénéficient en améliorant leurs profits.

Lors de la Guerre d’Indépendance, le Sud produisait surtout du coton, du riz, du sucre, de l’indigo et du tabac. Le Nord achetait ces matières premières et en faisait des produits finis. En 1828, les produits finis étrangers faisaient face à des taxes d’import élevées. Les matières premières étrangères, cependant, n’étaient pas taxées.

Ainsi, l’industrie du Nord gagnait sur les deux tableaux : comme producteurs bénéficiant de la protection de fortes barrières douanières sur les produits manufacturés, et comme consommateurs avec un marché des matières premières libres. Les producteurs de matières premières du Sud devaient se battre contre la concurrence étrangère.

Puisque les biens manufacturés n’étaient pas produits dans le Sud, ils devaient soit être importés ou venir du Nord. Dans tous les cas, que ce soit à cause du coût du transport ou des taxes fédérales, le prix des biens était fortement augmenté, seulement pour les gens du Sud. Dans la mesure où l’import était souvent moins cher que le transport depuis le Nord, le Sud payait la plus grande part des taxes douanières fédérales.

Une grande partie du revenu des taxes provenant des consommateurs du Sud était utilisée pour construire des chemins de fer et des canaux dans le Nord. Entre 1830 et 1850, près de 50 000 kilomètres de voies furent posés. Au mieux, ces voies bénéficiaient au Nord. La plupart n’avaient aucun effet économique. Beaucoup des plans de construction de voies étaient simplement un moyen d’obtenir des subventions gouvernementales. La fraude et la corruption étaient répandues.

Avec la plupart des taxes douanières collectées dans le Sud puis dépensées au Nord, le Sud se sentait à juste titre exploité. À l’époque, 90% du revenu annuel du gouvernement fédéral provenait de ces taxes sur les importations.

Dessin humoristique dessinée pendant la Crise de Nullification (1832) et montrant les industriels du Nord prenant de l’embonpoint au dépens du Sud s’appauvrissant, à cause des barrières douanières – Encyclopedia of Britannica.

Les historiens Paul Collier et Anke Hoeffer ont montré que quelques facteurs augmentent la probabilité d’une sécession dans une région : salaires plus faibles, économie fondée sur les matières premières et exploitation externe. Bien que les films grand public insistent sur l’esclavage comme cause de la Guerre de Sécession, celle-ci correspond plus à un modèle psycho-historique voyant le Sud se rebeller contre l’exploitation du Nord.

Beaucoup d’américains ne le comprennent pas. Un marchand sudiste, qui ne posséderait pas d’esclaves, courroucé par la proposition d’une énième barrière douanière n’est pas une scène incontournable pour un film. Ce serait cependant plus proche de la cause originelle de la Guerre de Sécession qu’aucune scène montrant des esclaves récolter du coton.

Morrill Tariff Cartoon, dans le Harper’s Weekly du 13 avril 1861 disant :  »La nouvelle taxe sur les biens secs ».
Les conditions malheureuses du Nerf Optique d’un Agent des Douanes qui a compté les trames dans un mètre de tissu afin d’évaluer la taxe due à la nouvelle loi Morrill. Les taches lumineuses et les éclairs sont des symptômes ophtalmologiques bien connus. Il est probable que le malheureux homme devienne aveugle.

L’esclavage était en effet sur le déclin. Les esclaves passant en Angleterre étaient libres selon les Courts en 1569. La France, la Russie, l’Espagne et le Portugal avaient interdit l’esclavage. L’esclavage avait été aboli partout dans l’Empire britannique 27 ans plus tôt grâce à William Wilberforce. Aux États-Unis, le transport d’esclaves avait été mis hors-la-loi 53 années plus tôt par Thomas Jefferson dans l' »Act Prohibiting the Importation of Slaves » (1807) et l' »Abolition of the Slave Trade Act in England » (1807). L’esclavage était une institution répugnante en train de mourir.

La réécriture de la Guerre de Sécession commence avec Lincoln, dans une brillante manœuvre politique pour rallier l’opinion. Le problème de l’esclavage fournissait une accroche émotionnelle, contrairement à l’oppression du Sud par des taxes douanières douloureuses. L’atrocité du diabolique esclavage masquait la souffrance économique que le Nord infligeait au Sud.

La situation du Sud aurait pu être une attaque légale légitime, mais aurait perdu le soutien du jury lorsque les témoignages à propos des défaillances morales du défenseur furent admis dans les procédures légales. Vers la fin de la guerre, Lincoln développa le conflit principalement comme une guerre contre la continuation de l’esclavage. Ce faisant, il fit taire avec succès le débat économique et sur les droits des États. La revendication principale des États sudistes étaient les barrières douanières. Bien que l’esclavage était un facteur du déclenchement de la Guerre de Sécession, ce n’était ni le seul, ni la cause première.

La taxe de 1828, appelée la Taxe des Abominations dans le Sud, était la pire des exploitations. Elle passa au congrès par 105 voix contre 94 mais perdit parmi les membres du Congrès originaires du Sud. Le Sud affirmait que favoriser une industrie sur une autre était inconstitutionnel.

Le South Carolina Exposition and Protest, écrit par le Vice-Président John Calhoun prévenait que si la taxe de 1828 n’était pas annulée, la Caroline du Sud ferait sécession. Il citait Jefferson et Madison comme précédent pour qu’un État ait le droit de rejeter ou de nullifier une loi fédérale.

Dans un discours de campagne de 1832, Lincoln définit sa position en disant : « Ma politique est courte et douce, comme la danse d’une vieille femme. Je suis en faveur d’une banque centrale… en faveur d’un système d’amélioration intérieure et de taxes douanières très protectrices. » Il était fermement contre le libre marché et en faveur de l’utilisation du pouvoir du gouvernement fédéral au bénéfice de certaines entreprises, comme sa préférée, Pennsylvania Steel.

Le pays expérimenta une période de taxes plus faibles et une croissance économique dynamique entre 1846 et 1857. Puis une faillite bancaire entraîna la Panique de 1857. Le Congrès en profita pour commencer à discuter une nouvelle taxe douanière, plus tard nommée le Morrill Tariff of 1861. Cependant, ces débats furent la cible d’une telle hostilité de la part du Sud que le Sud fit sécession avant que la loi ne passe.

À l’origine, le Sud ne fit pas sécession à cause de l’esclavage. Dans son premier discours d’inauguration, Lincoln promit qu’il n’avait pas l’intention de modifier l’esclavage au Sud. Il expliquait que ce serait inconstitutionnel de sa part. Mais il promit qu’il envahirait tout État qui ne réussirait pas à collecter ses taxes, afin de les appliquer. Ce fut reçu, de Baltimore à Charleston, comme une déclaration de guerre au Sud.

L’esclavage était une pratique odieuse. C’est peut-être la cause qui réunit le Nord afin de gagner. Mais ce n’était pas la raison primaire pour laquelle le Sud fit sécession. La Guerre de Sécession commença à cause d’une pression de plus en plus forte pour mettre en place des taxes protectionnistes et favoriser les intérêts du commerce nordiste et chaque foyer sudiste en paya le prix.


Sur le web. Traduction : P.-Y. Jama/Contrepoints.

Voir les commentaires (35)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (35)
  • Cet article aussi réécrit l’histoire. La guerre de sécession ne se limite pas à la question de l’esclavage, mais évacuer la question comme une sorte de détail est parfaitement ridicule.

  • peut-être, mais le contexte de l’article c’est un environnement intellectuel saturé par l’explication par l’esclavage (que l’auteur ne nie pas). Dès lors, pas besoin d’en parler. L’article apporte un utile « contrepoint ».

    • Ca dépend de quel environnement intellectuel on parle. Ici on est plus saturé par la minimisation systématique de la question de l’esclavage dans l’attitude du Sud (ce qui aurait bien fait rigoler les Sudistes, qui était globalement plutôt fier de leur « institution » : suffit de lire leur constitution).

      Rien que l’exemple du discours d’investiture de Lincoln n’est pas sérieux : le texte donne l’impression que ce discours encouragea à la sécession. En réalité la sécession avait déjà été proclamé par sept états (aucun autre ne le fera plus avant le début formel des hostilités) et cela faisait des mois que la tension à Fort Sumter était à son comble. Je vois pas ce le discours d’investiture à changé à la situation.

      Ce qui est vrai c’est que Nord n’a pas fait la guerre pour abolir l’esclavage mais pour maintenir l’union. Mais ce n’est pas là un sujet de controverse : il n’a jamais prétendu le contraire. Et d’ailleurs aucun historien sérieux n’a jamais contesté ce point.

  • La guerre de Secession fut la première guerre du « camp du bien » américain. La guerre faite par les USA est forcément bonne, avec une noble cause, et désinteréssée financièrement. Vous pouvez facilement remplacer la libération des esclaves par les couveuses irakiennes, les armes de destructions massives, les gaz de combat de l’armée syrienne, la bombe atomique iranienne, la liste est longue…

    On maquille avec des bons sentiments, mais ça reste une guerre de business.

    Lincoln se foutait pas mal du sort des esclaves sudistes, mais comme le souligne l’auteur, c’est un excellent prétexte à la guerre.

    J’approuve Ron Paul complétement sur ce point, sur le reste aussi d’ailleurs.

  • En contrepoint à ce billet très intéressant, le Sud n’avait pas besoin des détestables manipulations fiscales du Nord pour s’appauvrir. L’esclavagisme est en effet un important facteur d’appauvrissement des sociétés humaines qui s’y adonnent. Sans la guerre, l’économie du Sud esclavagiste se serait quand même effondrée.

    Le constat des effets identiques de l’esclavagisme et du socialisme sur les économies qui les subissent est une importante leçon de l’histoire à garder à l’esprit.

  • « L’esclavage était une institution répugnante en train de mourir. »

    « L’esclavage était une pratique odieuse. »

    On sent le parti pris de l’auteur!

  • La constitution confédérale n’a parlé de l’esclavage que pour dire que ce n’était pas de la responsabilité fédérale (une confédération est une des espèces de fédération) empêchant l’Etat fédéral d’intervenir dans toute décision d’un Etat sur le sujet, en rien il n’est imposé quoi que ce soit qui favoriserait plus le maintient que la suppression, donc on ne peut pas dire que la constitution soit particulièrement esclavagiste.

    L’esclavage était là, ce n’était pas une bonne chose, mais il faut bien ce dire qu’il y avait des famille qui ne vivaient que grâce à cela et que tout ceux qui s’apprête à me répondre que peut importe, qu’il était tous des ordures me donne ne même temps leurs vision pour abolir l’ISR.

    Sont il pour que cela se fasse d’un coup, et que touts les assistés perdent tout d’un coup, je ne crois pas.

    Le Brésille qui avait beaucoup plus d’esclave que les USA et où l’esclavage était beaucoup plus dure à réussit dix ans après la guerre de sécession à la lancer un processus qui a progressivement abolie l’esclavage.

    Faut il oublier que nombre d’auteurs non esclavagistes étaient pour le sud de plus (notament Acton).

    • Vision totalement biaisé (pour être poli).

      1) La constitution des USA aussi interdisait à l’état fédéral d’abolir l’esclavage dans les états. C’est pour cette raison qu’il fallut l’amender pour permettre l’abolition.

      Les différences sont que :

      -la constitution fédérale ne parle jamais d’esclave ou de race là ou la constitution confédérale parle explicitement d’esclave et de nègres

      -la constitution confédérale protège constitutionnellement et explicitement l’esclavage dans les territoires non constitué en Etat

      -la constitution confédérale impose aux états de respecter le droit des propriétaires d’esclave de transiter ou de voyager avec leurs esclaves dans leur juridiction. (Un des nombreux éléments qui montre l’hypocrisie du discours sur les « states-rights » des sudistes).

      On peut difficilement faire plus esclavagiste.

      2) La comparaison entre l’esclavage et les allocations est absolument honteuse et ridicule. L’esclavage est un crime contre l’humanité. En toute justice non seulement il aurait du être aboli immédiatement, mais les esclavagistes aurait du voir l’ensemble de leur bien confisqué et remis aux esclaves à titre de compensation. Cela n’aurait pas été possible, ou même souhaitable, mais oui cela aurait été juste.

      3) La majorité des blancs du Sud ne vivait pas de l’esclavage. La majorité n’en possédait pas, et la majorité de ceux qui en possédait en possédait peu. Autrement dit les familles pauvres qui vivaient grâce à leurs esclaves c’est tout à fait insignifiant : les familles pauvres n’avaient tout simplement pas d’esclave.

      4) Le processus qui devait abolir progressivement l’esclavage c’est justement ce que ne voulait pas le sud. C’est entre autre pour cette raison qu’il y a eu sécession : non pas pour éviter une abolition immédiate et sans indemnisation des maîtres (inconstitutionnelle et impossible politiquement) mais pour éviter une abolition progressive et indemnisée. La seule et unique raison pour laquelle au final l’abolition immédiate et sans indemnisation fut possible c’est justement la guerre de sécession. L’esclavage n’était pas seulement défendu pour des raisons d’intérêts personnels, mais pour des raisons idéologiques. C’est une institution qui était vu comme centrales à la prospérité et même à l’identité du Sud. C’est ce qui explique que des gens sans esclaves aient pu défendre l’esclavage. Ce n’était pas quelque chose que les sudistes voulaient monnayer.

      Pour conclure je dirais qu’il est difficile de refaire l’histoire mais je pense que sans esclavage pas de guerre de sécession (c’est une cause nécessaire, mais pas suffisante). C’est à la fois une cause directe et indirecte de la sécession. C’est l’esclavage qui est le principal responsable des différences entre la société du nord et du sud, différences elles-mêmes source d’hostilité mutuelle (relire Tocqueville). C’est l’une des causes directe parce que le Sud craignait bien une remise en cause (progressive) de l’esclavage avec l’arrivé des républicains au pouvoir.

      C’est enfin l’une des causes de la défaite du Sud. L’esclavagisme les empêchant de mobiliser efficacement leur large population noire ou d’obtenir l’alliance de gouvernement européen.

      Qu’on dise que le Nord n’aurait pas du attaquer le Sud ou qu’il y eu des sudistes très honorables (comme Robert Lee) c’est une chose. Qu’on essaye de minimiser le rôle de l’esclavage dans cette guerre c’est autre chose, et c’est totalement infondé.

      • 1) »la constitution fédérale ne parle jamais d’esclave ou de race là ou la constitution confédérale parle explicitement d’esclave et de nègres »

        Certes mais justement pour restreindre la compétence fédérale. Avec cet argument un amendement qui interdirait l’IR au niveau fédéral ferait une constitution plus socialiste qui si on en parle pas (en particulier quand c’est une pratique qui a cours).

        -la constitution confédérale protège constitutionnellement et explicitement l’esclavage dans les territoires non constitué en Etat

        Comment? Où? C’est à dire?

        « -la constitution confédérale impose aux états de respecter le droit des propriétaires d’esclave de transiter ou de voyager avec leurs esclaves dans leur juridiction. (Un des nombreux éléments qui montre l’hypocrisie du discours sur les « states-rights » des sudistes). »

        Source?

        J’ai lu trois fois la constitution pour voire si c’était écrit explicitement ou implicitement et franchement je ne le vois pas.

        Plus encore c’est contraire à la constitution qui resserve la législation de l’esclavage aux Etats.

        Plus encore dans la section 9 il est écrit que l’Etat fédéral (de la confédération) ne peut aucunement restreindre la propriété d’un esclave.

        Donc pour une constitution esclavagiste ont peut mieux faire.

        2) Définissez ce qu’un crime contre l’humanité, quand une personne travaille et qu’une loi prend 40% ou plus des fruits de son travail est ce plus digne?

        3) Une famille riche ne peut donc pas tomber dans la misère à vous lire. Ensuite si très peu de gens avait des esclaves c’était bien loin d’être que des riches, il y avait rarement des propriétaire moyen, certain avait des centaines d’esclave d’autre quelque uns.

        Et pourquoi les blancs, vous croyez qu’il n’y avait pas de propriétaires noirs détrompez-vous.

        4) Lisez la section 9 de la constitution, l’importation d’esclave est interdite. A la même époque le Brésil importait encore.

        Mais comme vous le dites l’économie du sud est assez dépendante de l’esclavage, c’était donc problématique. Comme le nord du Brésil.

        Ensuite je crois qu’il ne faut pas oublier la haine et le mépris des nordistes envers le sud, qui date d’avant la naissance de la plupart des acteurs de cette guerre, probablement de tous. Le sudiste c’est le conservateur, anti-fédéraliste, (contre l’augmentation des pouvoir fédérale de la nouvelle constitution) catholique souvent, anti gouvernementale et souvent rurale.

        • Tea-Party France
          9 août 2013 at 17 h 47 min

          S’il y a bien une chose qui n’est pas un détail, d’ailleurs, je vous demande de nouveau où la constitution écrit elle que le transit d’un esclave doit être assuré, si rien n’est assez explicite pour moi alors dites moi, même implicitement où la constitution fait référence à cela.

          Pour l’anachronisme, on parle justement d’une époque passé au cas vous l’ignorez, considérez vous qu’au nom d’une idéologie ont pourrait dénaturés une époque.

          Pour le texte je suppose que c’est celui de Rhett. D’abord le texte étant assez court, à peine 5 ou 6 page on peut s’interroger sur votre sélection. En effet il parle aussi des douanes et clairement des impôts, il a notamment de mémoire cette phrase superbe:

          « L’Amérique était une république fédérale, c’est devenu une démocratie unitaire ».

          Et pour votre parenthèse, il faut tout de même dire qu’il ne s’agit pas de noir mais d’esclave ce qui n’était pas la même chose, de nombreux noires étaient libre et même parfois propriétaire d’esclave (certainement des racistes) et les esclaves qui étaient un problème à régler n’ont pas étés esclavagé par des sudistes mais bien souvent par des marins nordistes.

          Même quand il parle de l’esclavage, il en parle sous l’angle de la compétence fédérale, et c’est vrai l’Etat fédéral n’a pas a se positionner selon la constitution à cette époque. C’est d’ailleurs la ligne suivit par confédération qui interdira toute importation au passage.

          Ensuite il ne vous a sans doute pas échappé que Rhett fait parti des  »cracheurs » de feux » soit les plus dures des sécessionnistes, il écrira tout le temps contre la présidence de Jefferson Davis.

          Et au passage Rhett était un partisan de la sécession de longue date.

          Nierez vous que sous Adams fis et les lois tarifaires la Caroline du Sud avait déjà à l’époque menacé de faire sécession.

          Pouvez vous nous expliquer si c’est le cas pourquoi Calhoun à démissionné de son poste de vice président.

          Vous admettrez que c’est un très vieux problème.

          Pour les déclarations d’indépendance, j’imagine que vous allez sauter sur celles du Texas et de la Louisiane, mais qu’en est il des autres, faisons un compte honnête, la Floride, la Géorgie, l’Alabama, le Mississippi et les suivantes.

          Enfin comment expliquer que la loi signé par Lincoln garantissant l’esclavage pour tout Etat du sud ait eu disons le un effet nul.

        • Le texte c’est la déclaration de sécession de la caroline du Sud. C’est un texte OFFICIEL, c’est l’équivalent de la déclaration d’indépendance. Et je n’ai pas choisi cette déclaration parce qu’elle m’arrangeait, mais parce que c’est la PREMIÈRE déclaration de sécession. Mais toutes évoquent l’esclavage pour autant que je le sache.

          « En effet il parle aussi des douanes et clairement des impôts, il a notamment de mémoire cette phrase superbe: » Vous êtes vraiment incroyable. Je vous ai mis un lien vers le texte original mais non, la réalité ne vous intéresse pas. Sinon vous auriez pu constater que le texte NE PARLE JAMAIS DE DROIT DOUANES. Ou alors citez moi UNE SEULE référence aux douanes de ce texte.

          « Et pour votre parenthèse, il faut tout de même dire qu’il ne s’agit pas de noir mais d’esclave » Caramba encore raté ! La citation que je commentais faisait référence… aux noirs libres.

          Apparemment pour les sudistes la constitution des USA interdisaient aux Etats de donner le droit de vote aux noirs (interprétation encore plus scélérate que Dred Scott v. Sandford). La constitution confédérale à réglé la question en interdisant explicitement aux Etats de donner le droit de vote à ceux qui n’avait pas la citoyenneté confédérale (excluant donc les noirs libres, évidemment).

          « S’il y a bien une chose qui n’est pas un détail, d’ailleurs, je vous demande de nouveau où la constitution écrit elle que le transit d’un esclave doit être assuré, si rien n’est assez explicite pour moi alors dites moi, même implicitement où la constitution fait référence à cela. »
          Non seulement c’est explicite, mais c’est écrit deux fois (au cas où !) :
          « The citizens of each State shall be entitled to all the privileges and immunities of citizens in the several States; and shall have the right of transit and sojourn in any State of this Confederacy, with their slaves and other property; and the right of property in said slaves shall not be thereby impaired »
          « In all such territory, the institution of negro slavery as it now exists in the Confederate States, shall be recognized and protected by Congress, and by the territorial government: and the inhabitants of the several Confederate States and Territories, shall have the right to take to such territory any slaves lawfully held by them in any of the states or territories of the Confederate states. »
          C’est suffisamment explicite pour vous ?

          Sinon cette histoire de « state’s right » c’est du flan : les propriétaires d’esclaves du Sud ont toujours cherché à utiliser le pouvoir fédéral à leur avantage avant la victoire des républicains. Et la constitution confédérale ne donne pas vraiment plus de pouvoir aux Etats (la pratique fut un peu différente dans la mesure où la constitution confédérale ne fut jamais correctement appliqué).

          Jusqu’à la guerre le risque que sous la présidence Lincoln le gouvernement fédéral interdise aux états de maintenir l’esclavage était absolument… nul. Ce qui signifie au passage que les esclavagistes se sont tiré une belle balle dans le pieds !

          (Je rajouterais que l’esclavage étant grossièrement contraire au droit naturel « le droit des Etats » à maintenir l’esclavage est une vaste fumisterie : les esclaves avaient le droit de s’enfuir, de tuer leur maîtres si nécessaire et même de renverser les gouvernements qui protégeait l’esclavage. Ceux qui aidaient les esclaves à s’enfuir étaient des héros, quoi que dise à l’époque la constitution.)

          Je ne prendrais pas la peine de répondre à tout le reste de vos propos qui sont un mélange de n’importe quoi et de détails insignifiants visant à noyer le poisson.

  • Tea-Party Francee
    13 août 2013 at 0 h 54 min

    D’accord votre texte n’est pas la déclaration de Rhett mais celle de l’Assemblée. Quoi qu’il en soit non ce n’est pas l’équivalent de la déclaration d’indépendance, la confédération c’est faite le 1 février et non en décembre. La Caroline du sud n’est qu’un Etat le premier mais aussi un Etat marginale qui souvent sera marginalisé dans les discutions.

    Mais regardez la déclaration disons du Kentuky par exemple on ne peut pas dire que c’était un plaidoyer pour l’esclavagisme.

    « Apparemment pour les sudistes la constitution des USA interdisaient aux Etats de donner le droit de vote aux noirs (interprétation encore plus scélérate que Dred Scott v. Sandford). La constitution confédérale à réglé la question en interdisant explicitement aux Etats de donner le droit de vote à ceux qui n’avait pas la citoyenneté confédérale (excluant donc les noirs libres, évidemment). »

    Et bien il vous apparaît mal, les esclaves votait et valait 1/3 de voix, les indiens 2/3 et les noirs libre valait une voix entière exactement comme un blanc.

    Contrairement à ce que vous semblez présenter d’une société quasiment fondé sur la race, seul l’esclavage était un problème, les noires libres étaient citoyens, souvent riches et au passage assez pas moins propriétaire d’esclave que les blancs.

    F.L Olmsted abolitionniste du Nord racontera par exemple comment les enfants noirs et blancs jouaient souvent ensemble et mangeaient même des friandises d’un même sac.

    James Buckingham dont l’opposition à l’esclavagisme est fort connu racontera par exemple comment les noires, même les esclaves, et les blancs peuvent discuter se serrer la main et partager ce qu’il veulent, lui même dira que jamais de telle scène ne pouvait avoir lieux dans le nord.

    Il y avait des officier noir et indiens, des généraux même. Des régiments entiers de noirs se sont battu pour le sud.
    La fameuse phrase du général indien Cherokees quand ses soldats lui ont dit que Lee c’était rendu à savoir  »Lee mais pas moi » illustre leurs détermination et leurs patriotisme.

    Après certes la situation dans le Sud va changé, la guerre ayant tout ravager, tant tué, déporté et pillé, les gens déboussolés ont changer presque de civilisation. Le sud est devenu encore plus raciste que le nord, et effectivement quand le nord donnera le droit de vote au noirs le sud ne le ferra pas, si c’est sur cette base que vous dites que les noirs ne votait pas vous vous trompez, jusqu’à la défaite du sud il votait tous et les noirs libre et citoyen votait comme les blancs.

    Pour l’Article IV section 2 de la constitution, (n’hésitez à l’avenir de préciser la source, non, non ça ne me dérange pas je vous assure, bon ça m’évitera un bon quart d’heure de recherche mais bon) il s’agit de ne pas altérer l’esclave, à moins qu’on veuille l’amputer, je ne vois pas où est le problème, c’est au contraire une garantit d’intégrité corporel, certes on ne parle pas de le libéré si c’est ce que vous voulez dire, oui la constitution ne veux pas légiférer sur la question.

    Pour le second paragraphe ce n’est pas que d’esclave qu’il s’agit mais de toute personne redevable. C’est ce qu’on appelle une extradition, c’est assez courant aussi de nos jours, certes il devrait y avoir des droits pour les Etats de refuser d’extrader ou de décider sous quel motif, la constitution n’est pas parfaite voilà tout.

    « Sinon cette histoire de « state’s right » c’est du flan : les propriétaires d’esclaves du Sud ont toujours cherché à utiliser le pouvoir fédéral à leur avantage avant la victoire des républicains. »

    Le moins qu’on puisse dire c’est qu’il ont mal réussit, interdiction d’importer des esclaves et j’en passe…, en plus si comme vous le supposez cette infime minorité serait l’incarnation du peuple sudiste, qu’elle ingrats, ils ne cessez de brandirent le droit de sécession et critiquait l’Etat fédéral.

    Vous savez combien il était pour utilisé le pouvoir fédéral, c’est dans des cas comme cela que la logique complotiste me dépasse.

     » Et la constitution confédérale ne donne pas vraiment plus de pouvoir aux Etats (la pratique fut un peu différente dans la mesure où la constitution confédérale ne fut jamais correctement appliqué) »

    Si la constitution donne plus de pouvoir au Etat, mais c’est vrai que Jefferson Davis ne l’a jamais bien appliqué, mais un petit détail insignifiant, le pays a été en guerre presque toute son existence devant l’annexion yankee.

    « Jusqu’à la guerre le risque que sous la présidence Lincoln le gouvernement fédéral interdise aux états de maintenir l’esclavage était absolument… nul. Ce qui signifie au passage que les esclavagistes se sont tiré une belle balle dans le pieds ! »

    Là vous avez raison, nul, je rajouterais que le  »Corwin amendment » voté le 2 mars 1861 au sénat garantissait le droit d’un Etat d’être esclavagiste, il allait entrer dans la constitution et Lincoln a annoncé qu’il signait la loi en échange d’un retour dans l’union.

    Alors si les sudiste ne voulait que l’esclavage on ne comprend pas pourquoi ils ne sont pas rentrer dans l’union, c’est bien que le problème était ailleurs.

    « (Je rajouterais que l’esclavage étant grossièrement contraire au droit naturel « le droit des Etats » à maintenir l’esclavage est une vaste fumisterie : les esclaves avaient le droit de s’enfuir, de tuer leur maîtres si nécessaire et même de renverser les gouvernements qui protégeait l’esclavage. Ceux qui aidaient les esclaves à s’enfuir étaient des héros, quoi que dise à l’époque la constitution.) »

    Oui l’esclavage est contre le droit naturel (au même titre que l’IR soit dit au passage) et l’esclave qui s’enfuit est en légitime défense, (sauf si c’est pour payer une dette évidement) mais pour tuer n’y a t’il pas disproportion, encore pour l’esclavage Romain ou Grec, mais celui des USA, vraiment je crois pas qu’il y est beaucoup d’esclaves qui ait eu envie de cela (d’ailleurs on voit de quelle côté ils ont combattu).
    Mais si vous avez un doute je vous le redit je suis contre l’esclavage et par exemple je soutiens ce qu’il y a eu au Bresil, il eu été bien qu’il se soit passé la même chose au USA.
    Mais pour vos héros, je ne considérerais par exemple jamais les nazis comme des heros parce qu’ils ont « libéré » les gens du communisme, ni par la suite les communisme parce qu’il on libérés les gens du nazisme.

    Mélange de n’importe quoi? Alors pourquoi Calhoun a démissioné de la vice présidence, pourquoi la CS voulait elle faire sécession.

    Plus des gens comme Bell ou Tyler n’était pas esclavagiste et pourtant sécessionnistes, comment l’expliquer?

    Nierait vous qu’il a toujours exister un clivage nord sud au moins depuis 1800, nierait vous que Adams père voulait que le nord fasse séccésion à cause de la vision trop confédéral du sud incarné par Jefferson, pourquoi chaque président du sud veux systématiquement décentraliser, baisser les impôts, veux l’or et un Etat limité et le nord l’inverse.

    Ce n’est pas pour rien que le drapeau des libertariens vient de CS.

    • « Et bien il vous apparaît mal, les esclaves votait et valait 1/3 de voix, les indiens 2/3 et les noirs libre valait une voix entière exactement comme un blanc. »

      Les esclaves votaient ? Non mais vous êtes sérieux ? Sérieux, sérieux ?

      Je n’arrive même pas à imaginer à quel point il faut être ignorant et manquer de bon sens élémentaire pour pouvoir faire une affirmation pareil.

      Bon… Vous ne savez manifestement pas de quoi vous parlez. Mais RIEN DE RIEN DE RIEN. Absolument rien. Donc bon j’en ai fini.

      • Tea-Party France
        13 août 2013 at 3 h 05 min

        C’était par exemple le cas en Floride au élection locale(voire Ruffin).

        Vous dites que je ne sais rien, le lecteur pourra en jugé, comment ce fait il que les sudiste ont fait la guerre alors que le droit d’avoir des esclaves leurs étaient garantis.

        Forcement il ne faut pas dans une guerre voire l’histoire, par exemple en France 1939 n’a rien à voir avec 1914-1918 par exemple bien évidement.

        C’est noyer le poisson que de dresser la culture du sud, durant tout le XIX opposé à celle du nord.

        Et qu’est ce que le poisson, que les sudistes n’avaient prétenduement pour vous aucune idéologie et que la guerre était le fruit de complot des propriétaires d’esclave qui aurait lancer la guerre pour être sur de pouvoir avoir des esclave quand justement Washington leurs garantissait explicitement ce droit.

        Votre poisson n’est il pas sur les côtes du Japon, à proximité d’une centrale.

        • Non seulement vous dites n’importe quoi mais en plus vous insistez.

          NON les esclaves ne votaient pas. Ni en Floride ni ailleurs.

          Tout vos propos sont totalement fallacieux, de façons carrément surréalistes (même quand on vous mets une citation explicite devant vos yeux vous la comprenez de travers).

          Mais là franchement c’est le pompon ! C’est du négationnisme pur et simple.

          • Tea-Party France
            13 août 2013 at 12 h 10 min

            Si les esclave votait en Floride, mais effectivement ce n’est pas dans les livres de establishment qu’on vous l’apprendra, d’ailleurs une proportion impressionnante d’esclave de Floride (assez peut nombreux il est vrai) ont prit les armes pour le sud.

            Ruffin considérait que l’esclave en Floride était plus libre de le Yankee du nord, enfin pour le vote il en parle à plusieurs reprise et pas forcement de façon favorable.

            Mais propos sont faux alors répondez.

            1) Est ce faux que la Lincoln avait assuré que l’esclavage serait assuré à chaque Etat après le vote du 2 mars au Senat? Le  »Corwin amendment » c’est un mythe aussi?

            2) Est il faux que la Caroline du Sud est déjà menacé de sécession et avait dèjà préparer la déclaration d’indépendance, que c’est pour cela que Calhound à démissionné de son poste de vice-président?

            3) Que plus généralement le pays était toujours tiraillé en le sud et le nord sur toutes les questions?

            4) Que quand Jefferson qui était sudiste à été élue le Nord avait un moment voulu faire sécession?

            5) Que des noirs et des indiens se sont battuent dans l’armée du sud et pour certain même quand Lee à capitulé.

            Et pour le négationnisme, je suis juif et je n’aime pas beaucoup la banalisation de la Shoah, voudrez vous dire qu’Auschwitz pour vous n’était rien d’autre qu’une plantation de coton, si oui autant vous dire que ce n’est même pas la peine de me répondre.

          • Donc banaliser la Shoah ce n’est pas bien mais banaliser l’esclavage (qui est aussi un crime contre l’humanité) c’est tout à fait normal ?

            Vos comparaison entre l’esclavage et les allocations ou l’impôt sur le revenu est profondément méprisable.

            Vous êtes un négationniste pur et simple, et vous ne valez pas mieux que les négationnistes de la Shoah. Je vous méprise autant que je les méprise. Le fait que vous soyez juif ou martien ne change rien à l’affaire.

            Et encore une fois : non les esclaves ne votaient pas. J’imagine que vous avez compris de travers quelque chose relatif à close des trois cinquièmes ou au vote des anciens esclaves. Vu comment vous comprenez les citations explicites que l’on vous présente cela n’aurait rien d’étonnant. Ou sinon on vous a simplement dit n’importe quoi et vous l’avez gobé.

            Vous m’avez fait perdre mon temps, il ne sert à rien de parler avec des gens comme vous. Vous êtes un cas désespéré.

  • Tea-Party France
    13 août 2013 at 12 h 18 min

    Au passage deux petits faits.

    1) Lincoln était aussi abolitionniste que raciste et voulait que les noirs soit séparés des blancs (ce qui n’était pas le cas dans le sud, les citoyens noirs étaient totalement intégrés).

    2) C’est lui et Grant qui ont massivement massacré les indiens et chercher à les empêcher d’avoir un Etat (contrairement à certains présidents précédent qui voulait leurs laisser des Etats plus à l’ouest) en violant systématiquement tout accord. Il est amusant d’ailleurs que bien pensante aidant les indiens de nos jours n’en ont qu’après Jackson qui certes les a fait partir d’une façon odieuse, (mais avec une possibilité tout de même pour celui qui voulait rester ex…) mais en comparaison des massacres de Lincoln et Grant… c’est incroyable qu’ils prenne les billet de 100 dollars et pas ceux de vingt.

  • Tea-Party France
    13 août 2013 at 13 h 21 min

    « Donc banaliser la Shoah ce n’est pas bien mais banaliser l’esclavage (qui est aussi un crime contre l’humanité) c’est tout à fait normal ? »

    Citez moi une seul phrase où j’ai banalisé l’esclavage. J’ai clairement dit que j’était contre, mais un honnête observateur peut tout de même reconnaître que l’esclavage du sud n’avait rien à voir avec celui de la Rome antique ni du Brésille.

    Ce n’est pas banaliser, c’est comme dire que certain camps était mieux que d’autre.

    Mais tout de même là je m’insurge on ne peut m’être sur le même plan des camps où des gens sont enfermés et forçé de travaillé jusqu’à la mort, séparé de leurs familles, mal nourrie, frappé et humilié et pour beaucoup tout simplement gazé (le mot négationnisme à l’inverse de révisionnisme se rapporte à cela).

    Pour le reste la condition des esclaves doit bien aussi s’étudié je vous ait rapporté des témoignages abolitionniste, et sur ce point il y a presque unanimité; avant la guerre le nord n’avait plus d’esclave mais les noirs était séparés et méprisé et le sud en avait mais les relations était cordiale et les noirs étaient vue avant tout comme des êtres humain, même Tocqueville va un peu dans ce sens, il parle du sud comme d’un monde quiet, des esclaves comme d’individu toujours gais et jouant la majorité de la journée, bref, ce n’était pas un camps, pas comme ce que connaîtrons de nombreux sudistes (pour la plupart ils n’avaient pas d’esclaves) dans les camps Yankee où tant sont mort de froid, de faim ou de maladie.

    Il ne faut pas exagérer, savez vous que certain esclave gagnait jusque 100$ par jour à certaine période de l’année ? (il n’avait pas de salaire mais certain avait droit de prendre les reste de la récolte par exemple) avec de tel somme vous savez qu’à l’époque c’était suffisant pour avoir une maison en quelque année.

    Si vous me dite qu’il n’ont pas de droit de propriété, je peux vous reprendre la constitution confédéral qui leurs garantit la propriété.

    Alors non je ne défend pas l’esclavage, mais ne pas déformer la
    réalité.

    Le Brésil avait bien plus d’esclaves, dans des conditions bien meilleurs et il a réussit à l’abolir progressivement.

    Quoi qu’il en soit l’esclavage n’est pas justifiable, nous somme d’accord sur ce point et vous y revenez toujours, à vous entendre on direz que je le défend, mais non ce que je vous dis ce place sur un autre plan, certes un plan où vous êtes bien moins à l’aise, celui de la raison de la guerre.

    Et là encore une fois le fait que le sud avait la garantit de pouvoir avoir des esclaves et à refusé de rejoindre l’union prouve bien que la raison de la guerre n’était pas l’esclavage.

    Et comme je vous l’ai dis, mais vous semblez trop occupé à me dire que je suis idiot et que je ne connais rien, vous ne m’avez pas répondu, le nord et le sud avait en 1860 plus d’un demi siècle de dualisme, bien avant même que ne se pose la question de l’esclavage.

    On dirait que constater l’esprit du sud, ou même appréhender la guerre de sécession comme autre chose qu’un vaste complot de propriétaires d’esclaves pour faire une guerre pour conservé leurs esclave à un Etat qui leurs garantit vous bloque.

    Nirez vous tout simplement le dualisme générale nord-sud aux USA durant toute la première partie du XIX?

    • Encore une fois : vous êtes vraiment sérieux ? La constitution confédérale je la connais très bien et je vous l’ai citée abondamment. Jamais elle ne garantit aux esclaves la jouissance du droit de propriété. Je vais finir par me demander si seulement vous savez lire…

      Au passage vous noterez que 100$ par jour en 1860 c’est l’équivalent 2500$ par jour en 2012. Donc encore une fois prenez la peine de réfléchir cinq seconde avant de dire une énormité !

      Sinon je n’ai jamais parlé de complot. Il n’y a effectivement absolument aucune espèce de complot. Les gouvernement du Sud assumaient à 100% leur position sur l’esclavage, ils étaient très fier de leur institution. Et ils assumaient aussi à 100% le fait que l’esclavage était la cause principale de la sécession. Encore une fois il suffit de lire leur texte officiel (les déclarations de sécession, la constitution confédérale…) : absolument rien n’est masqué, tout est écrit noir sur blanc de la manière la plus explicite et la plus franche possible. On peut leur reprocher beaucoup de chose, mais certainement pas l’hypocrisie. C’est vous qui voulez absolument croire à un complot du Nord d’après la guerre civile pour faire masquer la réalité.

      Les esclaves et les noirs libres n’avait pas le droit de vote. Il n’y a jamais eu aucun noir général dans l’armée confédérée, et d’une manière général les noirs y servaient essentiellement pour l’intendance*. Les esclaves ne jouissaient pas du droit de propriété (leurs biens n’était pas vraiment les leurs). Les esclaves non domestiques (la majorité) n’étaient pas bien traités, les bon rapport des esclaves domestiques avec leurs maîtres étaient fondés sur la servilité (un peu comme les bon rapports que l’on a avec son chien). Toute votre vision de l’histoire est complètement fausse. J’ai lu beaucoup de gens défendre la confédération, mais je n’avais jamais lu un tel tissu d’ânerie.

      L’esclavage n’est pas un détail de l’histoire guerre de sécession.

      *http://civilwargazette.wordpress.com/2008/03/13/did-blacks-fight-in-combat-for-the-confederacy/

      • Tea-Party France
        13 août 2013 at 20 h 53 min

        J’ai bien dit jusque 100$, oui de quoi acheter une maison bien vite, tout les esclaves n’avaient pas tant (même si beaucoup avait tout de même de l’argent) mais les plus riches avait de petite fortune à la fin de leurs vie, généralement les maîtres étaient généreux.

        Beaucoup de sudiste n’était pas esclavagiste, à commencé par l’ancien président Tyler.

        « Et ils assumaient aussi à 100% le fait que l’esclavage était la cause principale de la sécession. » Ce n’est pas ce que disent bien des sudistes, même Rhett, principal acteur de la sécession tout de même, et même la déclaration d’indépendance de CS que vous avez si bien choisit ne dit pas qu’elle veux l’esclavage, (même si évidement en l’occurrence les gens étaient esclavagistes) elle parle de violation de l’Etat fédéral de la constitution, en cela il faux dire même sur l’esclavage (qui n’est pas une bonne chose) ils avaient raison (même si je ne justifie pas que que la CS ait l’esclavage alors).

        A vous lire on dirait que vous n’avez lu des confédérés que Ruffin ou Yancey, vous savez qu’il y avait de nombreux écrits. D’ailleurs je vous conseil le livre de Thomas DiLorenzo, il y a beaucoup de passages de journaux personnelles, vous pourez voir ce que les confédérés avait dans la tête pourquoi ils se battaient.

        D’ailleurs dans votre présentation pourquoi se battre pour une chose déjà garantit, il ne s’agit pas quelque échange de tirs, mais d’une guerre comme il y en a eu peu.

        Si la constitution était faite pour l’esclavage pourquoi ne pas l’instituer comme constitutionnel et intangible, là on aurait parlé d’une constitution esclavagiste.

        Encore une fois si les noirs libre au sud votaient, du moins jusqu’à la victoire du Nord.

        Justement ceux qui gagnait le plus c’était ceux qui était dans le champs, les domestiques n’avait presque jamais rien, si bien que s’il était libéré il n’avait rien de rien.

        C’est justement de ceux qui travaillaient dans les champs de cotons que Tocqueville disait qu’il jouait la plupart du temps.

        Une petite réflexion, vous qui osez comparez l’esclavage à Auschwitz, dans ce sinistre camps il y a eu de 1940 à 1945 1.3 million de personnes et seul 200.000 personne en sont sortis. Dans les Etats du sud il y avait 1 millions d’esclaves noirs en 1815 (et il était déjà impossible d’importer des esclaves, et il y en avait 4 millions en 1860, sans oublier qu’il y a certainement eu des émancipations.

        Tout les historiens parles globalement de bon rapport de quelque bord qu’il soit, ce qui ne veux pas dire qu’il n’y avait pas d’exception bien évidement.

        En conclusion je crois que le pays était sur une cocote minute en fusion, le sud avait déjà menacé de faire sécession et la vision politique a toujours été différente entre le nord et le sud.

        J’oubliais, pour les noir généraux, non mais il y a eu des officiers noirs, il faut dire que les noirs n’étaient à l’époque pas très porté vers la guerre, des généraux indiens par contre oui il y a eu, mais bon il faut bien voir le rapport de population aussi.

        Le Nord par contre n’aura des noirs qu’à la toute fin et avec la plus grande réticence, et tout seront de petits soldats ne servant à peu près à rien.

        • Bon très bien. J’admets que je suis dans mon tort.

          Les esclaves passait leur temps à jouer, à voter, à jouir de leur propriété et à profiter de leurs revenus journaliers équivalent à 2500$ de 2012. Evidemment devant de tels avantages, et attaché au droit constitutionnel des Etats de les soumettre à la servitude, ils ont pris les armes en masses et spontanément pour défendre la confédération.

          La vérité est évidente désormais.

          • « vous qui osez comparez l’esclavage à Auschwitz » Si vous saviez ce que je pense des leçons de morale d’un négationniste et raciste tel que vous…

  • Tea-Party France
    14 août 2013 at 12 h 43 min

    Quel malhonnêteté intellectuel, si je vous dis que des américains gagne jusqu’à je ne sais pas 1 millions de dollars par mois est que cela veux dire que c’est le salaire moyen, et que les américain gagne 1 million par mois, non aucunement, seulement qu’ils peuvent gagner jusqu’à 1 million.

    Je ne dis pas qu’il es normal qu’il y ait eu de l’esclavage, mais en même temps ce n’est pas parce que l’esclavage n’est pas normal qu’on peut affabuler une situation qui ne correspond pas à la réalité, quand même les abolitionnistes reconnaissent que globalement les noirs vivaient plutôt heureux, (quoi qu’on pense de l’esclavage et je ne suis pas esclavagiste) je ne pense pas qu’on puisse par idéologie noircir le tableaux, encore moins travestir l’esprit d’un peuple pour le réduire à un aspect peu enviable.

    Pour l’armée, vous pouvez tourné les choses comme vous voulez, mais dès le début de la guerre il y avait des noirs soldats et officiers indistinctement des autres au sud et il n’y à eu des noir soldats au nord qu’à la toute fin de la guerre et que de petit soldats, en outre bien plus de noirs se battrons pour le sud que pour le nord.

    Ont peut se poser la question pourquoi.

    Vous parlez encore de négationnisme, vous n’avez donc aucun respect pour les victimes du nazisme.

    Pour votre information, je ne suis pas raciste.

    • Citez moi donc le nom d’UN SEUL officier noir confédéré alors. UN SEUL.

      • Tea-Party France
        16 août 2013 at 0 h 40 min

        Ok, Morris W. Morris.

        • Carramba encore ratée :
          « Morris left Jamaica for the United States as a youth. At the outbreak of the Civil War, he enlisted in the 1st Louisiana Native Guard, the first official black military regiment in the Confederacy, with other free blacks. He soon rose to the rank of lieutenant, becoming the first black Jewish officer to serve in the Confederate Army. When the Louisiana State Legislature banned people of color from serving in the Confederate Army in February 1862, the regiment was disbanded. Morris and about 10% of the other former 1st Louisiana Native Guard joined the Union Army in September 1862 and were organized into a new unit that was assigned the same name. There Morris became the first black Jewish officer in the Union Army. »
          http://www.jewish-history.com/civilwar/morris.html

          « The South did not use this Confederate Native Guard regiment in any military action, and failed to provide it with uniforms or arms. »http://en.wikipedia.org/wiki/1st_Louisiana_Native_Guard_(CSA)

          Donc ce n’est pas l’armée confédérale, mais une milice de l’Etat de Louisiane… qui n’a jamais combattu ! Puis la Louisiane à interdit aux noirs de servir dans la milice et il a rejoint… l’union !

          C’est le seule exemple que vous avez trouvé ?

          • Cela dit je suis beau joueur et je reconnais l’exploit : il fallait le trouver ! Vous m’avez appris quelque chose, pour cette fois.

  • Tea-Party France
    16 août 2013 at 2 h 49 min

    1) Votre source dit des choses fausses, premièrement c’est faux, son régiment n’a pas été dissous, en fait des gens de son régiments ont rejoint l’union perpétrant des atrocité aux Mississippi, l’armé de l’union en position de force avait promit l’amnistie pour ceux son régiment en échange de quoi il devront entrer dans l’armé des envahisseur, au passage y ont tous était de petit soldats, il n’y avait non seulement pas d’officier mais il n’y avait pas même pas de sergent (comme dans toute l’armé Yankee notoirement raciste).

    Rien à voir avec un passage au nord pour des raisons idéologiques, mais c’était simplement pour se sauver en sentant le vent tourné, quand à Morris de lieutenant il est passé petit soldat.

    Ensuite l’armé confédéré avait de nombreuses annexes, certaines constitué de blancs, ce n’était pas moins les troupes du sud. L’esprit du sud c’est aussi cela, au nord du Texas de nombreuses armées ou milices comme vous voulez avez comme principe de se battre pour leurs territoire ou conté, mais de ne pas bouger même pour le conté d’à côté, cependant il convient de reconnaître que la plupart se rendront platement sur leurs territoires, mais pas touts certains chargeront héroïquement sur des armées à quelques uns, c’est d’ailleurs dans ce nord du Texas qu’on se battra le plus longtemps.

    2) Je vous rappelle juste que vous m’avez demendé en majuscule UN SEUL. Vous en voulez d’autres?

    • « Je vous rappelle juste que vous m’avez demendé en majuscule UN SEUL. Vous en voulez d’autres? »
      Je pensais à l’armée confédérale principale, j’avoue n’avoir pas pensé aux milices des états. Donc oui je veux bien le nom d’un officier de l’armée confédérale ( Provisional Army of the Confederate States ou Army of the Confederate States of America).

      J’imagine que si votre exemple est un officier de milice n’ayant jamais vraiment combattu et ayant rejoint l’Union pas la suite c’est une simple coïncidence ? Où serait-ce plutôt pare ce que les officiers noirs confédérés (même dans les milices) sont une espèce rarissime ?

      « Pardon j’ai mal rédigé ma phrase je voulais dire n’a pas été dissous parce que noir, mais à cause de trahisons bien plus importante qu’ailleurs, c’est normal, il me semble. »

      Sauf que la loi dit clairement « The militia of the State of Luisiana shall be composed of free white males capable of bearing arms… » et que c’est uniquement suite à cette loi que l’unité fut dissoute. http://www.archive.org/stream/officialcopyofmi01loui#page/n3/mode/2up

      Rien à voir avec la race évidemment.

      Bon encore une fois tout ceci est une perte de temps de l’ordre du détail. Le point important c’est la constitution confédérale, et les déclarations de sécessions : elles règlent la question définitivement.

      • « Je pensais à l’armée confédérale principale, j’avoue n’avoir pas pensé aux milices des états. Donc oui je veux bien le nom d’un officier de l’armée confédérale ( Provisional Army of the Confederate States ou Army of the Confederate States of America). »

        Je tiens à préciser que « James Washington » ne compte pas vu que bien que membre de la ACSA il a servi… au niveau d’une milice de l’Etat de Louisiane !

  • Tea-Party France
    16 août 2013 at 2 h 50 min

    Pardon j’ai mal rédigé ma phrase je voulais dire n’a pas été dissous parce que noir, mais à cause de trahisons bien plus importante qu’ailleurs, c’est normal, il me semble.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le monstre de l’inflation est sorti de son placard dans les pays occidentaux. Et pas sûr qu’il y retourne gentiment.

La dérive des prix a atteint 7 % l’an dernier aux États-Unis, du jamais vu depuis… 39 ans. En zone euro, elle est passé en douze mois de presque zéro à 5 %, un niveau atteint pour la dernière fois il y a trente ans sur le continent. La France est en retrait, à 2,8 %, mais sans doute plus pour longtemps.

Cette flambée est essentiellement la conséquence des restrictions imposées suites au covid. Les confinements, fe... Poursuivre la lecture

Par Jean-Éric Branaa.

Depuis le 6 janvier 2021, se pose la question de la place de Donald Trump dans le débat public, notamment en vue des prochaines échéances électorales. Cette interrogation relance en même temps la question de la survivance de ce que l’on a appelé le « trumpisme ». Après quelques mois de sidération face à une victoire qui n’avait pas été anticipée, en 2016, on a vu se multiplier l’utilisation de ce terme, régulièrement invoqué dans les articles ou les reportages les plus dramatiques sur l’état du pays de Lincoln.Poursuivre la lecture

Malgré de nombreuses et ardues négociations, les démocrates ne pourront pas adopter leur fameux projet Build Back Better (BBB) pour l’instant. L’un des leurs, le sénateur de la Virginie occidentale Joe Manchin, a annoncé qu’il s’opposerait au titanesque projet de loi de trois billions (12 zéros) de dollars.

Évidemment, les réactions négatives ont été presque instantanées. Chez les démocrates, on doute de la loyauté de Manchin envers son parti. Joe Biden a même promis « de lui parler » et ne semble pas regretter ce message agressif. Mai... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles