Les contrats d’avenir, un marché de dupes ?

Les contrats d’avenir n’apporteront rien aux jeunes qui en « bénéficient » et sont plutôt sacrifiés sur l’autel du politique.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les contrats d’avenir, un marché de dupes ?

Publié le 29 juin 2013
- A +

Les contrats d’avenir n’apporteront rien aux jeunes qui en « bénéficient » et sont plutôt sacrifiés sur l’autel du politique.

Un article du Parti Libéral Démocrate.

À la veille des municipales, des cantonales et des régionales, le gouvernement arrose sans compter les collectivités territoriales, majoritairement à gauche. Cet artifice coûteux vise à diminuer les chiffres du chômage sur le dos des jeunes sans diplôme ni emploi. Les « contrats d’avenir » coûteront 5,3 milliards d’euros pour occuper 150 000 jeunes, soit plus de 35.000 € par tête ! Le PLD dénonce cette dépense clientéliste qui condamne les jeunes visés à une précarité sans issue. Quel employeur reconnaîtra l’expérience de jeunes qui auront bénéficié d’un poste sans réelle activité productive dans le monde associatif ou dans une bureaucratie locale ? N’y a-t-il pas mieux à faire, avec 35 000 €, pour donner un vrai emploi à chacun de ces jeunes ?

Une fois de plus, le secteur « non marchand » passe avant le « secteur marchand » dans l’esprit du législateur. Subvention à hauteur de 75% du SMIC pour le premier, 35% du SMIC pour le second. Les conséquences de ce choix ne sont pas neutres pour l’avenir de ces jeunes. Le secteur associatif et le secteur public n’offrent pas les mêmes perspectives d’ascension sociale que le secteur concurrentiel. Arrêtons de sacrifier les jeunes générations au nom de la préservation d’un modèle social français qui est au bout du rouleau.

Ce ne sont pas de primes « usine à gaz » dont les employeurs ont besoin pour embaucher des jeunes peu ou pas qualifiés, mais de flexibilité réelle et de suppression des seuils salariaux. Simplifions le Code du Travail de façon drastique et rendons la fixation d’éventuels salaires planchers aux entreprises et aux partenaires sociaux. Encourageons l’apprentissage, véritable parcours d’insertion, dès l’âge de 14 ans.

Permettons enfin aux employeurs et aux jeunes de se faire confiance pour libérer l’emploi.

A lire aussi sur Contrepoints :

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
planification écologique Gouvernement Borne 1jeune1solution télétravail covid
0
Sauvegarder cet article

Par Laurent Sailly.

Jeudi 19 novembre dernier, le gouvernement a lancé un nouveau site « 1jeune1solution », sorte de LinkedIn pour jeunes. L’objectif de celui-ci est de mettre en relation cette population avec des employeurs potentiels.

Reconnaissons, à ce niveau de notre réflexion, l’honnêteté et le réalisme gouvernemental qui ne s’engage pas à offrir aux jeunes un emploi mais seulement une solution ! Une solution, mais pour qui exactement ?

Le confinement et le chômage des jeunes : un sujet économique, social et… électoral... Poursuivre la lecture

Par Erwan Le Noan. Un article de Trop Libre

En début de semaine prochaine auront lieu les épreuves du brevet, examen de fin de collège. Elles ne sont pas d’une difficulté abyssale. Pourtant, dans maints établissements de banlieue un peu délicats, elles sont un défi.

Choses vues et entendues dans un collège d’« éducation prioritaire », la semaine dernière : pour les élèves, réussir une petite dictée sans faire moins de huit fautes est une performance. Souvent, celles-ci trouvent leur source dans une insuffisante capacité à compre... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Éric Verhaeghe.

La nouvelle n’est évidemment pas excellente pour le président de la République, dont les tourments sont désormais bien connus des Français. Après une réforme à la hussarde du Code du travail, qui avait laissé les partenaires sociaux sans voix majeure, un an plus tard, cela ne va pas vraiment mieux sur le terrain de l’emploi, bien au contraire ! Des records sont atteints avec 5,66 millions de demandeurs d’emploi en catégories A, B, et C, chiffres jamais connus dans l’histoire de ce pays. Ils étaient 100 000 de moin... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles