Le bêtisier des ministres, votre feuilleton de l’été

Tout au long du mois de juillet, Contrepoints vous propose de revivre les bourdes des ministres du gouvernement Ayrault.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le bêtisier des ministres, votre feuilleton de l’été

Publié le 1 juillet 2013
- A +

Depuis mai 2012, ils vous ont fait rire, pleurer, trépigner. Dans tous les cas, ils vont ont aussi ponctionné, menti et se sont payés votre tête comme si elles étaient en solde. Qui ? Nos ministres bien sûr.

Et parce que l’été promet d’être chaud question politique, Contrepoints vous propose de passer en revue leurs faits d’armes les plus saillants. C’est ainsi que, régulièrement pendant les prochaines semaines, nous allons vous proposer de revivre les bourdes des ministres du gouvernement Ayrault, les petits comme les grands, les célèbres comme les débutants. Vous aurez ainsi l’occasion de constater, à l’épaisseur des dossiers qui se sont naturellement constitués au fil des billets sur Contrepoints qu’ils n’ont pas arrêté, en un peu plus d’un an, d’accumuler les exactions, les bourdes et les scandales. Certains ont même largement pris de l’avance.

Comment, en effet, se souvenir de l’avalanche de déclarations toutes aussi emportées, maladroites et aux effets catastrophiques d’un Arnaud Montebourg d’autant plus remonté qu’il sait pertinemment n’avoir à peu près aucun effet sur l’économie du pays, et peut encore moins espérer la redresser ? Et quoi de plus utile, et incidemment, de plus drôle que de lister toutes les saillies de Cécile Duflot, empêtrées dans ses projets de lois recalés par les différentes institutions républicaines, et plus que fraîchement accueillies par les professionnels ou les particuliers une fois confrontés au gloubiboulga législatif de la ministre ? Quoi de plus nécessaire qu’établir, à plus d’un an de ses débuts tonitruants, un bilan réaliste d’une ministre de la Justice qui laissera des marques profondes dans toutes les strates de la société ? Comment comprendre les étonnantes démarches de Najat Vallaud-Belkacem si l’on ne les rassemble pas toutes dans un même bouquet cohérent ?

C’est à cet exercice que la rédaction de Contrepoints va tenter de s’adonner, avec votre support et vos encouragements. Bon été et bonne lecture !

Épisode 1 : Arnaud Montebourg
Épisode 2 : Cécile Duflot

Voir les commentaires (11)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (11)
  • Ce qu’il fallait voir c’est le bêtisier du parti socialiste dans l’opposition qui est assez monumental, pour comprendre au delà des prises de positions partisanes et des orientations socio-économiques, que depuis toute ses années n’a jamais été en mesure de redevenir un parti de gouvernement.

    Ce gouvernement avec son président gèrent la France comme un clan repliés sur eux-même, absolument dénués de tout sens de l’état, et sa dérive autoritaire était facile à prévoir.

  • minable mais digne
    1 juillet 2013 at 18 h 28 min

    Donnez du pouvoir a un idiot et vous ferez un tyran.

    Maintenant rassemblez un groupe d’idiots et d’incompetents et laissez-les pretendre qu’ils dirigent un pays,….on ne peu aller que vers le pire de la nature humaine.

    Pour comprendre ce que nous avons deja perdu, regardez les sketchs de Desproges et de Coluche.

    Quand on commence a controler les artistes dans un pays, c’est un signe terrible…

  • Un régime en voie de fachisation…Et dire que l’on traitait Sarkozy de « fasciste » ad nauseam!Maintenant l’air de France est de plus en plus saturée d’un fin ( de moins en mois fin) parfin d’état policier!

    • Oui, c’est le juste prolongement de la politique de Sarkozy. Il faut être sacrément naïf pour croire que Hollande est de gauche.

      • le fascisme est de gauche, donc c’est pas incompatible.

        • Le fascisme c’est pas de gauche, c’est un régime ultraconservateur, nationaliste, paternaliste qui a toujours été soutenu par les industriels justement pour combattre la gauche. Le fascisme ça sert à imposer le capitalisme par la force, à détruire tout contre pouvoir face au capitalisme. Créer un syndicat unique d’état c’est une manière de supprimer tout mouvement de contestation sociale. Le fascisme intervient lorsque la capitalisme à besoin de la violence d’état pour survivre.

  • n’oubliez pas Marisol Touraine: dans sa première interview, elle promettait que dorénavant les homosexuels pourraient donner leur sang. Problème: ils ont 20 fois plus le sida que dans la population générale…Les ETS ont très délicatement dit « non »…N’est ce pas une preuve d’incompétence?

  • Un betisier des hommes politiques francais??
    C’est pire que les 12 travaux d’hercule votre idée!
    Bonne chance!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Suspense intenable ! François Hollande va-t-il bientôt nous annoncer sa candidature présidentielle ? Des propos habilement équivoques tenus récemment par l'ancien chef de l'État devant des lycéens relancent la machine à spéculation politico-médiatique : "pour l'instant", il n'est pas candidat. Mais comme "ça ne va pas bien" - sous-entendu, à gauche, vous l'aurez immédiatement compris - forcément, il s'interroge :

"Est-ce qu'une candidature de plus serait utile ? Je ne sais pas. Je ne le pense pas, d'ailleurs. J'ai les mêmes idées qu'av... Poursuivre la lecture

Par Olivier Maurice.

Y a-t-il encore une gauche en France ? On peut se poser la question : les derniers sondages indiquent que la somme des intentions de vote en faveur de candidats de gauche déclarés est à peine créditée d’un quart au premier tour de la prochaine élection présidentielle.

Alors bien sûr, un sondage à plusieurs mois de l’échéance électorale ne présume en rien de la réalité des opinions ou des décisions de votes qui seront finalement prises, mais le symbole est d’importance.

Où est passée la gauche triompha... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Claude Robert.

Hollande et Macron ont tous deux polarisé la vie politique à leur manière. Comme leur maître Mitterrand, ils ont su casser le jeu politique, le retourner à leur avantage en imposant des règles défavorables à leurs adversaires.

Surtout, ils l’ont fait en s’appuyant sur des ressorts affectifs, au détriment bien sûr de la transparence démocratique. Ils l’ont fait dans un seul but, celui d’accéder au pouvoir suprême.

Une fois installés à l’Élysée, ils ont continué d’abuser de cette technique pour à la fois ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles